“Ladies of the Mountain” : L’envers d’un projet de recherche

Ce billet ne consiste pas en une présentation du projet de recherche « Ladies of the Mountain: new perspectives in coroplastic and religious studies in Early Iron Age-Classical (ca 1050-450 BCE) Crete ». Il ne constitue pas non plus un rapport de synthèse sur la prospection (2015-2016) et les fouilles (2017-[2020]2021) conduites par l’École française d’Athènes en Crète orientale, sur le massif de l’Anavlochos, au sommet duquel un dépôt de 600 fragments de terre-cuites votives représentant des figures féminines – les Ladies of the Mountain – a été mis au jour. Il vise plutôt à reconstruire, sous la forme d’une suite chronologique de fragments, les moments et les lieux qui ont inspiré ce projet et les échanges qui l’ont nourri, de la découverte archéologique à la soumission de la demande de financement. Il est surtout l’occasion de révéler comment vit la recherche, comment elle se vit, au sein d’une équipe et d’un laboratoire.

Mercredi 17 août 2016. Anavlochos, Crète. Sommet du massif, partie Nord-Ouest, Unité de Prospection 34 (fig. 1) : zone couverte d’un épais maquis épineux, visibilité quasi-nulle (Gaignerot-Driessen 2016). Il est environ 13h et après sept heures de marche, il faut entamer la descente vers le village. Il fait une chaleur accablante et la petite équipe est épuisée. Ses efforts sont néanmoins sollicités une dernière fois pour ratisser sur le retour un ultime secteur, peu prometteur mais trop rapidement parcouru à l’aller. Romain Machavoine râle copieusement ; un soupir d’exaspération assorti d’un juron échappe à Pierre Baulain ; Ophélie Mouthuy jette un regard noir et pince les lèvres. Elle trouve pourtant quelques petits tessons, puis un objet, qui n’a l’air de rien. Quand elle le tend à Florence, un rayon de soleil fait ressortir une empreinte familière (fig. 2). C’est un fragment très érodé de plaque de terre-cuite moulée sur lequel on reconnaît les hachures pointées qui caractérisent la représentation des textiles dans l’art « dédalique » (VIIe s. av. n. è. ; Aurigny 2012). On distingue aussi un pied, qui sort de ce qui semble être le bas de la robe d’une figure féminine. Les membres de l’équipe sont alors invités à ramper dans le maquis, pour mieux inspecter le sol et le rocher calcaire qui affleure par endroits. Peu à peu, les voix s’élèvent et les bras se dressent pour, ici et là, signaler une trouvaille : une tête de figurine féminine coiffée d’un voile, une autre d’un polos, le départ d’une aile, un buste dénudé (Gaignerot-Driessen, Judson et Vlachou 2020)…

Fig. 1 : Plan topographique de l’Anavlochos (L. Fadin, B. Guillaume, F. Gaignerot-Driessen)
Fig. 2 : Fragment de plaque de terre-cuite collecté en 2016 lors de la prospection de surface et appartenant au type illustré par la fig. 5.a (Ch. Papanikolopoulos)

Vendredi 17 août 2018. Anavlochos, Crète. La fouille de ce qui est désormais appelé le Dépôt votif 1 (figs. 1 et 3) prend fin (Gaignerot-Driessen et al. 2020a, 2020b). La localisation de chacun des 600 fragments de terre-cuite mis au jour a été enregistrée au GPS (fig. 4). Le secteur a fait l’objet de couvertures régulières au drone. Les cavités naturelles du rocher qui recelaient les fragments ont été décrites, mesurées, photographiées et dessinées. Cela ne suffit pas à rendre compte du contexte archéologique. Il faut trouver autre chose pour le documenter et le reproduire, en tenant compte de la difficulté d’accès au Dépôt 1 comme des limites de l’équipement et du temps dont on dispose. Lucile Kocher et Anthony Chalais, les topographes de l’équipe, bricolent avec les moyens du bord pour produire le modèle 3D d’une cavité un peu moins étroite que les autres. Mais que faire pour rendre compte des autres cavités du Dépôt 1 ? La campagne s’achève et on fouille en parallèle dans la nécropole et sur la pente du sanctuaire de Kako Plaï (fig. 1).

Fig. 3 : Vue du Dépôt 1 en fin de fouille (R. Machavoine, F. Gaignerot-Driessen)
Fig. 4 : Orthophoto du Dépôt 1 indiquant la localisation des fragments (A. Chalais, L. Kocher, F. Gaignerot-Driessen)

Vendredi 31 juillet 2020. Aghios Nikolaos, Crète (pièce de stockage du mobilier de la mission Anavlochos). Du fait de la situation sanitaire, la campagne de terrain programmée sur l’Anavlochos a été annulée. Florence en profite pour avancer l’étude du mobilier coroplastique du Dépôt 1 (fig. 5) : l’examen des fragments et des exemplaires complets a permis de distinguer 19 types iconographiques et de déduire l’utilisation de différentes séries et générations de moules. Cela ne suffit pas à répondre à toutes les questions qui se posent à propos de la production (moulage, assemblage, finition, cuisson), de la déposition (qui ? quand ? pourquoi ? comment ?), de la fragmentation (accidentelle ou délibérée) et de l’interprétation de ces fragments. Le recours à l’imagerie 3D et à l’expérimentation pourrait sans doute être utile dans ces perspectives.

a.
b.
c.
Fig. 5 : Terres-cuites provenant du Dépôt 1 : a. Dame au polos ; b. Dame nue ; c. Dames assises courotrophes (Ch. Papanikolopoulos)

Mardi 28 septembre 2021. Lyon (MOM, bâtiment Bélénos, salle d’ostéologie). Sous l’impulsion d’Emmanuelle Vila, Sabine Sorin et Shadi Shabo assurent une formation à l’utilisation du scanner ARTEC SPIDER 3D, à laquelle Camille Lamarque, doctorante du laboratoire, et Florence participent. Des étudiants en Master les rejoignent avec leur enseignante, Jwana Chahoud, pour une démonstration. Florence et Sabine profitent de la durée de calibration du scanner pour faire une rapide présentation de l’Anavlochos puis de l’apport de la 3D en archéologie. Des contacts sont pris pour permettre aux étudiants intéressés de participer à la prochaine campagne de fouille ou à une formation 3D. Avec le soutien d’une bourse du Mediterranean Archaeological Trust, Florence doit repartir en Crète le lendemain en emportant avec elle le SPIDER et un ordinateur équipé pour scanner et générer les modèles 3D d’une sélection de fragments du Dépôt 1.

Mercredi 27 octobre 2021. Lyon, domicile de Sabine/Pyla, Chypre, appartement loué par la mission C-PEPL.Sabine, qui est en congé, et Florence, qui est en mission de terrain à Chypre jusqu’au 12 novembre, discutent en visio de la possible exploitation des 136 modèles 3D produits en Crète en octobre. Il s’agit de voir comment, à partir de ces modèles, on pourrait automatiser et faire progresser l’identification des moules, des outils et des gestes du coroplaste, des modes de fragmentation des terres-cuites. Sabine a commencé à travailler sur la série des dames assises courotrophes (fig. 5c) et réfléchit à la mise en place d’un protocole. Elle est en outre prête à venir sur le terrain faire le relevé 3D du Dépôt 1 pour y replacer ensuite les modèles 3D du mobilier. Florence a profité de sa présence à Chypre pour prendre contact avec des collègues de l’Imaging Center for Archaeology and Cultural Heritage du Cyprus Institute : on pourrait y réaliser l’impression 3D de moules à partir des modèles puis lancer un programme expérimental de production de terres-cuites – pourquoi pas à Jalès ? Sabine insiste : il faut revenir à Lyon pour en parler plus longuement et plus librement autour d’une table et proposer à Sofiane de rejoindre le projet en y apportant ses compétences de statisticien.

Mardi 16 novembre 2021. Lyon, MOM, bâtiment Gaïa, bureau de Sofiane. Sabine, Sofiane et Florence cogitent autour des images du dépôt 1, du mobilier et des extractions de données métriques des modèles 3D, projetées à même le mur. Fred Abbès passe prendre un café et s’installe au fond de la pièce, contre le radiateur. Les données descriptives du tableur préparé par Florence font doucement sourire Sofiane, qui offre des dattes fraîches entre deux diapos. On passe surtout beaucoup de temps à examiner les différentes méthodes proposées et illustrées par Sabine pour exploiter en analyse statistique les modèles 3D dans la perspective des questions de recherche (fig. 6a-c). Fred remercie pour le café et quitte la pièce. Une classification automatisée reposant sur l’analyse du nuage de points constituant le modèle 3D permettrait à Sofiane d’appliquer des algorithmes de clustering (Xu et Tian 2015 ; Scalas et al. 2019 ; Fig. 6c). Chacun complète, reformule, réoriente ce que l’autre a dit en apportant ses compétences et ses idées. C’est fluide et osmotique. On progresse. À la fin de la journée, on a éliminé les méthodes invalides et précisé celles qui sont pertinentes. On a aussi très concrètement pris la mesure des apports possibles de l’exploitation des données 3D en termes de recherche exploratoire. Mais l’interprétation des profils numériques de fragmentation des terres-cuites ne sera pas vraiment possible sans expérimentation.

Fig. 6a : Alignement de la figurine de référence 3006- 089 et de la figurine 3108-90. Extraction des coordonnées des landmarks pour Analyse en Composantes Principales (ACP) (S. Sorin)
Fig. 6b : Section du profil. Inspection des concordances entre la figurine de référence 3108-90 et la figurine 3006- 089 (S. Sorin).

Fig. 6c : Échantillonnage des modèles 3D puis extraction des coordonnées (x, y, z) et de la profondeur de l’objet/au plan x (r, v, b) pour leur analyse par des algorithmes de clustering (S. Sorin).

Jeudi 18 novembre 2021. Antenne Archéorient de Jalès. Fred et Florence prospectent la région, qui offre des similarités géologiques et topographiques avec l’Anavlochos, pour repérer de possibles lieux où répliquer le contexte du Dépôt 1. L’élaboration d’un four qui reproduirait ceux des coroplastes de la Grèce archaïque est envisagée. D’autres chercheurs du laboratoire pourraient s’associer au projet en reconstruisant quant à eux des fours néolithiques. Les méthodes à employer pour produire des figurines de terre-cuite et tester différents modes de fragmentation sont également examinées. Dans la cuisine de la Commanderie, Anne Benoist et Olivier Barge se joignent parfois aux discussions autour d’un café. On se raconte aussi des histoires et des terrains lointains, qui ne sont pas si distants les uns des autres au final.

Mardi 23 novembre 2021. Louvain, Belgique, bureau de Florence. La nuit a été un peu courte, mais le projet de recherche est bouclé, il a été rapidement relu par Sabine et Sofiane et la demande de financement est déposée dans les temps.

À suivre, on l’espère.

Bibliographie

Gaignerot-Driessen F. 2016. Anavlochos : Carnet de prospection 2016 (non publié).

Les auteurs

Florence Gaignerot-Driessen est chercheuse associée à Archéorient, à l’École française d’Athènes et au groupe de recherche Aegis (UCLouvain) et dirige la mission Anavlochos.

Sabine Sorin est ingénieur d’études à Archéorient, spécialiste des relevés 3D et du traitement des données.

Sofiane Bouzid est ingénieur d’études à Archéorient et responsable du pôle Statistiques et fouille de données.



Citer ce billet
Florence Gaignerot-Driessen, Sabine Sorin et Sofiane Bouzid (2022, 28 janvier). “Ladies of the Mountain” : L’envers d’un projet de recherche. ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd1k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search