Dynamique de peuplement et modalités d’occupation de la Bekaa centrale et occidentale (Liban)

Ce projet (DPM Bekaa) est né de la collaboration entre l’Université Libanaise (et plus particulièrement l’équipe de recherche « Archeosiences ») et la Direction Générale des Antiquités (DGA) du Liban et de son ouverture vers les institutions françaises : l’Institut Français du Proche-Orient (Ifpo) et le laboratoire Archéorient.

La plaine de la Bekaa, un carrefour majeur

La Bekaa est une zone périphérique dans la partie orientale du Liban, formant une dépression d’environ 4000 km2 entourée par les chaînes montagneuses du Mont Liban et de l’Anti-Liban. Elle est le point d’intersection de la voie Beyrouth-Damas, qui se poursuit vers le Moyen-Orient, et des grands axes routiers qui suivent la « trouée de Homs », qui la prolonge vers le nord et constitue un second couloir de communication vers la Syrie. Elle abrite aussi deux fleuves majeurs, l’Oronte au Nord et le Litani au Sud, qui irriguent l’ensemble de cette plaine particulièrement fertile.

Fig. 1 :  Carte de localisation de la zone d’étude et des toponymes cités dans le texte, les villes sont symbolisées par les carrés noirs et les sites archéologiques par les triangles rouges

Grâce à cet environnement favorable, la vallée de la Bekaa est une région qui a été continuellement peuplée depuis la préhistoire (fig. 2). Malgré sa richesse archéologique, les sites fouillés et bien documentés dans la Bekaa sont peu nombreux. Dès le début du XIXe s., la région est parcourue et décrite par de nombreux voyageurs mais ce n’est que dans les années 1970 qu’une prospection archéologique de toute la plaine et des piémonts est réalisée par Leon Marfoe (Marfoe 1978). Ses prospections ont permis d’identifier près de 500 sites archéologiques, datés des périodes variées entre la préhistoire et l’époque médiévale, et de natures très diverses (sites d’habitat, lieux de culte et funéraire, structures isolées, inscriptions, etc.). Ce travail pionnier reste encore une référence pour notre connaissance de la Bekaa mais le modèle d’occupation de la Bekaa et de son évolution proposée par L. Marfoe est aujourd’hui remis en question pour certains aspects ou nécessite du moins d’être affiné (Newson 2016). Marfoe propose en effet des phases d’expansion et d’autres marquées par le retrait de l’occupation humaine dans la plaine centrale : une première expansion entre le Paléolithique et le Chalcolithique spécialisée progressivement par l’agriculture, fluctuation de phases liée au développement des centres urbains entre le Chalcolithique et la période hellénistique et une troisième caractérisée par l’exploitation des régions en altitude entre la période hellénistique et ottomane. Il explique ces changements en premier lieu, par des facteurs socio-politiques régionaux qui essayaient de contrôler la vallée, puis par la spécialisation de mode de vie (sédentaires, nomades, stratégies de subsistance…) en fonction de la topographie et le climat micro-régionaux (Marfoe 1978). Nos connaissances actuelles ne permettent pas de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse de Marfoe (Aliquot 2003). Cependant, l’évolution de l’occupation qu’il propose est contraire à celle que l’on connaît pour d’autres régions proches, comme par exemple le Hauran (Decker 2009) ou le Massif calcaire (Tate 1997) en Syrie. Par ailleurs, ses hypothèses n’ont pas été réexaminées à la lumière de données actualisées ou à l’aide de techniques et de méthodes modernes de prospection et de traitement des données archéologiques. Comprendre l’occupation de la Bekaa implique de nos jours de revoir la datation de certains sites à l’aide du matériel lithique et céramique de surface, de préciser la nature de certains sites, de reconnaître leur extension, leur organisation spatiale et leur fonction et de les replacer dans les contextes environnementaux et socio-culturels de chaque période.

Fig. 2 : Répartition chronologique des sites archéologiques selon L. Marfoe (1978) et après vérification des images satellites.
Une dynamique de peuplement encore mal comprise

Suite aux travaux de L. Marfoe, trois autres projets de prospection ont été menés dans la Bekaa : le premier concerne la région de Baalbek au Nord (Fischer-Genz and Ehrig 2005), le second la région de Kamid el-Loz et le piémont de l’Anti-Liban au Sud-Est (Bonatz et al. 2002) et le troisième s’est intéressé aux vallées de Niha et Ferzol sur le piémont des monts du Liban (Newson and Young 2011). La région d’Anjar, dans la partie orientale de la Bekaa, n’a quant à elle fait l’objet d’aucune recherche récente. Il s’agit cependant d’un secteur important qui a dû jouer un rôle essentiel dans les échanges avec la plaine de la Ghouta de Damas à l’Est et la côte Méditerranéenne. Durant l’âge du Bronze, la plaine de la Bekaa constituait en effet une zone de d’échange entre le Levant Nord et le Levant Sud (D’Andrea et Vacca 2015), qui ont connu des trajectoires de développement socio-économiques distinctes et des cultures matérielles différentes, mais qui restent cependant à clarifier dans le détail pour la Bekaa. C’est aussi dans cette région que devrait se situer la capitale antique de Chalcis du Liban, dont la localisation reste à ce jour inconnue (Ghadban 1978, Will 1983).

Ainsi, en se basant sur les travaux de L. Marfoe, la confrontation avec les textes anciens et la présence des inscriptions latines et grecques, J. Doumit et G. Abou Diwan ont essayé de reconstruire, en s’appuyant sur un SIG, l’étendue de la zone marécageuse de la Bekaa centrale et de retracer les frontières entre les territoires de Berytus/Beyrouth et de Sidon ainsi que les routes de passages entre Beyrouth et Baalbek au cours de la période gréco-romaine (Doumit et Abou Diwan 2017). Ces études restent à vérifier sur le terrain avec de nouvelles prospections pédestres, aériennes et géophysiques. En outre, l’évolution dense des constructions et l’augmentation du nombre de fouilles clandestines menacent un grand nombre de sites archéologiques : une telle étude s’avère donc nécessaire et urgente avant qu’il ne soit trop tard.

Une démarche interdisciplinaire

Le projet « Dynamique de peuplement et modalités d’occupation de la Bekaa centrale (Liban) » est pluridisciplinaire, à la croisée des sciences de l’archéologie, de la géophysique et de la géographie.

La méthodologie consiste à appliquer les méthodes et les technologies actuelles d’investigation et de documentation des vestiges archéologiques. Le projet se base sur une approche non destructrice des sites et fera donc appel aux différentes méthodes de prospection archéologique existantes : pédestres, aériennes et géophysiques ainsi que sur la documentation archéologique des sites (prospections et fouilles).

La première étape de ce projet de recherche consistera à reprendre la documentation archéologique et cartographique des études antérieures. Ces données seront reprises et intégrées dans un Système d’Information Géographique (SIG) conçu pour le projet, qui permettra ensuite de gérer spatialement les différentes données, d’archives ou relevées sur le terrain (archéologie, environnement, géophysique). Cette base de données sera mise à disposition de la direction générale des antiquités (DGA) pour aider à la conservation du patrimoine et permettra de créer des projets de collaboration avec l’Université Libanaise sur le terrain.

Cette première étape sera suivie par un travail de terrain qui se divisera en plusieurs missions selon les étapes suivantes :

  • Prospection pédestre et aérienne de la région de Majdel Anjar en tant que centre le plus important d’un point de vue géographique et historique (zone rouge sur la fig. 1 et fig. 2) ;
  • Prospection pédestre dans la grande région entre Anjar et Joub Jannine (zone noire sur la fig. 1) ;
  • Réalisation des prospections géophysiques dans les zones sélectionnées, avec couverture aérienne complémentaire si nécessaire.
Fig 3a et b : Le temple de Majdal Anjar

Deux approches seront menées :

  1. à plus petite échelle, à partir de photographies aériennes anciennes et récentes (IGN, DAG Liban, CORONA, U2) et d’images satellites (Google Earth, Bing) ;
  2. à plus grande échelle, par l’analyse de clichés pris au sol (depuis la fin XIXe s. mise à disposition par la Direction des affaires Géographiques de l’armée libanaise) et par la réalisation de prises de vue aériennes par drone ou cerf-volant.

Les méthodes géophysiques complèteront les méthodes de prospection plus traditionnelles et auront pour objectif de caractériser les sites archéologiques en termes d’extension, d’organisation spatiale, de fonctions spécifiques (artisanat, stockage ou autre fonction déterminée par le plan des bâtiments s’il est reconnaissable), mais aussi d’identifier les espaces associés à ces sites par la mesure des propriétés magnétiques des sols, fortement corrélée à l’activité humaine. Ces reconnaissances seront réalisées par prospection magnétique afin d’obtenir une cartographie générale des sites et seront complétées par des prospections radar afin de tenter d’identifier les sites multi-périodes et de reconnaître leur évolution pour chacun d’entre eux. Les sites de la plaine offrent des conditions idéales pour la prospection géophysique (fig. 4). Pour les sites de piémont, le relief pourra être parfois une contrainte limitative qui réduira les surfaces explorables en géophysique. Toutefois, dans ce type de contexte où la couche archéologique est beaucoup moins épaisse, les vestiges archéologiques sont plus facilement identifiables par prospection pédestre ou aérienne.

Fig 4. : La plaine de la Bekaa et le Mont Liban.

Avec ces différents types de prospections, un système de documentation et de relevé architectural des monuments archéologiques ainsi qu’un ramassage systématique suivant un plan prédéfini des vestiges archéologiques seront adoptés afin d’évaluer le potentiel archéologique de la région, faire un bilan de l’état de préservation des sites et l’étude scientifique des vestiges.

Perspectives

Les objectifs du projet élaboré entre l’Université Libanaise, le laboratoire Archéorient (CNRS/Université Lyon 2) et l’IFPO Beyrouth sont d’étudier les dynamiques de peuplement et les modalités d’occupation de la Bekaa centrale afin d’en comprendre l’évolution sur la longue durée, du Néolithique (9e millénaire av. J.-C.) à la fin de la période antique (7e siècle de notre ère). Cette étude prendra en compte l’influence des choix politiques, socio-culturels et économiques, ainsi que l’impact de la géographie et l’environnement sur la répartition spatiale du peuplement et son évolution au cours du temps. La longue durée est nécessaire pour appréhender les différentes modalités d’occupation de cette région et s’appuie sur la documentation préliminaire fournie par L. Marfoe. Dans la zone d’étude nous avons repéré autour de 150 sites allant de la préhistoire et de la protohistoire aux périodes plus récentes (fig. 2). Nous envisageons également d’actualiser la carte de répartition des sites archéologiques et de vérifier l’état de préservation actuelle des vestiges afin de proposer des solutions pour la conservation et la promotion du patrimoine culturel de la région.

Deux sujets de masters et un sujet de thèse sont en cours de préparation sur ce projet à l’Université Libanaise et en cotutelle entre l’Université Libanaise et l’Université Lyon 2. Par ailleurs, un chantier école sera proposé pour les étudiants sur le terrain.

Remerciement

Nous tenons à remercier le doyen de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines-Université Libanaise, Pr. Ahmad Rabah, et le directeur de la direction générale des Antiquités au Liban, M. Sarkis ElKhoury, pour leur soutien et leur confiance. Nous remercions également le directeur de l’IFPO, Dr. Michel Mouton, pour son aide sur le montage du projet. Nos derniers remerciements vont à tous les membres de l’équipe qui ont accepté de collaborer (Zeina Fani, Nicolas Jacob, May Haider, Olivier Barge, Emmanuelle Régagnon, Georges Mouamar, Marie-Laure Chambrade, George El Haibe, Sara Hamdan, Yanal Mekdad).

Notre projet DPM Bekaa est financé en partie par le programme PHC CEDRE 2021 (CNRSlb et Campus France).

Références

Abou Diwan G. et Doumit J. 2017. The Berytus-heliopolis Baalbak road In the roman period: a least cost path analysis. Mediterranean Archaeology and Archaeometry 17 (3): 225-241.

Aliquot J. 2009. La vie religieuse au Liban sous l’Empire Romain. Bibliothèque archéologique et historique, Vol. 189. Beyrouth: Institut français du Proche Orient.

Bonatz D., Ali N. et Jauss C. 2002. Preliminary  remarks on an archaeological survey in the Anti-Lebanon. Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises 6: 283-307.

D’Andrea M., Vacca A. 2015. The Northern and Southern Levant during the Late Early Bronze Age: A Reappraisal of the « Syrian Connection », in P. Matthiae (éd.), Studia Eblaitica 1, Wiesbaden : Hassarowitz Verlag, 43-73.

Decker M. 2009. Tilling the Hateful Earth. Agricultural Production and Trade in the Late Antique East. Oxford: Oxford University Press.

Fischer-Genz B. et Ehrig H. 2005. First results of the archaeological survey project in the territory of ancient Heliopolis-Baalbek. Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises 9 : 135-38.

Ghadban Ch. 1978. Nouvelle inscription et topographie de la Beqa. PhD thesis, Université Lyon 2.

Marfoe L. 1978. Between Qadesh and Kumidi: A History of Frontier Settlement and Land Use in the Biqa, Lebanon. PhD dissertation, University of Chicago.

Newson P. 2016. Archaeological Landscapes of the Bekaa Past Results and Future Prospects. Berytus LVI : 251-280.

Newson P. and Young R. 2011. Archaeological assessment of the site at Hosn Niha: Preliminary report 2011-2012. Bulletin d’Archéologie et d’ArchitectureLibanaises 15 : 257-80.

Tate G. 1997. The Syrian countryside during the Roman era. In S. E. Alcock (éd.) The Early Roman Empire in the East. Oxford :Oxbow : 55-72.

Will E. 1983. Un vieux problème de la topographie de la Beqæ‘ antique : Chalcis du Liban, Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins 99 : 85-157.

Les auteurs

Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie. UMR 5133-Archéorient,  Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Jwana Chahoud est co-Directrice de la mission DPM Bekaa. Professeure à l’université Libanaise et chercheuse associée à Archéorient. UMR 5133-Archéorient,  Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Raffi Gergian est responsable régional à la Direction Générale des Antiquités-Liban et Enseignant à l’Université Libanaise.

Dominique Pieri est Directeur du département d’archéologie et d’histoire de l’Antiquité (DAHA) de l’IFPO.  Professeur d’archéologie byzantine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et rattaché au Collège de France (UMR 8167 Orient & Méditerranée).

Khaldoun Rajab est Doctorant en archéologie, spécialisation en géophysique, à l’Université Libanaise et l’Université Lyon 2.


Pour citer ce billet : Christophe Benech, Jwana Chahoud, Raffi Gergian, Dominique Pieri, Khaldoun Rajab. Dynamique de peuplement et modalités d’occupation de la Bekaa centrale et occidentale (Liban), ArchéOrient – Le Blog , 21 mai 2021. [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16059


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search