Paysages du front d’Orient (6). Kukurečani, Rapeš, Gurinčet, Kalukova… villages ruinés de Macédoine

« Ma chère Yvonne,
voici une vue du village de Rapech où j’ai passé plusieurs fois. Tu pourras constater qu’il ne reste pas grand chose et que les routes ne sont plates comme celles de chez nous. »

Correspondance du front d’Orient, sans date (fig. 1)
Fig. 1 : Rapech(Rapeš, République de Macédoine du Nord) –
Carte postale du front d’Orient.

Qui n’a entendu parler des villages détruits des environs de Verdun ? Si l’on évoque les ravages de la guerre, ceux que la Première Guerre mondiale infligea aux zones où se déroulèrent les combats viennent immédiatement à l’esprit. Les destructions matérielles, d’une ampleur égalée par aucun autre conflit, marquent toujours les paysages. Elles sont bien connues en Belgique et dans le nord-est de la France, le long de la principale ligne de front, et en particulier dans la « zone rouge », si saccagée qu’aucune reconstruction n’y fut possible après la fin de la guerre (Jacquemot 2015). Parmi les centaines de villages, bourgs ou petites villes endommagés ou écrasés par les bombardements, 24 ne furent jamais relevés de leurs ruines. Sur le front des Balkans, où la guerre a laissé des traces encore bien visibles (voir le billet précédent), ce phénomène de disparition des sites d’habitat reste très mal documenté alors que, là aussi, de nombreuses localités furent entièrement rasées entre l’hiver 1916 et la fin de l’été 1918.

Comme à l’ouest, et dès 1916, les belligérants organisèrent, parfois sans grand ménagement, l’évacuation de nombreux villages et le déplacement des habitants à bonne distance des zones de combat avant de commencer leurs travaux de retranchement ou parfois d’y établir leurs quartiers. Leurs dispositifs défensifs opposés délimitèrent alors une bande de terrain dont la largeur variait selon les conditions dictées par le relief, un no man’s land de part et d’autre duquel s’ajustaient les tirs répétés de l’artillerie. Le front fut assez stable, à l’exception d’un secteur central, dans la Pélagonie, où entre septembre et novembre 1916, la poussée conjuguée des Français, des Serbes et des Italiens fit reculer les positions germano-bulgares sur environ 25 km vers le nord, au-delà de la ville de Monastir (aujourd’hui Bitola). Cette migration de la ligne d’affrontement entraîna un surcroît de destructions puisque toute la zone fut balayée, avec une intensité variable, par les tirs d’obus (fig. 2).

Fig. 2 : Carte des villages ruinés dans la plaine pélagonienne et sur les reliefs voisins. Sources : Archives de la Défense. NB : le décompte est probablement sous-estimé du fait d’une absence d’information pour les secteurs situés au nord de la ligne de front de novembre 1916 et d’une imprécision des sources pour les secteurs de montagne © N. Jacob-Rousseau

Les sites d’habitat, parfois déjà dégradés lors des guerres balkaniques (1912-1913), furent fortement endommagés, voire totalement détruits par cette guerre de position et plus encore lorsqu’il y eut quelques mouvements des lignes. Ceux-ci, en effet, ne se firent qu’au prix d’un pilonnage acharné des positions adverses. De nombreux villages ou hameaux devinrent alors des objectifs militaires dès le moment où les troupes adverses s’y étaient retranchées ou y avaient établi des cantonnements ou des dépôts de matériel. Les documents d’archives permettent de recenser précisément les sites ruinés de la Pélagonie et de mesurer les effets du déplacement de la ligne de front vers le nord dans une région où les combats furent parmi les plus durs de toute la campagne de Salonique (fig. 2). Logiquement, les principales concentrations de villages ruinés se localisent dans les secteurs où les combats se sont prolongés autour de positions fixes : le sud de Bac, les hauteurs du Dzaula dans la boucle de la Cerna, et ensuite le nord de Monastir au-delà duquel le front se stabilisa jusqu’en septembre 1918.

Des photographies aériennes montrent l’état de ruine totale de certains villages et sont assez précises pour que l’on remarque les innombrables cratères produits par l’impact des obus, comme à Kukurečani, gros bourg du nord de Monastir (fig. 3). À l’exception de quelques lieux de culte isolés (monastères), seuls de rares bâtiments échappèrent à la destruction. Sur les cartes-photos des soldats, on perçoit également l’état de délabrement avancé des maisons, souvent presque rasées et d’autant plus aisément que, dans la plaine marécageuse de la Cerna, l’habitat rural était en pisé donc par nature très friable.

Fig. 3 : Kukurečani après sa destruction par les bombardements répétés ; photographie aérienne du 21 mars 1918 ; le numéro indique la position d’une batterie du camp adverse – Service Historique de la Défense.

Tout indique que les hommes engagés ne furent pas insensibles à cette désolation qu’ils côtoyèrent de près ou dont ils furent même les auteurs, car de nombreuses cartes-photos utilisées pour leur correspondance témoignent de cet aspect de la guerre. Souvent, les quelques mots écrits au dos sont éloquents :

« Je suis actuellement sous la toile de tente provisoirement. J’occupe toutes mes journées à me confectionner une petite cabane en planche avec les maisons démolies du jour. J’espère pouvoir l’habiter dans peu de temps (…) ».

Correspondance anonyme du front d’Orient, 14 février 1917.

Les cartes postales d’éditeurs présentent aussi les destructions, sous des titres sans équivoque (fig. 4) mais qui éludent soigneusement l’origine des bombardements ou des dommages.

Fig. 4 : Une carte postale française montrant un village détruit.

Après la guerre, bien des villages furent reconstruits, mais majoritairement dans les sites de plaine ou de fond de vallée, comme Kukurečani qui est redevenu un gros bourg abritant aujourd’hui environ 950 habitants. À l’opposé, les sites localisés sur les hauteurs sont presque tous à l’abandon de nos jours. Dans la plupart des cas, il ne subsiste plus que quelques bâtiments à usage agricole et quelques champs ou enclos, en particulier sur les reliefs situés à l’ouest de la plaine pélagonienne. Ceux qui ont été réoccupés n’ont jamais retrouvé leur population d’avant la guerre et de nombreuses ruines côtoient les maisons restaurées ou nouvelles. Ainsi, Gurinčet, qui était avant 1915 un gros village situé sur les hauteurs de Gevgelija, est l’un de ces sites qui ne furent jamais réinvestis. Il s’étendait sur un plateau en pente faible et exposé au sud. Mentionné sur les cartes françaises éditées au début du conflit, il apparaît comme presque totalement détruit sur les photographies aériennes datant du mois d’octobre 1917 et sur un cliché au sol de la même époque (fig. 5 et 6). Depuis un siècle, la friche a envahi ce secteur et il est aujourd’hui très difficile de détecter des indices d’occupation humaine sur les images satellitales si on ignore l’existence de l’ancien village. Si sa présence n’était trahie par quelques différences de couleur de la végétation, sans doute dues à des teneurs en azote souvent élevées dans les anciens sites d’habitat et de jardins domestiques, on pourrait considérer qu’il a purement et simplement disparu du paysage.

Fig 5 : Gurinčet, vue vers l’ouest prise vers 1917.
Fig 6 : Le site de Gurinčet en 1917 (photographie aérienne) et 2020 (image satellitale); sources : Service Historique de la Défense, Google Earth
© infographie N. Jacob-Rousseau

Un peu plus au nord, dans la vallée du Vardar et dans un vallon de la rive gauche du fleuve, Kalukova a subi un sort comparable. Dans le site actuellement occupé par quatre grands bâtiments de stabulation, plus rien ne laisse soupçonner l’existence du gros village musulman qui s’étirait sur les pentes. Des cartes-photos en montrent plusieurs vues sur l’une desquelles la mosquée désertée a été transformée en ambulance de campagne, comme le signale un petit fanion flottant sur le minaret, tandis que sur les versants proches les maisons, abandonnées, sont déjà en voie de délabrement (fig. 7).

Fig 7 : Une vue de Kalukova sur une carte-photo allemande.

Même en se rendant sur le terrain, il est de nos jours bien difficile de détecter des traces de l’habitat ancien. Des fermes de Hidzeharabati (appelé aussi Yeni Mahale), établissement rural situé sur de petites croupes dominant la rive gauche du Gallikos, à 20 km à vol d’oiseau au nord de Thessalonique, il ne reste aujourd’hui plus rien (fig. 8) hormis une église isolée qui semble postérieure à la guerre. Aucune racine de mur n’affleure sur les terrains de parcours, aucun terre-plein ne trahit l’emplacement des bâtisses qui, sur une photo prise en mars 1916 apparaissent pourtant bien solidement construites. Sans doute en aura-t-on remployé les pierres lors de la construction du village de Petroto, situé un peu en contre-bas, le long de la grand-route longeant le fleuve.

Fig. 8 : Hidzeharabati vers 1917 (en haut) et en 2021 (en bas), photos prises vers le nord, sous un angle un peu différent © N. Jacob-Rousseau.

Dans ces trajectoires paysagères impulsées par les guerres balkaniques et la Première Guerre mondiale, on décèle en premier lieu les recompositions économiques qui ont marqué les Balkans comme le reste de l’Europe au cours du XXe siècle. Indépendamment du degré de destruction atteint au cours de la guerre, la position géographique semble être le facteur qui aura présidé à la renaissance ou à l’abandon d’un village : avantage aux plaines et aux localités bien desservies par les axes, handicap de la pente, de l’enclavement, de l’altitude… (et on soulignera que les sites montagnards qui furent réoccupés donnent de nos jours d’évidents signes de déprise). C’est ici une première différence avec les régions dévastées du front de l’ouest où ce fut avant tout l’état du terrain et du bâti qui décida de la remise en culture et de la réinstallation. Mais au-delà de ce partage topographique, s’invite aussi la mémoire et le rapport à l’espace. La différence d’avec le front de l’ouest est alors frappante. Tandis la Lorraine entretient avec soin des sites érigés en espaces-mémoriels et maintient symboliquement le statut administratif des villages « morts pour la France » des environs de Verdun, la situation paraît fort différente dans les parages du front de Macédoine. En Grèce, certains villages détruits ou désertés furent les lieux où l’on installa les déplacés d’Asie mineure après les échanges de populations de 1922. Aujourd’hui, à quelques kilomètres de la frontière nord du pays, Plagia (Kara Sinanci en 1916) est peuplée pour moitié de descendants des réfugiés de Smyrne, pour moitié des descendants des Grecs déplacés de Thrace orientale. Leurs horizons mémoriels sont ailleurs.

Référence

Stéphanie Jacquemot, « Regard archéologique sur les villages martyrs de la Grande Guerre en Lorraine », Archéopages [En ligne], 40 | 04-07/2014, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 16 juin 2021. URL http://journals.openedition.org/archeopages/641 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ archeopages.641

L’auteur

Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Nicolas Jacob-Rousseau. Paysages du front d’Orient (6). Kukurečani, Rapeš, Gurinčet, Kalukova… villages ruinés de Macédoine, ArchéOrient - Le Blog, 3 décembre 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16690

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 3 janvier 2022

    […] Paysages du front d’Orient (6). Kukurečani, Rapeš, Gurinčet, Kalukova… villages ruinés de Ma…, par Nicolas Jacob-Rousseau, sur ArchéOrient – Le Blog. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.