Past and Curious. L’archéologie en dessins animés !

Faire revivre le passé en dessins animés : c’est l’objectif de Past and Curious. Réalisée par des jeunes chercheurs en archéologie et des professionnels du graphisme et de l’audiovisuel, la série mise sur un format accessible à tous pour partager la science.

Médiation & animation : le défi de Past and Curious

Past and Curious est né du besoin, pour les jeunes chercheurs, de partager leurs travaux avec le grand public. Car l’archéologie a son mot à dire dans le monde contemporain ! Mais comment intéresser un maximum de personnes au-delà des sphères académiques ? C’est le défi qui guide quotidiennement ce projet. Alors que les productions audiovisuelles misent généralement sur le registre sensationnel, Past and Curious met davantage l’accent sur une reconstitution réaliste du métier d’archéologue. Pour cela, il donne la parole aux jeunes chercheurs : ce sont eux qui scénarisent leurs recherches. Le format du dessin animé permet de transmettre ces petites histoires d’une manière ludique et agréable à un public friand de connaissances sur le passé. Un univers coloré qui, en 4 à 6 minutes, vous fait voyager à travers le temps et les régions sans simplifier le propos scientifique. À l’interface entre docu-fiction et vidéo de Youtubeur, cette formule vient ainsi combler un vide dans les productions audiovisuelles sur l’archéologie et renouveler un pan de la médiation scientifique.

Silence, ça tourne ! Les archéologues se lancent dans le dessin animé

Le projet prend sa source dans une présentation de ses recherches par l’un des membres fondateurs, en juin 2018, lors d’une édition de Ma Thèse en 180 secondes au Festival d’Histoire de l’Art de Fontainebleau. Les premières illustrations animées réalisées dans ce cadre ont encouragé une équipe d’amis, jeunes chercheurs et professionnels de l’animation, à mettre en place une série de dessins animés d’archéologie.

Autour de ce noyau, gravitent de nombreuses personnes, à commencer par les scénaristes des épisodes qui sont tous des doctorants et des jeunes docteurs en archéologie. Ceux-ci sont sélectionnés sur appel à candidatures pour chaque saison réalisée (jusqu’à présent deux). Les critères de sélection sont doubles : faisabilité du dessin animé mais aussi volonté de représenter un maximum d’aires chrono-culturelles.

L’équipe les accompagne dans la scénarisation et la mise en images de leur sujet pour atteindre un compromis efficace entre recherche et grand public. Lors du découpage de l’illustration et de l’animation, chaque détail est interrogé. La rigueur scientifique est une valeur fondamentale de la série : objets, vêtements, formes, couleurs. Dans la mesure du possible, tout est vérifié en mobilisant le maximum de données disponibles (photos, relevés, plans, dessins, expérimentations, reconstitutions). Les éléments dont nous n’avons plus de trace peuvent ensuite être imaginés pour redonner vie au passé.

Chaque illustration est ainsi validée par l’auteur et l’équipe. Le texte est écrit et réparti entre les voix-off, puis vient la recherche des musiques et des bruitages. L’enregistrement des voix par des comédiens donne corps aux dessins animés, avant le montage final et la diffusion.

Fig. 1 : aux origines du projet. Une vignette présentée lors de l’édition 2018 Archéologie et Histoire de l’Art de « Ma Thèse en 180 secondes ». Crédit : Astrid Amadieu.
Deux saisons pour voyager dans le temps et autour du monde

Une première saison de huit épisodes a été réalisée en 2019 (fig. 2). Elle a été financée avec des moyens limités mais suffisants pour proposer un échantillon-pilote et s’assurer du bon déroulement de la réalisation. Ces premiers soutiens ont été apportés par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (École doctorale d’archéologie 112, Collège des Écoles doctorales, Fonds de Solidarité des Initiatives étudiantes) et la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, actuelle MSH Mondes. Les auteurs de ce billet remercient chaleureusement ces institutions pour leur avoir fait confiance et avoir permis la naissance du projet.

  • Apicius et l’antique fromage normand, par Jérôme Spiesser (docteur de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • La tablette et le calame : à l’école des scribes mésopotamiens, par Mathilde Touillon-Ricci (doctorante au British Museum et à la SOAS-University of London)
  • Herser, moissonner, vanner… une année dans les campagnes de Gaule romaine, par Guillaume Huitorel (docteur de l’Université Paris Nanterre)
  • Le feu chez les Iñupiat, par Marine Vanlandeghem (doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Sous les jupes des pyramides mayas, par Julien Hiquet (docteur de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Le deuil des nouveau-nés en Gaule-romaine, par Mélissa Tirel (doctorante à l’Université Rennes 2)
  • La Venise du Nouveau Monde, par Alexandra Biar (docteur de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Les monastères bouddhiques oubliés de Hadda, par Alexandra Vanleene (docteure de l’Université de Strasbourg)

Fig. 2 : échantillon de vignettes extraites de la première saison. Crédit : Astrid Amadieu / Past and Curious. De haut en bas et de gauche à droite : Apicius et l’antique fromage normand / La tablette et le calame : à l’école des scribes mésopotamiens / Herser, moissonner, vanner… une année dans les campagnes de Gaule romaine / Le feu chez les Iñupiat / Sous les jupes des pyramides mayas / Le deuil des nouveau-nés en Gaule-romaine / La Venise du Nouveau Monde / Les monastères bouddhiques oubliés de Hadda

Le bon déroulement de la saison 1 et son relatif succès ont conduit l’équipe à renouveler l’expérience avec une deuxième saison. Le retour d’expérience a permis de proposer des illustrations plus abouties, une animation plus fluide et un discours scientifique davantage problématisé.

Cette saison 2 a bénéficié de soutiens plus importants et diversifiés, provenant de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (École doctorale d’archéologie 112, Collège des Écoles doctorales, Fonds de Solidarité des Initiatives étudiantes), de l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) et de plusieurs UMR : Archéorient (UMR 5133), Trajectoires (UMR 8215), Prétech (UMR 7055), AASPE (Muséum d’Histoire Naturelle, UMR 7209), ArScAn (équipe Protohistoire égéenne, UMR 7041). Les auteurs de ce billet tiennent à renouveler leurs remerciements aux institutions qui ont rendu possible le développement de Past and Curious.

La saison 2 comporte cinq épisodes. La diffusion est en cours sur la chaîne Youtube de Past and Curious, au rythme d’un épisode par mois. Deux épisodes sont déjà disponibles et, pour les trois inédits, gardons le suspense…

  • À table ! Cuisiner il y a 8000 ans, par Léa Drieu (docteure de l’Université Côte d’Azur)
  • L’agriculture néolithique à la loupe, par Fiona Pichon (docteure de Sorbonne Université) et Carolyne Douché (docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Saison 2 : zoom sur le Néolithique oriental

Le deuxième épisode de la saison 2 traite de la domestication des céréales au Néolithique, dans le Croissant fertile (figure 3). Il s’agit d’une expérience jusqu’alors inédite pour Past and Curious : l’écriture s’est faite à quatre mains, croisant le travail d’une tracéologue spécialiste du mobilier lithique (Fiona Pichon) et celui d’une carpologue (Carolyne Douché). Cette approche interdisciplinaire éclaire de manière innovante la naissance de l’agriculture au Néolithique et l’évolution des techniques agricoles qui l’accompagne. Archéorient a contribué de manière décisive à la réalisation de cet épisode, tant du point de vue financier que par l’enthousiasme avec lequel la proposition de Fiona Pichon et Carolyne Douché a été accueillie.

Fig. 3 : échantillon de vignettes extraites de l’épisode « L’agriculture néolithique à la loupe ». Crédit : Astrid Amadieu / Past and Curious.

L’avenir de Past and Curious

Past and Curious est régulièrement présent lors d’évènements culturels et scientifiques. Ces deux dernières années, les dessins animés ont été projetés lors des Journées nationales de l’Archéologie (2019), des Journées européennes de l’Archéologie (2020), des Journées européennes du Patrimoine (2019 et 2020) ainsi que de la Fête de la Science (2020).

Aujourd’hui, Past and Curious continue d’évoluer. Les perspectives de développement sont multiples, et l’équipe souhaite notamment favoriser des partenariats par épisode, avec des institutions culturelles, scientifiques, des ambassades ou des projets de recherche de type ANR ou ERC. Néanmoins, le projet souhaite, dans la mesure du possible, garder sa particularité d’être une série conçue par des jeunes chercheurs.

Rejoignez-nous ! Past and Curious sur les réseaux

A l’ère du numérique et du distanciel, Past and Curious est présent sur les réseaux. Les épisodes sont diffusés sur la chaîne Youtube de Past and Curious, qui permet de toucher un public large. Les épisodes sont systématiquement sous-titrés traduits en français, en anglais et en espagnol, parfois dans d’autres langues (arabe, grec, turc, inupiaq, italien) selon le sujet et son contexte pour être accessibles au plus grand nombre. La série vise ainsi un public international, y compris des personnes ne parlant pas l’anglais, et les films deviennent des outils de médiation utilisés sur le terrain.

Un partenariat avec le Musée d’Archéologie Nationale et le Ministère de la Culture et de la Communication permet à Past and Curious d’être présent sur la plateforme nationale de l’archéologie et sur le site web Culture chez nous, créé durant le premier confinement pour faciliter l’accès à la culture à tous. Le projet dispose également de son propre site web, où sont exposés les coulisses et les acteurs de la réalisation.

Sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Instagram, l’équipe tient ses abonnés informés des nouvelles du projet, de la diffusion des épisodes et propose un contenu archéologique lié à ses productions. Alors abonnez-vous vite pour suivre la suite de la deuxième saison !

Remerciements

Nous remercions ici chaleureusement le laboratoire Archéorient, son directeur et ses membres, pour leur intérêt et leur soutien. Quel plaisir de pouvoir publier sur ArchéOrient – Le Blog !

Mille mercis également à toutes les institutions qui nous soutiennent pour faire vivre la série :

  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (École doctorale d’archéologie 112, Collège des Écoles doctorales, Fonds de Solidarité des Initiatives étudiantes),
  • Institut National d’Histoire de l’Art
  • UMR 8215 Trajectoires
  • UMR 7055 Prétech
  • UMR 7209 AASPE (Muséum d’Histoire Naturelle)
  • UMR 7041 ArScAn (équipe Protohistoire égéenne).

Les auteurs

Élodie Beaulieu est membre du projet Past & Curious, diplômée en archéologie précolombienne (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Pauline Debels est membre du projet Past & Curious, docteure en Protohistoire européenne (Université Montpellier 3 Paul-Valéry, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et post-doctorante à l’Université de Genève, département de Génétique et Evolution (Unité d’anthropologie, Laboratoire Archéologie et Peuplement de l’Afrique / UMR 8215 Trajectoires).

Mathilde Jean est membre du projet Past & Curious, docteure et ATER en archéologie proche-orientale (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / UMR 7041 ArScAn)

Bastien Rueff est membre du projet Past & Curious, docteur en Protohistoire égéenne (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / UMR 7041 ArScAn)

Pour citer ce billet : Elodie Beaulieu, Pauline Debels, Mathilde Jean et Bastien Rueff. Past and Curious. L’archéologie en dessins animés !, ArchéOrient - Le Blog, 11 décembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15549

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search