Regards croisés sur deux sites Kura-Araxe arméniens

En 2019, la Mission Archéologique Caucase a initié un nouveau projet de recherche sur la culture Kura-Araxe en Arménie (3500/3350 –2600/2500 av. n. è., Bronze ancien).

Les chercheurs s’accordent aujourd’hui sur le fait que cette culture recouvre une mosaïque de communautés interactives partageant, malgré quelques différences, un grand nombre de traits communs. Durant les dernières décennies, elle a fait l’objet de nombreuses fouilles et publications. Cependant, la recherche sur la culture Kura-Araxe a souffert d’une fragmentation liée à sa zone d’expansion extrêmement large recouvrant des pays aux relations diplomatiques souvent conflictuelles.

En Arménie, la première étude de la culture Kura-Araxe remonte aux fouilles de E. Bayburtyan sur le site de Shengavit en 1936-1938 et, à ce jour, plus de 220 sites sont recensés en Arménie ; plusieurs d’entre eux ont été fouillés, mais peu sont publiés. Les grandes lignes du développement de cette culture sont aujourd’hui tracées, avec un cadre chronologique bien établi, mais la définition des faciès régionaux reste rudimentaire, et l’émergence, l’expansion puis la disparition de cette culture demeurent encore largement débattues. Ces différents constats nous ont convaincus (Ruben Badalyan, Levon Aghikyan et moi-même), d’initier ce projet dans le cadre du nouveau quadriennal de la Mission Archéologique Caucase (Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères, Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan de l’Académie des Sciences d’Arménie).

Définition des faciès culturels régionaux Kura-Araxe en Arménie

L’enjeu de notre projet est de définir les faciès culturels de deux régions d’Arménie : le Tavush dans le nord-est et l’Ararat dans le sud-ouest, grâce aux fouilles des sites d’Haghartsin et de Voskeblur (fig. 1). Ces fouilles simultanées nous offrent l’opportunité d’une analyse croisée des données de deux sites contemporains (KA II) placés dans des régions écologiques et à des carrefours de communication différents : le bassin de la Kura pour Haghartsin et la plaine de l’Ararat pour Voskeblur.

Fig. 1 : Carte de l’Arménie et des terrains mentionnés (B. Perello)

Sur chacun des sites, les enjeux sont :

  • d’établir un phasage chronologique détaillé reposant sur des datations absolues ;
  • de préciser les formes et techniques architecturales,
  • de documenter la culture matérielle,
  • et de caractériser les pratiques alimentaires des communautés.

A terme, la mise en évidence de composantes régionales enrichira notre réflexion sur les développements culturels, sociaux et économiques de la période Kura-Araxe et sur les modalités de son expansion et de sa disparition vers 2600 av. n.è.

Hagharstin dans la région du Tavush

Le site d’Haghartsin (40°47’32.76’’N ; 44°57’10.78’’E) a été découvert lors des prospections effectuées en 2019 dans la région du Tavush (nord-est de l’Arménie) dans le cadre du Tavush Archaeological Project.

Haghartsin est installé sur un vaste promontoire à 1350 m d’altitude, largement ouvert au sud sur la vallée de l’Aghstev, un affluent de la Kura. Une petite éminence naturelle d’environ 400m2 marque la limite orientale du plateau. Les deux campagnes de fouilles conduites en 2019 et 2021 ont permis de confirmer l’existence d’un site mono-période (excepté quelques tessons médiévaux), daté de la seconde phase du Kura-Araxe (KA II, 2900-2500 av. n. è.) (Badalyan 2014). Nos efforts se sont concentrés pour l’instant sur l’éminence (fig. 2), où treize sondages ont livré des aménagements en pierres sèches (bases de murs) et des structures en creux (silos et fosses-dépotoirs).

Fig. 2 : Haghartsin : relevé au drone et vue aérienne des sondages effectués en 2021 depuis le sud (A. Mkrtchyan).

Dans les sondages, la conservation de l’architecture est assez décevante, en revanche l’assemblage céramique est remarquable. Il appartient au faciès typologique Ayrum-Teghut, mal daté jusqu’alors, propre au nord-est arménien.

La prochaine campagne verra l’ouverture de plusieurs secteurs sur le promontoire, afin de mieux cerner la morphologie et l’extension de l’habitat.

Voskeblur dans la plaine de l’Ararat

Le site de Voskeblur (“la colline dorée”, en Arménien) (40°47’43.8″ N, 44°57’13.6″ E) a fait l’objet d’une courte fouille en 1975-1976 par E. Khanzadyan. Aucun résultat n’a été publié mais quelques photographies de l’époque (fig. 3) révèlent la présence d’une épaisse couche culturelle Kura-Araxe, constituée de plusieurs niveaux exceptionnellement bien conservés d’architecture en brique crue.

Fig. 3 : Photographie d’archive du site de Voskeblur durant les fouilles de E. Khanzadyan (courtoisie R. Badalyan).

Ces photographies prometteuses, la richesse du ramassage de surface et la position stratégique du site dans la plaine de l’Ararat, faisaient de Voskeblur un site à très fort potentiel. C’est la raison pour laquelle nous y avons entrepris une nouvelle fouille à partir de l’automne 2020.

Voskeblur est localisé à 22 km au Sud-Ouest d’Erevan, dans une dépression fluvio-lacustre asséchée, en rive droite du cours inférieur de la rivière Hrazdan, un affluent de l’Araxe. La colline artificielle (blur) de 2,5 hectares environ est de forme grossièrement ovale (235 m par 150 m), orientée nord-ouest/sud-est (fig. 4). Elle s’élève à 2,5 m au-dessus de la plaine environnante. Le flanc occidental de la colline est impropre à la fouille et a été endommagé par le creusement d’un fossé de drainage. Malgré ce fossé et les perturbations liées à la fouille des années 70, Voskeblur est aujourd’hui l’un des sites Kura-Araxe les plus grands et les mieux préservés d’Arménie.

Fig. 4 : Voskeblur, photographie au drone des différents secteurs de fouilles (2021, A. Mkrtchyan)

Les deux premières campagnes (2020 et 2021) avaient pour objectifs de vérifier la puissance stratigraphique du site, les niveaux représentés et leur degré de conservation.

Un sondage stratigraphique (A) a été réalisé à la périphérie sud-ouest de la colline pour déterminer les phases d’occupation. Ce sondage qui a atteint le sol vierge a permis de mettre en évidence une puissance stratigraphique de près de 5 m d’épaisseur, composée d’un niveau supérieur daté du Moyen-Âge tardif et de l’époque moderne et un niveau inférieur appartenant au Bronze ancien (période KA II).

Un second sondage (B) a été ouvert à la lisière occidentale du site, suite à la découverte d’une large portion de mur en briques crues mis au jour par un terrier de renard.

Quatre secteurs (Tr. 1, 2, 3, 4) de 10 x 10 m ont été ouvertes, dans la partie nord de la colline pour étudier l’organisation de l’habitat du Bronze Ancien (fig. 5). Ils ont confirmé la présence d’une succession d’occupations Kura-Araxe caractérisées par d’impressionnants vestiges architecturaux circulaires et quadrangulaires en briques, dont on ne perçoit pas encore pleinement l’agencement à ce stade de la fouille.

Fig. 5 : Vokeblur : vue aérienne des secteurs 1 à 4 (A. Mkrtchyan)

Les résultats des deux premières campagnes sont extrêmement encourageants. Ils confirment l’importance des niveaux KA II et l’appartenance du matériel à un faciès régional singulier, mêlant des éléments des complexes Shresh-Mokhrablur et Karnut-Shengavit (Badalyan 2014 : 72-76, fig. 3).

Organisation du colloque international : “The end of the Kura-Araxes phenomenon and the EB/MB transition in the South Caucasus: the chrono-cultural aspect”

Nos recherches sur le terrain s‘articulant autour de  la seconde phase de la culture Kura-Araxe (2900-2500 av. n.è.), Ruben Badalyan et moi-même avons décidé d’organiser un colloque sur la fin de la période Kura-Araxe. Parmi la liste des questions cruciales associées à cette culture, celle de sa disparition reste l’une des plus débattues. La transition Bronze ancien / Bronze moyen coïncide avec l’abandon d’une majorité de sites et l’adoption de ce qui semble être un mode de vie plus mobile, principalement illustré par des complexes funéraires richement dotés, témoignant d’inégalités croissantes.

Fig. 6 :  Affiche du colloque

Les enjeux majeurs de ce colloque étaient :

  •  d’étudier les processus culturels, sociaux, économiques et les phénomènes environnementaux dans le Caucase du Sud et les régions voisines entre 2900 et 2000 av. n. è. ;
  •  de rechercher une meilleure définition des variantes locales dans les différentes zones de diffusion du KAII ;
  •  de contribuer à l’établissement d’une chronologie absolue des événements qui ont conduit à la transition entre culture Kura-Araxe et Bronze moyen.

Des travaux récents menés en Arménie, Géorgie, Azerbaïdjan et Iran ont créé les conditions préalables nécessaires, sinon à la résolution, du moins à la discussion de ces questions passionnantes.

Ce colloque s’est tenu les 2 et 3 décembre dernier par visioconférence (fig. 6). Il était organisé conjointement par le CNRS (UMR 5133, Archéorient) et l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan avec le soutien financier de l’Établissement Public Interdépartemental Yvelines/Hauts de Seine (Tavush Archaeological Project – MAC). L’ensemble des interventions ont été déposées en ligne sur Youtube.

La conférence s’est tenue sous l’égide des ateliers de recherche internationaux de l’ARWA (International Association for Archaeological Research in Western & Central Asia), et à ce titre, les Actes seront publiés dans un volume dédié de la collection Araxes (Brepols). L’objectif est de proposer une synthèse actualisée et une description plus nuancée des changements et des continuités entre Bronze ancien et Bronze moyen, grâce à la réévaluation des données antérieures, à la compilation de nouvelles datations 14C, de données stratigraphiques inédites et d’observations typologiques récentes.

Références

Badalyan, R. 2014. New data on the periodization and chronology of the Kura-Araxes culture in Armenia, C. Chataigner and G. Palumbi (eds.). Paléorient 40 (2014), 71–92.

Chataigner, C. and Palumbi, G. 2014. The Kura-Araxes Culture from the Caucasus to Iran, Anatolia and the Levant: Between unity and diversity. A synthesis.

Perello, B. 2020, Premiers résultats du “Tavush Archaeological Project”, ArchéOrient – Le Blog, 10 avril 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14861

Perello B., Aghikyan L., Badalyan R., Azatyan K., Van den Bossche B, 2021, Preliminary Results of the 2018 – 2019 Tavush Archaeological Project, in P. Avetisyan, A. Bobokhyan (eds.) Archaeology of Armenia In Regional Context.  Proceedings of the International Conference dedicated to the 60th Anniversary of the Institute of Archaeology and Ethnography held on July 9-11, 2019 in Yerevan, 154-168.

Remerciements

Ces recherches sont conduites sous les auspices du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, ainsi que de l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan de l’Académie des Sciences d’Arménie. Les recherches dans le Tavush recoivent également le soutien tout particulier de l’Établissement Public Interdépartemental Yvelines/Hauts-de-Seine.

Un remerciement tout particulier à mes deux co-directeurs de l’Institut d’Archéologie et d’Ethnographie d’Erevan, Ruben Badalyan (site de Voskeblur) et Levon Aghikyan (site d’Hagartsin) pour l’émulation scientifique, pour l’accueil amical et généreux, pour leur soutien sans faille même durant cette période difficile de la pandémie.

L’auteur

Bérengère Perello est Chargée de Recherche au CNRS. Elle est membre du laboratoire Archéorient UMR 5133 (CNRS/Lyon 2), Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Archéologue, spécialiste de la Turquie et du Caucase protohistoriques, elle est responsable de la Mission Archéologique Caucase du MEAE.



Citer ce billet
Bérengère Perello (2022, 25 février). Regards croisés sur deux sites Kura-Araxe arméniens. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd1o

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search