De la Méditerranée orientale au Moyen-Orient : l’archéologie de la lumière en plein développement

Introduction

À l’interface entre phénomène naturel et culturel, la lumière qui, dans la science moderne – dès le 17e siècle – a d’abord été définie par les physiciens et les mathématiciens, est désormais au cœur des problématiques en sciences humaines et sociales. Anthropologues, philosophes, sociologues et psychologues ont montré que son étude est notamment susceptible d’éclairer le rythme, la localisation et la nature des activités quotidiennes, mais aussi les perceptions sensorielles (notamment Billie et Sorensen 2007 ; Classen 1993). L’étude de la lumière se révèle, en d’autres termes, essentielle pour reconstituer, par-delà l’espace bâti, un espace « représentatif, visuel, moteur et tactile » (Poincaré 1914 : 122).

Pour l’archéologue, cette donnée immatérielle n’est plus inaccessible. Ces dernières années, une « archéologie de la lumière » s’est mise en place. Fait notable : c’est en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient que les travaux dans ce domaine sont les plus nombreux. On trouvera dans ce billet un bref panorama des approches les plus récentes pour ces régions ainsi que quelques ressources utiles.

1 – Une « archéologie de la lumière » : les exemples de la Méditerranée orientale et du Moyen-Orient

Reconstituer la lumière du passé et ses usages implique d’abord d’étudier les ouvertures (fenêtres, portes, portiques, etc.) et les luminaires (lampes, brasiers, braseros, foyers, etc.). Si la démarche est ordinaire dans le premier cas, elle se heurte néanmoins à des problèmes de conservation importants et empêche bien souvent d’obtenir une image réaliste de la luminosité et de l’obscurité dans les espaces intérieurs. En ce qui concerne les luminaires, leur étude est ancienne. Ce sont toutefois les approches morphologiques qui dominent, au détriment des analyses fonctionnelles. À cet égard, et toutes périodes confondues, le cas des lampes est frappant. Dès les années 1980, Roland Etienne (1987 : 13) soulignait ce paradoxe :

« Comme objet spécifique, la lampe s’intègre dans la longue histoire des modes d’éclairage, mais je ne crois pas que cette histoire nécessite la constitution de corpus de lampes : vu sous cet angle en effet, c’est la lampe comme mode d’éclairage qui se distingue de la bougie ou de la lampe à pétrole, et non Howland 24B de la pile Wonder ».

Les critères d’identification des luminaires peuvent, par ailleurs, se révéler restrictifs : si la forme des objets est un critère significatif, les traces de combustion à la surface des récipients sont, quant à elles, rarement prises en compte. Or plusieurs études, au Liban et en Crète, montrent que de simples bols et coupelles, qui n’ont pas une forme canonique de lampes, ont pourtant été utilisés comme telles d’après la présence de dépôts de suie sur leur bord (Rueff 2020 ; Thalmann 2012)

Du reste, même en combinant les critères morphologiques et tracéologiques, on peut gager que la diversité des luminaires utilisés dans le passé nous échappera toujours. En effet, de nombreux exemples ethnographiques montrent qu’il ne s’agit pas uniquement d’objets, mais aussi de végétaux et d’animaux naturellement inflammables, comme par exemple les lucioles d’Asie utilisées jusqu’à récemment au Japon et en Indonésie, ou encore la « chandelle du boshiman », en Afrique du Sud et en Namibie, faite de branches séchées (Chrzanovski 2013). Lorsqu’elles ne sont mentionnées ni dans les textes, ni dans l’iconographie, ces techniques d’éclairage se révèlent difficilement détectables.

S’appuyant sur l’étude des luminaires identifiés dans la documentation archéologique, une reconstitution des ambiances lumineuses peut être pratiquée par le biais de programmes expérimentaux. Plusieurs d’entre eux ont fait leurs preuves pour analyser le fonctionnement de lampes (notamment Amouretti 1986 ; Elrasheedy & Schindler 2015 ; Kurzmann 2005). Si l’identification des végétaux et des matières grasses utilisés comme mèches et comme combustibles constitue une étape préliminaire, et entreprise depuis le début du 20e siècle, un pas supplémentaire a été franchi avec le développement de la réalité virtuelle, permettant notamment de reconstituer numériquement la lumière (notamment Rueff 2016). Sa mise en œuvre tire profit des mesures photométriques et énergétiques expérimentales, offrant ainsi un rendu photoréaliste.

Finalement, la combinaison de ces approches est en mesure d’éclairer les usages qui sont faits de la lumière dans la vie quotidienne, que ce soit dans le domaine de l’architecture, des activités domestiques, cultuelles ou artisanales (notamment Papadopoulos 2018).

2 – Lampes, éclairage et activités en Crète minoenne

Ma thèse de doctorat, intitulée De la lampe à la lumière en Crète minoenne (3200-1100 av. J.-C.) s’est intéressée au rôle des lampes dans la vie quotidienne, en Crète, à l’âge du Bronze (Rueff 2020). Elle a d’abord proposé une classification morphométrique de ces objets qui se caractérisent par une forme canonique – présence d’un bec, d’une anse et d’un pied éventuel – mais qui peuvent aussi s’apparenter à de simples bols ou coupelles identifiés comme luminaires d’après la présence de dépôts de suie sur leur bord (figs. 1 et 2).

Fig. 1 : Une lampe de forme canonique (1800-1700 av. J.-C.)
Fig. 2 : coupelle conique utilisée comme lampe d’après la présence de dépôts de suie sur le bord

Ces analyses ont d’ailleurs montré que les dépôts de suie constituent de puissants indicateurs de la nature des combustibles utilisés, permettant d’identifier des graisses animales, des huiles végétales et de la cire d’abeille (Rueff 2020).

Le recours à un programme expérimental a, en parallèle, conduit à mesurer les propriétés lumineuses en fonction des matières grasses animales et végétales utilisées comme combustibles et des végétaux utilisés comme mèches. La collecte de ces différents matériaux s’est appuyée sur les données paléoenvironnementales disponibles, des analyses de résidus pratiquées sur des lampes et, pour la fin du IIe millénaire, les tablettes en linéaire B. On a montré que la température de couleur des flammes et l’éclairement varient en fonction de la nature des combustibles utilisés et des techniques de fabrication des mèches (fig. 3). Par-delà les paramètres socio-économiques, des paramètres sensoriels pouvaient donc intervenir dans la sélection de ces matériaux.

Fig. 3 : huiles végétales et graisses animales : deux catégories de combustibles pour deux températures de couleur de flammes distinctes. À gauche, huile d’olive ; à droite : graisse de porc

Les propriétés lumineuses mesurées ont été utilisées pour reconstituer numériquement la luminosité dans deux espaces d’un atelier de potier du Bronze Moyen (1800-1700 av. J.-C.) dans le site de Malia (fig. 4), en tirant profit des restitutions architecturales publiées (Poursat et al. 1996).

Fig. 4 : l’atelier de potier du Quartier Mu de Malia : reconstitution des ambiances lumineuses (restitution de l’élévation : Poursat et al. 1996 ; modélisation 3D : Katerina Messini)

En parallèle, l’analyse de la répartition spatiale des lampes a permis de détecter quelles activités elles contribuaient à éclairer. On les trouve associées à des indices de préparation et de consommation de repas, à des activités artisanales (poterie, métallurgie, taille de l’obsidienne), à des espaces de stockage, à des pièces de séjour et même à des espaces de repos dans lesquels on imagine qu’elles accompagnaient l’intimité du coucher.

Enfin, les lampes nous renseignent jusqu’aux perceptions sensorielles de leurs usagers puisqu’une distribution différentielle des combustibles dans l’habitat a pu être observée. Si les notes miellées de la cire d’abeille étaient privilégiées dans des pièces de séjour ou de repos, les graisses animales étaient utilisées dans des espaces ventilées, peut-être pour évacuer leurs odeurs rances.

3 – Quelques ressources utiles pour l’archéologie de la lumière

From fire to light : une session dédiée aux approches nouvelles en pyroarchéologie

Une session co-organisée par quatre chercheurs (Dr. Ségolène Vandevelde, Dr. Catherine Ferrier, Dr. Marian Ángeles Medina-Alcaide, Dr. Bastien Rueff) réunira, lors du prochain congrès de l’Association archéologique européenne (EAA), différents spécialistes, de la préhistoire au Moyen Âge, pour présenter méthodologies et résultats dans le domaine de la pyroarchéologie (fig. 5). 

Pour en savoir plus, voir le fil d’actualité de cette session : https://www.researchgate.net/project/From-Fire-to-Light

Fig. 5 : From fire to light, une session à suivre en présentiel ou par zoom lors du 28e congrès de l’Association archéologique européenne (EAA),
du 31 août au 3 septembre 2022

Lychnology.org

Le site de l’Association lychnologique internationale constitue la ressource la plus fournie dans le domaine de l’étude des lampes. Fruit de la collaboration entre spécialistes des lampes, il est alimenté régulièrement. On y trouve l’actualité récente des travaux dans ce domaine, en particulier issue des congrès lychnologiques qui se déroulent tous les trois à cinq ans.

Le projet A-LIGHT, Archaeology of the Light

Le prestigieux programme Actions Marie Sklodowska-Curie a récemment attribué un financement post-doctoral au projet A-LIGHT. Piloté par le Dr. Marian Ángeles Medina-Alcaide, supervisé par le Dr. Catherine Ferrier et hébergé par l’Université de Bordeaux, celui-ci porte sur les usages de la lumière dans les grottes paléolithiques, abordant notamment la question de l’accessibilité et de la perception de ces espaces mais aussi des activités qui se déroulaient à la lueur des flammes.

Références

Amouretti M.-C. 1986. Le pain et l’huile dans la Grèce antique : de l’araire au moulin. Paris, Les Belles lettres.

Billie M., Sorensen T.F. 2007. An anthropology of luminosity. The agency of light, Journal of material culture 12, 263–284.

Chrzanovski L. 2013. De Prométhée à la Fée électricité : pour une sociologie de l’éclairage à travers les âges, les croyances et les continents. Cluj-Napoca, Académie Roumaine – Centre d’Études Transylvaines Argonaut.

Classen C. 1993. Worlds of senses: exploring the senses in history and across cultures. London, New-York, Routhledge.

Elrasheedy A., Schindler D. 2015. Illuminating the Past: Exploring the Function of Ancient Lamps, Near Eastern Archaeology 78, 36–42. https://doi.org/10.5615/neareastarch.78.1.0036

Étienne R. 1987. De lychnis, in: Th. Oziol, R. Rebuffat (éds.), Les Lampes de terre cuite en Méditerranée. Des origines à Justinien. Table ronde du CNRS, tenue à Lyon du 7 au 11 décembre 1981, Lyon, Publications de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 13–15.

Kurzmann P., 2005. Zwei vielflammige Öllampen aus Troia, Studia Troica 15, 177–182.

Papadopoulos 2018. Oxford Handbook of Light in Archaeology. Oxford, Oxford University Press.

Poincaré H. 1914. La Science et l’hypothèse. Paris, Ernest Flammarion.

Poursat J.-C., Olivier J.-P., Schmid M., Eluère C., Leduc M. 1996. Fouilles exécutées à Malia : le quartier Mu. III, Les artisans minoens : les maisons-ateliers du quartier Mu. Athènes, École française d’Athènes (Études crétoises, 32).

Rueff B. 2020. De la lampe à la lumière en Crète minoenne (3200-1100 av. J.-C.) (Thèse de doctorat). Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Haris Procopiou. Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-03221006

Rueff B. 2016. La lumière du passé à la faveur de la réalité virtuelle. Une archéologie des perceptions en Méditerranée orientale ?, Les nouvelles de l’archéologie [en ligne] 146, 28–32. Disponible sur : https://journals.openedition.org/nda/3832

Thalmann J.-P. 2012. Ex Oriente lux. L’invention de la lampe au Proche-Orient, in: J. Giraud, G. Gernez (éds), Aux Marges de l’archéologie. Hommages à Serge Cleuziou. Paris, De Boccard, 175–185.

L’auteur

Bastien Rueff est docteur en archéologie, spécialiste du monde égéen. Il est membre associé au laboratoire ArScAn-UMR 7041 / enseignant vacataire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Pour citer ce billet : Bastien Rueff. De la Méditerranée orientale au Moyen-Orient : l’archéologie de la lumière en plein développement, ArchéOrient - Le Blog, 6 mai 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/18600

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search