Recherches récentes à Qasr Shemamok (Kurdistan d’Irak)

Une mission française a entrepris en 2011 l’étude du site archéologique de Qasr Shemamok, au Kurdistan d’Irak (Fig. 1 et 2). Les travaux effectués jusqu’en 2013 (troisième saison de fouille) ont été présentés dans un premier article sur le blog Hypothèses d’Archéorient (Lire l’article). Les recherches sur place ont pu continuer régulièrement jusqu’en 2019, alternant cinq missions de fouille avec trois missions d’étude, mais ont été interrompues provisoirement en raison de la crise sanitaire. Nous présentons ici rapidement quelques-unes de nos découvertes.

Fig. 1 : Carte de la région (© Mission Qasr Shemamok, sur fond © Google)
Fig. 2 : Modèle de terrain (© Jason Ur) avec indication des chantiers
(© Mission Qasr Shemamok)
1- Un nouveau roi

Les premières fouilles à Qasr Shemamok avaient montré que, si la cité était connue des historiens surtout pour les grands travaux menés par le roi néo-assyrien Sennachérib, c’était la période médio-assyrienne (fin du Bronze Récent – Fer I, 14ème -10ème siècles av. J.-C.) qui semblait bien y être la mieux documentée : la céramique de cette période était abondante sous les fondations des plates-formes et bâtiments néo-assyriens, et plusieurs briques inscrites d’Adad-nirari Ier (1308-1275 av. J.-C.) y avaient été retrouvées.

Mais notre perception des occupations du Bronze Récent à Qasr Shemamok a été précisée de façon inattendue lorsqu’en 2015 Nader Babakr Mohamed, Directeur des Antiquités de la région d’Erbil, nous a confié pour étude et publication une tablette presque complète et en bon état de conservation, apportée au Musée par un habitant du village de Terjan, voisin du site archéologique. Ce document avait toutes les chances de provenir du site, comme le reconnaissait le paysan qui l’avait trouvé, et surtout il mentionnait le nom d’un souverain portant le nom d’Irishti-enni : nos épigraphistes se sont rendu compte que le même nom, bien que parfois incomplet, apparaissait aussi dans plusieurs fragments de tablettes retrouvées dans nos fouilles. Un de ces fragments livrait quelques lignes d’un texte qui semblait bien être le même que celui de la « tablette de Terjan » ! Il s’agit d’une dédicace à Adad (ou peut-être Teshub), dieu de la Tempête et divinité poliade de la ville de Tu’e, mentionnant la reconstruction du rempart de la ville par son roi Irishti-enni – un nom hourrito-akkadien –, roi du pays de Kunsihhe. Il nous a donc semblé très probable  que le site avait été identifié, au moins au Bronze Récent, par le nom de Tu’e, avant de prendre, ou de reprendre celui de Kilizu/Kilizi, à l’époque médio-assyrienne. Quant au nom de Kunsihhe se référant à une région ou à un État, il était déjà connu par des textes retrouvés à Nuzi, datant du 14ème siècle av. J.-C. Ce toponyme peut être rapproché du nom de la ville de Kunshum, attesté dans des textes plus anciens, du début du deuxième millénaire, trouvés à Shemshara. Kunshum était alors la capitale d’un pays situé au nord-est d’Erbil, au-delà de la plaine de Rania, occupé par la population hourrite des Turukku. 

Le roi Irishti-enni était déjà attesté à l’époque d’Adad-nirari Ier : une de ses inscriptions en akkadien célébrant son succès militaire contre les populations Lullumu au Zagros avait été trouvée à Assur et, en raison de la cassure du début du texte, elle avait été attribuée par hypothèse à Adad-nirari Ier, sur la base de la paléographie. Un autre texte, également trouvé à Assur, est un ex-voto : le roi Irishti-enni remercie la déesse Ishtar de lui avoir guéri la jambe. Il est possible que ces textes soient arrivés à Assur comme matériel provenant du pillage de Tu’e, lors de la conquête assyrienne et la probable destruction du palais d’Irishti-enni. La tablette de Terjan a donc dû être écrite quelques temps avant l’intégration de la ville dans l’empire médio-assyrien, au début du 13ème siècle, lorsque Tu’e était peut-être encore la capitale d’un État, le « pays de Kunsihhe », qui aurait pu faire partie de la fédération du Mitanni, comme Assur elle-même, et peut-être aussi Arbela/Erbil, à la même époque.

2- Un mur d’enceinte du Bronze récent

Grâce aux travaux dans le chantier A-Ouest, nous avons maintenant une idée plus claire de la séquence stratigraphique et des relations entre la culture locale hourrite/akkadienne de Tu’e, et l’occupation assyrienne.

Fig. 3 : le chantier A-Ouest (2019), vu du nord, photo légendée (© Mission Qasr Shemamok)

Les fouilles ont permis de clarifier la relation stratigraphique entre les terrasses néo-assyriennes (en particulier la « terrasse rouge », bâtie à l’époque de Sennachérib), les couches médio-assyriennes et un grand mur bâti au Bronze Récent, identifié dans la partie sud du chantier A-Ouest, presque aux limites de la ville basse (Fig. 3 et 4). Par ses dimensions (environ 10 mètres d’épaisseur), nous pensons que cette construction fait partie du mur d’enceinte de la ville de Tu’e cité dans la tablette de Terjan, peut-être reconstruit sur une structure plus ancienne.

Fig. 4 : le chantier A-Ouest (2019), plan général
(© Mission Qasr Shemamok)

La fouille de la partie centrale du Chantier A-Ouest en 2017 et 2018 a permis d’identifier plusieurs phases d’occupation dans des contextes de nature probablement domestique datés du Bronze Récent ; les constructions de la plus ancienne se trouvent adossées à ce mur d’enceinte. Nous avons pu mettre au jour plusieurs lots de matériel provenant de contextes in situ sur des sols (Fig. 5) et faire réaliser des analyses 14C (grâce à des financements alloués par l’UMR Archéorient) qui ont donné des dates entre la fin du 15ème et la fin du 13ème siècles av. J.-C.

Fig. 5 : Céramiques en place sur un sol du Bronze Récent, chantier A-Ouest, 2016 (© Mission Qasr Shemamok)

Ce matériel céramique exceptionnel permet une première évaluation de la manière dont la culture matérielle de la cité pouvait refléter le moment de passage entre la « domination » mitannienne et la « domination » assyrienne dans cette région. Ces assemblages céramiques semblent montrer, de manière générale, un passage très graduel entre traditions « locales » et traditions « impériales », avec une compénétration des traits qui les caractérisent, le maintien de certains aspects des traditions locales qui perdurent dans le temps, sans être complètement effacés ni « écrasés » par l’imposition d’une culture matérielle dominante très standardisée – contrairement au modèle binaire longtemps appliqué pour comprendre ces types d’interactions culturelles.

Fig. 6 : céramique peinte de style « Nuzi »
(© Mission Qasr Shemamok)
Fig. 7 : céramique peinte de style « Nuzi » (© Mission Qasr Shemamok)

Au sein de l’assemblage de la dernière phase du Bronze Récent, nous avons remarqué la présence de quelques éléments décorés importants pour notre étude, avec des décors de style « Nuzi », à l’époque de la domination hourrito-mitannienne (Fig. 6 et 7). Quant à la décoration peinte qui représente le motif de la chèvre barbue galopante (ou agenouillée), elle est exceptionnelle car, si ce type d’iconographie est bien attesté à l’époque du Bronze Récent, il l’est plutôt par la glyptique (Fig. 8).

Fig. 8 : céramique peinte, motif de « chèvre galopante »
(© Mission Qasr Shemamok)
3- A la recherche des palais d’Irishti-enni et d’Adad-nirari Ier

Nous avions, en 2013, mis au jour sous plus de quatre mètres de niveaux sassanides, parthes, hellénistiques et néo-assyriens, dans le chantier B-Est, un sol constitué de briques portant une inscription du roi assyrien Adad-nirari Ier (13ème siècle av. J.-C.), mentionnant son palais à Kilizi (voir blog 2013). Les fouilles menées pour en clarifier le contexte ont montré qu’en raison des grands travaux de nivellement réalisés à l’époque de Sennachérib, nous ne pouvions espérer retrouver les restes du palais d’Adad-nirari, et en général des niveaux du Fer I, que sur quelques dizaines de centimètres tout au plus.

Nous avons néanmoins pu mettre en évidence, en 2018, les restes d’une façade, orientée vers le nord-est, associée à une rampe monumentale en briques cuites rejoignant le palier où se trouve le sol de briques portant les inscriptions d’Adad-nirari Ier (Fig. 9 et 10).

Fig. 9 : restes de la façade du palais d’Adad-nirari Ier (© Mission Qasr Shemamok)

Cette rampe était soutenue par un glacis/parement recouvert de « fausses » dalles « fantaisie » – constituées de fragments polychromes de briques cuites et de pierres. La rampe amenait les visiteurs à l’entrée du palais depuis une avenue, venant d’une porte de la ville s’ouvrant au nord. Elle était associée à deux façades à angle droit délimitant une cour. L’entrée du palais assyrien était située un peu plus haut dans la façade nord-ouest, reliée par la rampe monumentale insérée le long de celle-ci. La présence d’une autre partie de la façade, orientée au nord-est, obligeait le visiteur, arrivé sur le palier avec les briques inscrites, à tourner sur sa droite et à monter les dernières marches donnant accès à l’espace royal assyrien.

Fig. 10 : plan des restes du palais d’Adad-nirari Ier (© Mission Qasr Shemamok)

Nous avons par ailleurs pu constater que les restes du « palais d’Adad-nirari », c’est-à-dire les structures associées au palier avec son inscription, avaient été construites sans vraie fondation, en réutilisant manifestement un bâtiment plus ancien, dont les sols ont été partiellement conservés – peut-être la résidence royale en usage à l’époque d’Irishti-enni, avant la conquête assyrienne. Ces sols reposent eux-mêmes sur une structure de briques crues rougeâtres, de très grandes dimensions, leur masse ressemblant à une sorte de « pisé », constituant une sorte de terrasse, bâtie selon une technique de construction peu courante dans les contextes assyriens.

4- Un tell du Bronze Ancien

En 2019, pour vérifier si la « terrasse » pouvait être suivie également vers le nord-ouest, nous avons élargi le chantier vers le nord (B-Nord), sur le versant occidental de la partie nord-est de la citadelle, au-delà d’une sorte de ravine profonde, creusée par l’évacuation des eaux depuis le sommet du tell. Sous une occupation domestique néo-assyrienne, nos fouilles ont confirmé la présence, très proche de la surface actuelle, d’une vaste plate-forme en briques crues, comparable à la structure déjà identifiée dans le chantier B-Ouest (Fig. 11).

Fig. 11 : vue en coupe des éléments architecturaux de part et d’autre de la ravine
(© Mission Qasr Shemamok)

Par ailleurs, la base de cette plate-forme, plus élevée ici que dans le chantier B-Nord repose directement sur des couches d’argile blanchâtre, probablement la surface d’un tell ancien, sous laquelle nous avons pu mettre au jour une série de murs, de sols et de remblais définissant différents espaces, appartenant peut-être à un seul bâtiment, coupés et érodés par l’écoulement des eaux vers la ravine (Fig. 12). 

Fig. 12 : fouille du chantier B-Nord (© Mission Qasr Shemamok)

La datation de cette occupation, scellée par la terrasse de la fin du Bronze Récent, est donnée par les céramiques trouvées dans les structures associées – tessons fins, verdâtres, incisés, du type « Ninive 5 », une culture typique des occupations complexes pré-urbaines et urbaines du nord de la Mésopotamie, attestées depuis le début du Bronze Ancien, au début du troisième millénaire (Fig. 13).

Fig. 13 : céramique Ninive 5 (© Mission Qasr Shemamok)

La découverte de ce tell du début de l’âge du Bronze, situé à une cote encore élevée dans la stratigraphie générale du site, par rapport au niveau du Shiwazor, est importante : c’est la première fois que des structures de cette période ancienne ont été identifiées à Qasr Shemamok, et cela montre que le site a connu une occupation relativement complexe à cette époque. Par ailleurs nous avons aussi découvert, dans les couches accumulées dans des fosses creusées dans les niveaux Ninive 5, des céramiques du Bronze Moyen et du Bronze Récent, qui confirment que, même si les occupations correspondantes n’apparaissent pas dans la stratigraphie en cet endroit, le site était occupé à ces époques.

Ces quelques découvertes illustrent l’intérêt exceptionnel du site de Qasr Shemamok pour une étude de l’histoire de cette région du Kurdistan irakien dans la longue durée.

Bibliographie

Voir les rapports de fouille publiés ou sous-presse dans la série Études Mésopotamiennes – Mesopotamian Studies, Archaeopress,Oxford

Les auteurs

Olivier Rouault est professeur honoraire de l’Université Lyon 2, spécialiste en archéologie et textes du Proche-Orient ancien. Il est membre de l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Maria Grazia Masetti-Rouault est Directrice d’Études à l’École Pratique des Hautes Études – Paris Sciences et Lettres, Sciences Religieuses, spécialiste en archéologie et cultures du Proche-Orient ancien. Elle est membre de l’UMR 8167-Orient & Méditerranée, Paris.

Ilaria Calini est ATER à l’École Pratique des Hautes Études – Paris Sciences et Lettres, Sciences Religieuses, spécialiste en histoire du Proche-Orient ancien (archéologie, céramologie et textes). Elle est membre de l’UMR 8210-Anthropologie des Mondes Antiques, Paris.

Omar Mahmoud est professeur et directeur du Département d’Archéologie de l’Université de Soran (Kurdistan d’Irak). Il est spécialiste en histoire et archéologie du Proche-Orient ancien.

Pour citer ce billet : Olivier Rouault, Maria Grazia Masetti-Rouault, Ilaria Calini et Omar Mahmoud. Recherches récentes à Qasr Shemamok (Kurdistan d’Irak), ArchéOrient - Le Blog, 24 septembre 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16401

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search