The World of the Oxus Civilization: état des connaissances sur une culture méconnue

Présentation par Bertille Lyonnet (CNRS, UMR 7192, Paris) et Nadezhda Dubova (Institut d’Ethnologie et Anthropologie, Moscou), éditrices du livre

The World of the Oxus Civilization. London-New York: Routledge, 2021.

La Civilisation de l’Oxus, aussi connue sous le sigle de BMAC pour « Bactria-Margiana Archaeological Complex » (le dernier terme étant désormais changé par celui de Culture), s’est développée en Asie centrale à l’âge du Bronze, essentiellement entre 2300/2250 et 1700 av. n. è. sur un vaste territoire allant de l’Iran oriental aux piémonts du Pamir, et de la vallée du Zeravshan aux franges de l’Indus (fig. 1). À la même époque, la Civilisation de l’Indus avait installé un comptoir à Shortughaï, sur la rive sud de l’Oxus/Amu Darya, aux confins orientaux de cette région.  

Fig. 1 : Carte des régions concernées © H. David, avec modifications par B. Lyonnet et E. Baudouin

La mise en évidence de cette « civilisation » selon les uns, ou « culture » selon les autres, ne date que d’une cinquantaine d’années, et s’il y a eu pléthore d’articles à son sujet, la grande majorité est en russe tandis que beaucoup de publications en langues occidentales concernent essentiellement des œuvres d’art exceptionnelles qui en proviennent de façon illégale.

Le livre présenté ici (figs. 2 et 3) est la première tentative de synthèse en anglais où sont abordés de très nombreux thèmes qui l’éclairent sous de multiples facettes. Une trentaine d’auteurs y ont contribué, issus de plusieurs pays (Allemagne, France, Inde, Iran, Italie, Ouzbékistan, Russie, Turkménistan, USA).

Fig. 2 : Couverture du livre © Routledge Éditions

Fig. 3 : Sommaire du livre © Routledge Éditions

Il se compose de quatre parties. La partie I présente une revue générale de cette civilisation et les multiples questions afférentes ainsi que l’arrière-plan culturel, environnemental ou textuel dans lequel elle s’est insérée (chap. 1 à 4). La partie II s’intéresse au « centre » (chap. 5 à 18) et la partie III à la « périphérie » (chap. 19 à 26). La partie IV présente des investigations autour de la production des métaux et des ressources métallifères de la région (chap. 27 à 29). Un appendice donne, recalibrées selon les dernières normes, toutes les dates radiocarbone connues à ce jour du site de Gonur Depe et des sites BMAC associés, ainsi que celles de nombreux sites contemporains des régions voisines. Enfin, un index détaillé termine l’ouvrage.

Comme l’indique le chap. 1 (B. Lyonnet et N. Dubova), le rayonnement de la civilisation de l’Oxus au sein de la vaste région où elle s’est développée est plus ou moins important, ou, du moins, plus ou moins bien identifié, car beaucoup de zones restent encore mal connues pour diverses raisons. En l’état actuel de nos connaissances, on distingue donc un « centre » autour de la Bactriane et de la Margiane, régions dont les noms n’apparaissent qu’aux époques perse et hellénistique (nord de l’Afghanistan, sud de l’Ouzbékistan, est du Turkménistan) et une « périphérie ». Au « centre », le site de Gonur Depe au Turkménistan (fig. 4) représente le site le plus important, tant par ses dimensions (ca. 50 ha) que par la richesse des artefacts qui en proviennent.

Fig. 4 : Vue aérienne de Gonur Depe Nord © Margiana Archaeological Expedition

Cette culture est sans écriture et on ne connaît ni son nom ancien, ni la langue pratiquée par sa population. Elle a très vite attiré les regards en raison d’objets intrigants et souvent précieux découverts lors des premières fouilles faites au nord de l’Afghanistan par V. I. Sarianidi tandis que le bazar de Kabul se couvrait d’artefacts similaires (fig. 5). L’essentiel des trouvailles provient des innombrables tombes qui jouxtent les sites situés aux marges du désert. Très vite, des connexions ont été faites entre ces objets et des régions très variées et parfois très éloignées, comme la vallée de l’Indus, le nord-est iranien, le Plateau iranien, Suse, le Golfe Persique, la Mésopotamie, l’Anatolie voire même la Crète ou l’Egypte. On y ajoutera désormais aussi les steppes du nord.

Fig. 5 : Exemples de vases et bijoux précieux trouvés à Gonur Depe
© Margiana Archaeological Expedition

La poursuite des fouilles n’a fait que confirmer ces relations, mettant la BMAC au cœur d’une sphère d’échanges interculturels particulièrement intenses au cours des deux derniers siècles du 3e millénaire et des deux premiers du 2e millénaire avant notre ère. En témoignent la présence de sceaux étrangers (un sceau akkadien, un sceau de l’Indus (fig. 6), plusieurs sceaux du sud-est de l’Iran (région de Jiroft), et surtout celle de nombreux objets au style ou motifs totalement inconnus auparavant et qui disparaissent immédiatement après la fin de ces échanges (fig. 7). L’origine de ces objets est toutefois difficile à définir car ce ne sont jamais d’exactes copies de ceux du monde culturel auquel on peut les associer. On peut supposer qu’au moins certains d’entre eux ont été faits par des artisans/marchands itinérants pour les goûts d’une élite locale. S’ils peuvent aussi en principe résulter de divers types d’interaction (alliances, butins, etc.), leur nombre, la durée du phénomène, le fait qu’ils proviennent surtout de tombes, l’importance que semblent revêtir des animaux de bât comme les chameaux ou les ânes ainsi que des chariots déposés ensemble à proximité des hypogées les plus riches, et, enfin, la présence constante de pièces de stockage « en peigne » au sein même des établissements fortifiés conduisent les éditeurs (B. Lyonnet et N. Dubova, chap. 1) à soutenir avant tout la thèse des échanges commerciaux pour expliquer le phénomène de la BMAC. Les routes possibles sont innombrables, tant terrestres que maritimes, et il ne fait guère de doute qu’elles ont varié en fonction des aléas du moment. Les guerres incessantes en Mésopotamie au cours des premiers siècles du 2e millénaire et le déclin qui suivit pourraient être l’une des causes de la fin de ces échanges, et, par contrecoup, de la fin de la BMAC.

Fig. 6 : Sceau de l’Indus découvert in situ à Gonur Depe © Margiana Archaeological Expedition
Fig. 7 :  Exemple de vase en argent de type BMAC avec décor exotique
© Musée du Louvre, dessin de C. Florimont

Un des problèmes majeurs est qu’on ne sait pas quels étaient les objets de ces échanges. Les textes mésopotamiens parlent de certaines contrées lointaines à l’est mais rien ne permet d’assurer que Marhashi, Shimashki ou Tukrish concernent la BMAC comme le montre M. Guichard dans le chapitre 2. Or seuls les textes permettraient de préciser quelles étaient les ressources échangées, bois, plantes, animaux, métaux, pierres, tissus ou autres, car, depuis, la plupart ont disparu, soit qu’elles étaient périssables, soit qu’elles aient été fondues ou recyclées. En effet, que saurait-on du commerce assyrien en Anatolie sans les tablettes des marchands d’Assur ? et que saurait-on du commerce entre l’Indus et la Mésopotamie sans les tablettes d’Ur ?

Cette civilisation de l’Oxus a, certes, des racines locales ancrées dans la culture de Namazga qui s’est développée depuis le Néolithique surtout le long du Kopet Dagh au Turkménistan et, vers la fin du 4e millénaire et au début du 3e millénaire, dans le delta du Tedjen autour des sites de Geoksyur. L’essentiel de la culture matérielle de la BMAC en témoigne, ainsi qu’une partie de la culture spirituelle (L. Kircho, chap. 4 et E. Antonova, chap. 6) (fig. 8).

Fig. 8 : Figurines en terre cuite de tradition locale © E. Antonova

Déjà à partir de la période proto-Élamite, il est certain qu’un vaste réseau d’échanges s’était mis en place entre l’Iran, l’Asie centrale, les steppes, les franges de l’Indus et très probablement le Golfe comme en témoigne le site de Sarazm sur les bords du Zeravshan, au pied des contreforts du Pamir, où l’on trouve dans les mêmes niveaux du matériel de toutes ces régions (B. Lyonnet et N. Dubova, chap. 1, et B. Mutin et C.C. Lamberg-Karlovsky, chap. 20). Mais là encore, on ne sait pas quels étaient les produits convoités. On ne peut que supposer qu’il s’agissait surtout de métaux.

Mais, outre ces liens génétiques avec l’Asie centrale, la BMAC présente nombre de traits nouveaux qui viennent d’ailleurs. Ceci est en particulier visible dans l’architecture fortifiée de la plupart des sites, avec deux murs extérieurs encadrant un corridor segmenté, flanqués de tours rectangulaires au cours de la première étape puis rondes au cours de la seconde (R. Muradov, chap. 5). Rien de tel n’existait en Asie centrale auparavant, et seul le site de Mundigak au sud de l’Afghanistan présente une architecture similaire, plus ancienne de quelques siècles. De plus, ces sites n’ont duré que le temps de la BMAC, car ils ont été fondés dans une région quasiment inoccupée auparavant et disparaissent dès sa fin, même si leurs ruines témoignent encore de petites occupations. Ils sont aussi situés aux franges du désert où déjà des dunes de sable couvraient une partie du territoire. Or nous sommes au cœur de la période d’aridité intense qui a affecté l’ensemble de l’hémisphère nord et la question de la présence ou non de vastes systèmes artificiels d’irrigation dès cette époque fait débat (E. Fouache, L. Cez et al., chap. 3). L’origine de la population et son mode de vie posent donc question. Si elle était en grande partie sédentaire et installée le long de dérivations des cours d’eau, il apparaît de plus en plus clairement que des groupes mobiles y étaient aussi associés (B. Cerasetti, chap. 17) et qu’ils ont joué un rôle non négligeable dans les échanges inter-régionaux (pour des groupes mobiles dans la périphérie, voir le chap. 21 de S. Ratnagar). Contrairement à ce qui avait été avancé lors des premières découvertes, l’essentiel de la population est néanmoins d’origine locale et non issue d’un mouvement migratoire comme celui supposé des Indo-Aryens.

Rien, à ce jour, ne permet de connaître le système politique et social ni la religion de la BMAC : y avait-il un roi-prêtre à la tête d’un proto-état, ou des petits seigneurs locaux plus ou moins associés (chap. 1 et 20) ? Les tombes témoignent de fortes différences sociales dans leur position, leur architecture et la richesse de leurs contenus (N. Dubova, chap. 10) mais on connaît encore très mal la vie des petits établissements.

Certains traits de l’architecture et quelques pratiques funéraires sont considérés par certains comme témoignant au moins d’un proto-zoroastrisme mais la définition des bâtiments mis au jour comme « temple » ou comme « palais » fait débat. De plus, le panthéon dont témoignent les sceaux et figurines est extrêmement varié et se présente plutôt comme un mélange de croyances locales (E. Antonova, chap. 6) et étrangères transformées et adaptées (A. Caubet, chap. 7).

Il en va de même pour la culture matérielle qui est abordée sous plusieurs aspects dans divers chapitres. Certains auteurs y soulignent les influences extérieures, comme N. Dubova (chap. 11) avec les mosaïques exceptionnelles des tombes en hypogées de la « Nécropole Royale » de Gonur (fig. 9), J. Bendezu-Sarmiento avec de riches objets en albâtre ou autres artefacts issus de tombes à Ulug Depe et à Dzharkutan (chap. 13), ou R. Sataev avec les inhumations d’animaux (chap. 12). D’autres y montrent le mélange entre les origines locales et les apports extérieurs comme pour la glyptique (S. Winkelmann, chap. 8) ou les objets en chlorite (M. Vidale, chap. 9).

Fig. 9 : Une des mosaïques dans une hypogée de la « Nécropole Royale » de Gonur Depe
© Margiana Archaeological Expedition

Des études plus spécifiques portent sur la vie rurale et, contre toute attente, y attestent aussi la présence des objets « exotiques » (K. Kaniuth, chap. 16), ou sur l’exploitation animale à Gonur Depe – laquelle souligne la spécificité de ce site (R. Sataev, chap. 15) – ou encore sur la bioarchéologie de la population (W. Kufterin, chap. 14).

Enfin, la fin de cette « civilisation » et les transformations profondes qui s’y manifestent entre 1700 et 1500 av. n. è., avec l’abandon total de tout ce qui était nouveau et exotique, sont scrutées dans le chap. 18 par E. Luneau.

La partie III qui concerne la « périphérie » témoigne de la présence de la BMAC dans des régions déjà plus ou moins lointaines.

En Iran oriental, les recherches sont récentes mais les découvertes de plusieurs sites et de nombreux cimetières dans des zones actuellement souvent quasi-désertiques conduisent leurs auteurs à proposer un autre nom pour cette culture, la « Greater Khorasan Civilization », soulevant ainsi la question du « centre » et de la « périphérie » (R. Biscione et A. Vahdati, chap. 19).

La présentation des sites qui manifestent un impact de la BMAC aux confins du monde indo-iranien (B. Mutin et C.C. Lamberg-Karlovsky, chap. 20) est aussi l’occasion de passer en revue les différentes formes possibles d’interaction, y compris celle de l’expansion politique ou des migrations ethniques, sans renoncer à celle des échanges commerciaux.

S. Ratnagar (chap. 21), quant à elle, cherche à mettre en évidence l’importance des populations mobiles dans ces interactions.

Dans le Golfe, à Dilmun, les preuves de contact sont plus ténues et on observe surtout une émulation et/ou des influences sur certains artefacts (P. Lombard, chap. 22).

En Asie centrale orientale et septentrionale, des découvertes récentes confirment que la Civilisation de l’Oxus n’est pas issue d’un mouvement migratoire d’ouest en est originaire de la culture de Namazga, puisque les preuves d’interaction avec d’autres régions y sont désormais parmi les plus anciennes connues (N. Vinogradova, chap. 23). On a pourtant sur ce même territoire une culture locale contemporaine très spécifique, la culture du Vakhsh, laquelle présente des liens qui nous interpellent avec les steppes nord-orientales aux frontières du monde chinois (M. Teufer, chap. 25).

Les interactions entre la BMAC et le monde de la steppe sont particulièrement bien mises en évidence dans la vallée du Zeravshan, sorte de zone-tampon où les deux cultures se côtoient, très probablement en raison de l’exploitation minière et de la maîtrise de la métallurgie par les peuples « Andronovo » des steppes installés depuis longtemps dans cette vallée (N. Avanesova, chap. 24). Bien que moins nets dans les steppes eurasiennes elles-mêmes, les échanges entre elles et le monde de la Civilisation de l’Oxus sont pourtant certains : en rendent compte l’importance du cheval et les preuves de son utilisation comme monture dans les steppes, lesquelles commencent tout juste à apparaître tant dans la BMAC (fig. 10, 1-3, 10) qu’en Mésopotamie du nord, ou encore l’exploitation des ressources minières depuis les piémonts des Tian-shan jusqu’au Zeravshan par des groupes Andronovo (N. Avanesova, chap. 24 ; G.L. Bonora, chap. 26 ; J. Garner, chap. 28).

Fig. 10 : Éléments de mors de chevaux et figurine de cheval trouvés dans une tombe de la vallée du Zeravshan © N. Avanesova

La partie IV tente de mettre en évidence des preuves de l’exploitation des métaux pour expliquer l’intensité des échanges entre le BMAC et l’Asie moyenne. En effet, on sait que l’époque de la BMAC est aussi celle où l’étain commence à prendre de l’importance et que l’Asie centrale en possède d’importants gisements.

S. Kraus (chap. 27) fait état d’analyses paléo-métallurgiques récentes sur des objets en or, argent, plomb, cuivre ou bronze de plusieurs sites dont Sarazm, Gonur Depe, des sites du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan. Elles montrent le passage mais sans ruptures nettes, d’objets en cuivre « pur », à ceux en alliage à l’arsenic puis à l’étain, tandis que les alliages au plomb sont également fréquents. Contre toute attente, elles indiquent aussi une possible utilisation de métal issu du Plateau iranien pour les objets de Gonur Depe en cuivre arsénié. Les données actuelles sur les ressources minières locales d’Asie centrale restent malheureusement insuffisantes pour identifier une ou des sources minières précises qui auraient pu être exploitées par la BMAC.

C’est également le constat fait par J. Garner (chap. 28) dans sa revue des sources d’étain et de cuivre en Afghanistan et en Asie centrale jusqu’aux confins des steppes eurasiennes.

Enfin, V. Pigott a tenté de voir si d’autres sources d’étain que celles d’Asie centrale avaient pu être exploitées et s’est tourné vers des découvertes récentes faites en Iran occidental. Là encore, il est trop tôt pour décider et on manque encore d’informations.

Pour conclure, les innombrables données présentées dans ce livre, soutenues par une bibliographie très abondante et par un index détaillé, devraient permettre à tous d’avoir facilement accès au monde de la civilisation de l’Oxus. Les positions divergentes émises par les uns ou les autres laissent la porte ouverte à plusieurs interprétations, les uns y voyant une culture locale fortement stimulée par des échanges intenses, les autres une civilisation à part entière.

Les auteurs

Bertille Lyonnet est archéologue spécialisée dans l’étude des céramiques (Asie Centrale, Syrie du NE, Caucase), directrice de recherches émérite au CNRS. Elle est membre de l’UMR 7192 Proche-Orient – Caucase, Langues, Archéologie, Cultures, Paris.

Nadezhda Dubova est anthropologue, directrice du Centre d’Écologie Humaine à l’Institut d’Ethnologie et d’Anthropologie (Académie des Sciences) de Moscou. Elle dirige les fouilles de Gonur Depe (Turkmenistan).

Pour citer ce billet : Bertille Lyonnet et Nadezhda Dubova. The World of the Oxus Civilization: état des connaissances sur une culture méconnue, ArchéOrient - Le Blog, 12 février 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15718

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 mars 2021

    […] The World of the Oxus Civilization : état des connaissances sur une culture méconnue, par Bertille Lyonnet et Nadezhda Dubova, sur ArchéOrient – Le Blog. Environnements et sociétés de l’Orient ancien. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search