Michèle Casanova (1960-2020)

Michèle est partie. Nous la connaissions, pour certains, depuis les bancs de l’université, d’autres l’ont rencontrée au cours de sa carrière (fig. 1). Nous l’aimions et l’estimions pour ses qualités scientifiques et humaines. Michèle nous a quittés dans la nuit du 22 décembre 2020, à l’Hôpital Parly II du Chesnay, près de chez elle à Versailles, emportée par la Covid-19. Elle venait d’être nommée professeure à Sorbonne-Université (Paris IV).

Fig. 1 : Michèle Casanova à Bakou, en 2017 (cliché N. Ateshi)

Michèle était archéologue et historienne de l’art du Proche-Orient ancien. Elle était une spécialiste reconnue des objets de prestige, notamment en albâtre et lapis-lazuli, de leur production et de leur circulation de l’Afghanistan à la Méditerranée, sur quatre millénaires du Chalcolithique à l’Âge du Fer.

Née à Nice le 23 octobre 1960 de parents enseignants et chercheurs, Michèle avait la vocation de l’enseignement. Après l’obtention du CAPES d’Histoire et Géographie en 1984, elle a enseigné seize ans en collège, lycée et BTS, années qui ont forgé sa relation particulière aux élèves, puis vingt ans à l’université, d’abord comme Maîtresse de Conférence à Rennes 2, puis Professeure des Universités à Lyon 2 et Sorbonne-Université, toujours sur l’histoire de l’art et l’archéologie du Proche Orient ancien.

En même temps qu’elle enseignait dans le secondaire, Michèle suivit un double cursus d’histoire et d’histoire de l’art et d’archéologie à Paris I, et apprit le russe, qu’elle pratiquait couramment à côté de l’anglais, de l’italien et du persan. Passionnée par les échanges interculturels, elle s’est très vite spécialisée sur le commerce à longue distance, les artisanats anciens, les objets de prestige en pierre. Elle a fait de ces passions le sujet de sa Maîtrise et de son Doctorat, sous la direction de Jean-Louis Huot, consacrés au Lapis-lazuli dans l’Orient ancien ; elle en a tiré deux ouvrages majeurs parus en 1991 et 2013.

En juillet 2009, toujours à Paris I, mais sous la direction de Serge Cleuziou, elle soutenait son HDR dont la synthèse s’intitulait Sur la route des échanges, de la Corse à l’Oxus. Pendant toutes ces années (1987-2012), sauf une brève période à Rennes, elle est restée associée à l’équipe de recherche Du Village à l’État au Proche et Moyen-Orient, établie rue Michelet à Paris, puis à Nanterre au sein du laboratoire Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn). Elle y tenait un rôle de premier plan et c’est là que beaucoup d’entre nous l’ont côtoyée. En 2012, après sa nomination à Lyon, elle a rejoint le laboratoire Archéorient à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, où elle a contribué à développer un pôle très actif d’archéologie caucasienne. Très attachée à la complémentarité entre textes et archéologie, tant au niveau de l’enseignement que de la recherche, Michèle a œuvré pour maintenir, en 2018, le poste de Maître de conférences en Langues et civilisations du Proche-Orient ancien, et lui conserver son profil assyriologique. En octobre 2020, Michèle a rejoint le laboratoire Orient & Méditerranée à Paris.

Michèle était une archéologue de terrain. Après une formation, dès 1975, sur des chantiers français (Renaghju, Tizzano, Vallée de l’Aisne, Etiolles, Lattes…), Roland Besenval l’emmena en 1990 à Sarazm au Tadjikistan, site classé depuis au patrimoine mondial de l’UNESCO, où pendant dix ans elle fit ses classes, avant de prendre en 1999 la co-direction de la mission, aux côtés de A. Razzakov. En 2005 elle réussit à rouvrir un chantier à Shahr-i Sokhta en Iran, avec M. Sajjadi, chantier que la situation internationale obligea à fermer rapidement, de même que des fouilles dans la vallée de l’Araxe, toujours en Iran, avec H. Nobari, en 2009-2011. Jamais découragée, elle s’était alors tournée vers l’Azerbaïdjan, sautant la frontière, pour relancer avec A. Alekberov l’exploration de la vallée du Lenkoran (fig. 2). Cette mission de terrain était couplée à un programme d’étude et de publication, avec C. Lorre (MAN), des collections issues des anciennes fouilles de J. de Morgan, conservées à Saint-Germain-en-Laye.

Fig. 2 : Michèle Casanova sur son terrain azerbaïdjanais au Lenkoran (cliché N. Gailhard)

La mission du Lenkoran, créée en 2012, venait d’être renouvelée pour un troisième quadriennal. Elle avait pour objectif de documenter l’occupation de la région durant la transition entre l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer, période charnière pour les interactions culturelles entre les pays du Caucase, l’Iran et l’Anatolie. Elle visait également à mieux connaître les pratiques funéraires et découvrir l’habitat de cette période, encore inconnu dans cette région. Parmi ses résultats les plus appréciables, il faut citer la découverte, sur le site de Monidigah I (fig. 3), de trois tombes en ciste renfermant un riche mobilier ainsi qu’une stèle gravée, représentant un guerrier. Des datations radiocarbones indiquent que ces tombeaux ont été utilisés sur une longue période, entre le 12e siècle et le 9e siècle av. n.-è. (Fer I et Fer II). La restauration d’une épée provenant de l’une des tombes a en outre révélé des décors totalement inédits, incisés sur fond doré des deux côtés de la lame : ce répertoire iconographique était jusqu’alors inconnu. En 2017, le programme « Lenkoran » avait constitué le socle d’un accord de coopération scientifique franco-azerbaïdjanais, entre l’université Lumière-Lyon 2 et l’université Khazar (fig. 4).

Fig. 3 : Site de Monidigah, vue aérienne du secteur des tombes (cliché M. Casanova)

En raison de son intérêt pour certaines catégories mobilières, Michèle avait une importante activité dans le domaine de la valorisation. À côté de sa collaboration scientifique étroite avec le Museum d’Archéologie Nationale, elle avait participé à la conception et au catalogue de plusieurs expositions, en France et à l’étranger. La plus récente était l’exposition «10 ans d’archéologie franco-azerbaïdjanaise » organisée au Musée des Beaux-Arts à Bakou (juillet-août 2019), présentant les résultats des recherches de trois missions franco-azerbaïdjanaises. Elle fut suivie par une exposition sur le même thème à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon (octobre-décembre 2019), dont Michèle présenta la conférence inaugurale.

Fig. 4 : Michèle Casanova (au centre) à Bakou, lors de la signature de l’accord
avec l’Université Khazar (cliché N. Ateshi).

Michèle s’est toujours investie dans la gestion de l’enseignement et de la recherche, dans les instances de l’Université comme celles du CNRS. Il serait fastidieux de rappeler ici toutes les responsabilités qu’elle a assumées au cours de sa carrière.  Mais il faut signaler qu’elle avait mis en place plusieurs formations universitaires pluridisciplinaires, Master et Doctorat, qu’elle a été membre des conseils de laboratoire de toutes ses unités de rattachement successives, membre élu de la Section 31 du Comité National du CNRS (2008-2012), membre du Comité de l’Archéologie du CNRS, membre élu (en 2019) de la Section 21 du CNU, pour s’en tenir aux plus importantes.

Michèle était une enseignante et une chercheuse engagée dans tous les défis de sa discipline. Au-delà de ses qualités scientifiques et pédagogiques, Michèle était généreuse et spontanée. Fille unique, elle prit soin de ses deux parents, récemment décédés, lorsqu’ils tombèrent malades, sans négliger l’éducation de sa fille Alexandra, étudiante à Sorbonne Nouvelle. Michèle était une femme courageuse. Elle s’est aussi impliquée personnellement dans des programmes humanitaires, pour secourir scientifiques et étudiants en danger, et en faire venir certains en France. Outre son implication dans ces programmes encadrés, elle était toujours volontaire pour assister étudiants et collègues. Elle était consciente des difficultés que les étudiants étrangers peuvent rencontrer en France et soucieuse de trouver des solutions adaptées. Malgré ses obligations, elle n’hésitait jamais à accompagner ses étudiants pour les aider à régler leurs problèmes personnels, administratifs (en préfecture), ou de logement. L’attachement des étudiant.e.s à sa personne était profond et tangible. Elle restera dans nos mémoires comme une personne dotée d’une grande âme.

La disparition brutale de Michèle nous prive de sa personnalité attachante et chaleureuse et laisse tous ses amis et collègues dans la peine. Nous aurons à cœur de transmettre son œuvre et sa mémoire aux jeunes générations. Nos pensées vont vers sa famille, vers Alexandra sa fille, à qui nous exprimons toute notre affection.

Message d’Alexandra Casanova :

Ma mère est décédée de la Covid-19. Nous sommes beaucoup à penser que les consignes sont trop strictes et contraignantes, et que l’on ne peut pas s’arrêter de vivre. Mais malheureusement beaucoup s’arrêtent de vivre, tandis que je vous parle. Alors, respectez les consignes, et faites attention à vous et à vos proches.

Quelques publications importantes de Michèle Casanova

1991 – La vaisselle d’albâtre de Mésopotamie, d’Iran et d’Asie centrale aux IIIe et IIe millénaires av. J.-C., Ed. ERC, Paris, Recherches sur les Civilisations.

2008 – “Vases à parfums et boîtes à fard du Proche-Orient ancien, de l’Asie centrale à la Méditerranée orientale, 4e -2e millénaire av. J.-C. “, in L. Bodiou, D. Frère & V. Mehl,    (éd.), Parfums et odeurs dans l’Antiquité, Presses Universitaires de Rennes, p. 167-178.

2009 – “La symbolique des matériaux précieux dans le Cimetière Royal d’Ur”, in X. Faivre, B. Lion & C. Michel (éd.), Et il y eut un esprit dans l’Homme. Jean Bottéro et la Mésopotamie, Travaux de la Maison René-Ginouvès, Paris, De Boccard, p. 291-306.

2012 – “Le lapis-lazuli à Ur (Irak), Parures, artisanat et hiérarchie sociale dans le Cimetière Royal”, in G. Gernez & J. Giraud (éd.), Hommage à Serge Cleuziou, Travaux de la Maison René Ginouvès, p. 159-173.

2013 – Le lapis-lazuli dans l’Orient ancien. Production et circulation, du Néolithique au IIe millénaire av. J.-C., Documents Préhistoriques n°27, C.T.H.S., 284 p.

2014a  – “Les vases de prestige en pierre tendre au Proche-Orient ancien, IVe-IIe millénaires av. J.-C., typologie, fonction, fabrication, circulation », in M. Casanova & M. Feldman (éd.), Les produits de luxe au Proche-Orient ancien aux âges du Bronze et du Fer, Collection Travaux de l’Archéologie et de l’Ethnologie René Ginouvès n°19, De Boccard, Paris, p. 97-109.

2014b – “Luxuries of Precious Materials, The Royal Cemetery of Ur (Iraq) and the Lapis Lazuli, Wittnesses of Intercultural Relations in the Near East “, in M. Casanova & M. Feldman (éd.), Les produits de luxe au Proche-Orient ancien aux âges du Bronze et du Fer, Collection Travaux de l’Archéologie et de l’Ethnologie René Ginouvès n°19, De Boccard, Paris, p. 31-44.

2015 – M. Casanova, G. Pierrat-Bonnefois, P. Quenet, V. Danrey, D. Lacambre, ” Lapis lazuli in the Tôd Treasure: A new investigation”, in P. Kousoulis & N. Lazaridis (éd.), Proceedings of the Tenth International Congress of Egyptologists, University of the Aegean, Rhodes, 22-29 May 2008, Vol. II, Orientalia Lovaniensia Analecta 241, Peeters, p. 1619-1640.

2016 – M. Casanova, C. Lorre, A. Alakbarov, H. Fahimi, M. Sauvage, M.-A. Vella, « The        Necropolises of Azerbaijan during the Bronze and Iron Ages in the Lenkoran and the    Lerik Areas (NABIALLA Project, Azerbaijan): Preliminary report of the 2012-2013      campaigns», Quaternary International, XXX (2016), Elsevier, p. 1-14.

2019 – “Exchanges and trade during the Bronze Age in Iran”, in J-W. Meyer, E. Vila, M.          Mashkour, M. Casanova et R. Vallet, (éd.), The Iranian Plateau during the Bronze Age. Development of urbanisation, production and trade, Maison de l’Orient et de la        Méditerranée Editions, Lyon, p. 301-311.

2020 – “Prestige Objects in Soft and Fine Stone in the Ancient Near East: Manufacture, Function, Distribution, Value”, in S. Alibaigi, R. Miri and H. Pittman (éd.), Sepehr Majd: Essays on the Archaeology of Iranian World and Beyond in Honor of Dr. Yousef Madjidzadeh, p. 71-89.

Les auteurs

Suzanne Dibo, archéologue, chargé de cours Lyon 2, UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Régis Vallet, archéologue, chargé de recherche CNRS, UMR 7041 ArScAn-VEPMO, MSH-Mondes, Nanterre.

Philippe Abrahami, professeur des universités, université Lille, CNRS, Ministère de la Culture, UMR 8164 – HALMA

Catherine Breniquet, archéologue, professeur des universités, université Clermont-Auvergne, EA 1001 CHEC, Clermont-Ferrand.

Brigitte Lion, historienne, professeur des universités, université Paris 1, UMR 7041 ArScAn-HAROC, MSH-Mondes, Nanterre.

Cécile Michel, historienne, directrice de recherche CNRS, UMR 7041 ArScAn-HAROC, MSH-Mondes, Nanterre

Catherine Marro, archéologue, chargé de recherche CNRS, UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon


Pour citer ce billet : Suzanne Dibo, Régis Vallet, Philippe Abrahami, Catherine Breniquet, Brigitte Lion, Cécile Michel, Catherine Marro. Michèle Casanova (1960-2020), ArchéOrient – Le Blog (Hypotheses.org), 15 janvier 2021. [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15635


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fauchère dit :

    Vous m’avez guidé de la licence au Master et accompagné 2 memoires. Professeur, conseillère, tutrice, mère, passionnée, chercheuse, amoureuse de la vie et de l’histoire… Femme atypique mais surtout amoureuse de son métier.
    Pour tout ce que vous représentiez dans le monde de l’archéologie c’est le cœur lourd qu’aujourd’hui j’apprend que le Covid vous a emporté 😔. Une étoile de plus rejoint le ciel, j’espère que d’où vous êtes l’archéologie ne vous a pas quitté ✨🙏🏻. Toutes mes pensées à votre fille dont vous parliez toujours avec amour, fierté et bienveillance ainsi qu’à vos proches. Vos resterez à jamais dans nos cœurs❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search