La Néolithisation du Sud Caucase d’après les fouilles d’Aknashen (Arménie)

Aknashen est situé dans le bassin de l’Araxe, à la périphérie immédiate des hautes vallées de l’Euphrate et du Tigre (fig. 1). Et pourtant la néolithisation de cette région n’eut lieu qu’au tout début du 6e millénaire av. n. è., soit plus de trois millénaires après celle de la Haute Mésopotamie voisine.

Fig. 1 : Carte du Sud Caucase et sites mentionnés dans le texte.

Les fouilles entreprises depuis le début des années 2000 en Arménie (Aratashen, Masis Blur), Géorgie (Arukhlo), Azerbaïdjan (Mentesh Tepe, Hacı Elamxanlı, Göytepe, Kiçik Tepe…) apportent des éléments de réponse sur la néolithisation de la partie centrale du Sud Caucase. La plaine de l’Ararat et la moyenne vallée de la Kura ont en effet connu une histoire différente de celles des rives de la mer Noire à l’ouest, de la basse vallée de l’Araxe et des steppes d’Azerbaïdjan au sud-est.

La récente publication des fouilles menées entre 2004 et 2015 à Aknashen (Badalyan et al. 2022) livre un éclairage nouveau sur la néolithisation de cette partie centrale du Sud Caucase (fig. 2).

Fig. 2 : Couverture de la publication sur Aknashen
(Badalyan et al. 2022).
Le site d’Aknashen

L’établissement d’Aknashen est situé dans la plaine de l’Ararat à environ 830 m d’altitude, à proximité d’un affluent de l’Araxe. Il a été fondé au tout début du 6e millénaire et a connu jusque vers 5300 av. n. è. une alternance d’occupations et d’abandons dus, en partie, à des inondations.

Contexte environnemental

En effet, au début de l’Holocène, un grand lac occupait la majeure partie de la plaine de l’Ararat, suite à la formation d’un barrage naturel sur le cours de l’Araxe, créé probablement par une coulée de lave issue du Petit Ararat. Au début du 6e millénaire, la rivière Araxe avait déjà entaillé ce barrage et le lac se vidait progressivement. Les habitants d’Aknashen se sont installés sur les argiles bleues de sédiments lacustres asséchés, à proximité du lac qui existait alors. Le paysage était donc bien différent d’aujourd’hui, avec des marécages bordés d’étendues steppiques et des forêts de feuillus à la périphérie de la plaine.

Stratigraphie

La couche culturelle de plus de 5 m d’épaisseur a révélé sept phases d’occupation, les horizons VII à II relevant du Néolithique récent et l’horizon I, très perturbé par des tombes et aménagements modernes, de la transition entre Néolithique et Chalcolithique. L’analyse bayésienne d’une soixantaine de dates 14C a permis d’affiner les limites chronologiques des différentes occupations.

  • Horizons VII-VI

Dans l’horizon le plus profond (VII, 5950-5850 av. n. è.), se succèdent deux phases de construction en terre crue (bauge) de bâtiments circulaires, auxquels s’ajoutent des bâtiments rectangulaires dans la phase la plus récente (fig. 3a-b).

Le mobilier se caractérise par une industrie laminaire en obsidienne où “bullet cores” et microlithes (trapèzes) (fig. 3c-d) sont présents, par des pierres à rainures transversales (fig. 3e) et par l’absence de céramique à l’exception de quelques vases importés de Mésopotamie (Samarra ou Halaf ancien) (fig. 3f).

Vers 5850 av. n. è., l’horizon VII d’Aknashen a été recouvert par une couche d’environ 50 cm de dépôts marécageux (horizon VI), qui correspond à un long épisode d’inondation.

Fig. 3 : Aknashen, horizon VII (ca. 5950-5800 BCE) : a-b) Architecture ; c) “Bullet core” ; d) Trapèzes ; e) Pierre à rainures ; f) céramique peinte importée (Badalyan and Harutyunyan 2019, Badalyan et al. 2022).
  • Horizons V-II

Autour de 5800 av. n. è. la population revient sur le site. L’assemblage culturel des horizons V-II témoigne d’une continuité avec celui de l’horizon VII, tout en présentant des éléments nouveaux, que l’on retrouve dans la culture de Shulaveri-Shomutepe qui se développe à même époque dans le bassin de la Kura (fig. 1) : bâtiments circulaires en terre reliés par des murets (fig. 4); industrie laminaire en obsidienne débitée essentiellement par pression; production céramique à dégraissant minéral, puis végétal; industrie de l’os abondante et variée… (fig. 5).

Fig. 4 : Architecture de la plaine de l’Ararat et de la moyenne vallée de la Kura (ca. 5800-5300 BCE) (Badalyan et al. 2022).
Fig. 5 : Mobilier de la plaine de l’Ararat et de la moyenne vallée de la Kura (ca. 5800-5300 BCE) (Badalyan et al. 2022, * Nishiaki and Guliyev 2020, **Akhundov 2013)

Économie de subsistance

L’économie de subsistance repose sur l’élevage et l’agriculture, avec des espèces pleinement domestiquées dès la création d’Aknashen.

L’élevage s’appuie sur les caprinés (moutons surtout), les bovidés prenant progressivement de l’importance (de 5,5% dans l’horizon VII à 22% dans l’horizon II) pour la production du lait. Les porcs restent très minoritaires.

La faune sauvage (< 10% des restes fauniques quel que soit le niveau) provient d’espèces essentiellement de milieux forestiers dans les horizons VII-V et de milieux ouverts dans l’horizon II.

Parmi les céréales cultivées, l’orge prédomine dans l’horizon VII, puis le blé hexaploïde (Triticum aestivum) devient prépondérant dans les niveaux plus récents.

Néolithisation de la partie centrale du Sud Caucase

Afin de mieux cerner le processus de néolithisation, le chapitre de conclusion de l’ouvrage sur Aknashen examine les apports respectifs du Mésolithique local et du Néolithique proche-oriental, puis aborde les données fournies par les analyses génétiques.

Mésolithique du Caucase

Le Mésolithique est bien attesté dans l’ensemble du Sud Caucase jusque vers 6000 av. n. è., époque où il est remplacé subitement par le Néolithique. Ainsi à Damjili dans le bassin de la Kura, les niveaux Mésolithique (unit 5) et Néolithique (unit 4) se succèdent, la transition étant datée autour de 6000 av. n. è. (Nishiaki et al. 2022).

En ce qui concerne le bassin de l’Araxe, en Arménie, le Mésolithique est attesté entre 10000 et 7500 av. n. è. dans la grotte de Kmlo-2, au pied du massif de l’Aragats. Il est caractérisé notamment par des artefacts en obsidienne à retouches abruptes effectuées par pression (“outils de Kmlo”) que l’on retrouve au 7e millénaire dans la même région, dans l’abri rupestre de Lernagog (7000-6600 av. n. è.), en compagnie de “bullet cores” (Arimura et al. 2018). Sur ce site, un bâtiment en terre de plan circulaire, auquel s’adossent des murets courbes, préfigure l’architecture du Néolithique local.

Les microlithes en forme de trapèzes (armatures tranchantes) possèdent souvent à Aknashen une petite base échancrée (“horned trapeze“) (fig. 3d). Cette forme, inconnue du Proche-Orient, est répandue dans le nord du Caucase et en Crimée aux 8e-7e millénaires (Golovanova et Doronichev 2020).

Néolithique proche-oriental

Les éléments venant du Proche-Orient sont en premier lieu la domestication des plantes et des animaux, car aucun site du Caucase n’a livré de niveaux attestant d’un processus local de domestication. S’y ajoute, en architecture, le plan rectangulaire, qui apparaît de façon furtive dans l’horizon le plus ancien d’Aknashen.

Dans l’outillage lithique, le débitage par pression est connu dans le Caucase mésolithique, mais la technique par pression au levier provient de Haute Mésopotamie (Çayönü), où elle est apparue vers la fin du 8e millénaire.

Des vases des cultures Samarra et Halaf ancien sont importés au tout début du 6e millénaire, en compagnie de quelques matériaux exotiques (malachite du haut Tigre, coquillages de Méditerranée).

Analyses génétiques

  • Humains

Les analyses ADN montrent que les populations mésolithiques du Caucase appartenaient à un groupe de chasseurs-cueilleurs “Caucasus Hunter-Gatherers” (CHG) qui différaient de ceux du Levant et d’Anatolie, mais présentaient de fortes similitudes avec ceux du Zagros (Jones et al. 2015).

L’étude d’un individu néolithique du bassin de la Kura (Mentesh, ca. 5770-5600 av. n. è.) a révélé un mélange de gènes CHG et de Neolithic Anatolian Farmers. Une même dualité de gènes est attestée à cette époque dans le nord de l’Anatolie (Büyükkaya; 5625-5515 av. n. è.) et la Haute Mésopotamie (Nevalı Çori; niveau Halaf), avec des proportions qui varient selon les régions et forment un gradient génétique (cline) de la Turquie au Sud Caucase et à l’Iran (Skourtanioti et al. 2020, Wang et al. 2021).

  • Animaux

Les analyses ADN révèlent aussi que les animaux domestiques des sites du 6e millénaire dans les bassins de la Kura et de l’Araxe ne descendaient pas des espèces sauvages locales. Par ailleurs, que ce soit pour les caprinés, les bovidés ou les suidés, ces animaux présentent une grande variabilité génétique. Celle-ci suggère qu’ils provenaient de différents centres de domestication et/ou qu’ils se sont croisés avec leurs homologues sauvages (introgression).

Le sud-est de la Turquie (Çayönü, Nevalı Çori) ayant été un foyer de domestication aux 9e-8e millénaires, l’hypothèse d’un transfert d’animaux vers les populations mésolithiques du Sud Caucase est plausible. Un phénomène similaire d’acculturation a été récemment mis en évidence pour la néolithisation de l’Europe (Rivollat et al. 2020).

Conclusion

Le schéma de néolithisation qui se dessine dans le Caucase du Sud au début du 6e millénaire pourrait donc montrer une combinaison de groupes de chasseurs-cueilleurs locaux et de groupes néolithiques provenant d’Anatolie ou de Haute Mésopotamie, les migrants apportant leur expertise agricole et les chasseurs-cueilleurs leur connaissance de l’environnement local et de ses ressources. Étant donnée la présence d’un grand paléolac dans la moyenne vallée de l’Araxe, les cheminements ont pu contourner cette région en passant par le plateau de Sarıkamış (fig. 1), qui fut une source privilégiée d’obsidienne pour les premières populations habitant la partie orientale du bassin de la Kura (Mentesh, Göytepe) (Astruc et al. 2022).

Cette double ascendance des sociétés néolithiques du Caucase du Sud, faisant intervenir diverses communautés locales et migrantes, pourrait expliquer les continuités qui existent avec le Mésolithique (notamment l’absence de poterie dans les niveaux les plus anciens), mais aussi les différences ponctuelles dans l’architecture et la céramique. Ces spécificités locales sont secondaires par rapport aux nombreux points communs qui unissent les populations des moyennes vallées de l’Araxe et de la Kura (fig. 4-5), témoignant de leur appartenance à une même culture régionale (culture d’Aratashen-Shulaveri-Shomutepe).

Remerciements

Les fouilles d’Aknashen ont été menées dans le cadre de la collaboration entre l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan (Académie des Sciences d’Arménie) et la Mission Archéologique Caucase du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères.

Références

Akhundov Т. 2013. U Istokov Kavkazskoj Tsivilizatsii. Neolit Azerbajdzhana. Kniga 1. Shomutepe. [At the origins of the Caucasian civilization. The Neolithic of Azerbaijan. Book I. Shomutepe], Baku, Institute of Archaeology and Etnography.

Arimura M., Petrosyan A., Arakelyan D., Nahapetyan S., Gasparyan B. 2018. Preliminary report on the 2015 and 2017 field seasons at the Lernagog-1 site in Armenia, ARAMAZD. Armenian Journal of Near Eastern Studies (AJNES) XII/1, 1-18.

Astruc L., Guilbeau D., Gratuze B., Chataigner C., Barge O., Lyonnet B., Guliyev F. 2022. Procurement, least-cost path analysis and technological studies on obsidian assemblages from the Neolithic to the Early Bronze Age at Mentesh Tepe (Middle Kura Valley, Azerbaijan), ANES 58, 227-286.

Badalyan R., Chataigner C., Harutyunyan A. (eds) 2022. The Neolithic settlement of Aknashen (Ararat valley, Armenia): Excavation seasons 2004-2015. Oxford, Archaeopress Archaeology.

Badalyan R., Harutyunyan A. 2019. Site d’Aknashen-Khatunarkh (Arménie), in B. Perello (éd.), Mission Archéologique Caucase, Rapport scientifique 2019, Lyon, 70-95.

Golovanova L., Doronichev V. 2020. Environment, Culture and Subsistence of Humans in the Caucasus between 40,000 and 10,000 years ago, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing.

Jones E.R., Gonzalez-Fortes G., Connell S., Siska V., Eriksson A., Martiniano R., McLaughlin R.L., Gallego Llorente M., Cassidy L.M., Gamba C., Meshveliani T., Bar-Yosef O., Müller W., Belfer-Cohen A., Matskevich Z., Jakeli N., Higham T., Currat M., Lordkipanidze D., Hofreiter M., Manica A., Pinhasi R., Bradley D.G. 2015. Upper Palaeolithic genomes reveal deep roots of modern Eurasians, Nature Communications 6, 8912. DOI:10.1038/ncomms9912.

Nishiaki Y., Guliyev F. (eds) 2020. Göytepe. Neolithic Excavations in the Middle Kura Valley, Azerbaijan, Oxford, Archaeopress.

Nishiaki Y., Zeynalov A., Mansrov M., Guliyev F. 2022. Radiocarbon chronology of the Mesolithic-Neolithic sequence, at Damjili cave, Azerbaijan, Southern Caucasus, Radiocarbon. Disponible sur https://doi.org/10.1017/RDC.2022.12.

Rivollat M., Jeong C., Schiffels S., Kücükkalıpcı I., Pemonge M.-H., Rohrlach A.B., Alt K., Binder D., Friederich S., Ghesquière E., Gronenborn D., Laporte L., Lefranc P., Meller H., Réveillas H., Rosenstock E., Rottier S., Scarre C., Soler L., Wahl J., Krause J., Deguilloux M.-F., Haak W. 2020. Ancient genome-wide DNA from France highlights the complexity of interactions between Mesolithic hunter-gatherers and Neolithic farmers, Science Advances 6 [en ligne]. Disponible sur https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.aaz5344.

Skourtanioti E., Erdal Y., Frangipane M., Balossi Restelli F., Yener K.. Pinnock F., Matthiae P., Özbal R., Schoop U.-D., Guliyev F., Akhundov T., Lyonnet B., Hammer E., Nugent S., Promerová M., Neumann G., Penske S., Ingman T., Akar M., Krause J. 2020. Genomic History of Neolithic to Bronze Age Anatolia, Northern Levant, and Southern Caucasus, Cell 181, 1158-1175.

Wang X., Skourtanioti E., Pöllath N., Peters J., Schultz M., Roberts P., Krause J., Stockhammer P. 2021. Multiple isotopic and ADNA analyses of Nevali Çori shed light on a socio-section of ancient southeast Anatolia, in: EAA 2021 (Kiehl, 6-11 Sept.), Widening Horizons, Virtual Meeting, Abstract book, abstract #947.

Les auteurs

Christine Chataigner est archéologue, ingénieure de recherches au CNRS. Jusqu’en 2016, elle a été responsable de la Mission Archéologique Caucase du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères.

Ruben Badalyan est spécialiste des cultures du Néolithique et de l’Âge du Bronze du Caucase, ainsi que de l’exploitation de l’obsidienne. Il est responsable du Département de Préhistoire à l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan (Arménie).

Armine Harutyunyan est archéologue, spécialisée dans les domaines de la céramique et de l’architecture. Elle est chercheuse à l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan (Arménie).



Citer ce billet
Christine Chataigner, Ruben Badalyan et Armine Harutyunyan (2022, 1 avril). La Néolithisation du Sud Caucase d’après les fouilles d’Aknashen (Arménie). ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd1t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search