“Qu’est-ce qu’être nomade ?”

Le colloque « Qu’est-ce qu’être nomade au fil des temps passés, présents et futurs ? » s’est tenu au Museum national d’Histoire naturelle de Paris du 25 au 27 novembre 2021. Il a été précédé par la publication d’un livre : Averbouh A., Goutas N., Méry S. (éd.), Nomad lives, from Prehistoric Times to the Present Day, Paris, 2021. La rédaction de cet ouvrage a été motivée par le besoin de remettre l’humain au centre de la recherche archéologique qui, selon ses éditrices, est devenue de plus en plus axée sur des questions techniques. Une fois le livre rédigé, elles ont souhaité pousser plus loin les réflexions sur la notion de nomadisme en organisant un colloque interdisciplinaire et en reposant la question du nomadisme à la lumière des recherches récentes.

Séance inaugurale

À travers des perspectives interdisciplinaires et diachroniques, et des sources riches et variées, il est apparu, sans surprise, que le nomadisme ne répond pas à une définition simple et univoque mais recouvre des réalités multiples, qui varient selon les zones, les périodes étudiées et les domaines de recherches. Les définitions sont en constante révision et peinent encore à trouver leur place dans certaines disciplines. Des divergences se sont parfois manifestées. Par exemple, pour l’ethnologue J.-P. Digard, le « nomadisme vrai » a pour caractéristique des déplacements pastoraux saisonniers, alors que pour C. Ferret ce mode de déplacement ne serait que du « quasi nomadisme », le nomadisme « strict » supposant une station inférieure à trois mois. Le vocabulaire employé varie également, et ne cesse de s’enrichir dans tous les domaines. De fait, certain·e·s conférencier·ère·s n’emploient pas le terme « nomade » pour désigner les populations présentées dans ce colloque. Par exemple, l’ethnologue S. Bahuchet préfère l’utilisation de l’adjectif « mobile ». 

Des nuances apparaissent ainsi dans les travaux des anthropologues et ethnologues, à partir de listes de critères variés attribués à chaque population : le type d’habitation, la présence d’un troupeau, les modes de subsistance, la durée d’occupation d’un lieu, etc. Mais ces nuances ne sont pas toujours applicables en histoire et en archéologie, faute d’éléments sur lesquels s’appuyer. L’utilisation du terme générique « nomade » prévaut alors. La question du nomadisme permet également de nourrir des réflexions nouvelles et critiques autour de la question du territoire. Pour S. Mazzella notamment, ce terme possède une valeur heuristique qui permet d’approfondir une thématique peu explorée en sociologie.

Qu’est-ce que “Être nomade” au croisement de différents champs disciplinaires des sciences humaines et sociales ?

D. Retaillé, géographe, considère qu’il est vain de chercher à établir une typologie scientifique des nomades, car les cas sont trop variés. En prenant l’exemple de Touaregs sédentaires au Niger, il montre qu’un groupe appartenant à un peuple dit nomade peut être fixé sur un site. Il montre également que l’image du nomade est parfois détournée à des fins de marketing pour métaphoriser une liberté idéalisée.

C. Ferret, ethnologue, propose quant à elle une typologie du nomadisme adaptée au terrain qu’elle étudie en Asie centrale (Fig. 1), en prenant en compte la fréquence des déplacements inter- et intra-annuels et la quantité et la qualité des personnes qui se déplacent au sein du groupe (l’ensemble ou une partie).

Comme le montre M. Olivera, anthropologue, l’attribution du qualificatif de nomades à certains groupes peut résulter d’un biais politique. En Europe et aux États-Unis, la catégorie des Roms, Gitans, Tsiganes ou Gens du voyage a été créée à partir du 19e siècle dans le contexte de théorisation des États-nations pour marginaliser des populations dites nomades, alors que certains groupes placés dans cette catégorie ne se sont pas déplacés depuis plusieurs siècles.

Enfin, C. Karlin et J.-P. Rigaud, préhistoriens, ont cherché à comprendre le mode de vie de populations paléolithiques nomades à partir de l’étude de campements occupés de façon saisonnière en France, et en cherchant des parallèles auprès de populations actuelles vivant dans des conditions semblables, en Alaska et en Sibérie.

Fig. 1 : Camp nomade au Kirghizistan (Photo par Makalu, Pixabay)
Quels liens entre nomades d’hier et d’aujourd’hui ?

L’observation de pratiques modernes peut aider les archéologues et historien·ne·s à formuler des hypothèses pour mieux interpréter les traces laissées par les sociétés nomades disparues. Il est toutefois important de garder à l’esprit que les nomades d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier.

La Mission Archéologique Française en Mongolie s’est par exemple appuyée sur la fouille de tombes, sur des analyses isotopiques de restes animaux, et sur l’étude ethnographique de pasteurs actuels pour comprendre les déplacements saisonniers de l’âge du Bronze à aujourd’hui (Ch. Marchina et A. Zazzo).

L’observation récente de techniques de taille de pierre et de traitements de peaux de rennes en Sibérie permet d’imaginer des pratiques similaires en France au Paléolithique (S. Beyres). En Iran, l’observation de Bakhtiaris apporte des pistes de réflexion sur les déplacements, les formes d’habitats et le rapport au métal des populations qui ont laissé derrière elles les bronzes du Luristan (Z. Hashemi et O. Hashemi).

La présence de bédouins en Syrie aide les archéologues à mieux cerner les traces laissées par les nomades du Néolithique aux 7e-8e mill. av. J.-C qui étaient à la fois garants de traditions, moteurs d’échanges et du perfectionnement des techniques (Fr. Abbes). Dans le désert Oriental égyptien, des témoignages de voyageurs du 18e et du 19e s. apr. J.-C. nous permettent de nuancer les écrits mentionnant les nomades à partir du IIIe mill. av. J.-C., et d’affiner l’interprétation des vestiges en nous montrant des stratégies d’exploitation des ressources et les relations variées avec les sédentaires (Nomad’s Lands : Q. Cecillon, M. Crépy, I. Goncalves et J. Marchand).

Enfin, une approche historique et socio-politique permet de mettre en évidence les transformations d’une population nomade, comme les Touaregs qui ont dû s’adapter aux changements politiques et économiques de la région (Fig. 2) (L. Ouattara).

Fig. 2 : Touareg conduisant des touristes dans le désert (Photo par Kamal Bouchama, Pixabay)
Quelles traces ont pu laisser ou laissent encore les nomades dans l’histoire humaine ?

Les nomades du passé ont laissé des vestiges encore visibles aujourd’hui. À la fin du Paléolithique et du Mésolithique, des campements avec du mobilier et des outils ont été retrouvés sur la côte sud de Bretagne (Gr. Marchand et al). En Mongolie, des pétroglyphes de l’âge du Bronze, difficiles à dater ou à interpréter, illustrent une connexion entre les hommes et les animaux (C. Conte). Les traces matérielles peuvent même être particulièrement imposantes et inattendues. De fait, certaines villes du Sahel, comme Zinder au Niger, doivent leur création et leur morphologie urbaine à la présence de routes caravanières et aux besoins des Touaregs qui les empruntaient (L. Gagnol).

Ces traces permettent parfois de documenter le nomadisme sur le temps long, les pratiques anciennes ayant laissé des marqueurs et des coutumes vivaces. En Asie du Sud-Est, les populations nomades maritimes actuelles se déplaçant d’île en île ont une longue histoire comme le laisse penser la distribution de céramiques dans la région (B. Bellina ; J.-Chr. Galipaud). En Afrique du Nord et de l’Est et dans la péninsule Arabique, le paysage est marqué par les tombes, les pistes, les points d’eau ou les acacias entretenus par les nomades. Le déplacement avec les troupeaux et la construction d’abris légers sont toujours pratiqués aujourd’hui par des populations construisant également des bâtiments fixes (Fig. 3) (Nomad’s Lands : , N. Blond, M. Bourgeois, M. Crépy, J. Marchand). L’étude des populations nomades peut également passer par des analyses ADN et par l’ethnographie, qui permettent de retracer l’histoire des déplacements d’une génération à l’autre (P. Verdu).

Enfin, les traces laissées par les nomades ont changé, avec le passage de l’utilisation majoritaire de matériaux périssables à celle d’objets non biodégradables (plastique, verre, métal). En Mongolie, ils continuent de brûler des déchets ou de déposer des offrandes qui restent aujourd’hui présents plus longtemps (A. Dupuy).

Fig. 3 : Structures en bois (abri pour animaux, aire d’accueil) sur une terrasse en pierre sèche à flanc de colline, à côté d’une maison en pierre sèche (style hidmo), Tigré oriental © Ninon Blond
Quel avenir pour les nomades ?

La question de la survivance du nomadisme s’est également posée. L’anthropologue M.-Fr. Guédon évoque la pression d’ONG qui poussent des populations nomades à se sédentariser, et emploie le terme « d’élimination » de ces populations. Pourtant, l’anthropologue S. Labbé explique qu’à Oulan Bator des pratiques persistent, malgré la sédentarisation croissante de certaines populations nomades. Ainsi, les yourtes situées à l’entrée de la ville sont déplacées de quelques mètres en été et en hiver. De plus en plus de populations nomades adaptent leur mode de vie et leurs trajectoires aux nouveaux besoins rencontrés. L’anthropologue A. Dumont évoque notamment le cas des populations nomades des Mongols et des Toungouses, qui se rapprochent parfois des villes pour certaines démarches administratives, ou encore pour scolariser leurs enfants. Il semblerait donc que, plutôt que de parler de « disparition », il conviendrait d’évoquer l’adaptation de certaines populations nomades, facilitée parfois par l’arrivée de moyens modernes (motos, téléphones, etc.) (Fig. 4)

Fig. 4 : Yourtes dans la steppe mongole (Photo par Jacqueline Macou, Pixabay)

Bien que le dialogue entre des chercheurs de différentes disciplines puisse parfois être complexifié par l’usage de concepts et de définitions implicites propres à chaque domaine, ce colloque a rappelé toute l’importance des échanges interdisciplinaires dans l’élaboration d’un cadre de recherche pouvant accueillir la richesse des réflexions émanant de la diversité des sources et des populations étudiées. Sans avoir pour objectif d’arrêter une définition unique et définitive des nomades et du nomadisme, ces quelques jours ont cependant permis d’aborder plusieurs caractéristiques communes des nomades, en particulier l’importance de leur mobilité, qu’elle soit observable directement ou à travers leurs traces, qu’elle se fasse sur de longues ou courtes distances, qu’elle soit supposée, exigée ou empêchée.

Les auteurs

Marie Bourgeois et Isabelle Goncalves sont doctorantes en égyptologie au laboratoire HiSoMA (Université Lumière Lyon 2), et membres du laboratoire Junior Nomad’s Lands.

Pour citer ce billet : Marie Bourgeois et Isabelle Goncalves. “Qu’est-ce qu’être nomade ?”, ArchéOrient - Le Blog, 17 décembre 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16742

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search