La résilience économique de Carthage au cours des guerres puniques

Mémoire des archives sédimentaires contaminées au plomb du delta de la Medjerda à proximité d’Utique (Tunisie)

Contexte de l’étude

Les guerres puniques (264-146 av. J.-C.) opposèrent deux des plus grands empires de l’Antiquité qui s’affrontèrent durant un peu plus d’un siècle pour le contrôle de la Méditerranée occidentale : la Carthage punique, puissance maritime dont le territoire à l’aube de la première guerre punique (264-241 av. J.-C.) formait une étroite frange le long des côtes d’Afrique du Nord et d’Andalousie, et la Rome républicaine, une puissance terrestre émergente dans la péninsule italienne. Alors que cette succession de conflits a fait l’objet de nombreuses études, généralement centrées sur leurs aspects les plus sensationnels (grandes batailles, techniques de guerre, stratégies géopolitiques, etc. ; Le Bohec, 1995), curieusement, l’exceptionnelle résilience économique des Carthaginois face aux défaites successives, la perte de territoires miniers et le paiement de réparations de guerre n’ont pratiquement pas retenu l’attention.

À cet égard, un point essentiel pour notre compréhension de ce conflit concerne les ressources financières et monétaires utilisées par les Carthaginois pour soutenir l’effort de guerre, qui dépendaient de l’accès aux ressources minières, en particulier les minerais de plomb et d’argent. Or, notre connaissance des grandes régions minières exploitées par les Carthaginois se limite au sud de l’Espagne et à la Sardaigne et la Sicile, c’est-à-dire aux territoires annexés par les Romains au cours des deux premières guerres puniques. Quelle était donc l’origine géographique des ressources métallifères sur lesquelles les Carthaginois se sont reposés au cours des guerres puniques ? Un éclairage de cet aspect de la guerre semble désormais nécessaire pour élucider l’exceptionnelle résilience des Carthaginois face aux Romains.

La présente étude constitue une source d’informations complémentaires à celles classiquement sollicitées pour l’étude des guerres puniques (histoire, épigraphie, numismatique, archéologie) puisqu’il s’agit d’une contribution de la géochimie. Il s’agit plus précisément d’une lecture des paléo-pollutions métalliques inscrites dans les archives environnementales. Ainsi, les concentrations et les compositions isotopiques du plomb ont été mesurées dans huit carottages (UKC 1, UCN 1et 2, UTC 1, 2, 10 et 12, KAL 1 ; fig. 1) prélevés dans le compartiment nord du delta de la Medjerda, aux alentours de la ville d’Utique en Tunisie (fig. 1). 

Fig. 1 : Principales unités hydro-géomorphologiques du delta de la Medjerda et son évolution paléo-géographique depuis l’Antiquité (d’après Paskoff et Trousset 1992, modifié par J. Cavero, puis H. Delile).

Ce site d’étude est particulièrement intéressant car cette illustre cité est la plus ancienne fondation phénicienne de Méditerranée occidentale avec une date de fondation traditionnelle de 1101 av. J.-C., antérieure à Carthage, bien que les plus anciens vestiges archéologiques connus remontent au 8e s. av. J.-C. (Monchambert et al. 2013 ; López Castro et al. 2016). Les carottes de sédiments analysées au cours de ces travaux ont été prélevées dans le cadre d’un programme de recherche géoarchéologique mené depuis une dizaine d’années par une équipe internationale dans laquelle sont impliquées la Tunisie, la Belgique, la Grande-Bretagne et la France (Delile et al. 2015, 2019 ; Pleuger et al. 2019a,b).

Évaluation du niveau de contamination métallique des archives sédimentaires deltaïques de la Medjerda

Parmi les 146 échantillons de sédiments analysés dans huit carottages, 77 sont considérés comme non contaminés, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas affectés par des excès anthropogéniques de plomb. La concentration moyenne de plomb dans ces échantillons est de 12.1 mg kg-1 (7.4-23.4 kg-1), alors que celle présente dans les échantillons contaminés est de 59 mg kg-1 en moyenne (10.2-210.0 mg kg-1).

Contrairement aux concentrations de plomb, le recours à ses isotopes pour discriminer une contamination d’origine anthropique d’un niveau « naturel » est plus approprié car ils sont indépendants des conditions environnementales au moment du dépôt (degré d’oxygénation de la colonne d’eau, hydrodynamisme, granulométrie, teneur en matière organique, etc.). Les sédiments portent généralement deux types de plomb isotopiquement distincts : le plomb dit « résiduel », « crustal » ou encore « naturel » situé dans le réseau cristallin des minéraux et dont la signature isotopique est similaire à celle qui s’est constituée lors de la formation des massifs rocheux dont ils sont issus ; le plomb dit « réactif », « lessivé » ou encore « anthropique » adsorbé à la surface des sédiments une fois émis par une source anthropique indépendante (tuyaux en plomb, essence, charbon, aérosols, etc.) ou naturelle. Cette composante anthropique implique du plomb « importé » ou « exogène » dont la composition isotopique est souvent très différente de celle du plomb géogénique local, c’est-à-dire des roches environnantes. C’est la raison pour laquelle les signatures isotopiques du plomb résiduel et adsorbé sont généralement distinctes.

Ce cadre théorique est en réalité plus complexe car la fraction de plomb lessivé incorpore également une partie du signal naturel en quantités variables. Par conséquent, cette fraction de plomb lessivé est un mélange entre les composantes naturelle et anthropique, dont les proportions respectives varient d’un échantillon à l’autre selon leur niveau de contamination. Graphiquement cette fraction lessivée du plomb forme des droites de mélange (alignements) dans un diagramme binaire 204Pb/206Pb vs. 208Pb/206Pb entre une source naturelle et une source anthropique (fig. 2). Dans le cas des sédiments du delta de la Medjerda, l’empreinte isotopique du plomb naturel est comprise entre 0.0530 et 0.0532 pour le ratio 204Pb/206Pb et entre 2.062 et 2.070 pour le ratio 208Pb/206Pb (fig. 2A). Cette composition isotopique du plomb naturel est également bien lisible au travers des paramètres géochimiques Tmod (âges modèles du plomb en millions d’années [Ma]) et κ (ratio 232Th/238U) qui sont dérivés des compositions isotopiques du plomb (fig. 2B). En effet, le bruit de fond naturel du plomb contenu dans les sédiments du delta de la Medjerda et de ses massifs rocheux limitrophes (djebels Kechabta, Touiba, Ennadhour, le promontoire d’Utique et la colline Castra Corneliana) (fig. 1) d’âge pliocène (5.3–2.6 Ma) se situe à des valeurs comprises entre -20 et 20 Ma pour Tmod et entre 3.90 et 3.92 pour κ (voir le champ elliptique correspondant à la fig. 2B). Tous ces échantillons non contaminés constituent la composante naturelle du plomb dite « alpha » (α). 

Fig. 2 : Compositions isotopiques du plomb mesurées dans les sédiments deltaïques de la Medjerda. A. Diagramme binaire 204Pb/206Pb vs. 208Pb/206Pb des sédiments selon l’origine des carottages. B. Diagramme binaire Tmod (en millions d’années) vs. κ des sédiments selon les périodes historiques de dépôt. Les champs elliptiques bleus correspondent à la base de données des isotopes du plomb des minerais métallifères de Tunisie.

Les 69 échantillons sédimentaires qui se trouvent en dehors de cette empreinte isotopique naturelle du plomb sont considérés comme contaminés et forment deux droites de mélange en direction de deux composantes anthropiques dites « béta » (β’ et β’’ ; fig. 2). Ces échantillons pollués affichent des valeurs comprises entre 0.0532 et 0.0538 pour le ratio 204Pb/206Pb et entre 2.07 et 2.09 pour le ratio 208Pb/206Pb. Du point de vue des paramètres géochimiques, ils renvoient à des âges modèles compris entre 20 et 180 Ma et des valeurs de κ entre 3.92 et 4.00 (fig. 2B).

Identification de la source anthropique de contamination au plomb des sédiments de la Medjerda 

Ces échantillons contaminés au plomb s’alignent en direction d’une source unique de pollution (composantes β’ et β’’) qui semble correspondre à des résidus d’exploitation minière produits dans le bassin versant de la Medjerda. Cette source de contamination a été identifiée sur la base de trois indices qui sont présentés ci-dessous.

  1. Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, l’intrusion de plomb « exogène » lors des périodes de contamination implique généralement un changement de composition isotopique du plomb de la fraction lessivée des sédiments. Or, ce changement de composition affecte également, dans notre cas, la fraction résiduelle des sédiments (voir triangles blancs de la fig. 2B). Cette « co-évolution » des fractions résiduelle et lessivée du plomb implique mécaniquement qu’elles aient une source anthropogénique et sédimentaire commune. Cette dernière condition est réunie si l’on considère les résidus d’exploitation de minerais de plomb libérés dans le réseau hydrographique de la Medjerda comme la source de contamination de ses alluvions. Toute autre source de contamination anthropogénique (tuyaux de plomb, essence, aérosols, etc.) affecterait uniquement la fraction adsorbée du plomb sur les sédiments.   
  1. Le second indice corroborant l’hypothèse minière comme source unique de contamination des sédiments deltaïques de la Medjerda correspond à l’analyse factorielle menée sur les concentrations des éléments-traces métalliques de la carotte UKC 1 (fig. 3). Cette analyse statistique montre une très forte corrélation des concentrations en plomb avec celles de Ag (r ∼ 0.92), P (r ∼ 0.94), Cu (r ∼ 0.79) et Zn (r ∼ 0.62). L’importante prépondérance de ces éléments dans les sédiments et leur co-évolution au sein de la stratigraphie témoignent de l’existence d’une source commune. Elle pourrait correspondre à des activités d’extraction minière de gisements de galène (minerai plombo-argentifère avec des traces de cuivre) et de blende ou de smithsonite (minerais plombo-zincifère). Ces types de gisements sont nombreux en Tunisie et dans le bassin de la Medjerda.
Fig. 3 : Évolution des concentrations en éléments-traces métalliques (ppm ou mg kg-1) et du facteur 1 de l’analyse factorielle au sein de la carotte UKC 1.
  1. Le troisième indice correspond à la signature isotopique du plomb des gisements métallifères eux-mêmes. En effet, d’après la base de données des isotopes du plomb des minerais métallifères de Tunisie, les sources anthropogéniques de contamination β’ et β’’ (fig. 2) présentent une signature isotopique semblable à celles des districts miniers de Djebba et de Kebbouch d’une part, et de Slata et de Bou Jaber d’autre part (fig. 4). Malgré l’absence de preuve directe d’une activité minière ancienne, depuis la fin du 19e s. les mines de Djebba et de Bou Jaber sont suspectées d’avoir été exploitées depuis la période punique (Tissot 1884 ; Gottis et Sainfeld 1952), tandis que celles de Slata et de Kebbouch l’ont été respectivement au cours de la période médiévale et moderne (Sainfeld 1956 ; Skaggs et al. 2012).
Fig. 4 : Cartographie de la base de données des isotopes du plomb des minerais métallifères de Tunisie représentée en fonction des paramètres (A) Tmod (Ma) et de (B) κ. L’exploitation des districts miniers symbolisés par des étoiles noires et blanches (A) est à l’origine de la pollution par le plomb observée dans les carottes de sédiments (cercle blanc) car ils (i) forment respectivement les sous-composantes β’ et β’’ de la fig. 3 et (ii) ils sont situés à l’intérieur du bassin versant de Medjerda (contrairement aux districts miniers de Hamra, Chaamb-Agab et Sekarna, dont les signatures isotopiques plomb sont également similaires à celles de la composante β).
Chronologie historique des pollutions au plomb de la Medjerda

1ère phase d’exploitation minière (340-280 av. J.-C.) au cours des guerres Gréco-Puniques

Bien que Carthage ait été fondée par des colons phéniciens au début du 1er millénaire av. J.-C., la première phase de contamination des sédiments deltaïques de la Medjerda intervient à partir de la seconde moitié du 4e s. av. J.-C. Il est ainsi peu vraisemblable que ces mêmes colons fondèrent Utique en raison de l’attractivité des ressources métallifères de l’arrière-pays carthaginois. Soulignons que cette phase de pollution initiale associée à une première activité minière en Tunisie se manifeste durant l’extension du contrôle carthaginois sur son arrière-pays à partir du 5e s. av. J.-C., une fois la première guerre Gréco-Punique terminée (480 av. J.-C.). Par ailleurs, c’est à cette période, au milieu du 4e s. av. J.-C., que les premières pièces puniques sont frappées à Carthage (Jenkins 1963). Par la suite, cette activité s’est intensifiée au cours du conflit contre Syracuse (317-289 av. J.-C.), ce qui a conduit certains chercheurs à considérer cette guerre comme l’élément déclencheur de l’activité monétaire à Carthage (Vison 1998).

2e phase d’exploitation minière (275-180 av. J.-C.) au cours des deux premières guerres puniques et l’entre-deux-guerres

La deuxième phase de contamination s’est déroulée durant les deux premières guerres puniques (264-201 av. J.-C.) et l’entre-deux-guerres (241–218 av. J.-C.). Au cours de cette période, l’activité minière dans l’arrière-pays carthaginois s’accrut sensiblement et fut principalement centrée sur l’exploitation des mines de Djebba et/ou de Kebbouch (fig. 4). D’un point de vue historique, cette nouvelle phase d’extraction semble avoir été motivée par un contexte militaire nécessitant d’importantes ressources financières et monétaires destinées en partie à payer les mercenaires de Carthage (Harl 1996). Nous pouvons ainsi supposer que l’augmentation de la production monétaire de Carthage à cette période (Jenkins 1963 ; Vison 1998) se serait appuyée sur des minerais de plomb et d’argent extraits des mines de la moyenne vallée de la Medjerda. À cet égard, nous pouvons également émettre l’hypothèse que ces mêmes districts miniers contribuèrent à financer les pénalités imposées par Rome à Carthage à la fin de la première guerre punique (96 tonnes d’argent ; Paton 1922) et après la deuxième (375 tonnes d’argent ; White 1913 :485-487, Livre de l’histoire romaine 8.VIII.54).

3e phase d’exploitation minière (180-95 av. J.-C.) jusqu’à la fin des guerres puniques

Les enregistrements isotopiques du plomb qui ont été mesurés dans les sédiments deltaïques de la Medjerda entre 180 et 95 av. J-C. indiquent que les minerais métalliques exploités dans le bassin de la Medjerda par les Carthaginois puis les Romains sont ceux présents dans les gisements de Bou Jaber et/ou Slata (fig. 4). Entre la deuxième et la troisième guerre punique (201 à 149 av. J.-C.), Carthage a souffert d’un déséquilibre considérable entre ses besoins monétaires et les ressources métallifères dont elle disposait. En effet, d’un côté elle fut contrainte de payer des compensations de guerre importantes à Rome et de l’autre elle ne disposait plus de ressources minières en Espagne. Un tel contexte pourrait avoir poussé les Carthaginois à mettre à contribution les gisements métallifères de Bou Jaber et/ou Slata situés dans les hautes vallées de la Medjerda toujours sous son contrôle. Rappelons qu’après son passage à Carthage en 157 av. J.-C., Caton fut frappé par la prospérité de Carthage, qu’il considérait ainsi comme une menace pour Rome (White 1913, Appian, Roman History, 8.X.69), et devint plus tard un fervent défenseur de sa destruction.

4e phase d’exploitation minière (95 av. J.-C.-800 ap. J.-C.)

Au début du 1er s. av. J.-C., une fois passées sous le contrôle des romains, les mines de Bou Jaber et/ou Slata furent beaucoup moins actives. Cette baisse de l’activité minière fait écho à l’expansion territoriale romaine à cette période vers le nord de l’Espagne, la Gaule, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, où Rome s’appropria de nouvelles ressources minières au gré de ses conquêtes (Domergue 2008). L’activité minière dans le bassin de la Medjerda perdura ainsi jusqu’au début du 9e s. ap. J.-C.

Références

Delile H., Abichou A., Gadhoum A., Goiran J.-P., Pleuger E., Monchambert J.-Y., Wilson A., Fentress E., Quinn J., Ben Jerbania I., Ghozzi F., 2015. The geoarchaeology of Utica, Tunisia: the paleogeography of the Mejerda delta and hypotheses concerning the location of the ancient harbor. Geoarchaeology 30, 291-306.

Delile H., Pleuger E., Blichert-Toft J., Goiran J.-P., Fagel N., Gadhoum,A., Abichou,A., Ben Jerbania I., Fentress E., Wilson A.I., 2019. Economic resilience of Carthage during the Punic Wars: insights from sediments of the Medjerda delta around Utica (Tunisia). Proc. Natl. Acad. Sci. 116, 9764-9769.

Domergue C. 2008. Les mines antiques: La production des métaux aux époques grecque et romaine, Picard, Paris.

Gottis C., Sainfeld P. 1952. Les gîtes métallifères tunisiens. Monographies régionales, La Rapide, Tunis, Tunisia.

Harl K.W. 1996. Coinage in the Roman Economy, 300 B.C. to A.D. 700. Baltimore, The John Hopkins Univ Press.

Jauzein A. 1971. Les agents de la morphogenèse. Trav. du Lab. Geol. Ec. Norm. Sup. 177.

Jenkins G. K., Lewis R.W.B. 1963. Carthaginian Gold and Electrum Coins. London, Royal Numismatic Society.

Le Bohec Y. 1995. Histoire militaire des guerres puniques. Monaco, Rocher.

López Castro J.L., Ferjaoui A., Mederos Martín A., Martínez Hahnmüller V., Ben Jerbania I., 2016. La colonización fenicia inicial en el Mediterráneo Central : nuevas excavaciones arqueológicas en Utica (Túnez). Trab. Prehist. 73, 68-89.

Monchambert J.-Y., Ben Jerbania I., Belarbi M., Bonadies L., Bricchi-Duhem H., De Jonghe M., Gallet Y., Nacef J., Sghaïer Y., Tekki A., Thébault E., Vermeulen S. 2013. Utique, Rapport préliminaire sur les deux premières campagnes de fouilles de la mission franco-tunisienne, 2011 et 2012, Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Maghreb, 66 p.

Paskoff R., Trousset P. 1992. L’ancienne baie d’Utique: du témoignage des textes à celui des images satellitaires. Mappemonde 30-34.

Paton W.R. (ed.) 1922. Polybius: The Histories. Books 1–2, William Heinemann, London, Loeb Classical Library.

Pleuger E., Goiran J., Delile H., Gadhoum A., Abichou A., Wilson A., Fentress E., Ben Jerbania I., Ghozzi F., Fagel N. 2019a. Exploration of the maritime façade of Utica: the potential location of the Phoenician and Roman harbours. Quat. Int. 511, 140-152.

Pleuger E, Goiran J.-P., Mazzini I., Abichou A., Gadhoum A., Djerbi H., Piotrowska N., Wilson A., Fentress E., Ben Jerbania I., Fagel N. 2019b. Palaeogeographical and palaeoenvironmental reconstruction of the Medjerda delta (Tunisia) during the Holocene. Quaternary Science Reviews 220, 263-278.

Sainfeld P., 1956. The lead-zinc-bearing deposits of Tunisia. Econ Geol 51, 150-177.

Skaggs S., Norman N., Garrison E., Coleman D., Bouhlel S.,2012. Local mining or lead importation in the Roman province of Africa proconsularis? Lead isotope analysis of curse tablets from Roman Carthage, Tunisia. J Archaeol Sci 39 970-983.

Tissot, C. J.,1884. Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, in : S. Reinach (éd.), Imprimerie Nationale, Paris, 697-868. 

Visonà P,1998. Carthaginian coinage in perspective. Am J Numismatics 10, 1-27.

White H. (ed.) 1913. Appian, Roman History, Books 1–8. Harvard Univ Press, Cambridge, MA, Loeb Classical Library.

L’auteur

Hugo Delile est géoarchéologue, chargé de recherche CNRS, UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Hugo Delile. La résilience économique de Carthage au cours des guerres puniques, ArchéOrient - Le Blog, 4 février 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/17106

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search