(Co)Habiter : un nouveau Labo Junior au sein de la Maison de l’Orient

Un Labo Junior est une structure de recherche temporaire portée par de jeunes chercheurs et chercheuses dans le but de développer un projet de recherche, de médiation ou de création. Cette structure est adossée à une institution de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui lui attribue un budget de fonctionnement propre.

Bien implantés et très populaires auprès des jeunes chercheurs de l’ENS de Lyon, les Labos Junior étaient cependant des formats relativement singuliers et encore peu développés jusqu’à récemment au sein du milieu universitaire français.

C’est en 2018 que la Fédération de Recherche de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux (MOM) a développé un axe commun, l’Axe 5, dédié à la création de Labos Juniors, porté par Sébastien Gondet (Archéorient, UMR 5133) et Richard Bouchon (HiSoMA, UMR 5189) qui a remplacé Emmanuelle Morlock (HiSoMa) en 2019.

Trois Labos Junior ont alors vu le jour : le premier, Frontière-s, fut créé en 2019, et les deux autres, Nomad’s Land et (Co)Habiter en 2021.

Ce début d’année est donc l’occasion de présenter l’un d’entre eux, le Labo Junior (Co)Habiter, ainsi que de détailler les acteurs d’un Labo Junior, la manière d’élaborer une telle structure et de mettre en lumière les avantages qu’offre ce format original pour la recherche.

Qu’est-ce que le Labo Junior (Co)Habiter?

Ce nouveau Labo Junior (Co)Habiter s’attache à questionner l’habitat et l’habiter dans le but de favoriser le renouvellement des approches de ces deux notions en dépassant les cadres disciplinaires et les champs chronologiques (fig. 1).

Fig. 1 : Modèle type d’un Labo Junior au prisme du Labo Junior (Co)Habiter
Crédits : B. Besnard

L’habitat, qui désigne l’ensemble des conditions d’habitation et de logement, a en effet la particularité d’être ce que Thierry Paquot appelle, un « invariant anthropologique » (Paquot 2005) et d’avoir été au cœur des préoccupations humaines depuis la sédentarisation. Il est également le fruit de l’habiter, c’est-à-dire des modes d’appropriation de l’environnement, dépendant des sentiments, de la culture, des normes et des rapports sociaux au sein desquelles les actions et les représentations humaines se déploient.

La permanence et l’omniprésence dans les sociétés de l’habitat et de l’habiter permettent d’en analyser les concepts et les réalités qu’ils désignent de façon diachronique et pluridisciplinaire. L’archéologie, l’histoire, la géographie, la sociologie, l’anthropologie ou encore l’histoire de l’architecture sont autant de disciplines qui ont pour objet d’étude commun l’habitat et l’habiter.

Ce Labo Junior, élaboré par cinq archéologues, une historienne de l’art et une géographe travaillant sur des périodes et des aires géographiques différentes, s’inscrit ainsi dans la démarche fondatrice de la Fédération de la MOM, l’habitat y étant de surcroît un de ses thèmes de recherche fédérateur depuis ses origines.

Ses membres

Le Labo Junior (Co)Habiter, porté par Blandine Besnard, Emmanuelle Dumas et Rim Saleh, est composé de sept membres (six doctorantes et doctorants et une jeune docteure) issus des Universités de Lyon 2 et d’Avignon :

  • Loïc Benoit, doctorant en Archéologie médiévale à l’Université Lyon 2 au sein du laboratoire CIHAM (UMR 5648), qui travaille sur Château et habitat dans l’ancien diocèse de Genève entre les XIIIe et XVIe siècles : formes, organisations et constructions, sous la direction d’Elisabeth Sirot ;
  • Blandine Besnard, doctorante en Archéologie des Mondes Anciens à l’Université Lyon 2 au sein du laboratoire Archéorient (UMR 5133), qui travaille sur La gestion de l’eau dans les villes sud-levantines de l’âge du Bronze : une approche archéologique, sous la direction de Corinne Castel ;
  • Emmanuelle Dumas, doctorante en Archéologie des Mondes Anciens à l’Université Lyon 2 au sein de l’IRAA (USR 3155), qui travaille sur Le suburbium de Lugdunum, sous la direction de Jean -Charles Moretti ;
  • Clara Granger, docteure en Archéologie des Mondes Anciens à l’Université Lyon 2 depuis 2018 et chercheure associée à HiSoMa (UMR 5189), qui a travaillé dans le cadre de son doctorat sur Héraclès dans l’imaginaire grec. Iconographie et procédés de représentation aux époques archaïque et classique, sous la direction de Nicolas Richer ;
  • Guénola Inizan, doctorante en Géographie à l’Université Lyon 2 au laboratoire EVS (UMR 5600) qui travaille sur Habiter, quitter, défendre les khrouchtchevki face à leur démolition. La politique de « rénovation du logement » à Moscou, sous la direction de Lydia Coudroy de Lille ;
  • Coline Polo, doctorante en Archéologie médiévale à l’Université d’Avignon au CIHAM (UMR 5648), qui travaille sur Les résidences aristocratiques dans le Comtat Venaissin (XIVe-XVe s.) : approches croisées entre histoire et archéologie, sous la direction de Guido Castelnuovo ;
  • Rim Saleh, doctorante en Archéologie des Mondes Anciens à l’Université Lyon 2 au sein du laboratoire HiSoMA (UMR 5189), qui travaille sur Les espaces et outils de transformation alimentaire dans les maisons et ateliers égyptiens de la période saïte à l’époque romaine (VIIe s. av. J.-C. jusqu’au IIIe s. apr. J.-C.), sous la direction de Laure Pantalacci.
Les activités de recherches du Labo Junior (Co)Habiter

L’activité du LaboJunior (Co)Habiter est principalement dédiée à l’organisation de quatre journées d’études sur les deux prochaines années, à raison d’une journée d’étude tous les six mois, sur des thèmes en lien avec les notions d’habitat et d’habiter.

Un carnet Hypothèses dédié au Labo Junior (Co)Habiter a été créé pour recueillir les réflexions et pour être un espace d’échanges et de diffusion de la recherche en cours sur l’habitat et l’habiter (Fig. 2).

Fig. 2 : Page d’accueil du carnet Hypothèses du Labo Junior (Co)Habiter
Crédits : https://cohabiter.hypotheses.org/

À l’issue des quatre journées d’études, les communications des journées d’étude feront l’objet d’une publication dans le cadre d’un supplément à la revue Frontière-s. Les membres du Labo Junior écriront un article sur l’apport de ce projet pour l’étude des habitats et des manières d’habiter qu’ils soumettront à la revue Les Nouvelles de l’Archéologie qui se veut à la fois un lieu de débat et le reflet des évolutions de la discipline.

Présentation des quatre journées d’étude :

Cette journée d’étude portera tant sur des questions de vocabulaire antique, médiéval ou contemporain et les réalités qu’ils désignent que sur l’emploi du vocabulaire emprunté aux langues anciennes dans l’historiographie contemporaine et les biais épistémologiques que cela a pu entraîner, et sur le vocabulaire emprunté à la sociologie, la géographie et à l’anthropologie ou utilisé dans ces disciplines pour étudier l’ « habitat », l’ « habitation » et l’« habiter ».

  • La fonction des espaces domestiques (hiver 2021)

Cette seconde journée s’attachera à penser l’intérieur des maisons en s’interrogeant sur la fonctionnalité des espaces domestiques, à réfléchir sur leur spécialisation et sur leur dénomination. Ces questionnements intégreront aussi bien des réflexions sur l’architecture que sur le mobilier.

  • Travailler dans une maison (printemps 2022)

En écho au confinement du printemps 2020, période durant laquelle le télétravail s’est répandu dans beaucoup de foyers en France et dans le monde, cette journée s’intéressera à la place du travail dans l’espace domestique, une question qui touche tant à la place occupée par les activités de production au sein des maisons qu’à l’aspect genré de la maison. Cette journée poursuivra également les réflexions entamées durant la deuxième journée d’étude sur la fonctionnalité des espaces.

  • Habiter un environnement (hiver 2022)

Cette quatrième journée interrogera la relation entre l’habitat et son environnement. Elle abordera des questions liées à l’intégration des maisons au sein des paysages et à l’exploitation des ressources disponibles.

Pourquoi créer un Labo Junior ?

Pour des jeunes chercheurs ou chercheuses, s’impliquer dans un projet de Labo Junior n’est en aucun cas une parenthèse au sein de leurs cursus académiques puisque les activités collectives menées au sein de ce type de structure sont concomitantes de leurs propres travaux de recherches. Ce surplus de travail décourage naturellement certains jeunes chercheurs ou chercheuses, tout comme leur encadrant ou encadrante, à s’engager dans un tel projet. Toutefois, il leur est souvent répété que la finalité d’un doctorat, ou autre, ne se résume pas à la réalisation d’une unique production scientifique puisqu’il se doit également d’être une formation au monde de la recherche.

La création d’un Labo Junior offre ainsi de multiples avantages puisqu’il permet à ses membres :

  • de créer et de mener à bien un projet de recherche collectif ;
  • de développer des collaborations avec des chercheurs et des chercheuses, qu’ils soient juniors ou seniors, de l’institution de tutelle qui héberge le Labo Junior ou d’ailleurs ;
  • de se faire connaître et d’alimenter leur réseau puisqu’un Labo Junior est aussi un espace de présentation et de valorisation de leur travail de recherche ;
  • d’organiser des évènements, qu’ils soient scientifiques ou grand public (calendrier, budget, diffusion, communication, publication, etc.) et de favoriser leurs connaissances relatives aux organes et au fonctionnement interne et administratif des institutions dont ils font partie (université, fédération, laboratoire, équipe, etc.) ;
  • de développer et/ou d’élargir leurs propres thématiques de recherches et d’enrichir leurs propres données ;
  • de stimuler leur créativité scientifique et leur esprit d’initiative ;
  • de leur donner une voix et de participer à la diversité des projets développés au sein de leurs institutions de rattachement, etc.

Les institutions de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche gagnent également à la création de Labos Juniors puisqu’ils permettent une formation en autodidactie guidée.  La participation à un Labo Junior est d’ailleurs une formation validée par l’ED 483 Sciences Sociales de l’Université de Lyon dans le cadre du programme des formations à suivre en doctorat.

Enfin la création d’un Labo Junior bénéficie à la communauté scientifique puisqu’elle questionne les notions d’une manière innovante par le dialogue entre  les disciplines ainsi que par la confrontation des perspectives, et en diversifie ainsi les données

Comment créer un Labo Junior

Chaque année, la MOM publie un appel à projet visant à la création d’un Labo Junior. Le dossier de candidature doit contenir le détail du projet envisagé sur quatre pages, un budget et un calendrier prévisionnels ainsi que les CV de chaque membre et un organigramme.

Après évaluation et sélection par le comité de direction restreint de la MOM, le lancement d’un Labo Junior se fait au 1er janvier de l’année suivante. Il est constitué pour au moins deux ans et bénéficie d’un budget de fonctionnement à hauteur de 2500 euros par an. Ce dernier ne peut engager ni l’achat de gros matériel ni servir de rémunération.

À la MOM, un projet de Labo Junior doit être porté par un jeune chercheur ou une jeune chercheuse qui ne doit pas être inscrit depuis plus de trois ans en doctorat – et être co-porté par deux jeunes chercheurs ou chercheuses qui doivent être issus d’au moins deux composantes de la MOM (ArAr, Archéorient, IRAA, HiSoMA). D’autres membres peuvent également y être rattachés sans autre condition que celle d’être inscrit en master, en doctorat ou d’être diplômé d’un doctorat depuis moins de 5 ans. Il n’est pas obligatoire pour ses membres d’être rattachés à la Fédération ; la collaboration avec des organismes externes dans le cadre des Labos Juniors est d’ailleurs vivement encouragée.

Un Labo Junior doit développer un projet de recherche en un temps imparti lié à un thème qui dépasse le cadre des sujets de recherches de ses membres, dans le but de favoriser la collaboration, de développer la pluridisciplinarité et ainsi d’enrichir leurs recherches (fig. 1). La problématique visée est donc délibérément vaste et invite au croisement et à l’élargissement des cadres disciplinaires, géographiques et chronologiques, si bien qu’elle encourage la pluralité et la diversité tant des formats que de ses membres.

Les formats développés au sein d’un Labo Junior sont libres : ils peuvent par exemple prendre la forme de la création d’une revue scientifique en open access comme le fit le Labo Junior Frontière.s ; de cycles de journées d’études comme dans le cadre du Labo Junior (Co)Habiter ; ou de cycle de séminaires suivi d’un colloque final comme pour le Labo Junior Nomad’s Lands ; ou encore d’activités de médiation scientifique à l’image du Labo Junior ENS/Musée des Confluences Les mathématiques du ciel (2016-2017) qui réalisa une exposition numérique sur la mécanique céleste, ainsi qu’une conférence théâtralisée au musée des Confluences, lors de la Fête de la Science en 2016.

Pendant le déroulement du projet, le Labo Junior bénéficie de l’appui de l’ensemble des services administratifs et logistiques mis à disposition par la MOM ; ses membres peuvent ainsi solliciter l’aide des responsables de l’axe Labo Junior, tout comme celle des chercheurs et des chercheuses de la Fédération.

Il est également courant que les Labos Juniors rendent compte de leurs activités à travers la diffusion et la communication sur un support web (annonce d’événement, veille bibliographique, appel à communication, etc., fig. 2), mais également la production d’une publication ou un événement final permettant de rendre compte et de clôturer les deux années d’activités du Labo Junior.

À l’issue de la première année de fonctionnement, un compte rendu de deux pages doit être fourni à la structure de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à laquelle le Labo Junior est adossé ; il conditionne la reconduction des financements pour la seconde année.

Au terme des deux années de vie et de financement, le Labo Junior est généralement dissout, mais il est prévu à certaines conditions que ses membres puissent demander sa prolongation ou le transformer en une association étudiante, à l’image du Labo Junior DéMesures (2016-2018) de l’ENS de Lyon qui s’attachait à la médiation scientifique autour de l’infiniment petit à l’infiniment grand, toutes disciplines confondues.

Souhaitons que ce billet de présentation du nouveau Labo Junior (Co)Habiter suscite l’intérêtdes lecteurs et lectrices de ce carnet, mais aussi une envie d’échanger et de participer à la réflexion sur l’habitat et l’habiter à travers les âges et le mondedans le cadre de ses journées d’études. Souhaitons également qu’il suscite l’intérêt des jeunes chercheurs et chercheuses pour la création de ce type de structure temporaire de recherche qui tend à se développer dans le monde de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et qui constitue une opportunité unique de se former à la recherche par la recherche et à la production de savoirs en commun.

Bibliographie

Paquot T. 2005. Habitat, habitation, habiter. Ce que parler veut dire… , Informations sociales 123, 48-54.

Les auteurs

Blandine Besnard est doctorante en archéologie du Proche-Orient ancien à l’Université Lumière-Lyon 2. Elle est membre de l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Emmanuelle Dumas est doctorante en archéologie romaine à l’Université Lumière-Lyon 2 sous la direction de Jean-Charles Moretti. Elle est membre de l’USR 3155-IRAA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Blandine Besnard et Emmanuelle Dumas. (Co)Habiter : un nouveau Labo Junior au sein de la Maison de l’Orient, ArchéOrient - Le Blog, 29 janvier 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15692

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search