Humaines ou animales ? Des figurines ambiguës à Tell Aswad

Fig. 1 Plan topographique de Tell Aswad.

Fig. 1 Plan topographique de Tell Aswad.

Le site archéologique de Tell Aswad se trouve à 30 km à l’est de Damas, à l’extrémité orientale du village de Jdeidet el Khâss (fig. 1). Il a fait l’objet de deux campagnes de sondage (1971 et 1972) sous la direction de H. de Contenson. En 2001, la fouille a été reprise par une mission franco-syrienne sous la direction de D. Stordeuret B. Jammous et s’est achevée en 2006. La stratigraphie établie par D. Stordeur a montré une occupation continue pendant une durée de plus d’un millénaire : environ de 9300 à 8300 BP non calibré, ou 8600 à 7400 Cal BC. Les niveaux sont regroupés en trois phases : la phase ancienne correspond à la fin de l’horizon du Néolithique pré-céramique B ancien ou PPNB ancien, la phase moyenne couvre le PPNB moyen et la phase récente pourrait se situer à la jonction entre PPNB moyen et récent (Stordeur et al. 2010).

Les objets en terre sont très nombreux dans le site puisqu’on en dénombre plus de 2000. J’ai étudié ces objets dans le cadre de ma thèse de doctorat (Ayobi-Arrok 2013). Ils sont regroupés dans les grandes catégories suivantes : les représentations humaines (pions et figurines assises), les représentations animales, les objets géométriques et les récipients (fig. 2). En dehors de ces catégories, deux figurines exceptionnelles ont été trouvées sur le site et peuvent être qualifiées de figurines ambiguës.

Fig. 2 Les objets en terre par catégorie et par période, Tell Aswad.

Fig. 2 Les objets en terre par catégorie et par période, Tell Aswad.

Ce type de représentation est quasiment absent sur la plupart des autres sites. Les exemplaires que nous connaissons sont très peu nombreux. Une de ces figurines, datée du PPNA, a été trouvée sur le site de Tell ‘Abr3 au Levant nord (fig. 3) (Yartah 2010). Elle est d’une forme très simple, suggérant une figurine animale ou humaine. Non loin de Tell ‘Abr3, un exemplaire d’une représentation spéciale provient du site de Mureybet (phase IIIA) (Cauvin  1978). Il s’agit soit d’une tête humaine, soit d’une tête de rapace (fig. 4). Cette figurine, fabriquée en calcaire tendre, a été considérée, après de longues discussions et sur une suggestion de Lionel Gourichon, comme une représentation ambiguë « évoquant à la fois l’humain et le rapace » (Stordeur et Lebreton 2008).

Fig. 3 Figurine en terre, Tell ‘Abr3 (Yartah 2010).

Fig. 3 Figurine en terre, Tell ‘Abr3 (Yartah 2010).

Fig. 4 Rapace nocturne ou tête humaine, phase IIIA Mureybet (Stordeur et Lebreton 2008).

Fig. 4 Rapace nocturne ou tête humaine, phase IIIA Mureybet (Stordeur et Lebreton 2008).

Les deux exemplaires retrouvés en fouille à Tell Aswad, appartiennent à deux phases différentes : le premier (fig. 5) est daté de la phase ancienne (probable horizon PPNB ancien) et le second de la phase moyenne (PPNB moyen).

La première figurine est exceptionnelle d’un point de vue typologique car, vue de face, elle apparaît comme une figurine humaine féminine mais, vue de profil, plutôt comme une figurine animale de quadrupède (fig. 5 et 6). La forme générale est cylindrique, avec une  hauteur conservée de 64 mm (Ayobi-Arrok 2013).

Fig. 5 Représentation féminine-animale de la phase ancienne, vue de face, Tell Aswad.

Fig. 5 Représentation féminine-animale de la phase ancienne, vue de face, Tell Aswad.

Fig. 6 Représentation féminine-animale de la phase ancienne, vue de profil, Tell Aswad.

Fig. 6 Représentation féminine-animale de la phase ancienne, vue de profil, Tell Aswad.

Le visage est composé d’une petite pièce d’argile avec trois trous formant les yeux et la bouche. Les seins sont de forme conique à extrémité arrondie. Le dos est légèrement concave et il se termine par une partie proéminente qui forme les fesses. Vue de face, la figurine a deux jambes schématiques (ou pieds ?). Si nous tournons la figurine de 90° et la regardons de profil, nous voyons en revanche la représentation schématique d’un quadrupède au dos concave (comme dans l’interprétation anthropomorphique). Mais l’extrémité du dos qui, dans la première hypothèse, forme les fesses a plutôt cette fois l’apparence de cornes. L’extrémité du dos que l’on pouvait interpréter comme un visage dans la première hypothèse, forme cette fois l’arrière-train du quadrupède ; la pièce ajoutée qui formait le visage tient maintenant lieu de pattes arrières. Les seins de la première proposition deviennent, dans la seconde, les pattes de l’avant-train. Malgré la ressemblance avec une figurine animale, nous suggérons que cette figurine soit plutôt humaine mais il faut admettre qu’il s’agit d’un type inconnu sur le site, et même dans toute la région.

Fig. 7 Représentation féminine-animale de la phase moyenne, Tell Aswad.

Fig. 7 Représentation féminine-animale de la phase moyenne, Tell Aswad.

La deuxième figurine est composée de deux parties : une partie supérieure verticale avec une tête et un cou, et une partie inférieure horizontale avec quatre membres (fig. 7).

La tête, de petite taille, est trapézoïdale avec un museau conique. Le cou, long et de forme conique, est redressé presque verticalement. La partie inférieure est composée de deux membres à l’avant et des fesses à l’arrière. Les deux membres antérieurs ressemblent à des jambes : subverticaux, coniques, allongés et écartés. L’arrière-train est composé de trois masses sphéroïdes qui paraissent former des fesses hypertrophiées. Cette figurine est elle aussi atypique, et difficile à interpréter. La tête avec le museau, les cornes (ou les oreilles) et le long cou suggèrent une figurine animale. La partie inférieure, avec les fesses et les jambes, suggère une figurine humaine, plutôt féminine à cause des fesses bien développées ; s’agit-il d’une représentation hybride humaine-animale? Ou plus précisément d’une représentation féminine animale ? L’important, c’est de constater qu’on a ici une combinaison claire de caractères animaux et humains (Ayobi-Arrok 2013).

Fig. 8 Bustes d’animaux, Tell Aswad.

Fig. 8 Bustes d’animaux, Tell Aswad.

La première figurine de Tell Aswad représente l’association de deux mondes différents : le monde des humains représenté par la femme (un thème connu depuis le PPNA) et le monde des animaux représenté par un quadrupède. Il faut rappeler à ce propos que c’est à l’horizon PPNB ancien qu’on a trouvé les premiers indices de la domestication des animaux au Levant nord (Peters et al. 1999). Le quadrupède pourrait donc symboliser le monde des animaux domestiqués. Nous proposons l’hypothèse que cette figurine représente l’homme associé à l’un de ses nouveaux moyens de subsistance, l’animal domestiqué. Il est important de souligner ici que si l’association entre la femme et le taureau a été un « thème fondateur du Néolithique » pour Jacques Cauvin, cette relation était indirecte, les représentations féminines étant séparées de celles des taureaux (Allione et Stordeur 2008).

La deuxième figurine datée du PPNB moyen est également féminine-animale mais elle diffère de la figurine précédente. L’aspect féminin de cette représentation est suggéré par des fesses volumineuses, typiques des figurines assises de Tell Aswad datant de la même période et considérées comme féminines. En revanche, le côté animal, représenté par un long cou, un museau et des cornes (ou des oreilles) schématiques, est bien différent des représentations animales typiques, qui sont celles de quadrupèdes. En réalité, cette tête ressemble davantage aux bustes animaux trouvés sur le site et datés de la même période, qui ont été interprétés comme des têtes de rapaces (fig. 8). Pourrions-nous donc, dans ce cas, parler d’une représentation de femme-oiseau ?

Fig. 9 Figurine-pion avec des bras en ailes de papillon et un nez pincé, Tell Aswad.

Fig. 9 Figurine-pion avec des bras en ailes de papillon et un nez pincé, Tell Aswad.

Avec la tête trouvée sur le site de Mureybet et mentionnée précédemment, c’est la seule figurine qui suggère cette relation entre l’homme et l’animal, particulièrement les oiseaux, directement et d’une façon aussi claire, mais ce n’est pas la seule indication qui lie ces deux mondes. En effet, les figurines considérées comme des représentations humaines trouvées à Tell Aswad sont parfois caractérisées par un nez pincé, appelé par H. de Contenson « nez en bec d’oiseau » (fig. 9). Pour D. Stordeur,  le bec d’oiseau a, depuis le PPNA, une valeur spéciale car même si le corps de l’oiseau est présenté de face, « la tête est de profil pour que le bec soit mis en valeur » (Stordeur 2011). On peut y ajouter la forme des bras des figurines humaines, appelés également par H. de Contenson « bras en ailes des papillons », car ils ressemblent parfois à des ailes, au point de créer une confusion entre figurine humaine et figurine animale, oiseau en particulièrement (fig. 9). Il s’agit probablement là d’une autre façon de mêler l’image de l’homme avec celle de l’animal, l’oiseau en l’occurrence.

Bibliographie

Allione C., Stordeur D. 2008. Rupture et tiercéité dans le monde symbolique des premiers paysans. [en ligne] http://audit- asso.net/textes/premiers-paysans.html

Ayobi-Arrok R. 2013. Objets en terre du Néolithique précéramique au Proche-Orient : terre crue ou cuite ? « Les objets en terre cuite avant l’invention de la poterie ». Thèse, Université Lumière Lyon 2.

Cauvin J. 1978. Les premiers villages de Syrie-Palestine du IXe au VIIe millénaire avant Jésus-Christ, Lyon, Maison de l’Orient Méditerranéen (TMO 4, Série archéologique 3).

Peters J., Helmer D., Driesch Von Den A., Sana Segui M. 1999. Early animal husbandry in the Northern Levant, Paléorient 25(2), 27-47.

Stordeur D. 2011. Le monde imaginaire des premiers paysans du Levant. Une domestication des symboles ?, Tempora. Annales d’Histoire et d’Archéologie 20, 7-31.

Stordeur D., Helmer D., Jammous B., Khawam R., Molist M., Willcox G. 2010. Le PPNB de Syrie du sud à travers les découvertes récentes à Tell Aswad, in : Al Maqdissi M., Braemer F.,  Dentzer J.-M. (dir.), Hauran V. La Syrie du sud du Néolithique à l’Antiquité tardive,  Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient (BAH 191), 41-67.

Stordeur D., Lebreton M. 2008. Figurines, pierres à rainures, « petits objets divers » et manches de Mureybet, in : Ibanez J. (dir.), Le site néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord). En hommage à Jacques Cauvin,  Oxford – Lyon, BAR International Series 1843 – Maison de l’Orient, 619-643.

Yartah T. 2010. Tell ‘Abr3, nouvelles données sur le plan symbolique des premiers agriculteurs. Adiyat Halab. An Annual Book to the Study of Arabic Sciences and Syrian Archeoogy 3/4, 26-42 (article publié en arabe).

L’auteur :
Rania Ayobi a fait sa thèse de doctorat à l’Université Lumière-Lyon 2, Doctorat Géographie, ED 483
Elle est associée à l’UMR 5133-Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Ayoubi R. 2013. Humaines ou animales ? Des figurines ambiguës à Tell Aswad, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 4 octobre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1727

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 4 mars 2014

    […] aussi : Rania Ayobi, Humaines ou animales ? Des figurines ambiguës à Tell Aswad, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 4 octobre […]

  2. 6 mars 2014

    […] aussi :Rania Ayobi, Humaines ou animales ? Des figurines ambiguës à Tell Aswad, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 4 octobre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.