Quelques réflexions sur les débitages de lame de silex par pression

Les débitages de lames par pression sont considérés comme l’apogée des débitages laminaires. En termes de qualité, la pression permet un contrôle accru des lames ou des lamelles extraites des nucléus. En termes de quantité, elle permet un rendement maximum des nucléus exploités.

Les lames sont hyper-standardisées et parfaitement régulières. Elles indiquent une très grande maîtrise des opérations de taille. Tout ceci a conduit très tôt les préhistoriens à les considérer comme un aboutissement des productions lithiques préhistoriques, une apogée des productions laminaires avant les âges des métaux

Cette impression de perfection, la chronologie récente, marquant la fin de la préhistoire, les contextes archéologiques parfois et les savoir-faire évidents nécessaires à cette pratique ont amené à considérer ces débitages comme l’œuvre aboutie de spécialistes de la taille du silex ou de l’obsidienne.

Devant une telle maîtrise d’exécution, il semblait naturel d’imaginer le recours à des tailleurs “professionnels” détenteurs d’une technique complexe.

La reconnaissance et la compréhension de ces débitages par les préhistoriens ont été très largement tributaires des recherches des techniques en archéologie expérimentale.

L’origine de la recherche sur les débitages de lames par pression remonte aux années 60. À l’époque, des chercheurs comme Jacques Tixier ou encore DonCrabtree ont essayé de reproduire des lames dont les caractéristiques ne pouvaient pas être obtenues par l’emploi de la percussion. Le problème était de transmettre une force suffisante pour extraire une lame d’un nucléus. L’idée d’utiliser la pression s’est alors imposée à ces chercheurs. Ils ont donc mis au point une béquille de bois armée d’une pointe en cuivre ou en os, ou encore en bois de cerf, destinée à transmettre une force capable de produire le détachement d’une lame.

Utilisation de la béquille pectorale rigide (Inizan M.-L., et al. 1995, fig. 30, n°4, 78).

Utilisation de la béquille pectorale rigide (Inizan M.-L., et al. 1995, fig. 30, n°4, 78).

Utilisation de la béquille pectorale souple pour débiter des lames (Inizan M.-L., et al. 1995, fig. 30, n°3a, 78).

Utilisation de la béquille pectorale souple pour débiter des lames (Inizan M.-L., et al. 1995, fig. 30, n°3a, 78).

 

Une béquille a été mise au point pour permettre la production de lames par pression. Sa conception était simple et fonctionnait surtout par le poids du tailleur lui-même. Plus le tailleur était lourd, plus la puissance était grande. Des matériaux comme l’obsidienne ou des silex de bonnes qualités mécaniques ont pu être débités de cette manière. L’efficacité de la pression transmise par une béquille pour reproduire des lames archéologiques s’est imposée.

La béquille ne permettait cependant pas, par manque de puissance, de reproduire l’ensemble des lames archéologiques connues. Jacques Pélegrin eut l’idée de la perfectionner en travaillant sur la souplesse du bois. Son idée maîtresse était qu’une béquille solide mais dotée d’une certaine souplesse (selon le principe de l’arc) permettrait de libérer davantage d’énergie pour extraire la lame. Il mit alors au point, avec succès, une béquille où le poids du tailleur n’était plus l’élément fondamental dans la production de lames.

La recherche sur les outils de pression a été menée de pair avec celle de systèmes de fixation des nucléus travaillés. C’est sans doute la première fois que se posait de manière aussi forte la nécessité d’imaginer comment les tailleurs préhistoriques immobilisaient les blocs à travailler et de raisonner sur les positions du corps durant la taille. De fait, il est impossible de débiter une lame par pression si le bloc bouge. De même, la puissance de la pression développée à l’aide de la béquille ne permet pas d’immobiliser l’objet dans la main, comme lors des expérimentations de débitage par percussion.

Là encore, l’imagination et les références ethnologiques ont été la clef des solutions adoptées. La pratique de la taille expérimentale et les instruments mis au point ont renforcé la conclusion selon laquelle le débitage par pression avait un caractère spécialisé.

La préhension, la fixation, l’immobilisation ont été au cœur des réflexions sur les débitages de lame par pression. Des pinces en bois, des étaux sommaires, des trous dans le sol ou dans du bois : les solutions ont été multiples pour caler les nucléus à travailler. Elles sont aujourd’hui la marque même des tailleurs, car si les béquilles de débitage sont souvent les mêmes, les immobilisations divergent. Ce constat est vrai aussi en ethnographie où il est fréquent de voir des étaux ou des immobilisations corporelles radicalement différents pour les mêmes activités.

Au Levant, il n’est pas rare de remarquer, lors de l’examen de nucléus néolithiques débités par pression, que la limite d’exploitation est sensiblement la même sur un site donné mais que cette même limite varie selon les sites archéologiques. Cette limite nous donne le « moment » où le nucléus, pourtant en bon état, ne peut plus produire de lames. Comme si sa dimension résiduelle, son volume ne permettaient plus une immobilisation satisfaisante pour produire des lames (nucléus épuisés). La limite d’exploitation n’étant pas la même d’un site à l’autre, il est possible que les immobilisations n’aient pas été les mêmes d’un site à l’autre.

Des lames de plus en plus longues

L’exploration des possibilités de la béquille souple a été poussée à son maximum, par Jacques Pélegrin en premier lieu, puis, par d’autres chercheurs qui ont repris son invention.

Aussi performante soit-elle, la béquille ne permet cependant pas de dépasser une certaine longueur de lame et ne permet pas non plus d’exploiter les matériaux de qualité mécanique “médiocre”. Il fallait donc trouver un nouveau dispositif permettant de reproduire les lames archéologiques de plus grandes dimensions. Là encore, les travaux de J. Pélegrin et ceux de l’école soviétique ont été pionniers. J. Pélegrin met au point un bras de levier capable de développer plusieurs centaines de kilos de pression. Une méthode simple, dont la puissance permet l’extraction de très grandes lames régulières.

Au final, on peut avec ces deux systèmes, béquille et grand levier, reproduire l’ensemble des lames archéologiques connues.

Utilisation d'un grand levier pour extraire des lames de silex (d'après J. Pélegrin, extrait du film CNRS "Outils, techniques et tablettes : sur les traces de savoirs agricoles d’autrefois ")

Utilisation d’un grand levier pour extraire des lames de silex (d’après J. Pélegrin, extrait du film CNRS “Outils, techniques et tablettes : sur les traces de savoirs agricoles d’autrefois “)

Levier fonctionnant à l'aide d'une corde (Volkov P. V. et al., 1991, fig. 4-5, 386)

Levier fonctionnant à l’aide d’une corde (Volkov P. V. et al., 1991, fig. 4-5, 386)

 

La mise en place des deux procédés, les nécessités de mise en forme des nucléus et la maîtrise demandée lors de l’exécution ont là encore accrédité l’hypothèse de haute technicité pour la réalisation des lames. L’idée d’un savoir-faire important, d’une production standardisée, de tailleurs préhistoriques hautement spécialisés, voir d’artisans (?), s’est imposée au point que peu de chercheurs remettent en cause ce qui est devenu un postulat.

Un autre élément à ajouter à cette réflexion sur la pression est la trousse à outils d’un tailleur dessinée par des fonctionnaires espagnols au XVIe siècle. La trousse contenait un instrument évoquant une béquille. En dehors des chercheurs nord-américains, peu se sont penchés sur cet instrument. Les différentes tentatives de son utilisation se rapprochent davantage du mode de fonctionnement du levier que de la béquille, pourtant l’instrument est appelé “Crutch” (béquille).

Matériel du tailleur d'obsidienne mexicain. En « C » la béquille (Tixier et al., 1984, fig. 1, 151.)

Matériel du tailleur d’obsidienne mexicain. En “c” la béquille (Tixier et al., 1984, fig. 1, 151.)

Une réflexion différente et la prise en compte de paramètres parfois sous-estimés ou ignorés sont cependant possibles.

Utilisation de la « béquille » méso-américaine (Inizan M.-L., et al. 1995, fig. 30, n°5, 78).

Utilisation de la “béquille” méso-américaine (Inizan M.-L., et al. 1995, fig. 30, n°5, 78).

Retour sur les expérimentations

Depuis la mise au point de la béquille, toutes les expérimentations ont visé à son amélioration. La pression a été pensée dans ce sens, et uniquement dans ce sens. Béquille pectorale, béquille à main, béquille d’épaule… au point qu’on oublie parfois que si la pression est bien indispensable, la béquille, elle, est une hypothèse ! Ce constat est le même pour bien des expérimentations dans le domaine des études lithiques. Les tailleurs ont souvent été formés par les mêmes aînés et eux-mêmes forment de nouveaux étudiants : cela conduit à une uniformisation des pratiques. L’imagination, indispensable dans nos domaines, s’en trouve souvent appauvrie.

Les expérimentations ont toujours été réalisées sur des matériaux de bonne qualité mécanique, de l’obsidienne ou du très bon silex. Ce qui est loin d’être le cas dans les séries archéologiques, au moins du Proche-Orient. En Syrie ou au Liban, il n’est pas rare de voir des matériaux à peine silicifiés ou comportant des inclusions non-silicifiées qui ont pourtant été exploités pour des débitages de lame par pression. Des matériaux que les tailleurs modernes auraient soigneusement évité d’exploiter (les ondes de pression se diffusent très mal dans ce type de matériaux). Pourtant, la pression doit non seulement être capable de reproduire des lames de dimensions comparables aux lames archéologiques, mais aussi dans les mêmes matériaux.

 Une autre façon de faire

Utilisation d'un petit levier pour extraire des lames de silex (modèle de « transport » mis au point par H. Harrok).

Utilisation d’un petit levier pour extraire des lames de silex (modèle de “transport” mis au point par H. Harrok).

Une réflexion sur les instruments mis au point par J. Pélegrin et un examen des matériaux et des industries proche-orientales nous ont amené à proposer un autre système pour la réalisation de lames (Travaux de F. Abbès et de H. Arrok menée au centre de Jalès et à l’Ecole Centrale de Lyon). H. Arrok doctorant de l’université de Lyon 2 et membre du laboratoire d’Archéorient a mis au point un petit levier (1 m de long) capable de reproduire l’ensemble des lames traditionnellement attribuées à la pression par béquille. Ce levier développe une puissance permettant aussi de traiter des matériaux mal silicifiés et donc de reproduire des débitages proche-orientaux (exp. F. Abbès et H. Arrok). Notre propre apprentissage avec cet instrument nous permet d’extraire en série des lames régulières de plus de 25 cm de long pour 3 cm de large (exp. F. Abbès et H. Arrok). De fait, c’est la difficulté à trouver des blocs de grandes dimensions qui est aujourd’hui une limite à ces expérimentations. Ce système s’oriente aussi en fonction de l’objectif du tailleur et permet de reproduire des lames traditionnellement attribuées aux chasse-lames. Ces techniques de taille permettent l’extraction de lames ou d’éclats par une percussion indirecte. Un bois de cervidés est positionné sur un bloc de silex, un coup est porté à l’aide d’un maillet sur le bois de cervidés, le contre-coup sur le bloc de silex crée un enlèvement. C’est l’une des techniques qui permet la production de lames régulières (Inizan M.-L., et al. 1995, fig. 4, n°3, 31)

 La mise en forme des blocs nécessite un vrai apprentissage (qui reste néanmoins parfaitement accessible à un “tailleur moyen”). Au minimum, un plan de frappe adéquat et des enlèvements sur les flancs du nucléus pour permettre son insertion dans un système d’immobilisation sont nécessaires. L’utilisation du levier est quant à lui très aisée.

Production de lames au petit levier (exp. H. Arrok).

Production de lames au petit levier (exp. H. Arrok).

L’apprentissage

En 2011, un stage d’initiation aux débitages par pression (béquille et petit levier) a été organisé à l’antenne d’Archéorient à Jalès. L’objectif était de réunir des étudiants en préhistoire qui n’avaient jamais taillé, ou très peu : 12 étudiants n’ayant jamais pratiqué la pression ni la mise en forme de nucléus ont donc été réunis pendant 10 jours. Outre l’initiation à la pression, l’objectif était de comprendre comment des débutants pouvaient acquérir cette technique et quelles étaient les principales difficultés dans l’apprentissage.

Afin de limiter les difficultés, les mises en forme de nucléus ont été réduites au maximum. Souvent, elles se limitaient à la simple réalisation d’un plan de frappe, sur des blocs ou des éclats dont les flancs permettaient une exploitation directe. Malgré cette simplification, cette étape a été la plus difficile pour les stagiaires. Cependant, certains sont parfaitement arrivés à ouvrir des plans de frappe au bout de 10 jours.

L’utilisation de la béquille a été simple. Au bout de 2 jours, la plupart des étudiants faisaient des lames. À la fin du stage, les plus doués étaient en mesure de faire de petites séries laminaires. Seul le maintien d’un rythme constant d’extraction n’a pu être atteint ; le rythme de taille est en effet apparu comme la vraie difficulté à surmonter. Avec un petit levier, tous les étudiants ont été capables de produire des lames de belle facture très rapidement. Là encore, les plus doués ont pu réaliser des séries.

Ce stage a été limité dans le temps, mais d’emblée il est apparu que l’emploi du levier était plus aisé et qu’il pouvait être maîtrisé très rapidement, au contraire de la béquille.

 Il ressort de ces différentes réflexions et expérimentations que, si la béquille permet une pression satisfaisante pour nombre de débitages, elle ne permet pas de dépasser certaines longueurs de lame et, surtout, elle ne permet pas de traiter l’ensemble des matériaux utilisés par les tailleurs préhistoriques. Des limites que l’emploi d’un petit levier, simple d’utilisation, permet de dépasser. Il en ressort aussi que la maîtrise d’un petit levier permet d’obtenir des lames comparables à celles attribuées à la béquille ou aux chasse-lames. L’hypothèse de haute technicité pour l’emploi de ces techniques est toute relative. Un tailleur connaissant les principes peut très rapidement accéder à une bonne maîtrise. Les compétences techniques ne peuvent être l’argument unique dans une réflexion sur le statut des tailleurs préhistoriques. L’interprétation de ces compétences est toute relative et c’est bien le contexte archéologique et son interprétation qui reste l’élément déterminant.

Bibliographie :

Desrosiers P. M. (éd.) 2012. The Emergence of the pressure blade making, From origin to modern expérimentation, Springer, Westmount Québec Canada.

Inizan M.-L., Reduron M., Roche H., Tixier J. 1995. Technologie de la Pierre Taillée, T. 4, CREP, Meudon.

Tixier J. 1984. Préhistoire de la pierre taillée, – Economie du débitage laminaire, T. 2, CREP, Meudon.

Volkov P. V., Guiria E. Iou 1991. Recherche expérimentale sur une technique de débitage, in : 25 ans d’études technologiques en préhistoire, XIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Ed. APDCA, Juan-les Pins, 379-390.

Vidéographie : 

2000 “Outils, techniques et tablettes : sur les traces de savoirs agricoles d’autrefois”, réalisation P. C. Anderson et P. Aigouy, production Le programme EARTH, le CEPAM (CNRS), Valbonne, le CELAT de l’Université Laval, CNRS audiovisuel, Meudon.

L’auteur :
Frédéric Abbès est Ingénieur de Recherche au CNRS.
Préhistorien, spécialiste des industries lithiques.
UMR 5133 – Archéorient, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.


Pour citer ce billet : Abbes F. 2013. Quelques réflexions sur les débitages de lame de silex par pression, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 27 septembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1672

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 27 février 2014

    […] Abbes F. 2013. Quelques réflexions sur les débitages de lame de silex par pression, ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 27 septembre 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/1672 […]

  2. 18 juin 2018

    […] Abbès F. 2013. Quelques réflexions sur les débitages de lames par pression, ArchéOrient – Le Blog, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/1672. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.