Construire chez les nomades néolithiques dans la steppe syrienne

Se fixer en un lieu, bâtir des murs, construire n’est pas une invention des populations néolithiques. Ces pratiques sont déjà attestées à des époques bien antérieures, mais c’est bien durant le Néolithique que le phénomène prend une ampleur nouvelle et qu’il devient, dans certaines zones, une norme.

Les populations natoufiennes à l’origine de la néolithisation du Proche-Orient pratiquaient une économie reposant sur la chasse et la cueillette (fig. 1). Ces populations ont occupé l’ensemble des territoires du Levant ; en Syrie, elles sont attestées dans la totalité du pays, quels que soient les écosystèmes. Les Natoufiens se sont adaptés en fonction des possibilités de leur environnement. Ils ont ainsi été tour à tour sédentaires avec des constructions en dur et nomades dans des campements plus légers. Le degré de sédentarité est parfois difficile à cerner, de même que rien ne nous indique si les groupes manifestement nomades et les groupes sédentaires étaient les mêmes. Cependant, à l’évidence, les deux modes d’installation étaient présents au même moment dans la steppe syrienne.

Fig. 1 : tableau chrono-culturel de la néolithisation. © F. Abbes

L’introduction de nouvelles économies de subsistance reposant d’abord sur une exploitation privilégiée des végétaux (agriculture) et plus tard sur la domestication animale s’appuie donc sur un substrat culturel où la sédentarité et le nomadisme sont déjà des choix anciens et sans aucun doute parfaitement adaptés aux besoins des populations.

Ainsi, dès son origine au Xe/IXe millénaire au moins, deux modes d’occupation de l’espace caractérisent d’emblée le Néolithique : la sédentarité (dont la nature reste d’ailleurs à préciser) et la mobilité. Ces deux modes distincts d’occupation des territoires peuvent en outre alterner.

Il est relativement aisé de caractériser les économies des populations sédentaires et de les étiqueter « néolithiques », cela est plus difficile pour les populations nomades. A-t-on affaire à des populations directement héritières des Natoufiens restant foncièrement des chasseurs-cueilleurs ? A-t-on plutôt affaire à des groupes en voie de néolithisation ? Ou encore à des groupes pleinement néolithiques, mais perpétuant un nomadisme ancestral ? Les trois situations sont possibles et ont pu coexister. Dans ce domaine, l’interprétation relève du choix plus qu’elle ne se fonde sur des données tangibles.

Les traces qui nous sont parvenues dessinent un Proche-Orient largement ouvert où la circulation des matières premières et des objets est une constante. Au IXe millénaire, on retrouve dans la steppe syrienne ou dans les zones de montagnes des sites interprétés comme des campements. Ces derniers révèlent des objets et des matières exogènes en provenance des villages néolithiques du nord de la Syrie. C’est le cas, par exemple, d’un type d’herminette propre à la vallée de l’Euphrate et faite dans un silex de cette même vallée, retrouvé dans les montagnes du Bal’as dans des campements nomades. Inversement certaines matières premières absentes dans la vallée ont été retrouvées dans les villages du Bal’as. C’est en particulier le cas de certains silex mauves, abondants dans le Bal’as et présents de façon anecdotique le long de l’Euphrate.

Au-delà des économies de subsistance, des outillages et des choix de vie, un trait culturel bien plus marquant unit l’ensemble des communautés du Proche-Orient : la référence à un même nouveau monde symbolique. Que l’on soit dans le sud de la Turquie ou dans la partie syrienne de la vallée de l’Euphrate, dans des villages construits ou dans un campement de la steppe, on retrouve les mêmes références symboliques sur différents supports : des tablettes gravées, des figurines, des représentations schématiques et géométriques. Il serait toutefois hasardeux en l’état de déduire de la présence récurrente et diffuse de ces objets l’identité de leur fonction et de leur sens. Ainsi, il n’est pas rare qu’un symbole ayant un sens précis au sein d’un groupe puisse être « récupéré » par un autre groupe qui lui donnera une autre signification. Cependant, au-delà même du sens à donner à ces représentations symboliques, force est de constater qu’ils s’imposent dans l’ensemble des communautés du Proche -Orient.

C’est dans ce contexte de transferts des techniques, des savoirs et des croyances que se développe le Néolithique, dans un partage également des territoires et des routes qui traversent les steppes du Proche-Orient. Un tel monde n’a pu se mettre en place que dans une complémentarité entre agriculteurs, pasteurs, installations pérennes et saisonnières. L’option de la sédentarité ou du nomadisme relève d’un choix et non d’un « retard » de certaines populations, les milieux techniques sont les mêmes ou du moins très similaires. Les constructions chez les nomades sont sans doute à cet égard particulièrement significatives, puisqu’elles attestent d’une part la capacité et le besoin des populations mobiles de construire, d’autre part ceux de réserver les constructions à des impératifs autres que s’abriter.

Les constructions dans les campements nomades du PPNA et du PPNB, le Bal’ as

Wadi Tumbaq 3 est un site PPNA situé dans une large vallée traversant les montagnes du Balas (fig. 2). Le site présente une succession de niveaux PPNA. L’un des niveaux correspond à un campement de structures légères (fig. 3, n°1). Les structures ont des formes variées de différentes conceptions, mais toujours plus ou moins circulaires. Une des structures est matérialisée par un petit muret de 40 cm de haut en terre et en pierres de forme circulaire et parfaitement construit (fig. 3, n°2). La partie supérieure du muret est lissée et non altérée. Des calages de poteaux sont aussi attestés. Une superstructure légère devait recouvrir l’ensemble. Il s’agit ainsi d’une première attestation de construction en dur dans un campement (fig. 4).

Fig.  2 : localisation des sites de Wadi Tumbaq 3 et de Jarette Gazella dans le Bal’as et de Qdeir dans la cuvette d’El kowm. © F. Abbes
Fig. 3 : 1 – Campement PPNA de Wadi Tumbaq 3, 2 – structure légère avec muret en terre et en pierre. © F. Abbes
Fig. 4 : « tente-cuisine » avec muret de terre et foyer en 2006 dans le Bal’as. © F. Abbes

Dans ces mêmes montagnes du Bal’as, quelques siècles plus tard au PPNB, des attestations de campements apparaissent. Les mieux documentés se trouvent sur le site de Jarette Gazella. La stratigraphie présente une occupation allant du Natoufien (Khiamien ?) au PPNB récent.

Deux zones bien distinctes séparées par un wadi présentent des constructions et des installations de structures légères. Il n’est guère possible de savoir si les deux zones sont contemporaines ou si elles se succèdent dans le temps.

La première installation consiste en une grande dalle rocheuse et plate. De petites structures fermées de 1 m à1,50 m de haut construites en pierre et en terre entourent un espace central. Dans cet espace, des meules et des mortiers ont été creusés dans la roche. On y retrouve également des molettes. L’espace évoque des structures de stockage associées à un espace consacré à la mouture et au broyage (fig. 5, n°1). La zone n’a pas été complétement investie mais rien ne semble indiquer la présence de structures d’habitation. Seules des pierres isolées ont été retrouvées.

Dans une autre zone du site, on retrouve là encore des petites structures fermées, disposées différemment. Elles semblent correspondre à un grand espace entièrement subdivisé en petites logettes probablement destinées au stockage. L’ensemble est cette fois associé à deux structures légères de forme losangique allongée (fig. 5, n°2).

Fig. 5 :  Jarette Gazella (PPNB), 1 – structures de stockage encerclant une aire de mouture, 2 – structure légère (en orange) et structures de stockage (en vert). © F. Abbes
Une construction dans le campement PPNB de Qdeir

Qdeir, au PPNB récent/final, se situe à environ une centaine de kilomètres à l’est de Wadi Tumbaq 3. C’est aussi un site nomade, présentant cette fois plusieurs niveaux d’occupation de campements, tous attribués à la fin du PPNB. L’un de ces niveaux présente des négatifs plus ou moins circulaires des structures légères (fig. 6, n°1) associées cette fois à une construction en dur unique (fig. 6, n°2). Cette dernière consiste en une petite maison subdivisée en logettes de petites dimensions évoquant là aussi des structures de stockage.

Fig. 6 : Qdeir (PPNB), 1- atelier de taille de silex avec emplacement d’une structure légère (en rouge), 2 – structure de stockage. © F. Abbes

Comme pour le Bal’as, nous sommes donc là aussi confrontés à des installations légères dédiées à l’habitat, associées à ces structures construites dévolues aux stockages. Une telle conception de l’occupation de l’espace a encore cours actuellement dans la steppe et les zones montagneuses de Syrie, où il n’est pas rare de voir des maisonnettes en terre isolées. Ces dernières abritent les effets de familles nomades vivant en tente, qu’ils viennent planter à proximité au gré des saisons (fig. 7). Il a déjà été signalé que le paysage moderne du Proche-Orient s’est mis en place dès le Néolithique avec un partage des territoires entre nomades et sédentaires ; il est également possible que dès le Néolithique des constructions en dur aient accompagné les campements dans certains lieux et sur certains parcours des populations.

Pourquoi construire ?

Hormis le cas particulier d’une structure légère agrémentée d’un muret sur le site de Wadi Tumbaq 3, les constructions nomades du Bal’as et de la cuvette d’El Kowm sont toutes des installations dont les dimensions renvoient à des structures de stockage. Au-delà de l’attestation de cette capacité de construire chez les nomades, cela nous informe sur l’apparition de nouveaux besoins. Dans le cas du Bal’as, le lien avec une aire de mouture est évident : être nomade, dès le Néolithique, n’exclut donc pas à certains moments de l’année de se fixer en un lieu et d’avoir des activités traditionnellement attribuées à des sédentaires. De même, le stockage de denrées de toutes sortes (alimentaires ou non) semble se développer au sein de ces populations.

Fig.7 : montagne de l’Amur (Palmyre, 2005). Tentes bédouines et maison en terre pour le stockage. © F. Abbes

Une dernière réflexion concerne les structures légères qui accompagnent ou non les constructions. Si les témoignages laissés au sol indiquent souvent des négatifs plus ou moins circulaires, il est clair que la dimension de ces structures et leur forme générale évoluent durant le Néolithique. De 2 à 3 m de diamètre au PPNA, on atteint 5 m au PPNB, d’une forme ronde ou en fer-à-cheval on passe à des formes allongées. De même que les formes architecturales évoluent entre le PPNA et le PPNB, les formes des tentes ou des huttes se modifient elles aussi.

Le monde nomade néolithique tout en étant visiblement porteur de traditions plus anciennes est loin d’être un monde figé.

Bibliographie

Abbès F. et Sanchez-Prieggo J.A. 2008, Matière siliceuses et comportements techniques, In J.Ibanez-Estevez (éd.), Mureybet.,BAR-International series 1843, Maison de l’Orient et de la méditerranée, 231-237.

Abbès F. 2019. Vivre la steppe, une histoire du nomadisme pastoral, coll. Futurs Antérieurs, Éditions de la Sorbonne, Paris.

Abbès F. 2014. Le Bal’as, un autre scénario de la néolithisation, in Manen C., Perrin T. et Guilaine J., Transition en Méditerranée ou comment des chasseurs devinrent agriculteurs, colloque international de Toulouse. Errance-AEP, 13-27.

Abbès F., 2015. La steppe syrienne lieu de parcours et d’échanges durant le Néolithique, XXXVèmes Rencontres Internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, « Les systèmes de mobilité de la Préhistoire au Moyen-Age », Edt. APDCA, Antibes, 251-263.

Cauvin, J. 1994. Naissance des divinités, Naissance de l’agriculture. La Révolution des Symboles au Néolithique, CNRS-Éditions, Paris.

Stordeur, D. 2015. Le village de Jerf el Ahmar (Syrie, 9500-8700 av. J.C.). L’architecture, miroir d’une société néolithique complexe. CNRS Éditions, Paris.

L’auteur

Frédéric Abbes est ingénieur de recherche au CNRS (UMR 5133, Archéorient). Il est spécialiste des technologies lithiques néolithiques et de la néolithisation du Proche-Orient.

Pour citer ce billet : Frederic Abbes. Construire chez les nomades néolithiques dans la steppe syrienne, ArchéOrient - Le Blog, 14 janvier 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16795

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14 février 2022

    […] Construire chez les nomades néolithiques dans la steppe syrienne, par Frédéric Abbes, sur le carnet ArchéOrient – Le Blog ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.