Retour sur la 14e International Conference of Archaeological Prospection (Lyon 2021)

La première édition de l’International Conference of Archaeological Prospection (ICAP) a eu lieu à Bradford en 1995. Elle avait alors regroupé une petite communauté scientifique de géophysiciens travaillant dans le domaine de l’archéologie, une spécialité qui restait marginale dans les grandes manifestations scientifiques, que ce soit en archéologie ou en sciences de la terre. Ce colloque a dès lors permis d’échanger sur la mise en œuvre et les approches spécifiques des méthodes géophysiques, plus couramment utilisées en contexte environnemental ou pour des détections plus profondes mais moins détaillées que celles que nécessite l’archéologie. De caractère résolument interdisciplinaire, l’ICAP est régulièrement fréquentée par des archéologues, que ce soit comme simple auditeur ou pour venir partager leur expérience de l’utilisation de la géophysique dans leurs problématiques de recherche. Il faut noter à ce sujet que dans beaucoup de pays, les disciplines ne sont pas aussi cloisonnées qu’en France entre les sciences humaines et les sciences dites « dures ». Beaucoup de collègues qui se consacrent entièrement aujourd’hui à l’utilisation des méthodes géophysiques ont à la base une formation d’archéologue, tout en gardant une affinité et un goût pour la physique, la géologie ou encore la programmation ou l’électronique. C’est bien d’ailleurs dans cet esprit qu’a été mis en place à l’université Lumière Lyon 2 le master « Archéologie, sciences pour l’archéologie » qui offre aux étudiants l’opportunité de se spécialiser dans des domaines faisant appel à des compétences complémentaires hors des SHS.

En 2003, lors de la 4e ICAP qui se tient à Cracovie, est créée l’International Society of Archaeological Prospection (ISAP) qui va permettre à cette communauté scientifique qui ne cesse de grossir de se structurer et de donner plus de visibilité à une discipline qui devient incontournable pour la compréhension et la préservation des sites archéologiques. L’ISAP publie ainsi une newsletter trois fois par an, propose des bourses étudiantes, des soutiens financiers pour des projets émergents et anime une liste de discussion.

Les champs disciplinaires traités au cours des ICAP qui ont suivi se diversifient, conséquence des développements technologiques qui touchent le domaine de la prospection archéologique, comme la télédétection, l’analyse spatiale ou plus récemment le drone ou le LIDAR.

En 2015, le laboratoire Archéorient dépose une candidature auprès de l’ISAP pour l’organisation de la 14e édition de l’ICAP à Lyon. Depuis une dizaine d’années, le pôle de géophysique appliquée à l’archéologie s’est considérablement renforcé et la création du LabCom GEO-HERITAGE a permis de lancer un ambitieux programme de recherche et développement en collaboration avec la Société Éveha International. La candidature de Lyon est retenue l’année suivante et dès 2020, le comité d’organisation formé de membres d’Archéorient et de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée  planche sur les thèmes des sessions, prévoit les visites scientifiques et culturelles et s’engage avec abnégation à tester un maximum de restaurants lyonnais afin de choisir où aura lieu le dîner du colloque.

Fig.1 : Accueil virtuel de la conférence

Fig. 2 a et b : Salle de conférence

En 2020, la crise sanitaire due au COVID entraîne bien entendu l’annulation de nombreuses manifestations scientifiques. Septembre 2021 est encore loin et, comme beaucoup, nous espérons que d’ici-là tout sera revenu à la normale. Début 2021, il faut se rendre à l’évidence, l’ICAP devra avoir lieu en virtuel si nous voulons maintenir la manifestation. Le comité d’organisation opte alors pour la plateforme Gather.town (Fig. 1) : celle-ci permet de créer un espace virtuel dans lequel chaque participant peut se mouvoir avec un avatar personnalisé. En dehors des séances plénières qui se déroulent comme les conférences virtuelles « classiques » (Fig. 2a et 2b), les participants peuvent se déplacer dans les différentes salles et interagir avec les collègues qui se trouvent à proximité. Gather permet donc de retrouver une forme de sociabilité et d’échange, qui font habituellement pour une grande part l’intérêt des colloques en présentiel. Cette solution interactive permet aussi de mettre en place des sessions posters (Fig. 3) où l’auteur peut présenter en direct sa recherche et répondre aux questions des collègues. La plateforme a aussi permis de proposer une visite virtuelle de Lyon et Vienne à travers différents médias (Fig. 4). Si les sexa- et septuagénaires ont eu besoin de quelques minutes de prise en main, les quadra- et quinquagénaires ont de suite retrouvé l’ambiance (et les réflexes) du jeu Zelda de leur enfance, alors que les plus jeunes étudiants découvraient l’univers graphique des premiers jeux vidéo dont ils avaient entendu parler par leurs parents !

Fig. 3 : salle des posters
Fig. 4 : visite virtuelle de Lyon et Vienne

L’édition 2021 de l’ICAP a rassemblé des contributions autour de quatre grands thèmes :

  • Case studies and archaeological feedback
  • Methods and innovations
  • Environmental studies and landscape evolution
  • Processing and visualisation of data
  • Spatial analysis and aerial remote sensing

Les pré-actes du colloque ont été publiés dans un volume Hors-série de la revue « Archéoscience – Revue d’archéométrie » et sont disponibles en libre accès en ligne sur le site de Cairn (Fig. 5).

Fig. 5 : Couverture de la publication des préactes

Beaucoup de « Case studies » ont été présentées et représentent la grande majorité des contributions, témoignant malgré les difficultés de ces deux dernières années une grande activité de terrain dès que la situation sanitaire le permettait. Il est difficile de résumer une telle diversité de cas d’étude : si l’utilisation du radar s’impose de plus en plus, c’est tout de même l’utilisation de plusieurs méthodes, avec des approches jouant sur leur complémentarité, qui restent dominantes. Plusieurs études concernent le contexte urbain moderne qui, bien que plus complexe pour une approche géophysique, donne des résultats de plus en plus essentiels, que ce soit d’un point de vue patrimonial ou scientifique (voir par exemple Paez-Rezende et Hulin, Kay et al., Thiesson et al.). Il faut noter aussi les impressionnants résultats obtenus dans la cathédrale Notre-Dame de Paris réalisés dans la cadre du programme de restauration de l’édifice (Hulin et al.).

Du point de vue des méthodes, des progrès très nets ont été faits dans l’utilisation des drones qui commencent à s’approcher, dans certains cas simples, de la résolution que l’on peut obtenir avec une prospection au sol (Gavazzi et al., Linck et al., Schmidt et al.). La prospection magnétique reste aussi très employée et les études sur le signal magnétique pour mieux caractériser les structures archéologiques restent riches et innovantes, comme par exemple celles qui utilisent l’orientation du champ magnétique des fours pour différencier les phases d’occupation d’un site (Scheibecker), ou encore celles qui classent les unités d’habitation d’un site selon leur aimantation (Pickartz et al.).

Les autres sessions ont accueilli moins de contributions : concernant le traitement des données, celles issues de géoradars concentrent l’attention mais il faut noter aussi la contribution originale sur le « bruit » présent inévitablement dans toutes données géophysiques (Schmidt et al.).

Côté « lyonnais », l’ICAP 2021 a été l’occasion de présenter les résultats obtenus sur les sites orientaux étudiés par les membres d’Archéorient, comme Parsargades en Iran (Sanchez et al.), à Larsa en Irak (Darras et Vallet) ou encore à Saqqara en Egypte (Vitale et al.). Des approches plus méthodologiques ont aussi été présentées : les prospections réalisées à Vienne en collaboration avec l’UMR 7619 Métis ont permis de tester une approche combinée des méthodes radar et électrostatiques (Benech et al.). Les prospections murales réalisées au géoradar dans le cadre du programme d’étude de la commanderie de Jalès ont enfin montré tout l’intérêt de cette méthode pour réaliser des études du bâti plus approfondies (Benech et al.). Enfin, la contribution du laboratoire Archéorient à l’ouverture des données de la recherche a été représentée par le thésaurus sur la prospection archéologique réalisé dans le cadre du projet Hyperthesau (Rousset et Girard).

Malgré les conditions très particulières dans lesquelles s’est déroulé le 14e ICAP, l’utilisation d’une plateforme virtuelle a permis de maintenir la tenue du colloque : la fidèle participation des membres de l’ISAP a permis d’offrir un programme riche et varié, même s’il témoigne aussi d’un ralentissement de la recherche sur certains thèmes pour lesquels la collecte des données a manqué.

L’auteur

Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Christophe Benech. Retour sur la 14e International Conference of Archaeological Prospection (Lyon 2021), ArchéOrient - Le Blog, 29 octobre 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16529

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 novembre 2021

    […] La première édition de l’International Conference of Archaeological Prospection (ICAP) a eu lieu à Bradford en 1995. Elle avait alors regroupé une petite communauté scientifique de géophysiciens travaillant dans le domaine de l’archéologie, une spécialité qui…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search