Chroniques bédouines

Chroniques du bord du monde. Histoire d’un désert entre Syrie, Irak et Arabie – ce livre, à paraître aux éditions Payot le 31 mars prochain, s’inscrit dans le prolongement de ma thèse de géographie, soutenue en 2010 sous la direction de Christian Grataloup (Paris Diderot). Elle portait sur la place de l’espace situé entre Méditerranée et Mésopotamie dans l’histoire plurimillénaire de l’isthme central de l’Eufrasie, « au carrefour des continents » comme on l’écrit parfois maladroitement. C’était ambitieux, trop peut-être. Dix ans plus tard, l’occasion m’a été donnée de reprendre pour partie cette problématique, de recentrer la focale sur la badiya et d’en proposer une histoire sur la longue durée, par petites touches, grâce à une cinquantaine de chapitres disposés à rebours du temps, d’aujourd’hui au Paléolithique.

Lorsqu’on s’éloigne de l’agglomération de Damas en direction de l’est, après avoir traversé une oasis mitée par l’urbanisme, on parvient à quelques villages entourés de champs assez mornes, où quelques Bédouins ont planté leurs tentes et où des chameaux parfois pâturent. Le plus connu d’entre eux peut-être est celui de Ḥarrān al-ʿAwāmid, « Harran aux colonnes ». Son nom lui vient des trois colonnes encore debout, vestiges d’un temple romain qui n’a jamais été fouillé. Celles-ci avaient fini par être intégrées dans une maison moderne. Sur les dernières images satellites, elles apparaissent désormais esseulées et projettent leurs ombres au milieu d’un terrain arasé, conséquences d’une guerre débutée il y a dix ans dans un espoir révolutionnaire qui n’est pas totalement éteint. Plus au sud, au voisinage du village de Jdeydé el-Khass, Henri de Contenson, en 1967, avait découvert le site préhistorique de Tell Aswad, où il avait juste procédé à quelques sondages. Il fallut attendre 2001 pour que Danielle Stordeur et son équipe entreprennent de nouvelles fouilles. Elle me sollicita alors pour faire le point sur ce que les géographes avaient su des lacs qui devaient s’étendre autrefois à proximité immédiate de ces habitations néolithiques.

Carte 1 : Les anciens lacs de Damas

Il s’avérait que cet espace était resté longtemps méconnu. Peu de voyageurs en avaient fait une description, peu de géographes en avaient proposé une cartographie. Ces lacs étaient trop à l’écart de l’agglomération damascène et des grandes routes. Encore quelques pas, on était dans la steppe. Encore durant l’entre-deux-guerres, on trouvait là, côte-à-côte, des villageois, des grands nomades chameliers et des bédouins moutonniers semi-nomades. On était au bord du monde. De quel monde ? Les deux, celui des nomades et celui des sédentaires. Ce serait la réponse la plus simple. Mais c’est précisément cette dichotomie qu’il fallait interroger.

Ainsi ce livre incite-t-il à sortir du « tunnel » historique dénoncé par James Blaut, à faire un « pas de côté », comme l’a prôné Sanjay Subrahmanyam, non dans une marge lointaine, mais au cœur même de l’Eufrasie. En cette région du monde souvent décrite comme le « berceau de la civilisation », les « densités d’histoire », pour reprendre la formule de Christian Grataloup, apparaissent très contrastées avec une juxtaposition immédiate de « pleins » et de « vides ». Quel rapport en effet entre une Babylonie saturée d’histoires et de mythes, et le ḥamād, cœur de la steppe syro-arabique, a priori véritable désert d’histoires ? L’archéologue états-unien James H. Breasted, lorsqu’il imagina l’expression « Croissant fertile » pour un manuel d’histoire, avait proposé une vision totale de cette région : le « Croissant fertile » bordait une « baie désertique », il en était le rivage urbain, agricole, perpétuellement menacé par une marée humaine de hordes sauvages venant du désert. L’expression « Croissant fertile » est passée à la postérité, au point de nous faire croire qu’elle avait toujours existé ; celle de « Baie désertique » a été oubliée, moins saisissante sans doute, mais surtout moins centrale.

L’objectif de ce livre est avant tout une tentative de décentrement en mettant la focale sur la steppe, la badiya, sans qu’on attribue nécessairement une identité précise aux populations qui l’ont habitée – Bédouins, Arabes, Saracènes, Araméens, ou je ne sais quel autre ethnonyme – : quelle a été la perception des populations sédentaires qui ont habité l’espace voisin et qui y ont souvent constitué des empires, ou du moins ont été intégrées dans des structures politiques étatiques à prétention impérialiste ? Et réciproquement, dans la mesure du possible, quel a été le regard de ces populations de la steppe ? Une « histoire à parts égales », comme dirait Romain Bertrand, si cela n’est pas qu’un mirage. En effet, même si les habitants de la steppe n’ont pas toujours été des vaincus, les sources sont fondamentalement asymétriques, avec d’un côté des archives écrites nombreuses, en des langues diverses, du français à l’akkadien en passant par l’arabe et le turc ; de l’autre, essentiellement des témoignages oraux, lorsqu’ils ont été rapportés en particulier grâce aux voyageurs européens, et de rares inscriptions, grecques, safaïtiques, arabes… Restituer la voix des populations de cette steppe entre Syrie, Irak et Arabie, ponctuellement sédentaires, généralement nomades, reste une gageure.

Il y a déjà longtemps que la critique a été portée contre l’idée qu’il y aurait des « peuples sans histoire », pour reprendre le titre du livre d’Éric Wolf, Europe and the People without History. Mais il me semblait nécessaire d’éviter une ethnicisation délicate. Ce livre n’était pas une histoire des Arabes, comme celle récemment publiée par Tim Mackintosh-Smith. Car qu’entend-on exactement par ce nom ? Sans reprendre les distinctions proposées par Ibn Khaldoun entre « les Arabes arabisants » (al-ʿarab al-ʿariba), qui sont des peuples d’Arabie qui ont disparu, comme les ʿAd, les Thamūd ou les Tasm, « les Arabes arabisés » (al-ʿarab al-mustaʿriba), qui descendent d’Eber et par lui de Sem, comme les Himyarites, les Kahlân ou les Tubba’, « les Arabes successeurs des Arabes » (al-ʿarab at-tābiʿa li-al-ʿarab), qui ont reçu la prophétie d’Abraham, comme les Rabī’a et les Mudar, et « les Arabes désarabisés » (al-ʿarab al-mustaʿjama), qui sont les populations d’origine arabe installée dans les pays conquis, rappelons simplement que le nom, écrit ʿarab ou aʿrāb, a d’abord et longtemps désigné les Bédouins, et non les arabophones. Nonobstant, sur le temps long, aucun ethnonyme ne tient, pas même celui de Bédouins, forgé sur le terme de badiya, mais qui a lui-même son histoire.

Cependant, qu’on l’appelle Ḥamād ou Samāwa, qu’on le qualifie de bādiya ou de barriya, de midbar ou de ṣērum, cet espace enserré par le Croissant fertile méritait d’être remis à sa place, c’est-à-dire au centre de l’entre-deux syro-mésopotamien. Car contrairement à l’image qu’en donnent les atlas historiques du Moyen-Orient, cette steppe située entre Syrie, Irak et Arabie n’est pas un espace sans histoires. Nonobstant, ce blanc des cartes historiques tient moins à l’ignorance qu’à une cartographie foncièrement fondée sur l’histoire des États.

Carte 2 : Le désert de Syrie

Une des difficultés majeures à écrire ce livre aura bien été, finalement, non pas de trouver des informations mais de faire des choix. Ceux-ci apparaîtront sûrement discutables et subjectifs, mais ils étaient nécessaires. Des chapitres ont été abandonnés, sur l’enclave états-unienne d’al-Tanf dans la Syrie d’aujourd’hui, sur la révolte de Mavia à la fin des années 370 n.è., sur les ʿAqīl, ce réseau de chameliers actif au XIXe et au début du XXe siècle, sur la place des nomades et des chameliers à Palmyre… Des ces chapitres perdus, un seul a été récupéré, réécrit, et publié ailleurs, dans la revue Orient XXI, sur le l’histoire du kefieh, coiffe bédouine par excellence. J’assume la part de subjectivité à l’œuvre, d’autant qu’aucune trame narrative n’est venue véritablement cadrer ces histoires. Qu’on n’y cherche donc aucune thématique qui permette de rapiécer ce qui est volontairement décousu. Ces chapitres sont davantage des allusions à des problématiques transversales : des conséquences de l’exploitation du pétrole à la révolution néolithique en passant par la condition des femmes parmi les populations bédouines, la classification botanique de la truffe du désert, le rôle des informateurs locaux dans la cartographie de la steppe, la place des Bédouins dans les guerres entre Mamlouks et Mongols, les migrations entre le désert et ses marges… Ces cinquante chroniques sont une histoire fragmentaire d’un espace délaissé. Ce qui ne signifie pas que le lecteur, d’une page à l’autre, ne trouvera aucun lien, aucun écho.

Pour écrire ce livre, il fallait camper en une position d’équilibre, sur le bord même du monde, afin de porter un regard croisé, de part et d’autre, sur ce qui pourrait apparaître comme le Monde, celui des mondialisations multiples, le plus souvent impériales, et sur ce qui ne serait qu’un monde, celui de la marge, des peuples sans État, de la badiya. Faut-il pour autant y voir, comme le suggère lui-même James C. Scott, une sorte de Zomia, une région anti-étatique, mais en Asie du Sud-Ouest ? L’idée même de marge est en réalité foncièrement discutable car avant de disparaître dans l’enclosure générale perpétuée par les États modernes, la badiya n’était pas déconnectée de l’espace englobant. Il importe au contraire d’historiciser les interactions multiples et très anciennes pour mieux comprendre les processus d’intégration et de marginalisation. On se tromperait à penser que l’histoire de cet espace se réduit à un processus d’aliénation, politique et culturelle. Céder à cette vision participerait d’une mythologisation au demeurant très prégnante et pas seulement occidentale : les Bédouins ne sont ni des sauvages, ni des apôtres de la liberté, ni des gardiens de l’identité arabe. Dans Nomads and the Outside World, Anatoly M. Khazanov a distingué quatre modes d’adaptation des nomades aux mondes extérieurs : la sédentarisation, le commerce, la soumission et l’assujettissement. Il faut sans doute élargir encore davantage la focale en tâchant d’éviter une vision centrée uniquement sur les États, qui ferait de ces derniers l’unique facteur de transformation sociale et politique, comme le souligne Kurt Franz. C’est la raison pour laquelle ces chroniques sont d’abord celles d’un espace, et non celles d’une population, d’un peuple ou d’une nation. Il fallait éviter une réduction à la question politique à laquelle bien des sources ramènent et privilégier une histoire totale ; non pas exhaustive, mais plurielle par ses approches.

Avec toutes ces précautions et sans prétendre avoir échappé aux écueils, ces chroniques de la steppe s’offrent comme une histoire décalée, kaléidoscopique, à rebours, pour essayer de comprendre la coprésence à tous les temps, d’aujourd’hui jusqu’au Paléolithique. C’est une invitation à se retirer au désert, dans l’espace et dans le temps, afin de regarder l’histoire d’ailleurs, en se défaisant progressivement des voiles de la connaissance postérieure pour s’enfoncer dans un passé de plus en plus insaisissable, outrepassant la limite entre histoire et préhistoire au profit d’une sorte de « parahistoire », une histoire-d’à-côté. Ce livre est ainsi un essai de réponse à une problématique que m’avait posée Jean-Michel Geneste il y a plus de vingt ans, alors que je n’étais qu’étudiant et que j’hésitais entre les études d’histoire auxquelles je me destinais et la recherche en préhistoire que je découvrais véritablement en le côtoyant sur le site de Combe Saunière en Dordogne. C’est lui qui me fit rencontrer Danielle Stordeur et Jacques Cauvin et qui m’orienta vers la protohistoire syrienne. Le clivage préhistoire/histoire avait-il vraiment un sens ? Par-delà la question de l’écriture, on pouvait en douter.

Je ne saurais terminer cette présentation sans exprimer ici mon infinie gratitude envers Danielle Stordeur qui a eu la patience de relire chaque chronique avec toute son amicale bienveillance et sa rigueur exigeante.

Bibliographie

Bertrand R., 2011, L’histoire à parts égales. Récits d’une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Seuil.

Blaut J. M., 1993, The Colonizer’s Model of the World. Geographical Diffusionism and Eurocentric History, New York, The Guilford Press.

Breasted J. H. & Robinson J. H., 1914, Outlines of European History. Part I, Boston, p. 57.

Breasted J. H., 1916, Ancient Times. A History of the Early World, Boston, Ginn and Company, 1916, p. 102.

Franz K., 2011, « The Bedouin in History or Bedouin History? », Nomadic Peoples, Vol. 15, N° 1, Nomads in the Political Field, pp. 11-53.

Capdepuy V., 2008, « Le “Croissant fertile”. Naissance, définition et usages d’un concept géohistorique », L’Information géographique, Vol. 72, pp. 89-106.

Grataloup C., 1996, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Montpellier, GIP RECLUS.

Khazanov A. M., 1994 (2nd éd.), Nomads and the Outside World, trad. du russe par Julia Crookenden, The University of Wisconsin Press.

Scott J. C., 2013, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné. Une histoire anarchiste des hautes terres d’Asie du Sud-Est, trad. Nicolas Guilhot, Frédéric Joly et Olivier Ruchet, Paris, Seuil.

Subrahmanyam S., 2005, Explorations in Connected History. From the Tagus to the Ganges, Oxford, Oxford University Press.

Wolf E. R., 1982, Europe and the People Without History, Berkeley, University of California Press.

Mackintosh-Smith T., 2019, Arabs. A 3 000-year History of Peoples, Tribes and Empires, New Haven Londres, Yale University Press.

L’auteur

Enseignant dans le secondaire à La Réunion, Vincent Capdepuy est spécialiste de géohistoire. Il est chercheur associé au sein de l’équipe Épistémologie et histoire de la géographie du laboratoire Géographie-Cités (UMR 8504), Paris.

Pour citer ce billet : Vincent Capdepuy. Chroniques bédouines, ArchéOrient - Le Blog, 26 mars 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15908

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search