Le laboratoire Archéorient au temps du COVID-19

Ce billet résulte d’une réunion du laboratoire Archéorient, le 23 mars 2021, une année après le début du premier confinement, le 16 mars 2020 (fig. 1). Depuis cette date, nos habitudes de travail, de recherche et de terrain ont été largement bouleversées. Il nous a donc semblé intéressant de pouvoir échanger nos expériences et de tirer un premier bilan de la manière dont nous avons vécu cette année de crise sanitaire.

Fig. 1 : capture d’écran de la réunion du 23 mars 2021.

En premier lieu, il convient de rappeler que notre laboratoire a été douloureusement touché par le virus : nous avons déploré le décès de notre collègue et amie, Michèle Casanova le 22 décembre 2020, et la maladie d’au moins cinq autres membres.

Le télétravail à haute dose !

Parmi les bouleversements qui nous ont tous affectés dans notre vie quotidienne, le premier fut la pratique du télétravail en continu. Le travail à distance était déjà pratiqué par certains d’entre nous avant le confinement, car la majorité des tâches que nous effectuons sont aisément réalisables ainsi. En revanche, il n’avait jamais été pratiqué de manière aussi soutenue.

Certains des membres du laboratoire lui reconnaissent des aspects positifs, notamment, l’opportunité de recréer du lien au sein de la cellule familiale. Et pour ceux qui habitent loin, un gain de temps, d’énergie et d’argent lié à la réduction des déplacements. Beaucoup témoignent aussi du bienfait d’avoir pu freiner l’agitation qui caractérisait leur quotidien avant la pandémie. Le confinement a offert la possibilité de se mettre à jour, de mener des travaux de fond, plus tranquillement, ce dont témoignent plusieurs soutenances d’HDR, la finalisation de gros dossiers, l’achèvement de publications, etc.

Naturellement, une grande disparité est à souligner dans la perception du télétravail, selon le cadre de vie et la composition de la cellule familiale. La superficie du domicile, avec un coin bureau dédié et un jardin ou non, un environnement familial, avec l’obligation de s’occuper d’enfants en bas âge ou non, sont autant d’éléments qui ont impacté la manière de traverser cette période délicate.

Parmi les membres du laboratoire, certains ont maintenu un télétravail constant, d’autres sont revenus (lors des phases de déconfinement) sur site tout en respectant les mesures de distanciation en vigueur.

Il va sans dire que l’un des aspects les plus pesants fut le manque d’interaction, et par conséquent d’émulation, entre les membres du laboratoire. Et même si les outils numériques ont restauré en partie les communications professionnelles, ils n’ont pas pallié l’absence de discussion de couloir et d’échanges informels au moment du déjeuner ou lors d’une pause-café.

Les membres du laboratoire dont l’activité est dédiée à l’aide à la recherche rapportent que l’exécution de leurs tâches, certes habituelles mais dépourvues du contact humain, a eu pour effet de leur donner l’impression d’accomplir des prestations de service, d’être cantonnés à un travail froid et déshumanisé. Et comment décrire la solitude de l’enseignant face à son écran constellé de rectangles noirs et muets ?

Nous avons tous assisté à une augmentation notable du nombre de courriels, due à l’absence de contact direct et informel. Si les relations de la direction avec l’ensemble des personnels a ainsi dû être davantage épistolaire, celles des enseignants avec les étudiants ont aussi généré une surcharge de courrier administratif et de rédaction pour les cours. Malgré cela, de nombreux étudiants ont disparu des radars et ceux qui s’expriment disent leur malaise, leur perte de repères, voire leur détresse profonde ; le besoin d’un « vrai contact humain » est manifeste.

Naturellement, la difficulté à entretenir les liens avec les collègues à distance a été exacerbée pour les nouveaux entrants du laboratoire, qui n’avaient pas encore eu le temps de tisser des relations avec leurs nouveaux collègues.

Fort de ce constat et afin de raviver les liens au sein du laboratoire, un rendez-vous hebdomadaire, le jeudi matin de 9 h à 10h, a été créé à partir du second confinement : le « Café virtuel Archéorient » (fig. 2). Ce moment d’échanges nous a redonné l’occasion de communiquer/bavarder à l’échelle du laboratoire de manière détendue et informelle, sur les dernières nouvelles, les projets des uns et des autres, etc. Aspect positif et inattendu, cet espace de convivialité a permis à certains doctorants de tisser des liens avec les chercheurs plus aisément que ce n’était le cas à la Maison de l’Orient, où les espaces de vie des chercheurs et des doctorants sont plus distincts, notamment en raison de la localisation de nos bureaux respectifs.

Fig. 2 : café virtuel d’Archéorient, le 4 mars 2021.

Les restrictions d’accès aux bibliothèques ont également été un désagrément pour bon nombre des membres du laboratoire. Cependant, l’accès aux ressources en ligne (HalSHS, ResearchGate, Academia, etc.) a permis de pallier en partie ce problème, qui aurait été beaucoup plus gênant il y a une vingtaine d’années, lorsque ces outils n’existaient pas. Des moyens plus anecdotiques, mais tout aussi efficaces, ont également permis de remédier à ce blocage : les prêts entre collègues et l’essor des « Bibliothèques virtuelles de confinements » telle que Ancient Near East quarantine Library. Ces groupes en ligne permettent à leurs membres d’échanger des ressources entre eux, élargissant ainsi de manière importante le vivier des « collègues prêteurs ».

Grandeur et décadence des outils alternatifs de travail et socialisation

Après un moment de sidération, les premiers mois de la pandémie ont été marqués par le déploiement massif des outils de visioconférence, qui étaient déjà présents mais utilisés à la marge au sein du laboratoire. Cette phase d’adaptation à ces nouveaux outils a été plus ou moins naturelle et aisée, selon le matériel, les aptitudes informatiques et la qualité de la connexion des uns et des autres (certains ont parlé de week-end entiers à regarder des tutoriels pour améliorer leur pratique).

Un mérite reconnu par tous à ces outils de visioconférence est la possibilité d’accéder à une offre beaucoup plus riche de séminaires et conférences, en France mais aussi à l’étranger et, réciproquement, d’offrir un auditoire beaucoup plus large à nos évènements. La mise en place à l’avenir d’une solution hybride entre monde physique et monde virtuel permettrait de pérenniser ces avantages après la crise.

Un autre aspect positif à souligner est la simplification de l’organisation des rencontres scientifiques (colloques, table rondes), avec un gain de temps et d’argent considérable. En effet, toutes les tâches lourdes, chronophages et peu gratifiantes (recherche de financements, réservation de billets de transport, de chambres d’hôtel, devis pour les pauses café ou les restaurants, etc.) qui incombent généralement à l’organisateur sont rendues inutiles. Ce type d’évènement à distance présente aussi l’avantage, en limitant les déplacements en France et au-delà, d’en réduire drastiquement l’empreinte carbone. Encore que les émissions de CO2 des visioconférences ne sont pas négligeables, comme l’ont montré certaines études récentes (il y a une empreinte carbone numérique liée notamment à l’utilisation des caméras : Obringer et al. 2021). L’inconvénient majeur est cependant l’absence des moments de convivialité entre les interventions (pauses café, « workshop off », etc.), plages durant lesquelles se tissent des liens professionnels et personnels.

Par ailleurs, ces rencontres par écrans interposés ne sont pas sans soulever des questions sur la qualité de l’échange, voire de l’écoute. Nombreux sont les collègues qui ont été confrontés à la froide réalité de devoir donner cours ou faire des interventions devant une série d’initiales sur fonds noirs, pour des raisons de qualité de bande passante ou parce qu’une partie de l’auditoire avait souhaité couper sa vidéo, laissant tout imaginer : un auditeur attentif et concentré, ou alors consultant sa messagerie ou parti faire sa lessive ! A la décharge des auditeurs, il convient de mentionner que l’écoute inactive devant un écran demande parfois un réel effort, une sorte de travail sur soi de « pleine conscience » ! D’autant plus lorsque les phrases sont hachées par une connexion aléatoire, dans une langue étrangère ou que les grésillements couvrent les voix des intervenants. L’absence de pratiquement tout ce qui constitue la communication non verbale est aussi à déplorer, tant pour les enseignants qui n’ont pas de retour en temps réel sur leur cours que lors de réunions importantes.

La visioconférence a également eu pour effet de faire tomber en partie la barrière entre sphère privé et sphère publique, avec l’intrusion, par écran interposé, de l’œil des collègues dans nos intérieurs, plus ou moins bien ordonnés !

Le congrès biennal sur l’archéologie du Proche-Orient ancien (12ICAANE), dont on saluera par ailleurs l’organisation irréprochable (et l’accessibilité en ligne à l’enregistrement de toutes les présentations après la fin du symposium), s’est révélé particulièrement frustrant de ce point de vue : pas de possibilité de savoir qui écoutait quoi ni de voir les collègues sauf lors de leur présentation, de poser des questions par oral, pas de vrai échange lors des workshops… Si la visioconférence se révèle être un outil convenable pour les rencontres scientifiques en petit comité ou pour les réunions administratives, elle n’est qu’un pis-aller peu satisfaisant pour les réunions importantes et les grands congrès internationaux.

Une des conséquences néfastes de l’essor de ces outils de travail à distance est l’augmentation du temps passé devant les écrans, temps qui était déjà significatif auparavant puisque c’est celui de la rédaction, de l’échange par courrier, de la lecture (pour les plus verts d’entre nous qui se refusaient à imprimer, dans l’espoir de sauvegarder – un peu – notre planète !). Rappelons que les séminaires, les conférences, les échanges entre collègues, devenus des activités réalisées en visioconférence, étaient auparavant des moments hors écrans. Comme ailleurs, les membres du laboratoire n’échappent pas aux divers désagréments physiques engendrés par l’usage trop intensif d’écrans.

Les missions et les projets : entre report et annulation

Un des faits marquants pour notre laboratoire spécialisé principalement dans l’archéologie hors du territorial national fut l’annulation de toutes les missions de terrain hors d’Europe. 

Beaucoup redoutent que cette interruption d’une année (voire deux !) endommage les dynamiques de recherches enclenchées avec les équipes à l’étranger. Il faut également souligner les conséquences économiques directes résultant de notre absence, pour nos partenaires scientifiques mais aussi pour les ouvriers locaux. Couve aussi le risque d’une désintégration des équipes de recherche, notamment en ce qui concerne les étudiants, qui s’engagent sur d’autres projets. Enfin, pour certains, cette période a signifié la perte des crédits qu’ils avaient obtenus pour la campagne 2020, qui n’ont pu être reportés et dont la reconduction n’est pas assurée (tous les crédits d’État non dépensés « remontent » à la fin de l’année et ne sont pas reconductibles d’office).

De manière générale, les statutaires comme les étudiants ont souffert de l’incertitude qui a plané pendant plusieurs mois, leur laissant espérer un report possible de leur mission : du printemps vers l’été puis de l’été vers l’automne, pour finalement déboucher sur une annulation définitive. Beaucoup de temps et d’énergie ont ainsi été dépensés en de vaines organisations.

En ce qui concerne les crédits, les missions du MEAE ont eu l’opportunité d’utiliser leurs crédits avec des solutions alternatives, telles que des analyses, des vacations de post-fouille, des achats de petit matériel, etc. Quant aux projets ANR, ils ont pu bénéficier d’un report des crédits qui n’ont pu être engagés pendant cette année de crise et de mois-hommes supplémentaires.

Nous ressentons tous de manière intense ce que l’un d’entre nous a très justement appelé : « l’appel de la truelle ». D’aucuns ont l’impression de mener ces derniers temps « une archéologie virtuelle », sentiment exacerbé par le fait que certains pays étaient déjà fermés depuis quelques temps en raison de crises sécuritaires ou diplomatiques (Syrie, puis Iran et maintenant Éthiopie).

En outre, le terrain est un lieu primordial de formation dans le cursus de nos étudiants ; la pandémie les a privés de ce moment précieux d’apprentissage.

Une période difficile pour les jeunes générations

Le terrain n’est malheureusement pas le seul élément dont les jeunes générations ont été privées durant ces douze derniers mois. Premier constat : les doctorants font face à des situations très disparates liées à l’obtention d’un contrat doctoral, à leur environnement familial ou à leurs conditions de logement. Ainsi, certains ont réussi à traverser cette période de manière assez sereine et en réussissant à maintenir leur travail de thèse alors que d’autres ont été durement affectés. Il semble que la plus grande difficulté ait été ressentie par les doctorants en première année qui n’étaient pas encore familiers avec le mode de vie et fonctionnement du doctorat.

S’est posée aussi la question de l’accessibilité à leurs données d’étude, gravement compromise par l’impossibilité de se rendre sur le terrain, dans les réserves des musées ou dans les bibliothèques. Consciente des retards engendrés par ces conditions difficiles, l’université Lyon 2 a prolongé les contrats doctoraux jusqu’à un an.

Si les membres statutaires d’Archéorient ont été préservés des aléas économiques de cette crise, en revanche, la précarité de la situation des étudiants, des doctorants non financés et des post-doctorants, ayant souvent perdu leur « travail alimentaire », a été, pour certains, dramatique.

La « salle des doctorants », espace de travail mais aussi de convivialité, a été fermée durant le confinement puis progressivement rouverte mais avec un planning d’accès et une jauge fixée à quatre étudiants dans un bureau qui en comptait auparavant une dizaine.

Enfin, cette crise sanitaire a également privé les jeunes docteurs et les nouveaux habilités de la possibilité de partager leur soutenance, et le pot qui s’en suit, avec leurs proches et leurs collègues, ces moments uniques et mémorables dans le parcours d’un chercheur et la vie d’un laboratoire (fig. 3).

Fig. 3 : applaudissements à l’issue de la soutenance de thèse de Shadi Shabo le 7 janvier 2021.

Il est bien mal aisé de dresser aujourd’hui un réel bilan, alors que la pandémie joue les prolongations et que nous ne sommes pas encore sortis de cette crise. Mais ce qui est certain, c’est que malgré les acquis technologiques, et la spécificité de nos activités qui nous permettent de mener une bonne partie de nos recherches – mis à part nos missions de terrain – en télétravail, nous avons un besoin vital et impérieux de renouer au plus vite les liens entre collègues et de retrouver des temps d’échanges et d’émulation bien réels.

Références

Dibo S., Vallet R., Abrahami Ph., Breniquet C., Lion B., Michel C., Marro C. Michèle Casanova (1960-2020), ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 15 janvier 2021. [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15635

Obringer R., Rachunok B., Maia-Silva D., Arbabzadeh M., Nateghi R. Madani K, 2021, 2021, The overlooked environmental footprint of increasing Internet use, Resources, Conservation & Recycling 167 (2021) 105389, https://doi.org/10.1016/j.resconrec.2020.105389

Les auteurs

Bérengère Perello est chargée de Recherche au CNRS. Archéologue, spécialiste de la Turquie et du Caucase protohistoriques. Elle est membre du laboratoire Archéorient UMR 5133 (CNRS/Lyon 2), Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Elle est co-responsable de l’Axe 2 – Organisation de l’espace.

Marie-Odile Rousset est archéologue, chargée de recherche CNRS, spécialiste du Proche-Orient médiéval. Rattachée à l’UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon. Elle est co-responsable de l’Axe 2 – Organisation de l’espace.

Pour citer ce billet : Bérengère Perello et Marie-Odile Rousset. Le laboratoire Archéorient au temps du COVID-19, ArchéOrient - Le Blog, 23 avril 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15990

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search