Pro Vienna : à la recherche de la Vienne antique

Le sous-sol urbain d’une ville est complexe : l’histoire de son évolution est longue et il a généralement subi de profondes transformations au XIXe et surtout au XXe siècle. Ce contexte en fait un terrain d’exploration a priori moins favorable à la reconnaissance géophysique appliquée à l’archéologie : l’éventail de méthodes qui peuvent y être utilisées sera beaucoup plus limité que pour des prospections en zone non urbanisée. Certains appareils géophysiques sont en effet sensibles à l’environnement urbain moderne qui perturbe les mesures : les méthodes radar et électrostatique sont les deux seules qui peuvent être envisagées dans la plupart des espaces urbains accessibles aux prospections géophysiques (Panissod et Dabas 1999, Tabbagh 2002). Nous les avions déjà décrites dans un précédent billet relatant les prospections réalisées à Larnaca (Chypre), lors de la recherche du tracé des fortifications de l’antique Kition.

Ces deux méthodes sont ponctuellement utilisées pour des reconnaissances en milieu urbain mais quasiment aucune étude n’a cherché à en faire usage pour une reconnaissance générale du sous-sol d’une ville, excepté dans quelques rares cas comme celui de Senigalia en Italie (Lepore 2012).

Nous avons donc décidé de travailler sur un protocole de reconnaissance plus systématique de l’espace urbain pour mieux estimer l’apport de la géophysique, tant sur le plan scientifique que patrimonial.

La première étape de ce projet, financé grâce au soutien de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, vise à estimer la qualité de réponse des vestiges sur différents secteurs des villes de Vienne, Sainte-Colombe et Saint-Romain-en-Gal. Elle permet d’évaluer l’intérêt des différentes méthodes suivant les contextes et de déterminer le mode opératoire le mieux adapté pour une reconnaissance de plus grande envergure.

Contexte archéologique

La colonie romaine de Vienna est localisée à l’emplacement de la ville actuelle de Vienne (Isère), en rive gauche du Rhône, à sa confluence avec la Gère. Elle est sans doute fondée par Octave entre les années 40 et 27 av. J.-C., et vient supplanter une cité allobroge encore mal connue. À partir de l’époque augustéenne, les traits distinctifs de l’urbanisme romain font leur apparition et se développent (forum, temple de Rome et Auguste, basilique, théâtre, rempart) de pair avec une trame viaire qui reprend parfois les axes du bourg gaulois. C’est également à cette époque que se met en place le quartier suburbain de Saint-Romain-en-Gal, le long d’une large voie (Narbonnaise ?) venant de Lyon. Sous le règne de Claude, l’urbanisme viennois semble connaître un nouvel essor qui pourrait être en partie lié aux conséquences d’un séisme qui a frappé la ville sous Caligula (Adjadj, Lauxerois 2014 : 119-128). C’est à cette époque que les quartiers en marge de la ville atteignent leur extension maximale et que la trame viaire antique est définitivement fixée. Cette impulsion se poursuit jusqu’à la fin du Ier siècle, quand la parure monumentale de la ville est en place ; elle restera figée dans les décennies qui suivent, les rares modifications se limitant à quelques reconstructions. Après l’apogée économique du IIe siècle, cet élan assez spectaculaire connaît une importante flexion au cours du IIIe siècle ; la ville se rétracte alors en rive gauche. Les quartiers de la rive droite deviennent des carrières et certains espaces sont occupés par des aires funéraires.

Exploration des secteurs périurbains de la Vienne antique

Le projet est axé sur cinq secteurs clefs des marges urbaines de la colonie romaine de Vienne (fig. 1 et 2). L’objectif était de tenter de reconnaître divers aménagements (édifices publics, voirie, aménagements de berges, etc.) afin de mieux cerner la nature et l’expansion des faubourgs de la ville antique. Cette première année a été consacrée à la mise en place du projet, où nous sommes intervenus sur chacune des zones afin de tester la réactivité des sols et des structures archéologiques. Il s’agissait de décider des méthodes à employer pour chaque secteur et de donner un premier aperçu du potentiel de ces prospections. Signalons enfin que ce projet constitue la première étape à la mise en place d’un PCR sur les « Marges urbaines de la colonie de Vienne » qui devrait voir le jour à l’horizon 2022.

Fig. 1a et b :Localisation des secteurs à explorer 1: crique, 2 : entrepôts, 3 : pont sud et secteur
de Sainte-Colombe, 4 : Saint-Romain en Gal.

  • Le cirque

Le premier secteur concerne le cirque, qui constitue sans doute l’un des édifices de spectacle antique les plus emblématiques. Repéré dans le quartier sud de la ville, en rive gauche du Rhône, ce monument est connu depuis le Moyen Âge grâce à la pyramide centrale de la spina, encore en élévation aujourd’hui (Jospin 2002). Les diverses opérations archéologiques qui ont été menées dans l’environnement du cirque ont révélées deux phases successives du bâtiment la première datée du début du IIe siècle et caractérisée par des gradins en bois supportés par de puissantes fondations maçonnées ; la seconde édifiée au IIIe siècle avec une emprise plus importante, une spina en grand appareil et des gradins reposant sur des voûtes entièrement maçonnées. Malgré les résultats de ces opérations archéologiques, l’emprise totale des deux phases du cirque reste à ce jour inconnue, notamment en raison d’un urbanisme dense dans ce secteur de l’actuelle ville de Vienne.

Les prospections géophysiques ont pour objectif de définir précisément les plans des deux états du cirque de Vienne, et d’analyser son insertion dans le tissu urbain antique (voirie, place, espaces commerciaux) en élargissant notre champ d’intervention aux abords de l’édifice.

Fig. 2 : Prospection radar à proximité des fouilles réalisées à Sainte-Colombe.
  • Les grands entrepôts coloniaux

Les fouilles préventives menées par A. Le Bot-Helly et B. Helly dans les années 1980-1990 ont permis d’identifier plusieurs grands entrepôts urbains installés dans le quartier sud de la colonie, en rive gauche, le long des berges du Rhône (Adjadj, Lauxerois 2014 : 459-464). Édifiés au milieu du Ier siècle, ces édifices de très grande envergure sont organisés selon un plan caractéristique composé d’une succession de cellules rectangulaires fonctionnant par paires et séparées par un vide sanitaire. Au moins quatre blocs d’entrepôts se développant le long des quais antiques et reliés par des voies ont été reconnus par les archéologues. Toutefois, les restitutions proposées se fondent sur des observations très ponctuelles et n’intègrent pas les résultats des coupes bathymétriques récemment effectuées sur le lit du Rhône (Brissaud 2018).

Les prospections devraient permettre de compléter le plan des entrepôts et de mieux cerner leur organisation. L’objectif est également de tenter de retrouver les aménagements de berges antiques (mur de berge, débarcadère, etc.) afin de mettre en évidence la relation de ces aménagements commerciaux avec le fleuve.

Fig. 3 : Prospection électrostatique à proximité des fouilles réalisées à Sainte-Colombe avec le dispositif « MP3 » qui permet d’explorer environ les deux premiers mètres
du sous-sol urbain.
  • L’environnement du pont sud

Les recherches récentes menées par L. Brissaud sur le franchissement du Rhône à Vienne à l’époque romaine ont révélé la présence d’un pont au sud de la ville, reliant deux secteurs clefs des franges urbaines de la colonie (Brissaud 2018). Au-delà de la traversée du fleuve, la présence de cet ouvrage conditionne le réseau viaire dans ces deux secteurs et pose la question de l’approvisionnement en eau de la rive droite, qui semble dépourvue d’aqueduc malgré la présence de plusieurs complexes thermaux, et de nombreux tuyaux d’adduction en bois ou en plomb. Pour répondre aux besoins de la rive droite, l’hypothèse d’un pont-aqueduc a été formulée, fondée sur des preuves archéologiques indirectes (Brissaud 2018 : 450-454).

Les fouilles récentes menées en 2017 en rive gauche ont permis d’explorer un quartier entier situé au débouché du pont sud (Clément 2020 ; Clément, Baldassari 2018). Les berges du fleuve sont occupées par des édifices publics et commerciaux dont l’extension totale n’a pu être appréhendée. En arrière, des édifices domestiques (domus, boutiques, insulae) sont implantés le long de la voie de Narbonnaise, qui pourrait franchir le fleuve par ce pont sud.

En rive gauche, l’objectif est de déterminer l’environnement du pont sud en focalisant nos recherches sur le réseau de voies dallées de granit, comme celle encore visible dans le jardin de ville. L’exploration doit également tenter de mettre en évidence la présence d’un éventuel château d’eau, ou tout au moins d’un réseau hydraulique dense dont la présence pourrait justifier l’hypothèse d’un pont-aqueduc.

En rive droite, les prospections devraient permettre de mieux cerner l’emprise des édifices publics implantés au débouché du pont et de faire le lien avec la voie de Narbonnaise située à proximité immédiate.

Fig. 4a
Fig. 4a et b : Prospection électrostatique avec le dispositif « tapis » qui permet d’atteindre 3-4 m de profondeur. a) Reconnaissance autour de la pyramide du cirque de Vienne. b) Reconnaissance sur le quai d’Herbouville à la recherche du pont qui reliait les deux rives
  • Le parc archéologique de Saint-Romain-en-Gal

Le parc archéologique de Saint-Romain-en-Gal couvre une partie importante du quartier suburbain de la colonie de Vienne, situé en rive droite du Rhône (Faure-Brac 2006 ; Brissaud 2018 : 345- 401). Ce secteur a été mis au jour à la fin des années 60 et constitue une réserve archéologique de premier ordre pour comprendre l’urbanisme et l’architecture d’une grande ville antique de Gaule. Le parc est délimité au sud par le complexe public du « Palais du Miroir », dont les travaux débutent au milieu du Ier siècle et se poursuivent jusqu’au IIIe siècle. La moitié nord du site correspond à un quartier urbain mixte, où se mêlent riches domus, insulae et édifices commerciaux implantés au débouché du pont nord de la colonie. Les fouilles ont essentiellement consisté à dégager les niveaux les plus récents (IIe-IIIe siècle), mises à part deux parcelles qui ont fait l’objet de recherches exhaustives (Desbat et al. 1994 ; Prisset et al. 1994).

Les prospections concerneront dans un premier temps le Palais du Miroir, avec pour objectif la reconnaissance de sa limite sud, de l’emprise des thermes occidentaux ou encore la mise en évidence d’éventuels édifices au centre de l’ensemble architectural. Dans un second temps, les prospections porteront sur le quartier nord. Elles devraient permettre de compléter le plan des secteurs encore non fouillés, mais également de tester les niveaux les plus anciens de ce quartier, encore partiellement préservés sous les édifices du IIe siècle.

Fig. 5 : Une des nombreuses gravures ou estampes représentant la Pyramide appelée « tombeau de Pilate » (C. Bourgeois – gravure de Martens ; musées de Vienne).
Premières explorations

La situation sanitaire et les deux confinements de 2020 n’ont pas permis de mener à bien ce programme dans les délais que nous avions prévus. Nous avons cependant pu organiser au mois de juillet dernier une courte mission qui nous a permis d’entamer la reconnaissance des secteurs du cirque et des entrepôts en rive gauche, ainsi que l’environnement du pont sud en rive droite. Des prospections radar et électrostatiques ont été réalisées : les données géophysiques sont encore en cours d’exploitation mais les premiers résultats sont encourageants et pourront être complétés, nous l’espérons, en 2021.

Bibliographie

Adjadj F., Lauxerois R. 2014. Vienne, 38/2, Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Brissaud L. 2018. Le franchissement du fleuve à Vienne, Revue archéologique de Narbonnaise Supplément 48.

Canal A., Tourrenc S. 1979. Les ateliers de potiers trouvés à Saint-Roman-en-Gal (Rhône), Figlina 4, 85-94.

Clément B. 2020. Un quartier antique de la colonie romaine de Vienne figé par les flammes. Premiers résultats des fouilles du Bourg à Sainte-Colombe, Bulletin de la SFAC XLX, 2018-2019, Revue Archéologique 69/1, 185-191.

Clément B., Baldassari D. 2018. Une mini-Pompéi des bords du Rhône, Archeologia 564 (avril), 34-43.

Desbat A., Leblanc O., Prisset J.-C., Savay-Guerraz H. 1994. La Maison des Dieux Océan à Saint-Romain-en-Gal, Rhône, Suppl. Gallia 55.

Jospin J.-P. 2002. Les Allobroges : Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes : de l’Indépendance à la période romaine (4e s. av. J.-C., 2e s. ap. J.-C.), Catalogue d’exposition du musée Dauphinois de Grenoble.

Lepore G. 2012. Senigallia Urban Archaeological Project: new strategies of research and urban planning | CHNT | Vienna, in W. Börner, S. Uhlirz (eds), Proceedings of the 17th International Conference on Cultural Heritage and New Technologies 2012 (CHNT 17, 2012). Presented at the 17th International Conference on Cultural Heritage and New Technologies, Museen der Stadt Wien – Stadtarchäologie, Vienna, 1-15.

Panissod C., Dabas M. 1999. La reconnaissance des sols historiques urbains par méthodes géophysiques, Histoire et Mesure 14, 221-247. https://doi.org/10.3406/hism.1999.1510

Prisset J.-L., Brissaud L., Leblanc O. 1994. Évolution urbaine à Saint-Romain-en-Gal : la rue du Commerce et la maison aux Cinq Mosaïques, Gallia 51, 1-133.

Tabbagh A., Panissod C., Benech C., Dabas M., Jolivet A., Guérin R. 2002. Un outil de reconnaissance géophysique en milieu urbain : la prospection électrostatique, Revue Française de Géotechnique 101, 3-10.

Les auteurs

Benjamin Clément est maître de conférence en Antiquités nationales et Archéologie de la Gaule romaine à l’université de Franche Comté. Il est membre de l’UMR 6249 Chrono-environnement et chercheur associé à l’UMR 5138 ArAr.

Christophe Benech est Chargé de Recherche au CNRS. Spécialiste en géophysique appliquée à l’archéologie. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Benjamin Clément et Christophe Benech. Pro Vienna : à la recherche de la Vienne antique, ArchéOrient - Le Blog, 22 janvier 2021, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15663

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search