De l’interprétation des marqueurs de l’évolution paléoenvironnementale…

Le séminaire du 1er février de l’axe 1 du laboratoire Archéorient portait sur « les marqueurs de l’anthropisation » des espaces par les sociétés. C’est dans la foulée que nous présentons ici quelques réflexions sur la réelle difficulté d’interpréter ce que nous nommons « marqueurs » : formes, pollens, pollutions …(et tant d’autres !). Ces derniers sont à l’origine de bon nombre de propositions d’évolution environnementale : sous l’action exclusive des climats, sous celle des sociétés, ou (très souvent d’ailleurs, faute de certitudes absolues) sous la double combinaison des facteurs climatiques et anthropiques. L’exemple de l’érosion des sols et de l’accumulation sédimentaire holocène dans les fonds de vallées en est une bonne illustration. Pour autant, il n’est en général pas facile de trancher et il paraît nécessaire de le rappeler. Nous prendrons en exemples le problème de l’incision « récente » des rivières Yamé (affluent du Niger) et Falémé (affluent du Sénégal) et celui de l’interprétation de la potentielle action des hommes dans ces milieux à climat tropical à alternances saison sèche/saison pluvieuse (sahélien pour le Yamé, plus soudanien pour la Falémé dont le cours est alimenté par les pluies de zones méridionales davantage arrosées).

De nombreuses missions nous ont permis de bien cerner les formations sédimentaires de ces deux réseaux hydrographiques (fig. 1 ; Rasse et al., 2004, 2006, 2012 et 2020). Le Yamé, en pays Dogon, a enregistré une sédimentation de long terme caractérisée par la tendance à l’accumulation de 80 à 30 ka, ce qui n’exclut pas des hiatus de court terme, et donc des érosions, entre les différentes formations reconnues. Par contre, quasiment rien n’est identifié pour la période qui va de 30 ka au tout début de l’Holocène. Les conditions sont à peu près semblables pour les dépôts qui se mettent en place au pied de la « Falaise de Bandiagara » pour laquelle on retrouve également une sédimentation continue de 80 à 30 ka. La Falémé au Sénégal offre une tendance identique durant ce même laps de temps mais cette tendance à l’accumulation perdure jusque dans l’Holocène, au moins jusqu’à 9 ka, peut-être même plus tardivement jusqu’à 6-5 ka, les choses étant difficiles à affirmer pour des dépôts qui sont de moins en moins liés au débordement de la rivière et de plus en plus soumis aux remaniements superficiels des colluvions de glacis-terrasses.

Fig. 1 : Localisation des secteurs de recherche en Afrique de l’Ouest.

La tendance à l’accumulation de long terme, sur la période 80-30 ka pour la vallée du Yamé et pour la « Falaise de Bandiagara » et de 80 ka à l’Holocène pour la Falémé, est mise en relation avec la dernière période froide (donc sèche en Afrique continentale), avec les stades isotopiques 4, 3 et 2 durant lesquels la forte alimentation en particules fines éoliennes venues du Sahara est constante. Les dépôts du Pléistocène supérieur témoignent d’une dynamique hydrosédimentaire marquée par une forte alimentation en fines et un engorgement récurrent des vallées (Lespez et al., 2008, 2011). Pour le Yamé, les conditions étaient peu favorables à une exportation de ces fines hors du Plateau de Bandiagara et les dépôts s’accumulaient dans les points bas du relief, fossilisant les ravinements antérieurs. Pour la Falémé, rivière plus puissante, au cours sud-nord et alimentée par des pluies méridionales plus abondantes, les dépôts se faisaient dans la moyenne et basse vallée, à la faveur de la réduction de la pente longitudinale à la sortie du plateau gréseux guinéen.

L’incision importante et actuelle de ces deux cours d’eau est donc « récente ». Le Yamé s’incise brutalement dans les dépôts antérieurs dès les premières pluies du début de l’Holocène. C’est dans le chenal bien incisé de l’Holocène ancien qu’ont été découverts les plus vieux tessons de céramique d’Afrique datant d’avant 9400 cal BC (Huysecom et al., 2009). Tous les dépôts holocènes postérieurs s’inscrivent également dans cette dynamique d’incision de long terme, même si rares sont les périodes caractérisées par une absence totale de dépôt (Garnier, 2013). Pour la Falémé, les conditions stratigraphiques des échantillons datés (dans la tranche 9-5 ka) étant davantage sujettes à caution, on ne peut affirmer que l’incision commence dès le retour des pluies au début de l’Holocène, ni même durant l’OCH (Optimum Climatique Holocène). Les premiers « vrais » dépôts holocènes sont ceux des très haute, haute, basse et très basse terrasses qui s’inscrivent dans la vallée déjà incisée durant les trois derniers millénaires (à partir de 800 BC). Il y a donc un hiatus sédimentaire important de quelques milliers d’années entre grosso modo 3000 BC et 800 BC stricto sensu, entre 7000 et 800 BC lato sensu, lequel hiatus cale chronologiquement l’incision récente (de 10 m) que connaît le cours d’eau, expliquant ainsi l’érosion des formations antérieures.

La question est donc de savoir ce qui préside à cette incision. Les seules variations paléoclimatiques, l’impact anthropique sur les milieux ou la combinaison des deux causalités ? Il est pour l’instant plus difficile de répondre pour la Falémé. Les études paléoenvironnementales ont montré que les enregistrements sédimentaires de la moyenne vallée restituaient bien les variations paléoclimatiques pluri-millénaires, mais que les épisodes climatiques courts typiques de la variabilité du Quaternaire ne semblaient pas ressortir dans les archives (Davidoux, 2020). La formation Us (23-18 ka) du dernier maximum aride se caractérise entre autres par des événements torrentiels à décharges grossières qui témoignent d’une période d’aridification progressive que prouvent encore les phytolithes de graminées xérophiles. Le début de l’Holocène n’étant donc pas caractérisé par une incision brutale dans les sédiments pléistocènes dès la fin du Tardiglaciaire (comme dans le cas du Yamé), l’incision actuelle serait à mettre soit au compte de l’augmentation brutale des pluies durant l’OCH, soit, si l’on prend comme référence chronologique la fourchette courte 3000-800 BC des dates disponibles, l’Holocène récent post-OCH qui, on le sait, caractérise le début de l’installation des conditions climatiques actuelles du Sahara, lesquelles s’intensifient encore à partir du Ier millénaire BC (fig. 2). L’incision serait alors la réponse à l’aridification progressive des derniers millénaires BC, mais n’exclut pas pour autant un impact anthropique sur le bassin versant dont on ne sait hélas rien. Cette relation incision/tendance à l’aridification n’est pas nouvelle dans la littérature. Elle expliquerait par exemple l’incision généralisée que l’on observe dans la vallée du Yamé entre 2350 et 1700 cal BP (soit les 6 siècles centrés autour du 0 de notre calendrier), une plus forte augmentation des flux liquides pouvant être liée à un contexte de sécheresse et à l’action de crues éclair consécutives à un ruissellement diffus généralisé sur un bassin versant fragilisé (dans une période où l’impact des sociétés semble plus prégnante) et dénudé (Garnier et al., 2015).

Fig. 2 : L’intense dilacération des sédiments de la fin du Pléistocène et du début de l’Holocène des berges de la Falémé à Missira.

La différence d’évolution entre la vallée du Yamé et celle de la Falémé tiendrait donc finalement davantage de leur situation respective : en amont d’un réseau hydrographique à profil longitudinal relativement pentu pour le Yamé (davantage réactif aux moindres fluctuations climatiques), et à l’aval d’un bassin versant déjà étendu (sur plus de 500 km de trajet) et à profil longitudinal à faible pente pour la Falémé, moins sensible aux épisodes de plus courte durée.

Mais pour les cinq derniers millénaires, on est en droit de penser que l’impact des sociétés à pu avoir joué un rôle (agriculture, déforestation, feux de brousse, surpâturage, et impact des besoins de la métallurgie sur les boisements). Et là encore, on se retrouve face à la difficulté de l’interprétation des marqueurs (Rasse, 2010). Si pour la Falémé, il est impossible d’avoir des informations sur ces potentiels impacts, les archives sédimentaires du Yamé, extrêmement riches en cendres et charbons de bois et très bien datées, ont livré des informations sur la récurrence des feux dans l’environnement (fig. 3 ; Le Drezen,  2008, 2010). Les recherches ont montré que les feux devenaient réellement importants à partir de 3500 BC et surtout à partir de 2500 BC. Une situation donc nettement différente des périodes antérieures puisque l’on peut estimer que les feux sont rares durant l’Holocène ancien (grosso modo avant 6500 BC) et tendent à devenir plus réguliers dans la période de transition de l’Holocène moyen/récent (entre 5000 et 2500 BC). Cela tendrait donc à prouver que l’impact anthropique devient marqué sur les formations végétales à partir de 3500 BC, et très important à partir de 2500 BC, donc durant l’Holocène récent. La raréfaction des feux durant les deux derniers millénaires s’expliquerait par le fait que les agrosystèmes ayant été très transformés, en parcs agro-forestiers à espèces dominantes, l’intensification des pratiques agricoles ne pouvait aboutir qu’à leur diminution progressive, dans le temps et dans l’espace.

Fig. 3 : Les sédiments riches en particules cendreuses et charbonneuses de l’Holocène récent à Ounjougou (berges du Yamé).

Mais passé ce constat tiré du strict enregistrement sédimentaire, lié lui-même au fonctionnement du bassin versant, que dire en termes d’exploitation des milieux par les hommes ? La première des remarques tient à la raison même de ces faits : on ne sait pas pourquoi ces feux étaient allumés, et peut-être ne le saura-t-on jamais. Pour des raisons de défrichements et de mise en culture des terres ? On sait que la domestication des céréales (du Pennisetum glaucum) commence en Afrique de l’Ouest durant cette phase de l’Holocène récent, mais est-ce suffisant pour certifier localement que l‘objectif des feux était bien celui de mettre les terres en cultures ? Pour des raisons liées à l’élevage de troupeaux importants, comme on peut en voir sur les gravures et peintures rupestres du Néolithique saharien, élevage qui nécessite une ouverture des formations végétales et une repousse programmée du tapis graminéen ? Pour des raisons cynégétiques, en chasses plus ou moins collectives en des secteurs géographiques peu densément peuplés ? La phase d’enregistrement de feux importants dans la sédimentation du Yamé coïncide en effet avec une période où l’on a très peu de témoignages archéologiques d’occupation. Pour toutes ces raisons associées peu ou prou, dans des conditions de démographie peu pesante ? On le voit, beaucoup de questions ne trouvent pas réellement de réponses.

Au-delà de ce problème, quel crédit apporter à la « simple lecture » des enregistrements sédimentaires ? Puisque des feux sont avérés depuis l’Holocène ancien, comment expliquer l’apparente augmentation de leur fréquence à partir de 3500 BC et de 2500 BC et leur abondance jusqu’à la deuxième moitié du dernier millénaire BC ? S’il s’agit fort probablement de feux anthropiques (les feux naturels étant considérés comme beaucoup plus rares), s’agit-il concrètement de l’impact des sociétés qui ont recours à l’incendie plus qu’auparavant ou est-ce le bilan biomasse brulée / biomasse produite qui a été mieux enregistré pendant une période particulière ?   

Car que mesure-t-on ? S’il est incontestable que la présence de feux dans les paysages du plateau de Bandiagara est ainsi avérée depuis longtemps, leur augmentation dans la période considérée n’est peut-être qu’artificielle. Si l’on confronte les données acquises aux connaissances paléoclimatiques globales, on constate que les feux, rares dans la période de l’Holocène ancien  (avant  3500 BC), redeviennent beaucoup plus rares également dans la dernière partie du premier millénaire, soit à partir du IIIème siècle BC. L’augmentation des feux durant l’Holocène récent coïncide donc à peu près avec la période de transition entre les conditions pluviométriques très abondantes de l’Optimum Climatique Holocène(grosso modo entre 9500 et 3000 BC) et celles beaucoup plus austères des actuelles conditions pluviométriques. On pourrait donc y voir un effet du rapport conditions pluviométriques – activités anthropiques plutôt qu’une « simple » action de plus en plus forte des sociétés.

Durant l’Optimum Climatique Holocène, les conditions étaient favorables à l’épanouissement de formations végétales denses, arrosées plus abondamment et plus longtemps durant l’année. L’impact des feux anthropiques ne pouvait donc qu’être plus limité dans le temps et dans l’espace et l’enregistrement sédimentaire des particules charbonneuses plus difficile. Les conditions étaient favorables à la dégradation rapide des particules charbonneuses, non seulement parce qu’elles étaient globalement plus humides toute l’année, mais également parce que l’on peut penser que la marque de la saison sèche était moins évidente, en termes d’enregistrements sédimentaires, compte tenu de sa durée plus courte.

Après la période de l’Holocène Récent et durant les deux derniers millénaires AD, l’impact des feux apparaît aussi moins prégnant. Mais pourquoi, alors que tout laisse supposer un poids démographique a priori plus important qu’auparavant, avec les populations pré-dogon et dogon qui utilisent dorénavant la métallurgie du fer, laquelle a nécessairement eu un impact sur les formations végétales ? Est-ce parce que la végétation était déjà devenue largement secondaire et que l’allure agro-forestière qu’on leur connaît aujourd’hui était déjà dessinée (même si différente de l’actuelle, au moins par les espèces choisies) ?  Ou est-ce le reflet d’une moindre production annuelle de la biomasse, en grande partie explicable par la réduction des précipitations ? Les quelques feux enregistrés dans les sédiments de la période 500-1500 AD ne seraient-ils alors que les signaux de quelques années plus propices à une bonne fossilisation, c’est-à-dire les années caractérisées par une saison sèche prononcée faisant suite à un hivernage bien arrosé ?

Donc pour la période de l’Holocène récent durant laquelle les feux paraissent « nombreux et réguliers », et même si tout laisse à penser que le poids des sociétés s’accentue, au moins à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest, les trois éléments : 1) production de biomasse, 2) durée de la saison sèche  et 3) impact de l’Homme ont peut-être donc favorisé une forte production de particules charbonneuses qui ont été conservées dans les mares temporaires de la vallée du Yamé, davantage parce que les conditions de sédimentation étaient parfaitement réunies que parce que la pression anthropique s’accentuait (un peu à l’image de ce qui est envisagé pour l’enregistrement des feux du Paléolithique supérieur en Europe qui doivent relever davantage des conditions de fossilisation que de l’impact réel des hommes). Pour la Falémé, ne disposant pas de la même qualité d’enregistrement sédimentaire de l’impact possible des sociétés sur son bassin versant durant l’Holocène, il est pour l’instant hors de question de formuler une quelconque réponse.

On le voit, finalement beaucoup d’interrogations qui rendent possibles des lectures d’une même forme (l’incision récente) ou d’une même évidence sédimentaire (les particules cendreuses et charbonneuses) et qui ne peuvent qu’inciter à être prudents, en attendant d’autres informations tirées d’enregistrements sédimentaires et archéologiques différents et, peut-être, moins sujets à caution. Ces exemples ne sont évidemment pas isolés. Les controverses nombreuses sur les lectures possibles d’une même réalité font couler beaucoup d’encre, alimentent les oppositions entre chercheurs et jettent même parfois le discrédit sur une recherche qui, coûte que coûte, veut apporter des réponses. Les exemples sont nombreux dans les études paléoenvironnementales et dans le rôle que l’on attribue aux hommes et/ou aux conditions climatiques et il n’y a pas lieu ici de les énumérer.

Retenons simplement l’extrême prudence nécessaire à l’interprétation de nos « marqueurs » de l’anthropisation !

Bibliographie

Davidoux S. 2020. La Falémé au cours du Quaternaire récent. Analyse paléoenvironnementale d’un espace soudanien riche en vestiges archéologiques en Afrique de l’Ouest. Thèse Paris-Est-Créteil. 366 p.

Garnier A. 2013. La dynamique d’un système fluvial et de ses zones humides associées au cours de l’Holocène : approches géomorphologique et biogéographique – L’exemple du Yamé au Mali. Thèse de l’Université de Caen Basse-Normandie, 464 p.

Garnier A., Lespez L., Ozainne S., Ballouche A., Mayor A., Le Drezen Y., Rasse M. et Huysecom E. 2015. L’incision généralisée de la vallée du Yamé (Mali) entre 2400 et 1700 cal. BP : quelle signification paléoenvironnementale et archéologique. Quaternaire 26, 1, 49-65.

Huysecom E., Rasse M., Lespez L., Neumann K., Fahmy A., Ballouche A., Ozainne S., Maggetti M., Tribolo Ch. et Soriano S. 2009. The emergence of pottery in Africa during the 10th millennium cal BC: new evidence from Ounjougou (Mali). Antiquity, 83, 322, 905-917.

Le Drezen Y. 2008. Dynamiques des paysages de la vallée du Yamé depuis 4 000 ans : Contribution à la compréhension d’un géosystème soudano-sahélien (Ounjougou, Pays dogon, Mali). Thèse Université de Caen. 250 p.

Le Drézen Y., Lespez L., Rasse M., Garnier A., Coutard S., Huysecom E. et Ballouche A. 2010. Hydrosedimentary records and Holocene environmental dynamics in the Yamé Valley (Mali, Sudano-Sahelian West Africa). C. R. Geoscience, 342, 244-252.

Lespez L., Rasse M., Le Drezen Y., Tribolo Ch., Huysecom E. et Ballouche A. 2008. Signal climatique et hydrosystèmes continentaux entre 50 et 4 ka en Afrique de l’Ouest : l’exemple de la vallée du Yamé (Pays dogon, Mali). Géomorphologie, Relief, Processus, Environnement, 3, p. 169-186.

Lespez L., Le Drézen Y., Garnier A., Rasse M., Eichhorn B., Ozainne S., Ballouche A., Neumann K. et Huysecom E. 2011. High-resolution fluvial records of Holocene environmental changes in the Sahel : the Yamé River at Ounjougou (Mali, West Africa). Quaternary Science Reviews, 30, 737-756.

Rasse M., Soriano S. Tribolo Ch., Stokes S. et Huysecom E. 2004. La séquence pléistocène supérieur d’Ounjougou (Pays Dogon, Mali) : évolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et changements culturels. Quaternaire, 15, 4, p.  329-341.

Rasse M., Ballouche A., Huysecom E., Tribolo Ch., Ozainne S., Le Drezen Y., Stokes S. et Neumann K. 2006. Evolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et dynamiques paléoenvironnementales holocènes à Ounjougou (Plateau dogon, Mali, Afrique de l’Ouest). Quaternaire, 17, 1, p. 61-74

Rasse M. 2010. Espaces et Temps des premières sociétés. Pour une approche des sociétés de la préhistoire par l’espace. Volume inédit d’Habilitation à Diriger des Recherches. Université de Rouen. 225 p.

Rasse M, Tribolo C., Soriano S., Huysecom E. 2012. Premières données chronostratigraphiques sur les formations pléistocènes de la « falaise » de Bandiagara (Mali, Afrique de l’Ouest). Quaternaire, 23, 1, 5-23.

Rasse M., Lespez L., Lebrun B., Tribolo Ch., Chevrier B., Douze K., Garnier A., Davidoux S., Hadjas I. , Ollier C., Camara A., Ndiaye M. et Huysecom E. 2020. Synthèse morpho-sédimentaire et occurences archéologiques dans la vallée de la Falémé (de 80 à 5 ka ; Sénégal oriental) : mise en évidence d’une permanence des occupations à la transition Pléistocène-Holocène. Quaternaire, 31, 1, 71-88

Les rapports annuels des missions archéologiques « Ounjougou-Yamé » et « Falémé » sont publiés dans le cadre du rapport annuel de la SLSA: http://www.slsa.ch/publications/

L’auteur

Michel Rasse est Professeur de Géographie à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de  l’UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Michel Rasse. De l’interprétation des marqueurs de l’évolution paléoenvironnementale…, ArchéOrient - Le Blog, 11 mars 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/17709

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.