Que nous suggère la domestication des animaux d’embouche sur nos rapports avec notre environnement ?

Dans ces temps de réduction de la biodiversité, nous pouvons nous poser la question de savoir si l’action de l’homme ne se résume qu’à celle d’un super prédateur obtus ou si, dans l’histoire humaine, il n’avait pas eu (même à son insu) un effet moins dévastateur. En quoi l’archéologie, et plus particulièrement l’archéologie préhistorique, peut nous apporter des éclairages ? Étant archéozoologue (c’est-à-dire préhistorien étudiant les rapports entre les hommes et les animaux), spécialiste de la Néolithisation, j’ai exploré tout au long de ma carrière cette période de l’évolution de notre société par le biais des animaux consommés par les hommes.

Bon, c’est quoi la « Néolithisation » ? C’est le passage de l’état de chasseurs-cueilleurs à celui de cultivateurs-éleveurs, autrement dit, de prédateurs dépendant des ressources naturelles à celui de « producteurs » s’affranchissant d’une partie des contraintes environnementales. La plus ancienne néolithisation connue est proche-orientale. Il va sans dire que malgré le temps écoulé, nous ne sommes pas encore hors nature, mais étant donné les progrès des cultures hors-sol et de la culture des cellules souches animales, nous nous en approchons. Est-ce une bonne chose ? C’est une question d’éthique à laquelle notre génération ou la suivante devra répondre.

Fig. 1 : Carte des sites nommés dans le texte.

Que savons-nous sur les derniers chasseurs ? Au Proche-Orient, entre 12 000 et 10 000 ans cal. av. j. c. (Natoufien), ils vivaient en villages dans des maisons rondes partiellement enterrées. La culture des plantes n’est pas attestée, le seul animal ayant une morphologie domestique est le chien (Gourichon et Helmer 2008) et un autre est probablement domestiqué mais sans variation squelettique (ce qui correspond à une agriomorphie (Helmer 2008)) : le chat.

N’oublions pas que ces hommes étaient encore tributaires de l’équilibre proies/prédateurs. Par la suite, de 10 000 à 8 700 av. J. C. (Khiamien puis Néolithique précéramique A – PPNA), les villages sont de plus en plus organisés et des bâtiments à vocation particulière (maison commune, sanctuaire) se systématisent, ce qui suggère une cohésion sinon une hiérarchisation de ces groupes humains. La cohésion sociale est évidente à travers des pratiques architecturales particulières : aménagements de terrasses pour l’implantation des quartiers, bâtiments communautaires, quartiers contemporains à architecture différente, mais aussi par des pratiques de chasse communautaire s’effectuant au printemps et en automne (fin de période humide et début de période humide). La culture des céréales et des légumineuses est attestée. Ceci implique un stockage des grains, ce qui est un premier pas vers l’affranchissement des aléas naturels. Notons au passage, que puisque les hommes sont cultivateurs, ils entrent dans la catégorie des « producteurs ».  Un corollaire de la pratique du stockage est l’apparition des rongeurs commensaux, souris et gerbille indienne (Helmer et al 1998,) d’où la présence du chat. En effet la récurrence de restes de cet animal à cette période n’est peut-être pas fortuite, mais hormis le cas de l’inhumation d’un chat dans la tombe d’un homme (vers 7500 BC) sur le site de Shillourokambos à Chypre (Vigne et al 2004), témoignant de sa domestication, il est particulièrement difficile de mettre en évidence le statut domestique ou sauvage de ces matous.

La domestication du chien et du chat n’est pas due à des besoins alimentaires : elle a son origine dans le commensalisme (condition d’êtres vivants qui habitent et se nourrissent avec d’autres êtres sans se nourrir d’eux) et l’anthropophilie (condition d’êtres qui se plaisent à vivre auprès des hommes). Ce qui n’est pas le cas des bovins, caprins, porcins et ovins qui apparaissent entre 8700 et 8200 au Néolithique précéramique B (PPNB) ancien : c’est plus l’exploitation des « produits du vivant » (laine, lait, travail, fumier…) que des produits post-mortem (viande et abats, peaux, corne et os…) qui ont motivé leur domestication.

 Le chien a dû faciliter la chasse et a pu aussi être utilisé comme animal de bât, aidant en cela les déplacements des humains, toutefois ce n’est que spéculation, les chiens paléolithiques reconnus en tant que tels étant plutôt de petite taille.

 Mais quel est l’impact de la chasse sur les cohortes d’animaux au PPNA dans la région où ont été mis à jour les plus anciens animaux de boucherie ? L’étude du site de Mureybet dans la moyenne vallée de l’Euphrate en Syrie montre que ni les gazelles, ni les équidés, ni les aurochs, animaux composant la base de l’économie de chasse tout au long des 2000 ans de la période, ne sont en régression, sauf un léger fléchissement de la fréquence des équidés qui paraît avoir été compensé par une augmentation de celle des aurochs, à la transition avec le PPNB ancien (Gourichon et Helmer 2008.). Par la suite, la part des animaux domestiques est relativement faible, ce qui montre à la fois que le réservoir de bêtes sauvages est encore suffisant pour compenser les prélèvements et que, parmi les causes de la domestication, la recherche de viande et abats n’est pas fondamentale. Rappelons que la mise en évidence de l’exploitation des produits laitiers, des capacités de travail des ongulés, bref des « produits du vivant », est une meilleure explication (Helmer et al 2007, Vigne et Helmer 2007).

Un léger changement dans les précipitations, dû à un épisode aride, est perceptible à cette période dite de Transition avec le PPNB. Une remontée des isohyètes vers le nord de quelques dizaines de kilomètres paraît être la seule explication du changement à cette période dans les sous-espèces de gazelles (Helmer 2000), changement perceptible aussi chez les rongeurs et les lièvres. Toutefois cette variation climatique n’a pas d’effet majeur sur la chasse, les fréquences de gazelles variant peu. Ce n’est qu’au cours du PPNB que les cohortes de ces dernières paraissent subir un fort impact, mais est-ce dû uniquement à la pression cynégétique ? Fort probablement, d’autant plus que la présence de troupeaux domestiques occupant les meilleurs pâturages et une restriction probable de l’accès à l’eau a dû augmenter le déséquilibre. Les sites du PPNB paraissent plus grands, notamment au PPNB moyen, ainsi la pression anthropique sur le milieu pourrait expliquer la régression des animaux sauvages dans la diète des hommes. En effet, si ceux-ci n’ont pas compris les dynamiques de renouvellement des troupeaux sauvages, plus les hardes régressaient plus les chasseurs amplifiaient les techniques de chasse pour obtenir un lot de bêtes abattues fournissant la même quantité de viande. C’est peut-être une explication de la présence assez forte de « kites » au PPNB et ultérieurement (Barge, 2012). Il ne faut pas oublier que les steppes sont des milieux à potentialités finies, ne serait-ce qu’en eau ; mais peut-être ces chasseurs du Néolithique étaient-ils dans cette croyance encore actuelle : « la nature est bonne et pourvoit à tout … ».

La comparaison entre Jerf el Ahmar et Mureybet montre que, dans ces sites contemporains de la vallée de l’Euphrate syrien, tout au moins pour une partie de leur histoire, les gazelles et les lièvres appartiennent à des sous-espèces différentes (Gazella subgutturosa subgutturosa et Lepus europaeus syriacus à Jerf, plus au nord, et Gazella subgutturosa marica et Lepus capensis connori à Mureybet, plus au sud) (Helmer 1998 et 2021). Or, rappelons-le, les deux sites ne sont séparés que de 40 km à vol d’oiseau sans qu’une barrière géographique important ne les sépare : ils sont respectivement à 300 m et 270 m d’altitude et le djebel Ech Cheikh Aanane immédiatement au sud de Jerf culmine à 579 m.

Il y a donc une limite environnementale entre les deux sites. Mais, la présence exclusive dans chaque village d’animaux inféodés aux deux milieux implique que les chasseurs n’ont pas débordé dans le territoire de ces espèces et donc qu’il y avait une frontière entre les deux villages en ce qui concerne l’exploitation du milieu naturel. L’agriculture indique la même chose, les cultivateurs de Mureybet exploitant 4% d’orge pour 96% d’engrain, ceux de Jerf 84% d’orge pour 16% d’engrain.

En ce qui concerne la cohésion du monde PPNA, l’exploitation du monde naturel fait partie des divergences, c’est donc une action centripète. Mais pour ce qui est du monde anthropique de l’époque, il y a convergence de la culture matérielle, des pratiques religieuses et des symboles, ce qui suggère peut-être une koinè, un langage commun et donc des actions centrifuges du PPNA local (fig. 2). Cette culture paraît avoir une certaine cohérence malgré une forte dépendance aux potentialités naturelles.

Fig. 2 : Schéma de cohésion du PPNA (9 500-8 700 cal BC) du nord de la Syrie

De multiples indices montrent qu’au début du Néolithique, les chasses sont saisonnières et collectives, que ce soit celle des aurochs, des équidés ou des gazelles. Ces chasses se sont effectuées au printemps et en automne, périodes de grands rassemblements des troupeaux (Gourichon 2004, Gourichon et Helmer 2008). Quel a été l’impact de la prédation de masse à ces périodes cruciales ?

Pour répondre à cette question, j’aurai recours à une méthode utilisée par nos collègues travaillant sur les chasseurs du Paléolithique en Europe, celle des tables de vie. La dynamique des populations sauvages peut être abordée par l’étude de la mortalité qui nous donne les structures d’âge de ces cohortes (figure 3). Parmi les indices qui composent ces structures, elles-mêmes calculées à partir de la fréquence des individus dans chaque classe d’âge, deux nous intéressent pour cette étude : le taux de survie d’une classe à la suivante (lx) et le taux de fécondité d’une classe à la suivante (mx). Ces deux indices nous donnent le taux de remplacement de la population (R0) et le taux de croissance géométrique de l’échantillon étudié ou lambda (λ). R0 et λ permettent d’aborder l’équilibre de l’échantillon envisagé et donc la stabilité de cette cohorte (figure 4) (Fernandez et al. 2006, Fernandez 2009).

Je ne prendrai dans les faunes des sites du nord de la Syrie que l’exemple des gazelles, pour simplifier. Les taux R0 et lambda varient peu, le réservoir steppique est encore suffisant pour réalimenter les territoires de chasse. Par contre dans les groupes d’éleveurs, ces taux chutent parfois fortement : les cohortes étaient moins en danger quand les hommes étaient chasseurs que lorsqu’ils sont devenus éleveurs. Les courbes de mortalité vont dans le même sens (fig..3) : une stabilité sur les sites de chasseurs (Mureybet et  Jerf el Ahmar) et une grande variabilité sur les sites d’éleveurs (Dja’ade el Mughara, El Kowm 2, Qdeir) .

Fig. 3 : Courbes de mortalité des cohortes de Gazelles pour les sites syriens de 9 000 à 7 500 cal BC. IA à IIB = Mureybet ; Jerf = Jerf el Ahmar ; Dj = Dja’ade el Mughara ; K2 = El Kowm 2, et Qdeir.
Fig. 4 : Stabilité des cohortes de gazelles exprimée à l’aide du taux de reproduction global (R0) et taux de croissance lambda (λ) pour les sites syriens de 9 000 à 7 500 cal BC. IA à IIB = Mureybet ; Jerf = Jerf el Ahmar ; Dj = Dja’ade el Mughara ; K2 = El Kowm 2, et Qdeir.

Globalement, les cohortes sauvages ont des taux constants entre 10 000 et 9 000 av. J. C. . Pour les gazelles, ce n’est qu’avec l’apparition du cheptel domestique que les taux baissent, après 8700 cal BC, par restriction du territoire (fig. 4), l’occupation des bons pâturages et l’accès aux zones d’abreuvage étant occupés par le bétail, sans compter une sur-chasse menée pour limiter les nuisances dans les champs.

On constate un approvisionnement en viande constant jusqu’au PPNA.  En revanche, il y a une diminution des cohortes équines à la période de transition avec le PPNB (9000 à 8700 av. J. C.), la chasse aux équidés est donc réduite à ce moment-là, mais elle est partiellement compensée par une augmentation de la prédation des aurochs (mâles et femelles). C’est probablement une période de mauvais équilibre mais pas de pénurie et encore moins de famine.

Comment expliquer la chute de la chasse aux équidés ? s’agit-il de la conséquence d’une sur-chasse, ou bien de la péjoration climatique qui touche plus particulièrement ces grands herbivores ? Des changements s’observent-ils chez les gazelles ? En fait, plus au nord, à Jerf el Ahmar, les gazelles sont plus petites à la transition avec le PPNB. Y aurait-il donc eu une légère aridification, sensible sur les bêtes de steppe, se surajoutant à une augmentation démographique humaine ? Pourquoi pas.

Alors quel bilan est permis par ce court résumé de l’histoire économique des premiers néolithiques ? Pour l’environnement, l’effet de leur action est accablant, même s’il est involontaire : nos ancêtres n’ont ni plus ni moins assuré leur survie et la pérennité de leur descendance, c’est le côté animal de notre cerveau reptilien. Les meilleures terres ont été exploitées, les accès à l’eau accaparés, les populations de « nuisibles » limitées, voire éradiquées. Certaines espèces ont survécu mais en étant modifiées : nos chiens, bovins, moutons, chèvres et cochons ont une extension quasi mondiale, sans oublier les céréales, les légumineuses et autres plantes utiles à l’homme. Ils ont maintenant une répartition que n’avaient pas leurs ancêtres avant la mise en action des premiers éleveurs/agriculteurs. Mais la pression due à l’inflation galopante de notre démographie dans un milieu par nature fini (notre planète) aboutit en ce moment à une disparition à court terme de nombreux taxons sauvages. Personnellement, j’en suis consterné, même si d’un côté, la pratique de l’écologie (la science, pas la politique) m’a enseigné que chaque déséquilibre est suivi par un nouvel équilibre ; néanmoins étant donné la rapidité de ce changement, nos descendant doivent-ils payer le prix de notre comportement archaïque datant du Néolithique ? D’un autre côté, si nos ascendants étaient restés des chasseurs-cueilleurs nomadisant dépendant des variations naturelles, ce billet n’existerait pas, notre stress existentiel serait tout autre, avec un avenir commun à toutes les cohortes de mammifères, à savoir une dérive génétique vers une autre espèce ou une disparition pure et simple, alors que là, maintenant, peut-être sommes-nous (serons-nous?) capables de nous affranchir de cette condition.

Bibliographie

Barge O. 2012. Les « desert-kites » : d’Al Rawda à l’Aragatz, la naissance des « Globalkites », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 10 décembre 2012. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/288

Fernandez P. 2009. De l’estimation de l’âge individuel dentaire au modèle descriptif des structures d’âge des cohortes fossiles : l’exemple des Equidae et du time-specific model en contextes paléobiologiques pléistocènes, Bulletin de la Société préhistorique française 106, (1), 5-14.

Fernandez P., Guadelli J.-L., Fosse P. 2006. Applying dynamics and comparing life tables for Pleistocene Equidae in anthropic contexts (Bau de l’Aubesier, Combe Grenal) and Carnivore (Fouvent) contexts with modern feral Horse populations (Akagera, Pryor Mountain), Journal of Archaeological Science 33, 176-184.

Gourichon L. 2004. Faune et saisonnalité : l’organisation temporelle des activités de subsistance dans l’Épipaléolithique et le Néolithique précéramique du Levant nord (Syrie). Thèse de doctorat, Lyon, université Lumière ­Lyon 2.

Gourichon L. et Helmer D. 2008. Etude archéozoologique de Mureybet, In J.J. Ibañez (éd.) Le site Néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord). En hommage à Jacques Cauvin. Oxford, Archeopress, BAR International series 1843, Vol I, 115-228.

Helmer D. 2008. Révision de la faune de Cafer Höyük : apports des méthodes de l’analyse des mélanges et de l’analyse de Kernel à la mise en évidence de la domestication, In E. Vila, L. Gourichon, A.M. Choyke & H. Buitenhuis (eds), Archaeozoology of the Near – East VIII, TMO 49, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 169-195.

Helmer D. 2021. Pourquoi étudier les lièvres du Proche – Orient ?, ArchéOrient – Le Blog,  9 avril 2021,  [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15940h.

Helmer D., Roitel V., Saña M. et Willcox G. 1998. Interprétations climatiques des données archéozoologiques et archéobotaniques en Syrie du nord de 16000 BP à 7000 BP, et les débuts de la domestication des plantes et des animaux, InM.Fortin et O. Aurenche (eds), Espace naturel, espace habité en Syrie du nord (10e – 2e millénaires av. J-C. Canadian Society for Mesopotamian Studies,Québec, Bulletin 33/ TMO 28, 9-33.

Helmer D., Gourichon L. & Vila E. 2007. The development of the exploitation of products from Capra and Ovis (meat, milk and fleeces) from the PPNB to the Early Bronze in the northern Near East (8700 to 2000 BC cal.), In M. Balasse, H. Yacobaccio., J.-D. Vigne, D. Helmer & N. Goepfert (eds), Herding Techniques. ICAZ International Conference Mexico 2006. Anthropozoologica 42 (2), 41-70.

Vigne J.-D. & Helmer D.  2007. Are the ‘secondary products’ all secondary, especially for the birth of Old World cattle and caprine domestication ? Milk as a component of the neolithisation process, In M. Balasse, H. Yacobaccio., J.-D. Vigne, D. Helmer & N. Goepfert (eds), Herding Techniques. ICAZ International Conference Mexico 2006. Anthropozoologica. 42 (2), 9-40.

Vigne J-D., Guilaine J., Debue K., Haye I. et Gerard P. 2004. Early taming of the cat in Cyprus, Science 304, 259.

L’auteur

Daniel Helmer est Directeur de Recherche au CNRS, retraité. Archéozoologue, spécialisé dans l’étude de la domestication au Proche-Orient. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Daniel Helmer. Que nous suggère la domestication des animaux d’embouche sur nos rapports avec notre environnement ?, ArchéOrient - Le Blog, 30 avril 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/16001

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search