Néolithisation du Proche-Orient : retour sur la journée d’étude du 30 novembre 2021

Le 30 Novembre 2021, le Néolithique fut à l’honneur au laboratoire Archéorient, où s’est tenu un séminaire de recherche intitulé « Néolithisation du Proche-Orient et du Caucase : actualités de la recherche et réflexion ». Organisée par Fiona Pichon, post-doctorante à l’Institut Milà y Fontanals du CSIC à Barcelone (MSCA-IF) et chercheuse associée à Archéorient, et Cécile Ménager, doctorante à Archéorient, cette journée était voulue comme un espace de réflexion et de discussion pour les membres du laboratoire et leurs collaborateurs travaillant sur les conditions d’émergence des premières sociétés agricoles au Proche-Orient et leurs trajectoires particulières. La volonté de se réunir et de discuter des recherches des uns et des autres semblait d’autant plus forte après un an et demi de distanciation physique, d’échanges virtuels, de l’arrêt de la plupart des chantiers de fouilles du laboratoire et des difficultés pour accéder au matériel archéologique.

Le séminaire s’est déroulé en format hybride : en présentiel dans les locaux de l’Université Lyon 2 et transmis en ligne et en direct sur la plateforme Zoom. Ce format a bien fonctionné et a permis une présentation de l’un des participants par visioconférence depuis la Turquie. Tous les autres intervenants ont choisi d’être sur place : le besoin de présentiel semblait unanimement partagé après les trois confinements et la vie suspendue du laboratoire. Il y a eu jusqu’à quinze personnes présentes dans la salle et dix-huit personnes écoutant à distance (fig. 1).

Fig. 1 :  Photo d’ambiance du format hybride pendant la journée. Photo : C. Ménager

Sept communications étaient au programme. Dix participants de quatre nationalités différentes (turque, irakienne, jordanienne et française) ont présenté leurs recherches (fig. 2).

Fig. 2 :  Affiche de la journée d’étude

Le tour d’horizon a commencé par la présentation du site d’Esek Deresi Cave (fig. 3, n°1) situé dans la région de Mersin en Anatolie méridionale par Çiler Altinbilek-Algul, Professeure à l’Université d’Istanbul en détachement au laboratoire Archéorient, Orkun Kayci, archéologue à l’Université de Dumlupinar à Kutahya et Semra Balci, archéologue à l’Université d’Istanbul. Les fouilles ont livré les premiers indices d’une occupation épipaléolithique datée de 10771-10631 cal. BC et du matériel caractéristique du Natoufien tardif.

La présentation de Fouad Hourani, Professeur à l’Université de Jordanie, nous a emmenés plus au sud, dans le Natoufien de la moyenne vallée du Jourdain (Zaquma excavations project) à l’emplacement du paléo-lac Lisan, situé en partie au niveau de l’actuelle mer Morte. Le site de Zaquma présente une stratigraphie de sédiments lacustres extrêmement perturbée en raison de l’importante activité tectonique de la région. La question majeure que pose la fouille de ce site est de comprendre le lien avec le paléo-lac, et plus largement, de comprendre l’impact des fluctuations de ce dernier sur les occupations humaines durant le Natoufien.

Ergül Kodas, assistant de recherche à l’Université de Mardin-Artuklu, et Yunus Çiftçi, co-directeur de la fouille de Boncuklu Tarla, ont ensuite présenté une réflexion sur la Néolithisation de l’Anatolie orientale, en comparant notamment les éléments architecturaux de différents sites. Au regard de nouvelles recherches à Şanlıurfa et sur la vallée du Haut Tigre (Boncuklu Tarla, Gre Filla, Karahan Tepe, Çemka Höyük, Sayburç, Çakmaktepe, etc.), ils ont mis l’accent sur la grande variabilité de ce processus, qui ne doit pas être perçu comme un phénomène global et uniforme, mais qui reflète la grande diversité des sites de cette région.

Frédéric Abbès, chercheur au laboratoire Archéorient, a ensuite présenté une synthèse de ses travaux et de ses réflexions sur la Néolithisation de la steppe syrienne. Incluant les cultures natoufiennes dans le processus de Néolithisation, il a expliqué que le nomadisme persiste pendant la Néolithisation de la steppe syrienne de manière plus tardive que dans les autres régions de la Syrie du fait d’un choix de ces populations nomades. Celles-ci savaient construire des structures fixes, qu’elles réalisaient ponctuellement pour du stockage mais non de l’habitat (fig. 3, n°3).

Fig. 3 :  n°1, le site d’Eşek Deresi. Image : Çiler Altinbilek. n°2, moisson expérimentale de céréales. Image : Fiona Pichon. n°3, Le site de Jerf el Ahmar. Image : Danielle Stordeur. n°4, reconstitution expérimentale de matériel néolithique d’Arabie du sud. Image : Jérémie Vosges

Fiona Pichon a ensuite présenté ses recherches sur les débuts de l’agriculture au Proche-Orient à partir de l’étude des outils de moisson provenant de différents sites au Levant et à l’est du Zagros. L’analyse techno-typologique de ces outils, associée à celle des traces d’usure, fournit des informations sur les traditions techniques agricoles (c’est-à-dire la gestion des céréales, de la collecte au traitement post-récolte) et le développement des systèmes agricoles néolithiques (fig. 3, n°2).

La présentation de Rémy Crassard, chercheur au laboratoire Archéorient, a mis l’accent sur la transition Pléistocène-Holocène en Arabie, marquée par le développement local de sociétés néolithisées de pasteurs-chasseurs, probablement très mobiles et non influencées par les grands foyers de néolithisation voisins (Levant, Anatolie) (fig. 3, n°4). Des premiers éléments attestent que ces régions ont connu une occupation humaine ininterrompue, malgré de rudes conditions climatiques. R. Crassard a proposé une ébauche de régionalisation des cultures néolithiques d’Arabie, dont l’impact sur le développement multimillénaire des populations actuelles est encore palpable, notamment dans l’artificialisation du paysage que représentent les constructions parfois titanesques des desert kites.

Pour terminer, Hala Maroke, doctorante à Archéorient, a présenté l’apparition de l’art de l’incrustation au Néolithique en Mésopotamie, vers le VIe millénaire avant J.-C., à partir de l’étude de figurines composites, féminines et masculines, en albâtre et en terre cuite. S’appuyant sur trois éléments de leur production, les matériaux d’incrustation, les motifs figuratifs et la technique d’incrustation. Elle s’est également interrogée sur la portée esthétique et symbolique de l’art de l’incrustation au Néolithique.

La journée a été riche en communications variées et passionnantes. Les questions et les échanges ont été nombreux, surtout avec les participants présents dans la salle. Le format hybride s’est révélé un succès et il semble être à privilégier pour les prochaines rencontres au sein du laboratoire.

Les auteurs

Cécile Ménager est doctorante à Archéorient en archéologie du Néolithique de la Grèce, spécialiste en technologie lithique, sous la direction d’Eric Thirault (ArAr), Sophie de Beaune (Arscan) et le tutorat de Frédéric Abbès (Archéorient).

Fiona Pichon est post-doctorante en archéologie du Proche-Orient ancien, spécialité tracéologie, à l’Institut Milá y Fontanals du CSIC à Barcelone (MSCA-IF) et chercheure associée au laboratoire Archéorient.

Pour citer ce billet : Cécile Ménager et Fiona Pichon. Néolithisation du Proche-Orient : retour sur la journée d’étude du 30 novembre 2021, ArchéOrient - Le Blog, 7 janvier 2022, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16779

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search