Nouvelles études sur la description de l’Arabie dans la Géographie de Strabon

Fig. 1 : Parisinus graecus 1393, f° 232 r (manuscrit C de la Géographie, XIIIe siècle, disponible sur le site web de la BnF : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8468312f/f19.item#).  Source gallica.bnf.fr / BnF 

La rareté ainsi que le caractère généralement peu développé et approximatif de la plupart des autres rapports grecs et latins sur l’Arabie antérieurs au Ier siècle apr. J.-C. invitent à porter un intérêt particulier à la Géographie, œuvre rédigée par l’historien et géographe grec Strabon au début du Ier siècle de l’ère chrétienne, probablement entre 17 et 24 ap. J.-C. (Dueck 1999). Dans cette description géographique et ethnographique en 17 livres, qui couvre l’ensemble du monde connu par les Grecs et les Romains, l’Arabie occupe près de la moitié du livre XVI. En effet, les chapitres 3 et 4 de ce livre constituent une compilation des connaissances sur l’Arabie accumulées par les savants grecs jusqu’à l’époque d’Auguste. Ils donnent un aperçu des renseignements sur l’Arabie auxquels un Grec ou un Romain instruit pouvait avoir accès au début du Principat, même si Strabon délaisse délibérément certaines sources d’information potentielles, en particulier les récits des commerçants qui à son époque sillonnaient l’Arabie pour se rendre jusqu’en Inde. L’objectif de ce billet est d’informer sur le travail d’édition et de commentaire historique et philologique mené sur ces chapitres de Strabon dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat récemment soutenue (« Du Tigre au Nil, la Syrie et l’Arabie de Strabon : édition, traduction et commentaire du livre XVI de la Géographie ») et de présenter l’intérêt de cette étude pour la recherche historique et archéologique sur l’Arabie antique.

Strabon (XVI, 3, 1) définit l’Arabie comme l’ensemble du territoire qui s’étend au sud des limites désertiques des pays du « Croissant Fertile » et qui comprend l’intégralité de la péninsule arabique. Notons que dans ces chapitres, Strabon semble fixer la limite de l’Arabie à la mer Rouge et au golfe de Suez, contrairement à ce qu’il laisse entendre dans d’autres passages de son œuvre, où, suivant une conception bien ancrée dans la tradition grecque, il considère la rive occidentale de la mer Rouge et le désert égyptien comme des parties de l’Arabie.

Notons que Strabon coupe l’Arabie en deux, distinguant une partie nord constituée de paysages désertiques peuplés de pasteurs nomades (les « Habitants de tentes ») et l’Arabie Heureuse, considérée comme l’ensemble de la péninsule arabique, dont il situe la limite nord entre les fonds des golfes Ailanite (golfe de ‘Aqaba) et Persique, le désert du Néfoud jouant probablement le rôle de frontière naturelle. Après avoir tracé les contours de l’Arabie, Strabon rassemble les descriptions empruntées à plusieurs savants (Eratosthène de Cyrène, Néarque de Crète, Artémidore d’Ephèse, Poséidonios d’Apamée, Athénodore de Tarse, etc.), dont il juxtapose la plupart du temps les témoignages. Un long développement (4, 22-24) est consacré à l’expédition du préfet d’Égypte Aelius Gallus en Arabie du Sud (entre 26 et 24 av. J.-C.).

Fig. 2 : L’Arabie selon Strabon (source : K. Spruner et Th. Menke (éd.), Atlas antiquus, Gotha 1865).
Fig. 3 : L’Arabie selon Strabon (source : Louis Figuier, La Terre et les Mers, ou description physique du globe, Paris 1884).

Le texte offre une description de la côte orientale de l’Arabie (3, 2-4, 1), de l’Euphrate jusqu’à la fameuse cité de Gerrha et aux îles de Tyros et Arados (Baḥrayn), due essentiellement (sinon intégralement) aux explorateurs envoyés par Alexandre le Grand, de même qu’une description détaillée de la côte occidentale jusqu’au « pays des Sabéens » (4, 18-19). Cette dernière, empruntée à Agatharchide de Cnide (IIe siècle av. J.-C.) par l’intermédiaire d’Artémidore (vers 100 av. J.-C.), repose principalement sur les rapports des explorations lagides en mer Rouge au cours du IIIe siècle av. J.-C. Suivant la structure inhérente à leurs sources, ces descriptions sont présentées sous forme de périples qui, hormis quelques digressions, adoptent systématiquement le point de vue de navigateurs longeant le littoral. Strabon fournit également de nombreux détails sur l’Arabie du Sud (Yémen). L’on y retrouve certes de nombreuses représentations qui correspondent à une image stéréotypée de l’Arabie dans la littérature ancienne, comme la fertilité surabondante du sol ou la richesse fabuleuse acquise par ses habitants grâce au commerce des aromates (sur les clichés constitutifs du stéréotype de l’Arabe du Sud, cf. Macdonald 2009). Mais ces descriptions contiennent aussi des connaissances remarquables par comparaison avec ce que l’on trouve dans le reste de la tradition grecque sur l’Arabie. Ainsi, Eratosthène, dont l’œuvre géographique a été rédigée dans la seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C. (Geus 202 : 284-285), connaît Ma‘īn (le royaume des « Minéens ») ainsi que les trois principaux États sudarabiques – Saba’, Qatabān et Ḥaḍramawt (cf. Breton 1998) – et leurs capitales respectives, dont il indique la situation relative de manière tout à fait exacte (4, 2), précisant de surcroît que le territoire sous contrôle qatabānite s’étend jusqu’au « détroit » (le Bāb al-Mandab), comme cela est effectivement le cas au début de l’époque hellénistique (cf. Arbach 2014 : 52). Quant à un extrait où Strabon dépend d’Artémidore (4, 19), il suggère l’importance de l’agriculture dans la civilisation sudarabique, un point ignoré par la plupart des sources. Ces deux auteurs livrent par ailleurs quelques renseignements sur les réseaux de commerce entre l’Arabie du Sud et la Corne de l’Afrique (4, 4 ; 19). Quant au récit de l’expédition de Gallus (4, 23-24), il comporte notamment quelques toponymes et noms de rois mentionnés pour la première fois, voire la seule fois dans les textes grecs et latins.

Plusieurs paragraphes sont consacrés aux Nabatéens et à leur culture (4, 2 ; 18 ; 21 ; 26). Ici, l’organisation de la matière en fonction des différentes sources nous permet d’apprécier le changement progressif du regard porté par les Grecs sur cette société, qui témoigne de l’évolution de la civilisation nabatéenne entre le IVe siècle av. J.-C. et la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. Comme le suggèrent les témoignages successifs rapportés par Strabon, la société nabatéenne est en effet engagée dans un processus de sédentarisation dès le IVe siècle av. J.-C. (Graf 2006, Salles 2010 : 64), et l’essor du royaume nabatéen est accompagné d’une expansion territoriale qui lui permet notamment de contrôler des territoires situés en Arabie Heureuse, comme la région de Hégra / Madā’in Ṣāliḥ (cf. Seubert 2017 : 27). Ces transformations conduisent Strabon à considérer la Nabatène comme une partie de l’Arabie Heureuse (2, 1 ; 4, 21). Comme on peut aussi le constater à propos des passages ethnographiques consacrés à l’Arabie du Sud (4, 2-3 ; 19 ; 25), la présentation de certaines coutumes des Nabatéens est déformée par le regard d’un observateur grec ou romain qui se méprend sur le sens des pratiques qu’il observe : l’affirmation d’Athénodore (4, 21) qu’un Nabatéen n’intente jamais de procès à un autre Nabatéen, constat erroné qui le pousse à vanter l’excellence de leurs lois, témoigne de son ignorance du mode de résolution des conflits dans cette société (cf. Tholbecq 2009 : 60) ; les repas rituels (marzaḥ) sont interprétés comme des banquets (4, 26), par analogie avec une pratique courante dans la culture grecque, sans que la dimension religieuse ou politique de ces actes liturgiques (cf. Durand 2017 : 95-98) n’ait été comprise, etc. En dépit de ses imperfections, le texte de Strabon demeure une mine de renseignements précieuse, surtout dans la mesure où il est sur de nombreux points le seul témoignage extérieur dont nous disposons pour cette période de l’histoire de l’Arabie.

Strabon offre donc une image contrastée d’une Arabie antique composée d’une part de pays extrêmement fertiles et riches, d’autre part de régions arides d’une extrême pauvreté. Encore largement conditionnée par des stéréotypes, sa description est cependant enrichie de connaissances réelles et précises et témoigne d’un regard bien plus nuancé sur cette partie du monde que les descriptions antérieures ou contemporaines.

Par conséquent, une analyse minutieuse du texte et de son contexte d’élaboration et de transmission peut contribuer à élucider des problèmes soulevés par la recherche archéologique et historique. Ainsi, notre interprétation des passages qui mentionnent respectivement les localités de Leuké Komé et d’Egra Komé (4, 23-24) tend à confirmer les localisations proposées récemment pour ces deux sites, en l’occurrence respectivement al-Qusayr et B’ir Akra dans la région d’al-Wajh (Fiema et alii 2020). A contrario, certains choix d’édition, suggérés par le stemma codicum de la tradition manuscrite du texte, invitent à revoir des interprétations historiques du texte. Pour ne citer qu’un exemple, dans un passage qui traite du commerce des aromates (4, 4), la réhabilitation de la lecture Gabaioi aux dépens de la lecture Gerrhaioi généralement retenue implique qu’il n’y est pas question (du moins pas explicitement) de relations commerciales entre l’Arabie du Sud et l’Arabie orientale (Gerrha). Car l’ethnonyme Gabaioi désigne probablement les Gab’ān, le clan dominant du royaume minéen, qui doit sa richesse au commerce trans-arabique (sur ce clan, cf. Arbach et Schiettecatte 2020 : 252-255).

Ainsi, grâce au travail effectué dans le cadre de mon doctorat, le livre XVI bénéficiera bientôt d’une nouvelle édition scientifique traduite et commentée, qui prendra en compte les derniers acquis de la recherche tant sur l’histoire du texte de Strabon que sur les réalités décrites. Elle fournira, je l’espère, une base de travail solide pour de futures recherches.

Bibliographie

Arbach M. 2014. Quelques remarques sur la chronologie de l’Arabie du Sud aux IIe-Ier siècle avant l’ère chrétienne, in : A. V. Sedov (éd.), Arabian and Islamic Studies, Moscou, Gosudarstvennyj Muzej Vostoka, 48-57.

Arbach M., Schiettecatte J. 2020. La chronologie du royaume de Maʿīn (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), in : I. Zaytsev (éd.), Arabian antiquities. Studies Dedicated to Alexander Sedov on the Occasion of His Seventieth Birthday, Oriental Literature Publisher, 233-284.

Breton J.-F. 1998. L’Arabie Heureuse au temps de la reine de Saba. VIIIe – Ier siècles av. J.-C., Paris, Hachette.

Dueck D. 1999. The date and method of composition of Strabo’s Geography, Hermes 127/4, 467-478.

Durand C. 2017. Banqueter pour mieux régner ? A propos de quelques assemblages céramiques provenant de Pétra et du territoire nabatéen, Syria 94, 85-98.

Fiema Z. T., al-Qanoor L. A., Durand C., Kennedy W., Hassan B. A., al-Dayel I., al-Faqeer M. 2020. The 2016 season of the al-Wajh – al-ʿUla survey project: preliminary report, ATLAL – The Saudi Arabian Journal of Archaeology 29, 2020, 81-112.

Geus K. 2002. Eratosthenes von Kyrene, Studien zur hellenistischen Kultur und Wissenschaftsgeschichte, Munich, C. H. Beck.

Graf D. 2006. The Nabataeans in the Early Hellenistic Period: the Testimony of Posidippus of Pella, Topoi 14/1, 47-68.

Macdonald M. C. A. 2009. Arabians, Arabias, and the Greeks: contact and perceptions, in : M. C. A. Macdonald, Literacy and identity in pre-Islamic Arabia, Farnham-Burlington (VT), Routledge, 1-33.

Salles J.-F. 2010. De Pétra au Golfe ou l’invention d’une route lagide, in : A. Avanzini (éd.), Eastern Arabia in the First Millennium BC, Rome, L’Erma di Bretschneider, 57-68.

Seubert P. 2017. Délimitation et divisions de l’Arabie, d’Eratosthène à Ptolémée, Geographia Antiqua 26, 23-36.

Tholbecq L. 2009. Strabon et Athénodore de Tarse : à propos de la description de Pétra à la fin du Ier s. av. J.-C. (Géogr., XVI, 4, 21 et 26), Revue Belge de Philologie et d’Histoire 87/1, 47-68.

L’auteur

Philipp Seubert est Docteur en Études grecques (Sorbonne Université) et agrégé de Lettres Classiques. Il est rattaché à l’UMR 8167 Orient & Méditerranée, équipe « Médecine grecque et littérature technique », Paris.

Pour citer ce billet : Philipp Seubert. Nouvelles études sur la description de l’Arabie dans la Géographie de Strabon, ArchéOrient - Le Blog, 5 février 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15707

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search