Sur la trace des potiers des temps anciens

Dimanche 11 juillet 2021. L’heure est venue de ranger le matériel et de quitter l’ombre du Musée de Saint-Romain-en-Gal pour retrouver la tiédeur d’un timide soleil estival. Les annales retiendront que cette édition du festival Pop’Sciences a été un succès. Le stand que j’ai partagé durant trois jours avec ma collègue, Aurore Lambert, aura vu défiler des ribambelles d’enfants à la découverte du monde fascinant de l’identification dactyloscopique en contexte archéologique.

Nos premières contributions datent du début de l’année 2017, lorsqu’Aurore Lambert, archéo-anthropologue en poste chez Eveha, apprend l’existence d’un corpus de mobilier d’enfournement en terre cuite découvert à Lezoux, sur lequel figurent des traces digitales (Driard et al. 2017, Lambert et al. 2018). Elle me contacte et nous mettons rapidement en place un protocole d’observation et d’analyse.  Bien que plus de 2 500 objets figurent à l’inventaire, seulement un peu plus d’une centaine de traces d’origine humaine sont inventoriées. Pourtant, nous rencontrons sur ces objets un nombre difficile à établir de traces digitales incomplètes ou superposées, ou de traces interdigitales ou palmaires. Mais, ayant opté pour la recherche particulière du dessin produit par la troisième phalange de chaque doigt, la sélection des traces demeure drastique.

Les dessins digitaux correspondent à trois types génériques : arcs, boucles et verticilles (Fig.1). Quelles que soient les populations concernées, les boucles sont majoritaires, avec un taux de présence de 60 à 70 % en moyenne, suivies des verticilles (environ 25 %) puis des arcs (Cowger 1993).

Fig.1 : Les types génériques de dessins papillaires produits par la troisième phalange. De gauche à droite : arcs, boucles et verticilles (© Desmarais).

Bien que rarement mise en œuvre, la démarche associant pratique de l’archéologue et identification dactyloscopique n’est pas unique, comme nous allons le voir à travers ces deux exemples.

Entre 1926 et 1935, William Badé (Badé 1934) coordonnait des fouilles à Tell en-Nasbeh, dans l’actuelle Cisjordanie. Découvrant de nombreux tessons supports de traces papillaires, il se rapprochait du criminaliste August Vollmer. Leur travail permettait d’initier une base de données des artisans à l’origine de ces poteries et de mettre en évidence qu’un même potier était à l’origine des traces présentes sur plusieurs de ces fragments, datant des environs de 400 EC (Cummins 1942).

Lancée il y a plusieurs années, une étude de grande ampleur est conduite par les universités d’Aberystwyth et de Lincoln, au Royaume-Uni, sur plusieurs milliers de sceaux en cire de l’époque médiévale (1150-1350), conservés dans des collections publiques du royaume. L’analyse, qui a bénéficié du soutien d’une plateforme Automated fingerprint identification system ou AFIS, apporte un nouvel éclairage sur la bureaucratie et sur les protocoles d’authentification en usage à cette époque (ImPRINT).

Notre approche holistique vise à s’intéresser à la mise en correspondance de traces digitales détectées sur un grand nombre d’objets trouvés en un lieu, puis à les confronter à d’autres corpus, et enfin, à en déduire certains comportements, tel que le déplacement d’un même sujet sur plusieurs lieux.

Selon le contexte, les traces papillaires peuvent présenter trois aspects (Saferstein 1998) :

  • Les traces moulées sont « des empreintes de crêtes papillaires appuyées contre une surface malléable, telle que de la cire, du mastic ».
  • Les traces visibles se produisent « lorsque des doigts touchent une surface, après que les crêtes aient été au contact d’une matière colorée, telle que du sang, de la peinture ».
  • Les traces latentes résultent « du transfert de la transpiration […] présente sur les crêtes des doigts contre la surface d’un objet ».

Les traces moulées sont les plus communément observées sur des objets d’enfournement, généralement utilisés pour caler les pièces à l’intérieur du four (Fig. 2). On les rencontre également à l’intérieur de certains objets modelés, tels qu’une statuette, ou sur la face inférieure de vases, deux cas rencontrés à Pompéi, en 2018 (Centre Camille Jullian, n.d.).

Fig. 2 : Le recto (a) et le verso (b) d’une galette d’argile informe. Tandis que le verso comporte le dessin palmaire d’une trace digitale, en opposition, le recto supporte plusieurs traces digitales, dont une trace de type boucles à droite (c). (Lambert et al. 2018) (© Desmarais/Lambert).

Les traces visibles peuvent par exemple correspondre à cette partie centrale d’une trace digitale de type verticille, en négatif, observée sur un fragment de vaisselle engobée (Fig. 3).

Fig. 3 : Fragment de vaisselle, sur lequel figure à la surface de l’engobe, une trace digitale de type verticille. (Lambert et al. 2018) (© Desmarais/Lambert).

Dans la chaîne de l’analyse, les objets sont individuellement observés sous éclairage rasant, afin d’améliorer la détection des traces moulées. Lorsqu’une trace supportant un dessin digital susceptible d’être exploité est détectée, elle est photographiée sous fort grossissement. Parfois, il est possible d’envisager la nature du doigt à l’origine de la trace, en fonction de la configuration de celle-ci au regard de la forme de l’objet.

Puis la trace est caractérisée selon la méthode utilisée en police scientifique, en matière de fichier monodactylaire. Il est en effet prioritaire de considérer la trace par rapport aux autres traces, indépendamment des critères de lieu et d’époque. C’est cette codification qui nous permet de gérer la base de données des potiers de Lezoux, actifs durant les deux à trois premiers siècles de l’ère commune.

En présence de traces comportant chacune un dessin semblable, dotées de plusieurs minuties (les minuties sont les particularités des crêtes, telles que bifurcation ou arrêt de ligne) il est procédé à une démonstration de ces similitudes (Fig. 4).

Fig. 4 : Démonstration des similitudes entre deux traces digitales, observées sur deux terres cuites architecturales. À gauche, la trace déjà présentée à la Fig. 2 et une autre trace, figurant sur un second objet (b). Lezoux, site de la médiathèque. Les cotes 1, 4 et 7 correspondent à des arrêts de lignes, les cotes 2, 5 et 6 à des bifurcations et la cote 3, à un lac (© Desmarais).

Les identifications sont conduites librement, sans la contrainte normative de référence au standard numérique. Cette doctrine a été définie en 1911, par Victor Balthazard. Établie sur l’estimation de la population mondiale, elle exigeait de pouvoir disposer de 17 points de similitude pour autoriser une identification (Balthazard 1911). A cette époque, on parlait encore de « points caractéristiques » (aujourd’hui prévaut le terme anglophone « minutiae », traduit par « minuties »).

En 1973, l’International association for identification retenait déjà qu’il « n’existe à ce jour aucune base valable pour exiger qu’un nombre minimal prédéterminé de points caractéristiques soient présents dans deux empreintes pour établir une identification formelle » (Margot et al. 1994).

Depuis, de nombreux États ont progressivement abandonné l’exigence normative au profit de l’accréditation de leurs experts.

Vers de nouveaux axes de recherches

Si la base de données des potiers de Lezoux évoquée supra est un projet au long cours, d’autres recherches sont programmées, telle que la collaboration avec Georges Mouamar, chercheur associé au laboratoire Archéorient, à la recherche des traces digitales situées à l’intérieur de jarres montées au colombin, produites au Levant Nord durant l’âge du Bronze ancien (3000-2000 av. J.-C.).

Bibliographie

Badé W. F.1934. A manual of excavation in the Near East, University of California press, Berkeley, California, p. 45.

Balthazard V. 1911. De la certitude dans l’identification par les empreintes digitales, Bulletin de la société de médecine légale de France, p. 110-111.

Centre Camille Jullian, « Sur les traces des potiers pompéiens : analyses des empreintes digitales », https://ccj.cnrs.fr/spip.php?article2196

Cowger J.F. 1993. Friction ridge skin, Comparison and identification of fingerprints, CRC Press, p. 134.

Cummins, H. 1942. Ancient Finger Prints in Clay, Journal of Criminal Law and Criminology, Volume 32, Issue 4, Article 13, 468–481.

Driard C., Silvino T., Argant T., Berthon A.-A., Coussirat M., Djerbi H., Gosset C., Guyot S., Honoré R., Loiseau C., Nicot B, Riou M., Robin B., Robin L, Saedlou N. 2017 : Médiathèque intercommunale Entre Dore et Allier, rue du docteur Grimaud, Lezoux (63), Rapport final d’opération archéologique préventive, Limoges, Éveha, Études et valorisations archéologiques, Clermont-Ferrand, SRA Auvergne-Rhône-Alpes, 2 vol., 988 p.

ImPRINT, « Welcome to the Imprint Project », DOI : https://www.imprintseals.org/About_the_Project

Lambert A., Desmarais A., Driard C. 2018. Le site de la médiathèque Entre Dore et Allier à Lezoux (Puy-de-Dôme) : des traces papillaires antiques en contexte d’atelier de potiers, Gallia 75, 49-67. https://doi.org/10.4000/gallia.4176

Margot P., Lennard C. 1994. Les méthodes de détection des empreintes digitales, Lausanne, université de Lausanne, Institut de police scientifique et de criminologie, 190 p.

Saferstein R. 1998 (6e éd.). Criminalistics, an Introduction to the Forensic Science, Upper Saddle River, Prentice Hall, 638 p.

L’auteur

André Desmarais est criminaliste et chercheur associé à l’UMR 5133-Archéorient – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Pour citer ce billet : André Desmarais. Sur la trace des potiers des temps anciens, ArchéOrient - Le Blog, 17 septembre 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16367

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search