Un graffito en écriture safaïtique d’origine levantine à Rome au VIIIe ap. J.-C. ?

Rappel historique

Les échanges entre l’Occident et l’Orient existent depuis la nuit des temps. Aux époques historiques, avec l’invention et la diffusion des écritures alphabétiques, l’adoption par la Grèce vers le VIIIe s. av. J.-C. de l’alphabet phénicien de 22 lettres ainsi que le développement du commerce, des textes de part et d’autre font écho à ces échanges commerciaux et culturels. Sous le règne d’Alexandre le Grand au IVe s. av. J.-C., l’Orient a été hellénisé, les influences culturelles et artistiques grecques ont atteint des lointaines contrées en Asie, mais aussi la péninsule arabique, notamment l’Arabie méridionale, qui fut la principale productrice des aromates et de l’encens et qui commerçait avec la Méditerranée orientale, la Mésopotamie, l’Egypte et la Grèce.

Dès l’époque d’Aristophane et Hérodote (Ve s. av. J.-C.), des allusions sont faites dans la littérature et l’histoire grecque sur l’Arabie, ce pays lointain. A partir du IIIe s. av. J.-C., les descriptions de l’Arabie chez les auteurs grecs deviennent plus précises avec Ératosthène et plus tard avec Strabon et Pline l’Ancien, qui donnent une répartition précise des peuples de l’Arabie méridionale correspondant aux quatre langues sudarabiques attestées (voir Blog Seubert 2021). La Nabatène, capitale Pétra, possédait un vaste territoire allant du Sud de la Syrie jusqu’au nord de l’Arabie occidentale (Madaı͗n Ṣāliḥ) et vers l’est jusqu’à l’Euphrate. Elle faisait allégeance à Rome tout en conservant une large autonomie. En 106 ap. J.-C., l’empereur romain Trajan annexa le royaume nabatéen à l’Empire, créant ainsi la province romaine d’Arabie.

A la suite de cet événement, la Nabatène perd le monopole commercial et sa culture finit par se dissiper, mais son écriture – variante de l’araméen – semble avoir été maintenue et utilisée partout en Arabie jusqu’au VIe s. ap. J.-C., donnant ainsi naissance à l’écriture arabe (Nehmé 2010; Piema et al. 2015).

Outre l’écriture nabatéenne, des milliers de graffiti en écritures safaïtique, thamoudéenne et leurs variantes sont attestés au nord de l’Arabie, en Jordanie et au sud de la Syrie (Macdonald 2004). Le nom safaïtique est donné aux graffiti provenant des monticules d’al-Ṣafà au sud de la Syrie. Quant au thamoudéen, il est dérivé du nom de la tribu disparue de Thamoud dont le Coran se fait l’écho. Par ailleurs, des graffiti, connus sous le nom de “thamoudéen”, sont attestés partout en Arabie centrale, à Najrân (Arabie saoudite) et tout au long de la route caravanière reliant l’Arabie du Sud au Levant. On les retrouve également en Oman. Ces graffiti, souvent en écriture peu soignée, sont laissés par des nomades ou semi-nomades, dont les dates sont difficiles à établir avec précision, se situerait du Ve s. av. J.-C. au IVe-Ve s. ap. J.-C. (al-Jallad et al. 2019). Quant à l’écriture sudarabique monumentale de 29 lettres, elle est attestée à partir du début du Ier millénaire av. J.-C. ; on la retrouve également en Arabie septentrionale, à al-Ulà et à Dūmat al-Jandal, ainsi que sur des sites de l’Arabie orientale et en Oman. Elle a été introduite en Éthiopie au VIIe s. av. J.-C. et y est toujours usitée après avoir subi l’introduction des voyelles et l’inversion du sens de l’écriture, au IVe s. ap. J.-C. L’écriture monumentale sudarabique qui fut utilisée notamment au Yémen et dans la région de Najrān (sud-ouest d’Arabie saoudite) n’est plus en usage au VIIe s. ap. J.-C. Les dernières inscriptions sudarabiques datent de vers 560 ap. J.-C. Le texte le plus récent en écriture sudarabique, que l’on peut dater du VIIe s. ap. J.-C., est une courte inscription bilingue en arabe et en sudarabique, trouvée près de Najrân, comportant un nom de personne en deux écritures, sudarabique et arabe.

La présence hors Arabie des inscriptions en écriture sudarabique, ou arabique au sens large (safaïtique/thamoudéenne), est bien connue, comme en témoigne la découverte dans l’île grecque de Délos de deux inscriptions laissées par des commerçants Minéens et Ḥaḍramis (dès IVe s. av. J.-C.) , ou encore la présence de graffiti en écriture safaïtique à Pompéi, en Italie, au  Ier s. av. J.-C. (Calzini 1990).

Cependant, en l’état actuel de la recherche, aucun texte en écriture arabique ne remonte, sauf preuve contraire, au-delà du VIe s. ap. J.-C. En d’autres termes, avec l’avènement de l’Islam au VIIe s., c’est l’écriture arabe, issue de l’écriture nabatéenne, qui remplaça les autres écritures en usage en Arabie et au Levant.

Ces données factuelles ont récemment été remises en cause par des chercheurs, avec la découverte à Rome d’un supposé graffito en écriture safaïtique datant du VIIIe ap. J.-C. (Felle 2004; Felle et al. 2021).

Un graffito énigmatique dans les catacombes de la basilique de St Marcelin et St Pierre

La basilique souterraine de St Marcelin et St Pierre fut construite par le Pape Honorius I (625-638 ap. J.-C.) et abandonnée au milieu du IXe siècle lorsqu’on a déplacé les reliques des saints Marcelin et Pierre. Les ruines de cette basilique conservent encore sur le plâtre de l’abside et des murs de nombreuses traces d’inscriptions de dévotion laissées par des pèlerins. Leur nombre d’inscriptions connues s’élève à 156, en plusieurs écritures, grecque, latine et runique, dont une, répertoriée sous le numéro 15966, a été à titre d’hypothèse identifiée comme étant safaïtique (Felle 2004). L’auteur se fonde sur la forme de certaines lettres qui se prêteraient à cette interprétation, mais également sur l’échec des tentatives de lecture en grec ou en latin.

Le problème du déchiffrement de ce graffito a été présenté lors de la 6th Conférence internationale Europeana EAGLE Project – European network of Ancient Greek and Latin Epigraphy, en 2015 à Bari, où A. Felle a présenté à nouveau son hypothèse sur l’origine safaïtique de ce graffito, en le confrontant avec les inscriptions d’origine arabique — notamment thamoudéennes.

C’est en mai 2019 que j’ai été contacté par F. Imbert, spécialiste d’épigraphie arabe à l’Université d’Aix Marseille, qui avait reçu d’A. Felle une photo du graffito pour donner un avis. Ne connaissant pas le contexte archéologique de cette courte inscription de deux lignes, j’ai été très enthousiaste à l’idée qu’une inscription en écriture arabique-safaïtique, aussi courte soit-elle, soit gravée dans une basilique à Rome, le centre du christianisme (fig. 1).

Fig. 1. L’entrée du site des catacombes de la basilique de St Marcelin et St Pierre
(Photo M. Arbach).

Aussitôt j’ai pris contact avec A. Felle, qui s’intéresse également aux inscriptions votives en écriture runique de l’ancienne basilique. Au premier examen, on peut reconnaître sur les photos que j’ai reçues des lettres dont la forme est similaire à l’écriture nordarabique – safaïtique et thamoudéenne-, sans pour autant parvenir à en donner une lecture satisfaisante. Pour avoir plus d’opinions sur ce graffito, je l’ai naturellement montré à Jérôme Norris, spécialiste des écritures nordarabiques, qui a également formulé des doutes sur l’origine arabique tout en reconnaissant la ressemblance dans la forme de lettres telles que le Ṯ (de manière sûre), les W et ‘Ayn (qui sont moins sûres).

Suite à ma demande, A. Felle a organisé en septembre 2019 une visite des catacombes de la basilique de St Marcelin et St Pierre, afin de vérifier le contexte archéologique du fameux graffito (fig. 2). Arrivé à Rome, j’avais un sentiment mitigé, un mélange d’enthousiasme et de doute, justifié en partie par la chronologie établie de la basilique (VIIe-IXe s. ap. J.-C.).

Fig. 2. Le couloir des catacombes souterrains donnant aux ruines de la basilique (Photo M. Arbach).

Le graffito, qui se situe sur un mur en plâtre en dessous à gauche d’une grande croix inscrite dans un cercle plus profondément gravé est d’une graphie irrégulière en caractères mélangés de plusieurs alphabets (grec et nordarabique ?), sans qu’il soit possible de les définir avec certitude. Comme nous l’avons signalé plus haut, ce qui attire l’attention ici est la présence de lettres de forme arabique/safaïtique, notamment celle qui a la forme du . On songera notamment aux écritures nordarabiques – thamoudéenne ou safaïtique – qui étaient utilisées, dès le milieu du Ier millénaire av. J.-C. jusqu’au IVe-Ve de l’ère chrétienne (?), en Arabie, en Jordanie et au sud de la Syrie.

Fig. 3. Le graffito énigmatique, en dessous d’une croix, à gauche (Photo M. Arbach).

La visite du site n’a fait qu’accentuer le doute que nous avions formulé avec J. Norris sur l’hypothèse d’une inscription d’origine arabique datant VIIe-IXe s. ap. J.-C. Rappelons que l’écriture safaẗique n’était plus en usage après le Ve-VIe s. ap. J.-C. Par ailleurs, l’écriture arabe était en pleine expansion dans le nord de l’Arabie et le sud de la Syrie en particulier, où l’autorité musulmane imposa l’écriture arabe, sous le calife Omayyade ʿAbd al-Malik b. Marwān (685-705 ap. J.-C.).  

Malgré la difficulté d’établir une lecture sûre, A. Felle persiste et signe. Pour lui, il s’agit d’un graffito arabique. Pour conforter son hypothèse, il a fait appel à un grand spécialiste de l’écriture sémitique, Emile Puech qui, en se fondant sur la forme de certaines lettres et en faisant abstraction de la chronologie de la basilique (VIIe-IXe s.), propose une lecture mélangée de l’arabe — avec la supposée présence de l’article défini al– — et du safaïtique, dont le sens proposé est loin de faire l’unanimité.

Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, la présence de chrétiens originaires du Levant à Rome aux VIIe-IXe s. n’est pas exclue, quand on sait que la Syrie et la Jordanie actuelle étaient en grande partie christianisée dès les IVe-Ve s., mais c’est le fait que ce court graffito soit en écriture nordarabique, safaïtique en l’occurrence, qui, pour nous, constitue le principal argument contre son origine arabique.

On ne saurait totalement exclure que des populations continuaient à écrire dans des alphabets arabiques anciens jusqu’aux VIIe-VIIIe s. ap. J.-C., mais aucune inscription n’est à ce jour venue en fournir une illustration. Les éléments à notre disposition laissent plutôt entrevoir dans la péninsule Arabique dès le Ve s. ap. J.-C. une progression importante de l’écriture arabe, laquelle se développe à partir de l’ancienne écriture nabatéenne.

Affaire à suivre…

Pour en savoir plus

M. Al-Jallad, A. & Jaworska, K., A Dictionary of the Safaitic Inscriptions, Brill Editions, Leiden-Boston, 2019.Gysens, Calzini, « Safaitic graffiti from Pompeii», Proceedings of the Seminar Arabian Studies 20, 1990, p. 1-7.

Fiema, Z.T., al-Jallad, A., Macdonald M.C.A. & Nehmé L., « Provincia Arabia: Nabataea, the Emergence of Arabic as a Written Language, and Graeco-Arabica », in G. Fisher (ed.), Arabs and Empires Before Islam. Oxford University Press, Oxford, 2015, p. 373-433.

Felle, A. E., « Due nuove iscrizioni runiche dalla catacomba romana ad duas lauros », ZPE 149, 2004, p. 205-212.

Felle, A. E., Arbach, M., Puech, E., « Note sur un graffito énigmatique de l’église de St. Marcelin et St. Pierre de Rome », Revista di archeologia christiana 97/1, 2021, p. 151-131.

Macdonald, M.C.A., Ancient North Arabian in R.D. Woodard (ed.), The Cambridge Encyclopedia of the World’s Ancient Languages, Cambridge, 2004, p. 488-533.

Nehmé, L., A glimpse of the development of the Nabataean script into Arabic based on old and new epigraphic material”, in M.C.A. MacDonald (ed.), The development of Arabic as a written language. (Supplement to the Proceedings of the. Seminar for Arabian Studies 40), Oxford, 2010, p. 47-88.

L’auteur

Mounir Arbach est Directeur de Recherche au CNRS, membre du laboratoire Archéorient UMR 5133 (CNRS/Lyon 2, MOM). Épigraphiste et historien, il est spécialiste de l’histoire de la civilisation de l’Arabie du Sud avant l’Islam.



Citer ce billet
Mounir Arbach (2021, 2 juillet). Un graffito en écriture safaïtique d’origine levantine à Rome au VIIIe ap. J.-C. ? ArchéOrient - Le Blog. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bd11

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search