Paysages du front d’Orient (5). Cicatrices de guerre : Archéologie d’un paysage mémoriel

Les conflits induisent des évolutions paysagères directes ou indirectes, rapides ou lentes, qui peuvent demeurer observables même après une longue durée. Par leurs conséquences démographiques (mortalité, exodes de population), ils sont en effet un facteur indirect du changement paysager, l’abandon rural étant alors suivi de la reprise de la végétation, de la disparition des aménagements ruraux, parfois même de certains sites habités.

Mais plus directement, et particulièrement dans les guerres de la période contemporaine, ce sont les actions militaires qui laissent une empreinte dans l’environnement (Hupy 2008). À travers les constructions d’ouvrages de défense, les travaux d’accès aux positions militaires mais aussi les bombardements et les destructions intentionnelles, la guerre est un agent de l’évolution morphogénique (Hupy et Schaetzel 2006) et elle produit des anthropoformes spécifiques et parfois très durables, les polémoformes (Taborelli et al. 2017a). Son rôle écologique sur les groupements végétaux et les forêts n’est pas négligeable non plus et a été pointé dès la fin du XIXe siècle par des botanistes ou géographes qui ont proposé des concepts comme flore obsidionale ou polémosylvofacies (Gaudrefroy et Mouillefarine 1872 ; Amat 1999).

Au cours de la dernière décennie, la commémoration du centenaire de la Grande Guerre s’est accompagnée, en France ou en Belgique, de collectes d’archives, de travaux historiques sur le conflit mais aussi de recherches sur les liens entre guerre et environnement (Stichelbaut et al. 2009). Délaissé par l’historiographie, le front de Macédoine n’en a pas moins été fortement marqué par le conflit et ce billet, à partir d’un premier échantillonnage dans les archives militaires (conservées au Service historique de la Défense, à Vincennes) propose quelques vues du legs de la guerre dans une perspective d’archéologie du paysage.

À la fin de l’année 1915, l’échec de la campagne des Dardanelles conduisit les états-majors français et britanniques à ouvrir un second front dans l’arrière-pays de Thessalonique. Après une période marquée par quelques mouvements de lignes parfois importants, comme la poussée italienne par-delà la Vjosë en mai 1916 et la grande offensive française autour de Monastir à l’automne de la même année, le front se stabilisa pour deux ans sur une ligne qui courait des montagnes albanaises à l’embouchure du Strymon (fig. 1).

Fig. 1 : Le front d’Orient, entre le lac Prespa et la plaine du Strymon © N. Jacob-Rousseau.

Bien qu’il n’y eut pas de batailles et de destructions aussi intenses qu’à Verdun, sur le front de l’Ouest, certaines zones furent cependant très disputées, en particulier autour de Bitola (anciennement Monastir) et, dans une certaine mesure, de part et d’autre de l’actuelle frontière gréco-macédonienne, autour de Gevgelija. Cette véritable guerre de position induisit la construction de fortifications, de tranchées, de routes ou de chemins de fer, et s’exprima aussi par d’innombrables bombardements. Ces actions ont laissé d’importantes traces dans l’environnement. Dans les archives, les cartes représentant les ouvrages militaires (plans directeurs) permettent de mesurer comme sur le front ouest (Taborelli et al. 2017b) l’importance des travaux réalisés pour fortifier les positions grâce à des réseaux de tranchées et de boyaux de communication (fig. 2). Dans un secteur situé autour de Snegovo (à quelques km au nord-ouest de Bitola), la longueur cumulée des tranchées dépasse 34 km pour 14 km2, soit 2,45 km/km2

Fig. 2 : Tranchées sur la ligne de front près de Snegovo (nord-ouest de Bitola) ; en bleu les positions allemandes et bulgares, en rouge les positions françaises. Extrait d’une carte militaire française (plan directeur), feuille de Kukurečani, 1: 20000, 2de édition de mai 1917, complétée en janvier 1918. Source : Service historique de la Défense.

Plus précises que les cartes, les photos anciennes permettent de bien percevoir la diversité et la répartition des polémoformes dans le paysage, en particulier car les bois occupaient de faibles surfaces dans cette région au début du XXe siècle. Plusieurs types de formes sont bien visibles. À certains égards, les campements des troupes sont les plus spectaculaires car ils nécessitèrent des travaux parfois très importants (terrassements, creusements de souterrains ou d’abris, voies d’accès). Ils hébergeaient souvent plusieurs centaines de soldats (fig. 3 et 4) et certains furent donc de véritables villages, habités pendant près de trois ans dans les secteurs où la ligne de front était stable. Les surfaces occupées étaient parfois comparables, voire supérieures, à celles des petites localités autochtones, désertées et détruites pendant le conflit, comme Dragarino, près de Kukurečani. Compte tenu de l’éloignement par rapport à leur pays d’origine et des difficultés du ravitaillement, ces campements comprenaient souvent des jardins potagers (fig. 4), ce qui rappelle le surnom moqueur que G. Clemenceau avait injustement donné aux soldats français : « les jardiniers de Salonique ».

Fig 3 : Casemates des troupes bulgares et allemandes à Dragarino (nord de Bitola), cliché de reconnaissance français du 21 mars 1918. Source : Service historique de la Défense.
Fig 4 : Cartes-photos françaises (vers 1917-1918) représentant un campement à Bounardza, actuellement Néa Messimvria, en Grèce (en haut), un versant aménagé près de Bitola (en bas). 1 : terrasses aménagées pour l’installation des tentes ; 2 : abris souterrains sous le rebord du plateau ; 3 : jardins potagers destinés à l’alimentation des troupes ; 4 : route d’accès et déblais de terrassement ; 5 : boyau de communication
© Collection privée.

Les travaux nécessaires à ces installations ont profondément bouleversé le terrain, sur plusieurs hectares, en particulier par les galeries ou les tranchées courant à flanc de montagne, les déblais déversés sur les versants, semblables à des cônes de débris. Dans certains sites, de petites carrières ont même été ouvertes, pour construire les abris ou les socles des batteries. Il existe ainsi de vastes portions de versants sur lesquelles les sols et les formations superficielles ont été largement remaniés.

Sur les images aériennes ou dans les vues paysagères, la reconquête végétale masque aujourd’hui un grand nombre de ces formes. Cependant, elles existent toujours, en particulier sur les reliefs. Sur les crêtes pelées des massifs situés au nord-est de Bitola, on voit encore serpenter des réseaux de tranchées fort bien conservés (fig. 5). Inversement, ces polémoformes ont disparu dans la plaine pélagonienne, quand les paysans ont remis leurs champs en culture après la fin de la guerre et, surtout, lorsque de grands travaux hydrauliques, dans les années 1950, ont définitivement effacé les paysages de jadis.

Fig. 5 : Réseau de tranchées dans les environs de Rapeš (nord-est de Bitola)
© Google Earth.

À ce grand remue-ménage de terres et de cailloux s’ajoutent les effets des bombes et des explosifs. Plus curieuses, ces formes issues de la bombturbation (Hupy et Schaetzel 2006) criblent en effet de vastes zones de l’ancienne ligne de front aux abords immédiats des objectifs militaires (batteries, fortins, mais aussi villages servant de cantonnements de troupes). Les positions les plus disputées, celles qui couronnaient les massifs du Kajmakčalan et de la Tzena/Kožuf, reçurent un véritable déluge d’obus et de mitraille, en particulier au moment de l’offensive finale de la mi-septembre 1918. En ces lieux, d’innombrables cratères témoignent aujourd’hui de l’intensité des combats. À près de 1700 mètres d’altitude, la dépression marécageuse du Dobropolje (Grèce, massif du Voras) conserve ainsi dans un état de fraîcheur surprenant toutes les perforations de la préparation d’artillerie des 14 et 15 septembre 1918, lorsque les batteries françaises appuyèrent l’attaque serbe du massif (fig. 6).

Fig. 6 : Cratères d’obus dans le marécage montagnard du Dobropolje. Selon leur position, ils apparaissent sous la forme de taches circulaires claires, en terrain sec, ou foncées, lorsque les trous sont emplis d’eau © Google Earth.

On observe aussi que cette morphogenèse particulière a pu exercer, par la suite, un contrôle sur les processus écologiques de reconstitution de la végétation spontanée, en favorisant les rudérales, les plantes de milieux xériques dans les zones de déblais, les plantes d’ombre ou les hygrophiles dans les cavités ou les anciennes tranchées par exemple. De même, il est intéressant de constater, sur les images satellitales actuelles, que les sites des anciens campements sont aujourd’hui souvent occupés par la forêt. On peut faire l’hypothèse que, d’une part, leur topographie les a rendus impropres à d’autres usages (même le pastoralisme) et que, d’autre part, l’ameublissement du sol par les travaux de défense a pu favoriser l’enracinement des arbres et l’accès à l’eau. Enfin, les conséquences sur les processus de surface ne sont potentiellement pas négligeables non plus, notamment les risques associés à l’évolution des anciennes galeries ou tranchées (effondrements, glissements, concentration des écoulements).

La recherche des traces de la première guerre mondiale révèle la marque durable que ce conflit a laissée sur les formes de terrain dans la zone du front d’Orient. Des montagnes de l’Albanie aux collines de la Macédoine orientale, de longues balafres témoignent encore de l’existence d’un front militaire un peu tombé dans l’oubli.

En orientant la trajectoire écologique des milieux, la guerre influence fortement l’évolution du paysage et, par ses conséquences humaines, elle fait également de ce dernier un lieu de mémoire et d’identité. Dans certains cas, notamment quand les combats se déroulèrent en montagne, la valeur mémorielle se conjugue aux particularités des formes topographiques, conférant à des géosites une dimension historique. Bien plus divers que les longs horizons des côtes de la Champagne, de la Meuse ou de l’Argonne, les massifs balkaniques mériteraient donc tout autant que l’empreinte de la Grande Guerre y soit davantage évaluée.

Un des aspects de la question est d’identifier les sites potentiellement dangereux car, après le conflit, le départ rapide des troupes étrangères n’a pas permis le déminage systématique des zones de combat où certaines traces de la guerre ont été rapidement effacées par la reconstruction des maisons ou la remise en culture des champs. Même si Allart et al. (2012) signalent la récupération et le remploi de nombreux objets métalliques (outils, ustensiles, barbelés, vestiges de munitions) par des fermiers ou des pasteurs dans les sites de montagne des alentours de Bitola, les effets à long terme comme la pollution des sols ne sont pas à écarter. Faute d’une cartographie complète des sites et des zones de combat, les travaux ou les opérations de fouilles ne peuvent être entrepris à la légère. L’enjeu pour l’archéologie n’est donc pas mince car l’anthropisation de la montagne balkanique, au pied de laquelle la néolithisation entama sa diffusion en Europe, reste encore mal connue.

Références

Allart E., Bénabid P., Leplumey E., Lerest P., Thomas Y., Quévillon S., Trajkovski I. 2012. Sur les traces des poilus d’orient : histoire, mémoire et archéologie du front d’orient en Macédoine 1916-1918, Mémoire pour la vie, France.

Amat J.-P. 1999. La Forêt entre guerre et paix, 1870-1995, étude de biogéographie historique sur l’Arc meusien, de l’Argonne à la Woëvre. Thèse, Université de Lille I, France, 1285.

Gaudefroy M. & Mouillefarine M. 1872. La florule obsidionale des environs de Paris en 1872, Bulletin de la Société Botanique de France, France, vol. 19(8), 266-277.

Hupy, J. 2008. The environmental footprint of war : environment and history, United Kingdom, vol. 14(3), 405–421.

Hupy, J.P., Schaetzel R.J. 2006. Introducing “bombturbation”, a singular type of soil disturbance and mixing, Soil Science, The Netherlands, vol. 171(11), 823–836.

Stichelbaut B., Apers T., Bourgeois J.  2018. Traces of war: the archaeology of the First World War, Hannibal, Belgium.

Taborelli P., Devos A., Laratte S., Desfossés Y., Brenot J. 2017a. Typologie et organisation spatiale des “polémo-formes” de la Grande Guerre révélées par l’outil LiDAR et les Plans directeurs. Application à la Champagne et à l’Argonne. Revue de Géographie Historique [Online : https://rgh.univ-lorraine.fr/reviews.html], vol. 10-11.

Taborelli P., Devos A., Laratte S., Brenot J., Cancès B., Desfossés Y. 2017b. Apport des plans directeurs et de l’outil LiDAR aéroporté pour la caractérisation des impacts morphologiques de la Grande Guerre : exemple de la cote 108 (Berry au Bac, France), Géomorphologie : relief, processus, environnement, France, vol. 23(2), 155-169.

L’auteur

Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Nicolas Jacob-Rousseau. Paysages du front d’Orient (5). Cicatrices de guerre : Archéologie d’un paysage mémoriel, ArchéOrient - Le Blog, 1 octobre 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16446

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search