L’atlas historique du Proche-Orient ancien : le dessous des cartes

L’atlas historique du Proche-Orient ancien paru aux Belles Lettres en 2020 : huit ans de travail pour près de 50 personnes, 141 notices avec 150 cartes ou plans, quelque 1500 références bibliographiques et près de 5000 entrées d’index : comment fait-on pour proposer un tel ouvrage de synthèse ? Le propos de ce billet est de présenter, à la demande des animateurs d’ArchéOrient- Le Blog, le « dessous des cartes » ou le « making-of » de ce projet éditorial de longue haleine (fig. 1).

Fig. 1 : La première de couverture de l’Atlas historique
du Proche-Orient ancien.
Trente ans de collaborations préalables…

Certaines des cartes de cet atlas sont nées il y une trentaine d’années, au début des années 1990, à l’époque des premiers MacIntosh et du logiciel Mac Draw. Je travaillais à l’époque au sein de l’équipe chargée du déchiffrement des textes de Mari (UPR 193 du CNRS « Mari et le Proche-Orient ancien »), et il me semblait intéressant de pouvoir présenter des cartes illustrant les problématiques de géographie historique abordées par l’équipe. Ainsi, par exemple, la carte de la région de Mari « Les bords de l’Euphrate », cœur du royaume de Mari (fig. 2), présentée dans l’atlas, a été dessinée à la suite de la parution d’un article de Jean-Marie Durand (Durand 1990) et d’un autre de Bertrand Lafont (Lafont 1992), à partir du fond issu de la prospection de la vallée par Jean-Yves Monchambert et Bernard Geyer. Il y a plusieurs dizaines d’autres exemples de cartes confectionnées à diverses occasions, comme par exemple pour le Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne (Joannès 2001), l’ouvrage Les débuts de l’histoire (Bordreuil et al., 2014), ou le programme international ARCANE et en particulier pour le volume 3 sur l’histoire du IIIe millénaire (Sallaberger et Schrakamp 2015). S’y ajoutent des cartes dessinées pour un collègue sur son domaine de recherche propre, comme « Les routes du commerce assyrien en Anatolie » pour Cécile Michel, ou à l’occasion d’une exposition, comme « Les échanges internationaux au IIIe millénaire », carte dessinée au départ pour l’exposition sur le temple d’Ištar de Mari à l’Institut du monde arabe pour Pascal Butterlin, etc.

Fig. 2 : Les « Bords de l’Euphrate », cœur du royaume de Mari
(avec P. Butterlin).
L’idée d’un atlas

C’est donc avec un lot d’une quarantaine ou d’une cinquantaine de cartes et de plans de villes que j’ai proposé en 2012 à l’équipe « Histoire et archéologie de l’Orient cunéiforme » (composante de l’unité Archéologie et sciences de l’Antiquité, UMR 7041, Nanterre), qui rassemble une majorité des anciens membres de l’UPR 193 du CNRS « Mari et le Proche-Orient ancien », de se lancer dans la confection d’un atlas historique du Proche-Orient cunéiforme. Il s’agissait tout naturellement de rassembler les différentes cartes élaborées ensemble et de les mettre à jour, puis de les compléter pour obtenir un tout cohérent. L’idée fut accueillie avec enthousiasme par toute l’équipe – dirigée à l’époque par Bertrand Lafont, puis par Damien Agut-Labordère et Aline Tenu – et placée dans les projets de son quadriennal 2013-2017.

Il est cependant vite apparu que le projet éditorial aurait été incomplet si l’on n’y ajoutait pas les périodes antérieures à l’écriture, depuis les prémices de la sédentarisation. Je me suis donc tourné alors vers une autre équipe de l’UMR, l’équipe « Du village à l’État au Proche et au Moyen Orient », à laquelle j’étais également associé et à composante nettement plus archéologique.

Des chercheurs membres d’autres équipes furent également sollicités, notamment pour traiter du milieu naturel et des ressources végétales et animales (Archéorient à Lyon, le MNHN à Paris en particulier).

Un projet éditorial ambitieux

Plusieurs réunions se sont alors tenues entre 2013 et 2015 pour convenir d’abord d’un sommaire mais également de choix éditoriaux. Côté sommaire, les cartes incontournables des grandes étapes culturelles (néolithique acéramique, expansion urukienne, etc.) ou historiques (Le Proche-Orient présargonique, fig. 3, l’empire assyrien, les conquêtes d’Alexandre, etc…) furent vite définies et leurs contributeurs choisis. On y ajouta un grand nombre d’autres propositions plus thématiques qui rendaient compte des recherches récentes menées par les membres des deux équipes, ou par d’autres chercheurs, et dont il convenait de rendre compte comme le « Très Long Mur », repéré assez récemment en Syrie (B. Geyer). Même démarche concernant les plans de villes : les principales capitales (Ninive, Babylone, etc.) furent vite choisies, d’autres villes furent ajoutées en fonction des découvertes récentes (Al-Rawda, par ex. : fig. 4). Furent sollicités enfin de jeunes chercheurs doctorants ou post-doctorants qui ont ainsi l’occasion de présenter leur travaux : « ma thèse en une demi-page »….

Fig. 3 : Le Proche-Orient à l’époque présargonique (avec B. Lafont).
Fig. 4 : Tell Al-Rawda, plan du site (avec C. Castel).

Il fallut ensuite compter avec quelques abandons mais également avec quelques suggestions nouvelles dont certaines à mon initiative : par exemple, en questionnant Emmanuelle Vila sur la domestication animale, nous avons convenu de faire trois cartes, l’une sur les animaux de rapport (mouton, chèvre, bœuf et porc), une autre sur les équidés et camélidés et une troisième, toute nouvelle, sur l’introduction au Proche-Orient de la poule et de l’éléphant (fig. 5). Nombre de cartes thématiques ont été intégrées au sommaire à l’initiative des chercheurs eux-mêmes. Un bon exemple est celui des plans de Suse qui n’étaient pas prévus au départ. F. Bridey (conservateur des collections iraniennes anciennes au Louvre) et C. Paladre (doctorante Paris 1) sont ainsi venus me proposer de profiter de l’occasion pour reprendre entièrement la documentation de Suse. Ce fut l’occasion d’un très gros travail de reprise et de calage des plans anciens, en commençant par les localisations des chantiers de fouilles des différentes équipes qui se sont succédées sur le site pendant plus d’un siècle (fig. 6), puis la création de trois plans de synthèse, le dernier avec l’aide de Julien Cuny (conservateur des collections iraniennes achéménides et sassanides au Louvre).

Fig. 5 : L’introduction au Proche-Orient de la poule et de l’éléphant (avec E. Vila).
Fig. 6 : Le plan de Suse avec les chantiers de fouilles (avec F. Bridey et C. Paladre).

Ces réunions furent également l’occasion de discuter de la présentation de l’atlas : cartes et plans accompagnés d’un court texte de présentation, sources et bibliographie rejetées après le cahier des cartes pour faciliter la mise en page, normes de translittération et harmonisation générale, index le plus exhaustif possible, etc.

Trouver un éditeur pour définir le format de l’ouvrage

Lorsque l’on conçoit une carte, il faut dès le départ s’interroger sur son format de publication final car cela conditionne la quantité d’informations que l’on peut y mettre pour que la carte reste lisible, et donc le degré de synthèse nécessaire. Pour un atlas, le problème est accentué par le fait que certaines cartes présentent un format allongé (la plupart, dans le cas du Proche-Orient) et d’autres un format vertical (pour le Levant et les plans de sites, par exemple). Il nous fallait donc, avant même d’avancer dans le travail, trouver un éditeur et convenir avec lui du format de publication. Une première approche auprès des éditions Autrement s’étant avéré un échec, nous nous sommes rapprochés, grâce à Bertrand Lafont, membre du comité de rédaction de la revue Syria, de l’Institut français du Proche-Orient de Beyrouth pour une publication dans leur collection grand format de la Bibliothèque archéologique et historique – un format folio d’environ 30 cm de large et 40 de haut – un tel format permettant, en effet, de présenter les cartes en paysage à un format proche du A4. Avec l’accord de l’IFPO, il nous a été suggéré d’envisager une co-édition. Merci à Françoise Briquel-Chatonnet, directrice de la revue Syria, de nous avoir mis en contact avec Caroline Noirot, présidente de la Société d’édition des Belles Lettres et merci à cette dernière d’avoir accepté le défi. L’enjeu d’une coédition de ce type était pour nous de nous assurer d’une diffusion la plus large possible de l’ouvrage et les Belles Lettres, prestigieuse maison d’édition dans le domaine de l’érudition, constituait une excellente solution.

Le format de l’ouvrage défini, il nous a fallu alors, avec une ébauche de maquette, calibrer les cartes et, en fonction de la place restante sur la page, la taille des textes. Grâce à un tableau Excel de 140 lignes et de plus d’une dizaine de colonnes (réception des cartes, des textes, de la bibliographie, correction du texte, harmonisation des cartes, vérification de la localisation des sites, harmonisation des noms, indexation manuelle autre que les sites, réception des premières épreuves, correction des premières épreuves) – et d’un certain nombre de mails de relance –, il fut possible de fournir tout d’abord aux Belles Lettres, qui prirent en charge à partir de là le travail éditorial de l’ouvrage, le cahier des cartes avec ses textes à mettre en page correctement.

Références, harmonisation et indexation

Après le cahier des cartes, les références : il s’agissait là, pour chacune des 141 rubriques, de préciser les sources utilisées pour la carte ou le plan présenté et un choix de références bibliographiques limité entre 3 et 15 items (la fourchette haute donna lieu à de nombreuses négociations !). Il s’agissait là de présenter les quelques références fondamentales, et surtout les références les plus récentes, qui permettront au lecteur intéressé de poursuivre plus avant sa recherche. On obtint là une bibliographie de quelque 1500 titres fondamentaux qui couvre l’ensemble de l’histoire du Proche-Orient depuis l’épipaléolithique jusqu’à l’époque romaine ! Bien entendu, avec une cinquantaine de contributeurs différents, une mise aux normes sévère et fastidieuse fut nécessaire. Nous avions prévu au départ de travailler avec une base Zotero, mais le temps a manqué. Cependant ce projet reste d’actualité (dès que j’ai un moment…) pour mettre cette bibliographie à disposition de tous sous un format numérique.

Nous avons pu bénéficier de l’aide financière de l’UMR 7041 « Archéologie et Sciences de l’Antiquité » (ArScAn, MSH Mondes, Nanterre) et de ses équipes « Histoire et archéologie de l’Orient cunéiforme (HAROC) » et « Du village à l’État au Proche et au Moyen-Orient (VEPMO) » qui a permis de salarier deux étudiants. L’une, Cécile Verdelet (HAROC) a été chargée de l’harmonisation des noms propres, des toponymes anciens et des dates. L’autre, Amaury Havé (VEPMO), a pris en charge le travail d’indexation des toponymes. Il s’est agi d’abord de constituer une base de données recensant les cartes concernées pour chaque toponyme mais également les variantes (anciennes comme modernes) et de les associer à des coordonnées géographiques. Ces dernières permirent alors de compléter un système d’informations géographique. Ce SIG a ensuite servi à vérifier la localisation précise des sites sur les cartes (fig. 7). Nous projetons également à terme de le mettre à la disposition de l’ensemble de la communauté. La base de données, quant à elle, a été utilisée, grâce à un script programmé par Amaury pour l’occasion, pour extraire automatiquement l’index géographique aux normes de l’atlas, en prenant en compte les différentes variantes : voir par exemple la fig. 8 pour un extrait de cet index montrant les différentes occurrences du nom ancien de Zalpa (qui correspond à quatre villes différentes).

Fig. 7 : Extrait du système d’information géographique utilisé pour l’indexation des sites (avec A. Havé).
Fig. 8 : Extrait de l’index géographique (avec A. Havé).
Trouver les lecteurs

Passées les étapes des corrections (bravo à la correctrice des Belles Lettres qui a passé un été 2020 très acribique !), des épreuves et de la fabrication, l’ouvrage enfin paru doit être porté à la connaissance de son public. Pour un ouvrage qui n’entend pas se limiter à un public spécialisé mais qui espère également pouvoir intéresser un plus grand public, l’appui d’une grande maison d’édition comme Les Belles Lettres s’avère fondamental. Ainsi plusieurs opérations ont été menées et sont encore prévues par ses services de communication pour faire connaître cet atlas au plus grand nombre : listes de diffusion par mail ou par les différents réseaux sociaux mais également courtes vidéos de présentation (voir par exemple sur YouTube la playlist de l’atlas proposée par les Belles Lettres), newsletters ou bulletin papier d’information destinés aux libraires. La configuration particulière de la sortie de l’ouvrage en période de confinement sanitaire pour cause de Covid ne facilite pas la tâche de l’éditeur qui doit faire preuve d’imagination pour investir au mieux les réseaux sociaux !

Au total, ce fut un gros et long travail d’équipe pour réaliser ce qui, nous l’espérons, sera un ouvrage de référence que non seulement les spécialistes mais également le grand public trouveront de l’intérêt et du plaisir à consulter.

Bibliographie

Bordreuil P., Briquel-Chatonnet F., Michel C., dir. 2014. Les débuts de l’histoire : civilisations et cultures du Proche-Orient ancien, Paris, Khéops (nouvelle éd. revue et augmentée de Les débuts de l’histoire : le Proche-Orient, de l’invention de l’écriture à la naissance de monothéisme, Paris, La découverte, 2008)

Durand J.-M. 1990. Problèmes d’eau et d’irrigation dans la région de Mari »,in : B. Geyer (dir.), Techniques et pratiques hydro-agricoles en domaine irrigué : approche pluridisciplinaire des modes de culture avant la motorisation en Syrie, actes du colloque (Damas, 27 juin-1er juillet 1987), Paris, Geuthner (Bibliothèque archéologique et historique, 136), p. 101142.

Joannès F. dir. 2001. Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne, Paris, Robert Laffont (Bouquins).

Geyer B., Monchambert J.-Y. 1987. Prospection de la moyenne vallée de l’Euphrate : rapport préliminaire 19821985 »,in : J.-C. Margueron et J.-M. Durand (dir.), MARI : annales de recherches pluridisciplinaires, 5, Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, p. 293344.

Lafont B. 1992. Nuit dramatique à Mari,in :J.-M. Durand (éd.), Florilegium Marianum : recueil d’études en l’honneur de Michel Fleury, Paris, SEPOA (Mémoires de NABU, 1), p. 93105

Sallaberger W., Schrakamp I. dir. 2015. History and Philology, Turnhout, Brepols(Associated Regional Chronologies for the Ancient Near East and Eastern Mediterranean – ARCANE, 3).

Sauvage M. dir. 2020. Atlas historique du Proche-Orient ancien (avec la collaboration de P. Abrahami, D. Agut-Labordère, R. Angevin, J. S. Baldi, E. Baudouin, F. Bocquentin, O. Boivin, F. Bridey, P. Butterlin, C. Castel, B. Chiti, P. Clancier, L. Cousin, J. Cuny, P. Darcque, M. Djabellaoui, X. Faivre, G. Gernez, B. Geyer, B. Gombert, A. Gómez Bach, D. Helmer, M. Jasmin, M. Jean, F. Joannès, C. Kepinski, E. Kodaş, B. Lafont, M. Lebeau, A. Le Brun, C. Lecompte, B. Lion, M. Mashkour, C. Michel, P. de Miroschedji, M. Molist Montaña, A. Mouton, H. Naccaro, A. Paci, C. Paladre, B. Perello, P. Quenet, M. Rede, M. Tengberg, A. Tenu, R. Vallet, J. Vieugué, E. Vila), Beyrouth-Paris, IFPO-Les Belles Lettres. 300 × 375 mm ; 236 pages; 150 cartes et plans de villes. EAN13 : 9782251451138.

L’auteur

Martin Sauvage est ingénieur de recherche au CNRS, archéologue spécialiste du Proche-Orient ancien. Il est membre de l’UMR 7041 Archéologie et sciences de l’Antiquité (ArScAn), équipe Du Village à l’État au Proche et au Moyen-Orient (VEPMO), MSH Mondes, Nanterre.

Pour citer ce billet : Martin Sauvage. L’atlas historique du Proche-Orient ancien : le dessous des cartes, ArchéOrient - Le Blog, 4 décembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15522

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Virginie M. dit :

    je viens juste de le recevoir : un superbe ouvrage, et très utile ! Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search