Paysages et occupation du sol dans le Cap Corse : entre idéal de stabilité et dynamisme territorial

Une île perdue au milieu de la Méditerranée, un espace « montueux et compartimenté » pourvu de « sols médiocres », une terre qui a connu un « dépeuplement rural grave presque général » … Malgré ces qualificatifs peu flatteurs, la Corse est aujourd’hui un territoire qui suscite l’intérêt des géographes, notamment concernant son milieu rural que De Reparaz qualifiait déjà en 1961 de « complexe ». Cette île a en effet été le théâtre de très nombreux bouleversements sociétaux, économiques mais aussi environnementaux. Notre recherche résumée ci-dessous a été l’occasion de retracer, par le biais de l’étude et de la comparaison de territoires côtiers, l’évolution des paysages et de l’occupation du sol sur l’Ile de Beauté, entre le XIXe et le XXIe siècles. Le questionnement auquel cette recherche a tenté de répondre est donc le suivant : Quels changements sont perceptibles sur le milieu, sa morphologie, la répartition de la végétation ? Qu’en est-il des dynamiques de l’agriculture, de l’élevage ou encore de l’urbanisation sur la période considérée ?

Afin de réaliser l’étude, deux portions des finages traditionnels ont été choisies spécifiquement au niveau de la frange côtière de Santa-Maria-di-Lota (Miomo) et de Sisco (sa Marine), deux communes localisées dans la partie la plus au Nord de l’île, c’est-à-dire le Cap Corse (fig.1, 2 et 3). Dès le XXe siècle, les espaces littoraux en Méditerranée sont fortement marqués par un phénomène de littoralisation. L’objectif est ainsi de comprendre la façon dont ce dernier s’est installé sur le territoire cap-corsin, comment il sera amené à évoluer et quels seront ses dynamiques potentielles au cours du XXIe siècle.

Fig. 1 : carte de localisation des communes étudiées (Spaccesi L., 2020)
Fig. 2 : carte de localisation de la zone étudiée au niveau de la Marine de Sisco
(Spaccesi L., 2020)
Fig. 3 : carte de localisation de la zone étudiée au niveau de Miomo (Spaccesi L. , 2020)

Des documents de natures différentes ont donc été mobilisés. La finalité était de parvenir à produire des cartes restituant les états passés du XIXe, XXe et XXIe siècles. Les premières données utilisées, les documents cadastraux napoléoniens (1860), ont été collectés à la fois aux Archives Départementales de Haute-Corse et sur leur site en ligne. L’objectif était de disposer à la fois des feuilles cadastrales des territoires communaux étudiés, comprenant les parcelles localisées dans l’espace et numérotées, et des états de section, c’est-à-dire des registres indiquant à la fois le numéro et la contenance (la nature) de chaque parcelle. Le deuxième type de document, des photographies aériennes, a quant à lui été utilisé pour étudier les XXe et XXIe siècles. Disponibles en téléchargement depuis le site de l’IGN, ces clichés permettent d’observer l’allure du littoral corse en 1948 et 2007.

Cadastre napoléonien et photographies aériennes ont été ensuite traités dans un Système d’Information Géographique (SIG), en utilisant le logiciel QGIS (version 3.14). La première étape consiste en un géoréférencement des cartes cadastrales et clichés aériens, c’est-à-dire à l’attribution de coordonnées géographiques suivant le système français de projection Lambert 93. Des points d’accroche (appelés GCP) sont nécessaires au repositionnement de l’image, soit un document raster, par rapport à des points de repère connus. Les points GCP permettent ensuite au logiciel de géoréférencer l’image à l’aide du processus de géorectification : la déformation de l’image raster originale varie à la fois suivant l’ancienneté du document et le degré de déformation choisi. Pour cette étude, c’est la déformation Helmert qui a été privilégiée car elle est adaptée aux documents anciens. D’une part, elle nécessite peu de points de contrôle, d’autre part elle n’applique que de simples translations, rotations et mises à l’échelle. Le document se retrouve donc relativement peu déformé et devient exploitable géographiquement parlant.

Une fois les cartes et photographies pourvues de coordonnées, la seconde étape du travail sur SIG est de numériser des informations. Concernant le cadastre napoléonien, l’objectif de cette étape est de digitaliser manuellement les parcelles en 1860, à l’aide de polygones (donc des données vectorielles) et de leur rattacher un certain nombre d’informations via leurs numéros respectifs. Ces données (numéros de parcelles et contenance) ont, pour rappel, été relevées dans les états de section. Concernant les photographies aériennes, le travail consistait à générer des espaces correspondant aux grandes « catégories spatiales » observables sur les photographies. Bosquets, zones urbaines, plages… etc., tous ont été représentés également sous la forme de données vectorielles, ce qui rend possible in fine le calcul de superficies. Une fois le travail de numérisation fini, la comparaison des cartes générées pour Miomo et la Marine de Sisco permet de retracer localement l’évolution du paysage et de l’occupation des sols sur près de 150 ans.

Voici ci-dessous un tableau des principaux résultats de l’étude (les superficies étant exprimées en hectares) :

Comme évoqué précédemment, la première partie de l’étude porte sur le XIXe siècle. En 1860, Miomo et Sisco font alors figure de territoires ruraux avec une utilisation agricole sur plus de 90% de leur superficie (fig.4 et 5). Si l’on se place du point de vue des constructions et endroits habités, les espaces étudiés sont extrêmement peu occupés, si ce n’est par des agriculteurs qui exploitent la terre suivant des modes de production que beaucoup considèrent encore aujourd’hui comme archaïques, mais aussi par des marins.

Néanmoins, ces territoires n’en demeurent pas moins rationnels et adaptés aux contraintes imposées par la région, très escarpée et peu propice à une diversité de cultures importante (De Reparaz 1990, 1961). Deux autres éléments sont également à prendre en considération. D’une part, le fait que la mention de « bâtiments ruraux » soit récurrente. D’autre part, le phénomène de déclin des marines cap-corsines à cette époque, phénomène que Poncin avait constaté dans son ouvrage en 1992. Il en donne par ailleurs une définition, celle de petites interfaces maritimes très typiques du Cap Corse et assurant l’import et l’export de marchandises hors de l’île, mais également en son sein : les marines représentent donc, jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’interface commerciale centrale des villages de ce territoire. Si l’on ajoute aux deux informations précédentes le fait que, à cette époque, Miomo et Sisco sont dépourvues de toute route praticable, il devient clair qu’il s’agit de sites marginaux bien souvent désertés.

D’autres éléments relevés dans les états de section laissent pourtant apparaître que Miomo était probablement une localité un peu plus « prisée » par une population assez fortunée, à l’origine des impressionnants palazzi, véritables bâtisses de maîtres témoignant d’une certaine réussite sociale (Poncin 1992). Le cadastre napoléonien a permis également de recenser la nature des différentes parcelles agricoles : entre les diverses parcelles dédiées à l’oléiculture, à la viticulture ou encore à l’agrumiculture, beaucoup de terrains sont alors reconnus comme de simples « terres », des espaces très probablement voués aux labours, permettant de concentrer les cultures dans le fond de vallée et de libérer des espaces en hauteur pour les troupeaux qui y résidaient entre deux périodes de transhumance pastorale (Daligaux 2003 ; De Reparaz 1961 ; Renucci 1970).

Fig.4 : les principaux espaces à la Marine de Sisco en 1860 (Spaccesi L., 2020)
Fig.5 : les principaux espaces à Miomo en 1860 (Spaccesi L., 2020)

La deuxième partie de l’étude a permis de mettre en avant les prémices de ce qui allait constituer le changement le plus radical pour les espaces côtiers méditerranéens (fig. 6 et 7). L’étude des photographies aériennes illustre un phénomène de reconquête végétale sur les deux territoires, ce dernier étant accompagné des débuts de l’expansion urbaine qui s’abattra en Corse quelques années plus tard (Renucci 1962). En 100 ans, le paysage et l’occupation du sol des localités étudiées ont considérablement évolué à la suite d’une diminution considérable des champs sur les deux communes. A Miomo plus particulièrement, les cultures en terrasses sont déjà pour plus de la moitié d’entre-elles enfrichées.  Déprise agricole et rurale sont alors en marche au sein de ces territoires marginaux, néanmoins en passe de multiplier les échanges avec le reste de l’île mais également avec des espaces plus lointains (De Reparaz 1990). En parallèle, des routes et des lignes maritimes se développent. La principale conséquence de cet essor des moyens de communication est une première phase d’ouverture de la Corse vers le reste du monde, ce qui se matérialise par l’arrivée du tourisme de masse sur l’île décrite par des articles datant des années 1960 (Renucci 1962). Les débuts de cette affluence, qui ne cesse d’augmenter, peuvent être perçus par l’augmentation modérée du bâti au niveau des communes étudiées, les constructions étant organisées différemment par rapport au XIXe siècle car davantage massées sur le bord de mer.

Fig.6 : les principaux espaces à la Marine de Sisco en 1948 (Spaccesi L., 2020)
Fig.7 : les principaux espaces à Miomo en 1948 (Spaccesi L., 2020)

La dernière partie de cette recherche (2007) apporte de nouvelles précisions sur le devenir de ces territoires (fig. 8 et 9). Elle démontre non seulement une expansion conséquente de l’espace urbain couplée avec une reconquête végétale du milieu, mais également un étalement des constructions qui vient fragmenter en de nombreux endroits les surfaces forestières et emmaquisées. Ainsi, si certains auteurs comme Renucci (1962) prédisaient dès les années 1960 que la Corse deviendrait une « seconde Côte d’Azur », il faut également tenir compte de l’augmentation significative des espaces arborés sur ce territoire. A cet important développement des zones urbanisées et forestières s’ajoute d’autres problématiques territoriales. Le risque incendie est aujourd’hui au cœur des considérations du Cap Corse : d’une part, l’augmentation de la biomasse favorise les départs de feu, augmentant leur fréquence ; d’autre part, l’implantation d’édifices dispersés au sein de l’espace naturel (phénomène de mitage) accentue les dégâts matériels (Vilain-Carlotti 2017). Les espaces agricoles sont eux aussi sujets à de nombreuses interrogations puisqu’ils apparaissent comme étant drastiquement réduits en 2007, ou bien comme ayant perdu leur fonction initiale. Par exemple, les terrasses de cultures à Miomo ne sont aujourd’hui visibles que sous la forme de jardins ou alors totalement laissées à l’abandon.

Ces données, qui nuancent l’augmentation des superficies de la forêt, permettent de noter par ailleurs l’importance des cartes. Elles mettent en lumière, si l’on ne se réfère qu’aux données statistiques, l’existence de perturbations anthropiques sur le milieu forestier, mais plus largement sur l’espace naturel du Cap Corse. La multiplicité des bâtiments, villas et résidences secondaires porte atteinte, de façon durable, à un patrimoine paysager précieux et unique au monde. Même si de nombreuses lois sont aujourd’hui promulguées pour lutter contre la bétonisation des côtes en France, elles sont contournées à de multiples reprises et donnent lieu à bon nombre de contentieux, certains souhaitant favoriser l’essor touristique des régions, d’autres alertant sur la destruction d’écosystèmes uniques au monde (Daligaux 2003 ; Melot et Paoli 2012).

Fig.8 : les principaux espaces à la Marine de Sisco en 2007 (Spaccesi L., 2020)
Fig.9 : les principaux espaces à Miomo en 2007 (Spaccesi L., 2020)

Cette recherche, bien que focalisée sur la frange littorale de Sisco et de Santa-Maria-di-Lota, permet d’apporter une contribution à l’histoire rurale insulaire. En moins de deux siècles, son espace littoral a subi une véritable métamorphose à tous les niveaux :  que ce soit ses paysages aujourd’hui largement urbanisés et floristiquement très divers, sa mise en valeur agricole qui évolue progressivement vers des modes de production très différents de ceux qui avaient cours au XIXe siècle, son aménagement territorial qui tend à maximiser l’utilisation du bâti déjà construit, etc. Ces rapides évolutions, qui touchent des secteurs pour le moins variés, ne permettent pourtant pas de répondre à la question qui est peut-être la plus importante de toutes : et maintenant, quel avenir pour la Corse ? Que choisir entre développement touristique accru et préservation du milieu naturel ? Sa biodiversité et son paysage constituent un des éléments principaux de l’attractivité de l’île et sont aujourd’hui plus que fragilisés.

Note aux lecteurs : Le travail présenté ci-dessous est extrait des documents ci-dessous :

Spaccesi L., 2020, Évolution des paysages et de l’occupation du sol dans le Cap Corse. Exemples comparés des territoires littoraux de Miomo et de Sisco entre le XIXe et le XXIe siècles, Mémoire de Master 1 de l’Université de Lyon 2 (sous la direction de Nicolas Jacob), 92 p.

Spaccesi L., 2020, Atlas. Production cartographique du mémoire de recherche, Mémoire de Master 1 de l’Université de Lyon 2 (sous la direction de Nicolas Jacob), 30 p.

Bibliographie

Daligaux J. 2003. Urbanisation et environnement sur les littoraux : une analyse spatiale, Rives méditerranéennes, 15, 1-8

De Reparaz A. 1990. La culture en terrasses, expression de la petite paysannerie méditerranéenne traditionnelle, Méditerranée, 71/3. 4, 23-29

De Reparaz A. 1961. Diversité et évolution des structures agraires Corses, Méditerranée, 4, 9-61

Melot R., Paoli J.C. 2012. Espaces protégées, espaces sanctuarisés ? Conflits autour de la loi littoral en Corse, Economie rurale, 332, 60-73

Poncin J. 1992. Paysages bâtis en Corse, Ed. Hexagone Aix-en-Provence, 104 p.

Quezel P., Medail F. 2004. Ecologie et biogéographie des forêts du bassin méditerranéen, Ed. Elsevier Masson, 572 p.

Renucci J. 1970. L’élevage en Corse. Un archaïsme menacé, Revue de géographie de Lyon, 45/4, 357-389

Renucci J. 1962. La Corse et le tourisme, Revue de géographie de Lyon, 37/3, 207-224

Tafani C. 2010. Littoral Corse : entre préservation de la nature été urbanisation, quelle place pour les terres agricoles ?, Méditerranée, 115, 79-91

Vilain-Carlotti P. 2017. Le risque d’incendie de forêt en Corse : de l’approche globale par l’aléa à une approche locale des vulnérabilités, Espace populations sociétés, 2016.3, 1-17

L’auteur

Léa Spaccesi est étudiante en Master 2 Master 1 Géographie / Gestion de l’environnement (GRAINE), Université Lumière – Lyon 2.

Pour citer ce billet : Léa Spaccesi. Paysages et occupation du sol dans le Cap Corse : entre idéal de stabilité et dynamisme territorial, ArchéOrient - Le Blog, 27 novembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15496

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search