Nomad’s lands : économies, sociétés et matérialités des nomades

Le projet Nomad’s Lands : économies, sociétés et matérialités des nomades a été sélectionné à la fin de l’année 2020 pour être financé pendant deux ans dans le cadre de l’axe 5 de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée : Labos Juniors. Il a pour sujet principal les sociétés nomades, fréquemment traitées à la marge de recherches portant sur d’autres sujets, en raison de biais liés aux sources, à des obstacles épistémologiques et au manque d’approches efficientes.

Le collectif de jeunes chercheurs à l’origine du projet s’est donc fixé pour objectif de remettre ces populations au cœur de la recherche tout en questionnant les méthodologies à partir d’une réflexion interdisciplinaire.

Bédouin et chameau, désert Oriental égyptien (site d’Abou Garaish), 2016 © J. Marchand/MAFDO
Un nouveau sujet d’étude ?

Le nomadisme remonte aussi loin que les sociétés humaines. En effet, durant le Paléolithique qui couvre la majeure partie de l’histoire de l’humanité, la subsistance des groupes humains reposait sur la mobilité à différentes échelles spatio-temporelles (régionales, inter-régionales, saisonnières, annuelles…). L’essor de sociétés sédentaires au Néolithique n’a pas conduit à la fin de ces modes de vie et d’exploitation de l’environnement qui perdurent encore aujourd’hui sous diverses formes (Abbes 2019). La question des sociétés nomades concerne donc l’ensemble des périodes préhistoriques et historiques.

Pourtant, l’étude des sociétés nomades se heurte à trois écueils majeurs :

  • Les sociétés et les activités nomades laissent des vestiges archéologiques ténus : leurs infrastructures habitées sont légères, souvent réparties dans des espaces extensifs et leurs cultures matérielles sont moins reconnues (Rebuffat 1990),
  • À l’échelle historique, un grand nombre de sociétés nomades ne produisant pas ou peu d’écrits, leurs passés et leurs présents ont surtout été décrits par les sédentaires. Les principales sources textuelles leur sont donc externes (Wolff 2004),
  • Le positivisme et l’évolutionnisme du XIXe s. ont contribué, en particulier dans le contexte de la colonisation, à façonner une tradition scientifique occidentale qui envisageait, jusqu’à récemment, les nomades comme primitifs et irrationnels, par opposition aux sédentaires plus évolués et aboutis (Davis 2007; Gagnol 2009). La citation suivante illustre ces idées qui ont durablement orienté les recherches :

« La première révolution humaine, le passage de la vie nomade à l’état sédentaire, demeure inachevée » .

Comte 1852, p. 316

Cette vision ne résiste pourtant pas aux réalités, comme l’ont démontré des auteurs ayant passé du temps auprès des nomades (par ex. Hobbs 1989). Ainsi, c’est bien par manque de données et d’approches efficientes – malgré des progrès récents de la géoarchéologie et de l’archéométrie pour qualifier et définir les déplacements et leur saisonnalité (Le Bras-Goude, Herrscher, Vaquer 2010) – que les recherches sur ces populations connaissent un frein dès lors que l’on dépasse le temps de la mémoire des vivants.

Un questionnement archéologique, historique et géographique

Nomad’s lands se veut un cadre de réflexion commun et transversal visant au développement de nouvelles approches, pour décrire les nomades et les espaces qu’ils occupent et parcourent, de manière plus nuancée à partir de trois axes de réflexion :

  • Connaissance et gestion des environnements par les nomades. Comment les environnements et les sociétés nomades interagissent-ils ? Quelles sont les modalités de gestion des ressources et des contraintes ? Dans quelles mesures celles-ci se transmettent et/ou s’adaptent aux changements environnementaux ?
  • Unité et diversité des cultures matérielles. Comment définit-on des cultures matérielles de la mobilité et du nomadisme ? Quels traits communs ou divergences retrouve-t-on à travers le temps et l’espace ? Qu’emporte-t-on avec soi et, à l’inverse, que laisse-t-on derrière soi ? Que fabrique-t-on à nouveau ? Qu’en reste-t-il dans le temps ?
  • Relations entre nomades et sédentaires. Comment envisager l’insertion des nomades dans des réseaux socio-économiques ou politiques plus larges incluant d’autres sociétés de même type et/ou des sédentaires ? L’un des groupes peut-il exister sans l’autre ? Les contacts et échanges sont-ils à sens unique ? Constate-t-on des transferts culturels ? Selon quelles modalités ?
Puits et abreuvoir dans le lit d’un ouadi, Emirat de Ras El Khaima, Emirats arabes unis, 2017 © M. Crépy/ANR Oasiwat
L’interdisciplinarité pour contribuer à un renouvellement des approches du nomadisme

Nomad’s lands est un espace de dialogue entre chercheurs séniors, juniors et étudiants issus de disciplines multiples. Reposant notamment sur l’archéologie, l’histoire, la géographie d’une part, et sur des échanges avec d’autres spécialistes (ethnographes, anthropologues…), il est un cadre pour étudier les sociétés nomades de la préhistoire à nos jours dans une recherche émancipée des discours qui, encore récemment, les marginalisaient. Ce travail sur l’occupation et l’itinérance humaine en diachronie est aussi une proposition méthodologique et exploratoire qui vise à participer au renouvellement des questionnements et des approches du nomadisme, en envisageant les nomades autrement et en replaçant leurs sociétés au centre de la recherche. Nomad’s lands s’inscrit ainsi dans une tradition pluridisciplinaire de transferts méthodologiques et de comparaison diachronique ancrée à la MOM depuis la fin des années 1970 (Stordeur 1979 ; Métral, Sanlaville 1981 ; Aurenche 1984 ; Geyer 2001 ; Jaubert et Geyer 2006 ; Gatier, Geyer et Rousset 2010 ; Rousset, Geyer, Gatier, Awad 2016).

Pour mettre en œuvre ses objectifs, Nomad’s lands organise des séminaires réguliers et coordonne un colloque final (rentrée universitaire 2022). Ces rencontres scientifiques mobilisent les compétences de terrain et d’analyse de spécialistes de la MOM et d’autres institutions. Nomad’s lands jette ainsi les bases d’un réseau de recherche, de mutualisation de données et d’approches existantes ou en cours d’intégration au sein de missions et de projets de recherche. L’apport des spécialistes issus de disciplines peu ou pas représentées à la MOM permet de poser un nouveau regard sur des données peu exploitées jusqu’alors, appréhendées ou acquises souvent à la périphérie des études historiques, archéologiques et géographiques, et d’en proposer des interprétations renouvelées. La démarche initiée par Nomad’s lands permet ainsi de réviser les cultures matérielles, les stratégies d’occupation des territoires et de déplacement, la gestion des ressources et de l’environnement et les relations entre les différentes sociétés nomades.

Des rencontres régulières pour dessiner une méthode et un réseau

Afin de privilégier les échanges directs et d’étendre son réseau naissant, Nomad’s lands tient une série de séminaires de formation et de recherche faisant la part belle aux réflexions méthodologiques. Des séances (d’une demi-journée à une journée complète) portent sur des thèmes variés.

Deux séances ont déjà eu lieu depuis le lancement du laboratoire junior. La première, « L’eau et les nomades », s’est tenue le 4 février 2021. Il s’agissait d’une séance commune avec l’axe « Eaux et sociétés : de l’hydraulique à l’environnement sur la longue durée ». Isabelle Goncalves (HiSoMA, Desert Networks) a présenté les nomades dans le désert Oriental égyptien à l’époque pharaonique, Nicolas Jacob-Rousseau (Université Lyon 2, Archéorient) a ensuite présenté le nomadisme dans le Wadi Ramm au XXIe siècle; Laurent Gagnol (université d’Artois, Discontinuités) a terminé la séance en discutant la dénomination, la place et les fonctions des points d’eau des Touaregs de l’espace saharo-sahélien central. La deuxième séance, « Montrer l’autre, filmer les nomades » s’est tenue le 29 mars 2021. Elle reposait sur la présentation par Danielle Davie de ses travaux de doctorat en anthropologie filmique, qui portaient sur une famille bédouine syrienne.  La séance a donné lieu à des échanges nourris, notamment avec Vincent Capdepuy (enseignant dans le secondaire, Géographie-cités) qui était son répondant.

La troisième séance aura lieu le 25 juin 2021 ; elle inclura des interventions de Guy Barthélémy (enseignant en CPGE, IMAf), Yassir Benhima (Sorbonne Nouvelle, Ciham) et Maël Crépy (Archéorient, Desert Networks), avec Laurent Gagnol comme répondant. Elle portera sur les contextes de production des savoirs sur les sociétés nomades du XVIIIe au XXe s.

Cinq autres séances sont planifiées : elles porteront sur les cultures matérielles, les environnements, les cultes ; une autre séance commune aura lieu avec l’axe « le chantier dans la ville ». Lors du colloque, les spécialistes qui seront conviés présenteront des réflexions en cours ou des études abouties autour des trois axes de réflexion de Nomad’s lands.

Les collaborateurs de toutes les disciplines sont les bienvenus pour rejoindre notre collectif de chercheurs. Toutes les contributions et les réflexions peuvent alimenter ces recherches générales sur les sociétés nomades et les séminaires sont ouverts à tous. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez contribuer à nos réflexions et participer à nos rencontres !

Empreinte, désert Oriental égyptien, 2016 © A. Rabot/MAFDO
Les membres de Nomad’s Lands

Valentin Lafont, porteur, est doctorant en archéologie (Archéorient). Il étudie les provenances et les fonctions des meules et polissoirs en pierre des populations qui se sédentarisent au Néolithique en Provence. Il travaille aussi sur les mobilités en montagne dans un programme de prospections glaciaires diachroniques dans les Alpes.

Maël Crépy, co-porteur, est docteur en géographie (Archéorient, ERC Desert Networks). Il étudie les interactions entre sociétés et environnements depuis l’Antiquité. Ses terrains et ses données lui permettent de documenter des stratégies nomades d’occupation des déserts sur la longue durée.

Julie Marchand, co-porteur, est docteure en archéologie et céramologue (HiSoMA, CEFREPA). Les nomades ont toujours été à la marge de ses études en Égypte et en mer Rouge entre l’époque byzantine et l’Islam. Pour Nomad’s Lands, elle étudie les interactions entre populations nomades et sédentaires.

Mêlant géoarchéologie, géohistoire et ethnogéomorphologie, les travaux de Ninon Blond (ENS Lyon), docteure en géographie, sur les évolutions holocènes des socio-écosystèmes de milieux secs questionnent les interactions entre semi-nomadisme et environnements.

Marie Bourgeois est doctorante en égyptologie (HiSoMA). Son étude des relations et échanges entre l’Egypte et la Nubie, de la fin du 4e à la fin du 3e millénaires la mène à se questionner sur l’importance des populations nomades en tant qu’intermédiaires dans les relations du pouvoir égyptien avec les déserts limitrophes et contrées du sud, et sur leur degré d’intégration à la société égyptienne.

Quentin Cecillon, doctorant en égyptologie (HiSoMA), étudie l’évolution de la perception qu’entretiennent les Égyptiens anciens de leur territoire, de l’Ancien au Nouvel Empire, à partir de données textuelles et iconographiques sur les paysages et leurs transformations.

Isabelle Goncalves est archéologue et doctorante en égyptologie (HiSoMA, ERC Desert Networks). Son travail sur l’exploitation du désert Oriental égyptien au 2e millénaire av. J.-C. l’a menée à se questionner sur les nomades rencontrés par les anciens Égyptiens entre le Nil et la mer Rouge.

Cécile Ménager est doctorante en archéologie préhistorique (Archéorient). Elle étudie la transition néolithique en Grèce et elle est spécialiste de technologie lithique.

Anaïs Nogent est doctorante en archéologie (ArAr). Elle étudie les échanges commerciaux vinaires à partir de 6 sites méditerranéens d’un point de vue archéométrique. Ses analyses sont réalisées sur des échantillons d’amphores tardo-républicaines à l’aide d’un appareil XRF portable.

Bibliographie

Abbes F. 2019. Vivre la steppe. Qdeir, un campement néolithique en Syrie, Paris, Editions de la Sorbonne.

Aurenche O. (éd.) 1984. Nomades et sédentaires. Perspectives ethnoarchéologiques, Paris, Editions Recherches sur les Civilisations.

Benhima Y. 2014. Le Maroc à l’heure du monde (XVe-XVIIe s.), Bilan clinique d’une historiographie (dé)connectée”, Année du Maghreb 10, p. 255-266.

Capdepuy V. 2021. Chroniques du bord du monde: Histoire d’un désert entre Syrie, Irak et Arabie, Paris, Editions Payot.

Comte A. 1852. Catéchisme positiviste, Paris.

Davie D. 2010. L’habitation d’une famille bédouine en Syrie : une étude d’anthropologie filmique, thèse de doctorat de l’Université Paris X Nanterre; https://bdr.parisnanterre.fr/theses/internet/2010PA100216.pdf

Davis J. 2007. Resurrecting the Granary of Rome: Environmental History and French Colonial Expansion in North Africa, Athens, Ohio University Press.

Gagnol L. 2009. Pour une géographie nomade. Perspectives anthropogéographiques à partir de l’expérience des Touaregs Kel Ewey (Aïr – Niger), thèse de doctorat de l’université Grenoble I.

Gatier P-L., Geyer B. et Rousset M.-O. (éd.) 2010. Entre nomades et sédentaires. Prospections en Syrie du Nord et en Jordanie du Sud, Lyon, Éditions de la MOM (TMO 55). https://www.persee.fr/issue/mom_1955-4982_2010_mel_55_1

Geyer B. 2001 (éd.). Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, Lyon, Éditions de la MOM (TMO 36). https://www.persee.fr/issue/mom_1274-6525_2001_thm_36_1

Hobbs J. 1989. Bedouin Life in the Egyptian Wilderness, Austin, University of Texas Press.

Jaubert R., Geyer B. (éd.) 2006. Les marges arides du Croissant fertile. Peuplements, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, Maison de l’Orient (TMO 43), Lyon. https://www.persee.fr/issue/mom_1955-4982_2006_thm_43_1

Le Bras-Goude G., Herrscher E. et Vaquer J. 2010. Variabilité isotopique de populations chasséennes : implications paléoalimentaires, Économie et société de la fin de la Préhistoire : Actualité de la recherche, Lyon, Alpara, (DARA 34), p. 57-67.

Métral J. et Sanlaville P. (éd.) 1981. L’Homme et l’eau en Méditerranée et au Proche Orient, Lyon, Éditions de la MOM (TMO 2).

Pouillon F. 2017. Bédouins d’Arabie : structures anthropologiques et mutations contemporaines, Paris : Éditions Karthala.

Rebuffat R. 1990. Nomadisme et archéologie, dans L’Afrique dans l’Occident romain (Ier siècle av. J.-C. – IVe siècle ap. J.-C.) Actes du colloque de Rome (3-5 décembre 1987), Rome, Publications de l’École française de Rome (CEFR,134), p. 231-247.

Rousset M.-O., Geyer B., Gatier P.-L., Awad N. (éd.) 2016. Habitat et environnement. Prospections dans les Marges arides de la Syrie du Nord, Maison de l’Orient (TMO 71), Lyon. https://books.openedition.org/momeditions/471

Stordeur D. (éd.) 1979. Objets en os historiques et actuels. 1re réunion du Groupe de travail n°6 sur l’industrie de l’os, Lyon, Éditions de la MOM (TMO 1).

Wolff E. 2004. Espaces du sauvage et nomades, dans M.-C. Charpentier (dir.), Les espaces du sauvage dans le monde antique : approches et définitions. Actes du colloque (Besançon, 4-5 mai 2000), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté (Collection ISTA 925).

Les auteurs

Valentin Lafont est doctorant en archéologie, préhistorien, université de Lyon 2, UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Maël Crépy est docteur en géographie, géomorphologue et géoarchéologue, et chercheur associé à l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Julie Marchand est docteure en archéologie, céramologue, et chercheure associée à l’UMR 5189-HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Valentin Lafont, Maël Crépy et Julie Marchand. Nomad’s lands : économies, sociétés et matérialités des nomades, ArchéOrient - Le Blog, 4 juin 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16126

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search