Retour à Ounjougou (Vallée du Yamé, Mali) : quelle évolution en 10 ans ?

Le site d’Ounjougou, dans la haute vallée du Yamé, a permis pendant dix années de missions (2001-2010) d’engranger une moisson d’informations tant sur le plan géomorphologique et paléoenvironnemental que sur le plan archéologique. Aucun autre site préhistorique d’Afrique de l’Ouest n’est désormais aussi bien connu et reconnu sur le plan international grâce à sa richesse en niveaux archéologiques bien stratifiés et bien datés (Chevrier et al., 2017 ; Garnier, 2013 ; Garnier et al., 2015 ; Huysecom et al., 2009 ; Le Drezen, 2008 ; Le Drezen et al., 2010 ; Lespez et al., 2008, 2011 ; Rasse et al., 2004, 2006 ; Soriano et al. 2010,  Tribolo et al., 2015). L’intense dilacération des sédiments pléistocènes et holocènes est à l’origine de cette longue campagne de recherches puisqu’apparaissaient par érosion de très nombreux artefacts à chaque saison des pluies (fig. 1). Le premier des objectifs fut donc l’explication de cette érosion particulièrement importante, puis la compréhension d’une stratigraphie relativement complexe. Si les missions successives (notamment celles de 2002 à 2005) ont permis de comprendre l’essentiel, l’impossibilité d’aller sur le terrain depuis 2010 empêche l’appréciation directe de l’important recul des ravinements de ce secteur. Seul un survol, grâce aux images de Google Earth, permet la visualisation de la poursuite des processus en œuvre et confirme ce que nous pressentions depuis toujours, l’inéluctable disparition de ces riches archives sédimentaires et archéologiques.

Fig. 1 : Vue sur les berges de la rive droite du Yamé à l’aval de la confluence Yamé/Boumbangou/Ménié Ménié et Ravin sud en 2004.
Une érosion liée à une modification hydrographique récente

Nous disposons depuis 2004 de nombreuses images Google Earth du pays Dogon, mais en 2001, la seule image disponible du coude du Yamé (à l’amont de Bandiagara ; fig. 2) était une photographie aérienne verticale, extraite de la couverture réalisée à la demande du Mali par l’IGN en 1982 (fig. 4). Sur le terrain, nul ne contestait la rapidité de l’érosion dans ce secteur, mais cette photographie avait le mérite de confirmer peu ou prou ce que les habitants nous disaient : la surface du glacis-terrasse (visible donc dans la partie centrale des images des figures 4 et 5) était jadis encore plus importante et on y trouvait même des champs cultivés. Ils précisaient également que le cours d’eau ne s’écoulait pas par le trajet actuel, ce qui évidemment nous surprit et nous guida dans notre quête de la reconstitution de ce qui avait bien pu se passer. Premier contact direct avec ce que d’aucuns aujourd’hui appellent l’ethno-géomorphologie !

Fig. 2 : Localisation du secteur d’Ounjougou (Vallée du Yamé) dans le Plateau de Bandiagara au Mali (tiré de Le Drezen et al., 2008). L’étoile localise le site du coude du Yamé (ou site d’Ounjougou)

Les missions ont vite confirmé le scénario (Rasse et al., 2004 ; fig. 3). Les formations pléistocènes et holocènes définies sur le terrain se sont accumulées sur le long terme et les derniers dépôts datent du dernier millénaire, le glacis-terrasse protohistorique témoignant de colluvions déposées au moins entre le 7e et le 13e s de notre ère (Rasse et al., 2006), et sans doute plus tardivement encore. On ne pouvait donc nier ni la vigueur de l’érosion, ni sa mise en œuvre très récente.

Fig 3 : Localisation du paléocours du Yamé (en jaune) par rapport au cours actuel (en bleu). Image Google Earth, 2022

En fait l’explication tient dans la modification récente du cours d’eau dans le secteur dit du « coude du Yamé ». Par apport important de matériel, essentiellement limoneux, remanié de la surface du plateau, le comblement de la vallée a forcé le Yamé à s’écouler entre les interfluves gréseux voisins (fig. 3) et ce n’est que récemment (les fortes pluies de l’hivernage de 1936 paraissent être les plus probables ; enquête de A. Mayor auprès des habitants), à la faveur de l’incision généralisée de la vallée et par érosion régressive dans le secteur d’Oumounaama (aval immédiat de la confluence), que le rétablissement du cours initial a pu se faire. L’érosion régressive a alors gagné l’ensemble du bassin versant, soumettant également les sédiments situés à l’amont à l’incision. « En une nuit » (enquête auprès des habitants), le Yamé qui s’écoulait par le seuil situé à 402 m d’altitude a adopté son cours actuel en modifiant totalement la configuration du site. La cascade du seuil gréseux a cessé de fonctionner et les marécages, situés à l’amont et à l’aval du secteur qui a été brutalement ouvert, ont tous deux disparu. Outre les témoignages oraux, de nombreux indices plaident en faveur de cette reconstitution. Le seuil par lequel passait le paléocours est situé à 4-5m en contrebas de la terrasse protohistorique, les altitudes sont donc compatibles, et la grande fraîcheur des formes reconnues sur le tracé du lit fluvial (poli fluviatile et marmites d’érosion) prouvent bien le passage d’un cours d’eau.

Il ne s’agit donc finalement que d’une auto-capture hydrographique relativement banale, mais en changeant brutalement son profil longitudinal (désormais sans barres gréseuses résistantes), le Yamé s’est encaissé dans les sédiments pléistocènes et holocènes du secteur dit « de la Confluence », développant les ravinements qui ont permis de mettre en évidence la richesse archéologique du site.

Une évolution qui reste extrêmement rapide

Nous étions donc assez réalistes quant à ce qu’il allait advenir de ces archives sédimentaires et archéologiques dès nos premières missions (Rasse et al., 2004). Les images récentes ne font que confirmer la tendance. C’est évidemment entre les images de 1982 et 2021 que l’évolution se remarque le plus nettement (fig. 4). Une estimation rapide sur Google Earth de la surface du secteur central de la figure 4 suggère une réduction de plus de 50 % (grosso modo de 21500 m2 à 9500 m2).

Fig. 4 : Comparaison 1982-2021 du secteur amont de la confluence : photographie aérienne IGN-1982 et image Google Earth de novembre 2021

Évidemment, il ne s’agit là que d’estimations grossières, mais elles montrent bien la rapidité de l’évolution, laquelle est également très nette si l’on ne prend que l’intervalle 2004-2021 des seules images Google Earth (fig. 5). Les ravinements dits « du Hibou » et « de la Mouche », qui mesuraient environ 40 m de longueur en 1982, ont vu leurs têtes de vallons reculer par érosion régressive, passant respectivement de 89 (en 2004) à 120 m (en 2021) et de 122 (en 2004) à 157 m (en 2021). Enfin, les pédoncules entre ravinements qui permettaient d’accéder, parfois en voiture, depuis la surface sommitale, ont été réduits, même si, localement, certains ne semblent pas avoir beaucoup rétréci (exemple de l’interfluve principal sur lequel on repère un chemin ; fig. 5). Celui entre Orosobo et la vallée du Yamé a été réduit, passant de 26 à 17 m de largeur entre 2004 et 2021, et l’échine d’Oumounaama a été quasiment désolidarisée de la surface du glacis, la transformant en butte longiligne et ruiniforme.

Fig. 5 : Comparaison 2004-2021 du secteur d’Ounjougou/Oumounaama : images Google Earth de décembre 2004 et de novembre 2021

L’intense dilacération transforme également le rebord du glacis-terrasse, l’éloignant du tracé du cours d’eau de plusieurs mètres en saison sèche, et l’indentant en de multiples ravinements secondaires. On note également la disparition de nombreux arbres (présents sur la photographie de 1982) qui voient leurs racines se déchausser rapidement pendant la saison des pluies quand les sédiments se gorgent d’eau, déséquilibrant l’organisme qui finit par tomber et être emporté. A ce rythme, la décennie qui vient verra fort probablement la fragmentation de la surface restante, sa transformation en buttes isolées et in fine la disparition probable de toute la masse sédimentaire subsistante.

Cette impressionnante évolution géomorphologique n’a pas que des conséquences en termes de perte pour le patrimoine archéologique. Cette réduction des sédiments de surface qui reposent directement sur les grès précambriens est aussi synonyme de réduction des terres cultivables, notamment dans des zones proches des cours d’eau où l’on peut creuser des trous dans les graviers du chenal pour accéder à l’eau de l’inféroflux en saison sèche (pour cultiver l’oignon dans les célèbres jardins dogons). Cela réduit également leur teneur en eau, les formations pléistocènes et holocènes fournissant l’eau de petites nappes phréatiques superficielles primordiales pour les cultures. Les images anciennes montrent bon nombre d’exemples de champs d’oignons cultivés pendant une saison sèche, puis abandonnés l’année suivante. Certes, ces cultures d’oignons ne sont que des cultures d’appoint financier, les travaux agricoles vivriers principaux portent sur les « cultures sous pluies » de l’hivernage (sorgho, mil, maïs, arachides, etc…), mais elles n’en sont pas moins importantes dans les stratégies d’adaptation des cultivateurs.

Bibliographie

Chevrier B., Huysecom E., Soriano S., Rasse M., Lespez L., Lebrun B et Tribolo C. 2017. Between continuity et discontinuity: an overview of the West African Paleolithic over the  last 200,000 years. Quaternary International,  https://doi.org/10.1016/j.quaint.2017.11.027

Garnier A. 2013. La dynamique d’un système fluvial et de ses zones humides associées au cours de l’Holocène : approches géomorphologique et biogéographique – L’exemple du Yamé au Mali. Thèse de l’Université de Caen Basse-Normandie, 464 p.

Garnier A., Lespez L., Ozainne S., Ballouche A., Mayor A., Le Drezen Y., Rasse M. et Huysecom E. 2015. L’incision généralisée de la vallée du Yamé (Mali) entre 2400 et 1700 cal. BP : quelle signification paléoenvironnementale et archéologique. Quaternaire 26, 1, 49-65.

Huysecom E., Rasse M., Lespez L., Neumann K., Fahmy A., Ballouche A., Ozainne S., Maggetti M., Tribolo Ch. et Soriano S. 2009. The emergence of pottery in Africa during the 10th millennium cal BC: new evidence from Ounjougou (Mali). Antiquity, 83, 322, 905-917.

Le Drezen Y. 2008. Dynamiques des paysages de la vallée du Yamé depuis 4 000 ans : Contribution à la compréhension d’un géosystème soudano-sahélien (Ounjougou, Pays dogon, Mali). Thèse Université de Caen. 250 p.

Le Drézen Y., Lespez L., Rasse M., Garnier A., Coutard S., Huysecom E. et Ballouche A. 2010. Hydrosedimentary records and Holocene environmental dynamics in the Yamé Valley (Mali, Sudano-Sahelian West Africa). C. R. Geoscience, 342, 244-252.

Lespez L., Rasse M., Le Drezen Y., Tribolo Ch., Huysecom E. et Ballouche A. 2008. Signal climatique et hydrosystèmes continentaux entre 50 et 4 ka en Afrique de l’Ouest : l’exemple de la vallée du Yamé (Pays dogon, Mali). Géomorphologie, Relief, Processus, Environnement, 3, p. 169-186.

Lespez L., Le Drézen Y., Garnier A., Rasse M., Eichhorn B., Ozainne S., Ballouche A., Neunmann K. et Huysecom E. 2011. High-resolution fluvial records of Holocene environmental changes in the Sahel : the Yamé River at Ounjougou (Mali, West Africa). Quaternary Science Reviews, 30, 737-756.

Rasse M., Soriano S. Tribolo Ch., Stokes S. et Huysecom E. 2004. La séquence pléistocène supérieur d’Ounjougou (Pays Dogon, Mali) : évolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et changements culturels. Quaternaire, 15, 4, 329-341.

Rasse M., Ballouche A., Huysecom E., Tribolo Ch., Ozainne S., Le Drezen Y., Stokes S. et Neumann K. 2006. Evolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et dynamiques paléoenvironnementales holocènes à Ounjougou (Plateau dogon, Mali, Afrique de l’Ouest). Quaternaire, 17, 1, 61-74

Soriano S., Rasse M., Tribolo C. et Huysecom E. 2010. Ounjougou : a long Middle Stone Age sequence in the Dogon country (Mali). BAR International Series, 2164, 1-16.

Tribolo Ch., Rasse M., Soriano S. et Huysecom E.  2015. Defining a chronological framework for the Middle Stone Age in West Africa: OSL ages at Ounjougou (Mali). Quaternary Geochronology, 29, 80-96.

Les rapports annuels des missions archéologiques « Ounjougou » et « Falémé » sont publiés dans le cadre du rapport annuel de la SLSA: http://www.slsa.ch/publications/

L’auteur

Michel Rasse est Professeur de Géographie à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de l’UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Michel Rasse. Retour à Ounjougou (Vallée du Yamé, Mali) : quelle évolution en 10 ans ?, ArchéOrient - Le Blog, 5 avril 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/18191

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search