Un enlèvement au sérail … Quand Mozart s’invite à Jalès

Le regard des scientifiques

Bien connu des mélomanes en Ardèche du sud, le festival de “Labeaume en musiques” se tient chaque année depuis 25 ans dans le village du même nom sur les berges de la rivière. L’association allait inaugurer cette année une nouvelle formule : les concerts ne se dérouleraient plus seulement à Labeaume, mais des scènes seraient montées en divers lieux du territoire. C’est ainsi qu’au cours de l’hiver la commanderie fut pressentie pour accueillir un des spectacles. Pour les collègues qui fréquentent l’antenne de Jalès, la cour du XVIIIeme S. est un espace central qui accueille les activités scientifiques comme l’expérimentation archéologique ou le traitement des échantillons. A la belle saison, chercheurs, étudiants ou stagiaires y prennent la plupart des repas sous le tilleul. C’est cet espace qui fut sélectionné par Philippe, directeur musical, pour y interpréter l’opéra de Mozart Un enlèvement au sérail. Au mois de juin de cette année, notre cour devait donc trouver une nouvelle fonction et se transformer en lieu de spectacle. Les activités musicales et les activités de recherche n’ont aucune raison d’être incompatibles ; avec un peu d’organisation, les deux pouvaient être menées de front et nous avons donné notre accord, curieux de l’expérience. Nous n’imaginions pas alors quelle serait l’aventure !

Photo 1 : Une salle de spectacle dans la cour du laboratoire (©Olivier Barge)
Photo 2 : Débat avec le public après une représentation (©Philippe Fournier)

Le projet était construit autour d’une résidence d’artistes d’une dizaine de jours pendant laquelle le spectacle fût monté, suivi de cinq représentations données au cours des deux semaines suivantes. Si nous avons accueilli le spectacle dans nos locaux, nous-mêmes nous sommes sentis accueillis par tous les acteurs de ce spectacle. Ce fut une expérience aussi inédite qu’exceptionnelle. Depuis nos bureaux, les répétitions nous parvenaient un peu assourdies comme un murmure gracieux. Soudain, des vocalises fusaient derrière nos portes, signe qu’une chanteuse ou un chanteur était de passage dans le bureau voisin transformé en atelier de couture. La puissance de la voix, perçue là, tout près, au hasard du passage dans un couloir, est une sensation à la fois étrange et magique. Chaque soir, nous assistions aux « filages », nous donnant la chance de percevoir, de l’intérieur, le travail des artistes : ajustement des chants et du piano, élaboration progressive de la mise en scène, initiatives, tâtonnements et inventions des jeux d’acteurs. Dans le même temps, nous avons côtoyé les techniciens, éclairagistes, costumiers, accordeuse de piano et assisté à la transformation de la cour. La commanderie était devenue le sérail. La scène était disposée de part et d’autre du perron et se prolongeait même sous le tilleul, les chanteurs-acteurs évoluant dans ces différents espaces au gré des actes et au plus près du public ; ils apparaissaient aux fenêtres de l’étage, entraient en scène par le perron du bâtiment opposé ou en sortaient par la porte donnant sur la basse-cour. Mathieu avait pensé la mise en scène pour immerger artistes et spectateurs dans les vieilles pierres de la commanderie, devenue toute entière le théâtre. Philippe avait conçu cet enlèvement à partir d’une version pour piano et d’un texte en français de M. Kufferrath écrit pour l’Opéra Comique de Paris en 1903. Il avait pressenti que les hauts murs de la façade réfléchiraient subtilement le son, valorisant les voix, faisant sonner le Steinway, et donnant vie au superbe univers musical qu’il souhaitait.

Photo 3 : Blondine et Selim, Acte II (©Jean Férole)
Photo 4 : Pedrillo, Osmin et Belmonte, Acte I (©Lisa Boniface)
Photo 5 : Accordage du piano avant chaque répétition et représentation (© Olivier Barge)

Vinrent ensuite les représentations. En toute simplicité, les artistes nous avaient progressivement inclus dans leur univers et nous pouvions sentir leurs émotions. La tension avant de monter sur scène. L’angoisse feutrée de la première. La joie libérée une fois le rideau tiré (la porte du labo fermée), quand les acclamations du public attestent que le pari est gagné. D’après le témoignage des artistes, il s’est passé entre eux quelque chose d’indéfinissable pendant ces jours du mois de juin à la commanderie : ils s’y sont rencontrés, souvent pour la première fois, et une alchimie faite d’enthousiasme partagé les a portés vers cette belle réussite. Par le passé, nous avons été nous-mêmes souvent témoins de belles ambiances de travail passionné pour les collègues que nous accueillons. Magie des lieux ?

Photo 6 : L’enthousiasme du public (©Philippe Fournier)

J’étais jusqu’alors étranger à l’univers esthétique de l’opéra… et je me suis surpris à siffloter les airs de Mozart ! Les préjugés ont explosé : si j’ai été rapidement conquis par la mise en scène et le jeu des acteurs, au fil des représentations, c’est la musique qui m’a emporté ! C’est certain, l’enchantement a opéré sur tout le public et Philippe a gagné un autre pari : rendre à l’opéra sa condition d’art populaire.

Photo 7 : Blondine, Pedrillo, un garde, Bermonte et Osmin, Acte III
(©Jean Férole)

Olivier Barge


Le regard des artistes

Le porche franchi, nous voici dans la cour d’honneur de cette ancienne commanderie templière. Il y a d’emblée une énergie qui semble parcourir ce lieu, plus fascinant qu’imposant. Dans cette cour, nous avons pu dresser nos tréteaux, essayant d’épouser le site et suggérant une perception renouvelée par le spectacle musical. En aucun cas, il ne s’agit de transformer ce que l’histoire façonne ici depuis des siècles.

“Labeaume en Musiques” est conviée par le CNRS et Archéorient à éprouver ce site d’exception, à le ressentir. Les rencontres qui jalonnent la mise en place de cette première édition révèlent aussi l’engagement et la passion de celles et ceux qui habitent et qui font vivre la Commanderie…

Ensemble, nous parlons de spectacle vivant, de publics, mais aussi d’Orient et d’histoire, de recherche, de métiers à découvrir et à partager. Le lieu restitue sa dimension première venue d’orient : un caravansérail, une hostellerie où l’accueil est offert à une mosaïque de visages provenant des horizons les plus divers.

“Labeaume en Musiques” a présenté en juin 2021 Un Enlèvement au Sérail d’après l’opéra de Mozart: spectacle familial chanté en français, donné par les artistes d’Orphéon la Compagnie Vocale et mis en scène par Mathieu Lebot-Morin. Cinq représentations avec la complicité d’Archéorient et un millier de spectateurs de tous les âges. 

Nous quittions le confinement d’avril et le retour sur scène était encore conditionné aux jauges sanitaires et au couvre-feu en vigueur. 

Alors, pour cette première fois en ces murs, que de bonheurs, que de joies, que de partages autour de la musique de Mozart et avec l’immense bénéfice d’une acoustique sans faille!

La commanderie de Jalès est un récit en soi qui a su préserver sa dimension accessible, humaine, où l’accueil est une composante des lieux.

La dimension artistique se conjugue admirablement à l’esprit du site : éphémère par nature, le spectacle vivant s’harmonise avec l’existant et contribue à révéler d’autres géométries, d’autres expressions présentes dans la pierre. La musique et le jeu des acteurs-chanteurs font naître au fil des répétitions et des spectacles de nouveaux espaces, de nouvelles possibilités d’interroger la Commanderie.

Trois semaines de présence qui nous situent les uns vers les autres: artistes, techniciens, chercheurs du CNRS, bénévoles de Labeaume en Musiques, publics… Le lieu l’autorise et même le réclame: il est conçu pour que s’élargisse le champ des possibles et des récits partagés.

Pour cela, professionnalisme et légèreté seront les clefs capables d’ouvrir toutes les portes en maintenant au centre les aspects liés au jeu, au plaisir et au désir : créer, promouvoir, échanger, imaginer, donner…

Valoriser, c’est mettre de la valeur. 
“Labeaume en Musiques” se sent à juste titre valorisée en entrant à la Commanderie de Jalès et en y offrant sa contribution.

Philippe Forget

  • Philippe Forget : Direction musicale
  • Mathieu Lebot Morin : Mise en scène
  • Elsa Cantor : Piano
  • Claire Nicolas : Constance
  • Clémence Levy : Blondine
  • Matthieu Justine : Belmonte
  • Vincent Laloy : Pedrillo
  • Vincent-Arnaud Gautier : Osmin
  • Philippe Forget : Sélim
  • Marc Anselmi : Création costumes
  • Marylène Richard : Confection costumes
  • Arnaud Perrat : Régie générale
  • Pascal Barraud : Création lumières

Les auteurs

Olivier Barge est Ingénieur de Recherche au CNRS. Géographe et cartographe, il est membre de l’UMR 5133-Archéorient, basé à l’antenne de Jalès.

Philippe Forget est chef d’orchestre, compositeur, auteur, directeur artistique de “Labeaume en Musiques”. 

Pour citer ce billet : Olivier Barge et Philippe Forget. Un enlèvement au sérail … Quand Mozart s’invite à Jalès, ArchéOrient - Le Blog, 19 novembre 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16621

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. BOEGLIN patricua dit :

    Salut Olivier
    Contente d’avoir partagé ces beaux moments avec toi et tous les bénévoles de Labeaume en musiques.
    Merci pour ce joli résumé
    A bientôt Patricia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search