Chalcis / Qinnasrin (Syrie). De l’âge du Bronze à l’époque mamelouke

Les travaux de la mission archéologique syro-française de Qinnasrin viennent d’être publiés chez MOM Éditions, simultanément sur papier et en accès libre sur OpenEdition (fig. 1). L’ouvrage dresse un état des lieux et une synthèse des sources textuelles et archéologiques. Il présente la documentation constituée par la prospection pédestre et géophysique, les premières fouilles archéologiques jamais menées sur le site, l’inventaire des blocs architecturaux et la collecte de matériel. Plusieurs découvertes permettent de rendre compte de l’importance acquise par la ville, tant à l’âge du Bronze qu’aux époques grecque, romaine ou islamique. Pour la première fois, un scénario de l’évolution morphologique de la ville et de ses transformations a pu être proposé.

fig. 1 : couverture de l’ouvrage

Situé à environ 25 km au sud-ouest d’Alep, en partie recouvert par le village moderne d’al-‘Iss, le site de Chalcis / Qinnasrin s’étend contre les derniers contreforts orientaux du massif Calcaire de Syrie du Nord. Le sommet de la montagne qui le domine (le Jabal al-‘Iss) offre le meilleur panorama de la région, à la fois sur les terres cultivées de l’ouest et sur la steppe au sud-est

Premiers travaux sur le site

La recherche archéologique à Chalcis / Qinnasrin débute dès le xviiie s. Le site est visité par plusieurs voyageurs et savants qui se sont avant tout concentrés sur deux inscriptions grecques, dont l’une encore en place sur la porte ouest de la ville antique, qui mentionnent la restauration des remparts sous le règne de Justinien en 550/551 (Feissel 2009, fig. 2). Certains d’entre eux mentionnent la muraille de la ville, en partie conservée et pourvue de tours carrées, avec une acropole dans sa partie sud. Une première description détaillée du site est produite par Léonce Brossé pour le compte du Service des Antiquités, en 1919. Elle s’accompagne d’un croquis réalisé de mémoire après la visite et du plan d’un hypogée funéraire (Monceaux Brossé 1925).

fig. 2 : inscription en grec, en place sur l’une des portes de la ville antique (mission Qinnasrin).

Entre 1941 et 1943, Jean Lauffray, accompagné d’Antoine Poidebard, effectue plusieurs missions afin de dresser le plan du site, publié avec une courte note (Mouterde et Poidebard 1945, fig. 3). En 1982, Jean-Pascal Fourdrin et Denis Feissel entreprennent l’étude architecturale et épigraphique de la porte ouest de la ville antique (Fourdrin 1994). En 1998, une équipe internationale dirigée par Marianne Barrucand, Donald Whitcomb et Claus-Peter Haase réalise une prospection à al-‘Iss, sur 6 secteurs « dans les champs avoisinant la zone du tell de Qinnasrin » alors qu’elle débute les travaux sur le site voisin d’al-Hadir.

fig. 3 : plan de Chalcis/Qinnasrin par J. Lauffray (Mouterde et Poidebard 1945, vol. II, pl. I)
Les travaux de la mission syro-française

La mission archéologique syro-française à Qinnasrin / al-‘Iss a débuté en 2008 ; il s’agissait d’une première phase de recherches basées avant tout sur des prospections, visant à définir l’évolution topographique de la ville sur la longue durée. Ces travaux, alors considérés comme préliminaires à la fouille, ont été effectués en 2008, 2009 et 2010 par une équipe rassemblant des archéologues, spécialistes et étudiants syriens et européens (fig. 4). Parallèlement aux études de surface, trois secteurs de fouille ont été ouverts, afin d’évaluer le potentiel archéologique pour l’étude d’un quartier artisanal (sondage A), des résidences hors les murs au début de l’époque islamique (sondage B) et de la fortification qui domine la ville (sondage C).

fig. 4 : une partie de l’équipe en 2010 (mission Qinnasrin).

Les travaux « de surface » réalisés à al-‘Iss sont de plusieurs types. Un plan topographique précis de l’ensemble du site a été dressé, intégrant les éléments de la voirie et des constructions actuelles (fig. 5). Une prospection pédestre a été conduite en fonction des éléments topographiques : chaque relief, chaque secteur d’aspect particulier a été visité, décrit, photographié et a fait l’objet d’un ramassage de matériel céramique et, le cas échéant, d’objets et monnaies. Un inventaire des blocs architecturaux conservés dans le village a été réalisé ; toutes les maisons qui pouvaient l’être ont été visitées, les blocs antiques qu’elles contenaient décrits et photographiés. Une prospection géophysique a été menée sur les secteurs qui s’y prêtaient, c’est-à-dire avec une pente limitée, déterminés en fonction des observations de surface. Au total, une surface de 44,2 ha a été prospectée (8 ha sur le sommet du tell, 22,2 ha dans le « secteur nord » du site et 13,5 ha sur le sommet de la montagne). Lorsque cela était possible, un suivi des activités de construction dans le village actuel a été conduit, avec nettoyage, relevé et description des vestiges présents dans les tranchées ; ce suivi a conduit à des découvertes décisives pour la compréhension du site. Enfin, en 2010, une expertise des carrières antiques – particulièrement bien conservées – et des pierres utilisées sur le site a été réalisée.

fig. 5 : plan général du site (M.-C. Bosert, B. Depeux, D. Laisney, M. Rochette, M.-O. Rousset).
Principaux résultats

Les résultats des prospections, confrontés à ceux de l’analyse des textes et du matériel archéologique, ont permis de dessiner les contours du site de Qinnasrin et de cerner les grandes lignes de son évolution morphologique. Le site, bien plus vaste qu’on ne l’imaginait avant ces travaux, s’étale sur plus de 2,7 km du nord au sud par 1,7 km d’est en ouest. La synthèse de l’ensemble des données met en valeur l’importance du site aux différentes périodes de son histoire.

La période la plus ancienne attestée archéologiquement est celle de la transition entre l’âge du Bronze ancien et l’âge du Bronze moyen. Elle correspond à l’établissement d’une vaste nécropole, sur le sommet et les pentes du Jabal al-‘Iss et de petites implantations d’habitat au bord de la rivière.

L’âge du Bronze moyen pourrait avoir vu l’édification d’une première fortification sur le sommet de la montagne et la construction, à l’intérieur, de bâtiments. Sur cet emplacement stratégique majeur, s’élevait une forteresse d’une surface d’environ 35 ha, édifiée en brique crue, renforcée par des massifs en moellons calibrés dans un liant de terre. À l’intérieur, la prospection magnétique a mis en évidence plusieurs bâtiments bien distincts les uns des autres dont l’un se distingue nettement, au centre de la fortification, sur le point culminant. Il semble que Qinnasrin, à mi-chemin entre Alep et Ebla, s’intègre parfaitement dans le réseau de défense de l’âge du Bronze moyen (1850-1600 av. J.-C.), observé par la mission de prospection des Marges arides à la lisière orientale du Jabal al-‘Ala. Malheureusement, les sondages prévus à cet emplacement en 2011 n’ont jamais pu avoir lieu et le terrain a depuis été bouleversé par des aménagements au bulldozer réalisés lors de la guerre en 2015…

L’agglomération de Qinnasrin à l’âge du Fer devait être considérée comme importante car elle est mentionnée dans une inscription commémorative de Tiglat Pileser III qui relate les expéditions qu’il a effectuées en Syrie entre 745 et 727 av. J.-C. Nous n’avons découvert nulle part sur le site de céramique pouvant se rapporter à cette période mais l’agglomération de cette époque pourrait correspondre à une phase ancienne du tell masquée par les niveaux postérieurs.

Le nom même de Chalcis sous-entend une fondation grecque. Cependant, la thèse de la fondation de la ville par Séleucos ier (358-281 av. J.-C.) n’a pas été confirmée par le matériel céramique découvert qui n’est pas plus ancien que le iie s. av. J.-C. L’occupation est alors essentiellement localisée sur le tell et au sud-ouest de celui-ci ; elle correspond à l’édification d’une forteresse sur le tell préexistant, avec la construction probable d’un glacis et, au sommet, d’un mur renforcé de tours et muni d’une entrée au sud-ouest (fig. 6a).

fig. 6 : proposition d’évolution du plan de la ville de Chalcis / Qinnasrin entre la fin de l’époque hellénistique et l’époque médiévale (M.-O. Rousset).

D’après l’analyse des sources romaines, c’est bien en Syrie du Nord qu’il faut situer le royaume de Chalcis, attesté au moins à partir de 41 ap. J.-C. et jusqu’à 75 ap. J.-C., et non au Liban. La production de monnaies au nom de Flavia Chalcis s’y poursuit jusqu’en 169. Une inscription découverte en 2009 suggère que Chalcis semble avoir eu le statut de colonie romaine dans la première moitié du iiie s. ap. J.-C. Les éléments de compréhension de la structure urbaine à l’époque romaine reflètent également l’importance de la ville. Son plan correspondrait à un rectangle légèrement déformé, d’environ 1320 m par 1200 m, avec les angles nord et ouest tronqués, percé de 8 portes (fig. 6b). Elle est bordée, au nord-ouest, par une vaste zone de carrières et de tombes dont certaines rupestres, avec des décors sculptés (fig. 7). Du point de vue de sa morphologie et de sa surface (145 ha), Chalcis serait relativement proche de Beroia/Alep.

fig. 7 : relief d’une tombe rupestre (mission Qinnasrin).

À l’époque byzantine, Chalcis revêt une importance stratégique majeure dans le système de défense de la Syrie. Mais plusieurs récits hagiographiques indiquent qu’elle est également un centre d’hellénisme traditionnel. Les observations sur le terrain ont permis de compléter et d’interpréter le plan tel qu’il avait été relevé par Jean Lauffray, avec l’identification de fossés, des grands axes de la voirie, d’églises et monastères, de zones artisanales, résidentielles et funéraires. Si les remparts reconstruits au milieu du vie s. enserrent une surface réduite de moitié (à 78 ha), des faubourgs extérieurs se développent et la ville atteint alors son extension maximale (fig. 6c).

Il ne semble pas y avoir eu de changement radical de la morphologie de la ville à partir de la conquête musulmane. Les églises et nécropoles chrétiennes continuent d’être utilisées jusqu’à la fin du viiie s. (fig. 6d). Les nouveaux maîtres de la ville installent le siège de leur pouvoir militaire sur une position fortifiée en haut de la montagne, reposant sur la fortification du 2e millénaire et dominant l’agglomération qui se déplace vers le nord (fig. 6e). La totalité de la ville est abandonnée vers le milieu du xe s. Seul son tell fortifié est encore habité jusqu’au xiiie s. et la fonction de Qinnasrin apparaît essentiellement militaire ; des nécropoles s’installent dans les ruines des quartiers Nord de la ville (fig. 6f). Devenue une carrière de pierre fournissant les matériaux de construction de l’Alep médiévale, elle n’est plus alors qu’une étape routière et un lieu de campement pour les nomades.

Le conflit récent en Syrie n’a hélas pas épargné la petite ville d’al-‘Iss, toujours carrefour stratégique, et ses habitants. Leur histoire reste à écrire.

Remerciements

La mission Qinnasrin a été co-dirigée successivement par As‘ad al-Youssef et par Youssef Kanjou (Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie, Alep) et moi-même. Le travail s’est effectué en collaboration avec la DGAMS et le Département des Antiquités / Musée archéologique d’Alep. Les campagnes de terrain et la publication ont été financées principalement par la Commission consultative des recherches archéologiques du Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères et par la Fondation Max van Berchem, le CNRS (équipe « Islam médiéval » – UMR Orient & Méditerranée et Archéorient), l’INRAP et la DGAMS.

Bibliographie

Feissel D. 2009. « 16. Construction des remparts de Chalcis sous Justinien », in J.‐B. Yon, P.‐L. Gatier (éd.), Choix d’inscriptions grecques et latines de la Syrie, Guide archéologique 6, Beyrouth, IFPO, p. 85‐86.

Monceaux P. et Brossé L. 1925. « Chalcis ad Belum. Notes sur l’histoire et les ruines de la ville », Syria 6, p. 339‐350.

Mouterde R. et Poidebard A. 1945. Le Limes de Chalcis. Organisation de la steppe en haute Syrie romaine, BAH 38, Paris, Geuthner.

Fourdrin J.‐P. 1994. « Une porte urbaine construite à Chalcis de Syrie par Isidore de Milet Le Jeune (550‐551) », Travaux et Mémoires 12, p. 299‐307.

L’auteur

Marie-Odile Rousset est archéologue, chargée de recherche CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. Elle travaille sur le peuplement diachronique des Marges arides depuis une vingtaine d’années. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.



Citer ce billet
Marie-Odile Rousset (2022, 4 mars). Chalcis / Qinnasrin (Syrie). De l’âge du Bronze à l’époque mamelouke. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd1p

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search