Pourquoi les stigmates de taille du silex sont-ils si compliqués à interpréter ?

Le silex a cette faculté de garder inscrits sur ses surfaces les stigmates des actions qu’il a subies. Il est par nature dur et cassant. Sur un gisement de silex, il est fréquent et normal de trouver des fragments et des éclats dus à des chocs dans le sol. Un silex taillé par l’homme porte lui aussi des stigmates (fig. 1), cette fois anthropiques dont la lecture, puis l’interprétation permettent la description des procédés techniques et des méthodes employées. Dès l’origine de la préhistoire en tant que discipline scientifique la question de la reconnaissance de ces stigmates a été posée. D’abord pour distinguer ceux qui relèvent d’actions anthropiques de ceux issus d’actions naturelles. Il s’agissait pour les préhistoriens de prouver que les objets collectés avaient été taillés intentionnellement par l’homme. Ensuite, des travaux pionniers ont démontré que la formation d’un stigmate était influencée par le matériau du percuteur. Les études se sont alors orientées vers la reconnaissance des techniques de taille elles-mêmes. L’idée sous-jacente était que les techniques, au même titre que la typologie lithique, pouvaient apporter des informations d’ordre chrono-culturel. Les percussions sont devenues sujets d’étude.

Après des tâtonnements et les débuts des premiers tests expérimentaux (Coutier L, 1929, 1932), dès 1935, on établit un lien de cause à effet entre la formation des bulbes et l’aspect des talons des lames/éclats et la nature de l’instrument de percussion. On établit ainsi une première classification technologique des bulbes (fig. 2 et 3) : les bulbes provoqués par une percussion sur enclume, les bulbes provoqués par une percussion avec un percuteur en pierre tenu dans la main, et les bulbes provoqués par une percussion avec un percuteur en bois tenu dans la main (Barnes A.S. et Gheynier A., 1935, 290). Les principaux critères d’étude sont définis et des méthodes adéquates se développent. On préconise aussi le recours à des prises de mesure pour rationaliser les études lithiques (Barnes A.S. et Gheynier A., 1935, 292). Le développement de la préhistoire va populariser ce type d’approche. Il serait impensable aujourd’hui de faire une étude lithique sans références chiffrées et sans tenter d’identifier le type de percuteur utilisé.

Fig. 1 : Principaux termes descriptifs des stigmates de taille (Inizan M.-L., Reduron M., Roche H. et Tixier J. 1995, fig. 5, 33)

Dès 1935, il est clairement indiqué que des percuteurs très différents provoquent le même stigmate.

« …Que l’on obtienne des bulbes diffus au moyen d’un bâton de bois, en faisant des « coups-de-poing » ; ou par l’intermédiaire d’un chasse-lames en bois dur, en détachant des lames d’un nucleus prismatique, cela a été́ démontré́ par les admirables travaux de M. Coutier. On peut aussi les obtenir en percutant directement le nucleus ou le rognon avec de l’os, de la corne, du bois de Cerf, ou un marteau de calcaire ou même de métal, etc. Le facteur essentiel pour produire des bulbes diffus, est que l’aire de contact entre le percuteur et le plan de frappe, ne soit pas brisé… »

(Barnes A.S. et Gheynier A., 1935, 290-291).

Ainsi, dès l’origine des études de stigmates de taille, la question de l’ambiguïté de leur interprétation a également été posée. Une ambiguïté omniprésente presque un siècle plus tard.

Fig. 2 : Types d’enlèvements (Barnes A. S. et Gheynier, 1935, 290)
Fig. 3 : Types de Bulbes. — A. Obtenus par percussion à la pierre. B. Obtenus par percussion au bois. C. Clactoniens. Percussion sur enclume ou percussion directe (Barnes A. S. et Gheynier, 1935, 290)
L’expérimentation archéologique

C’est le recours aux expérimentations de taille de silex qui a permis aux premiers auteurs de proposer des classifications des techniques, selon un procédé toujours en vigueur issu des principes de l’expérimentation scientifique – l’observation des stigmates archéologiques puis la tentative répétée de leurs reproductions contrôlées. Cette pratique largement développée depuis a multiplié les référentiels expérimentaux utilisables pour l’interprétation des stigmates archéologiques. Il existe ainsi aujourd’hui pour les débitages par pression un cadre de référentiel performant (Pelegrin J., 2012). Les résultats expérimentaux du début du XXe siècle non jamais été démentis, mais seulement affinés par un raisonnement sur de plus grandes séries expérimentales, sur la prise en compte de nouveaux critères (les ondulations, les esquillements bulbaires, les fractures…), le mode de préparation aux extractions d’éclats/lames et enfin par la découverte de nouveaux modes d’action (débitage par pression ou au levier). On s’accorde aujourd’hui à reconnaître une variabilité de stigmates au sein d’un même débitage et d’une même technique. Une variabilité qui n’est pas toujours expliquée et qui peut recouper d’autres techniques. Ainsi, un débitage au chasse-lame peut développer en plus des stigmates attendus pour cette technique (bulbe parfois marqué, lèvres rares, régularité des nervures avec des ondulations etc. – en fonction des modes opératoires), des caractéristiques proches d’une percussion à la pierre ou de l’utilisation de la pression (fig. 4). C’est dès lors une affaire de statistique et des critères que l’on interprète comme étant pertinents qui apporteront une identification de la technique utilisée. La comparaison avec des objets archéologiques est dès lors des plus complexes. On s’accorde ainsi à dire, que la reconnaissance d’une technique de taille peut être considérée comme acquise ou du moins satisfaisante si un pourcentage de stigmates jugés représentatifs a pu être identifié (un pourcentage qui reste à définir). La variabilité pourtant observée et parfois décrite est plus rarement prise en compte.

Fig. 4 : Principaux stigmates et intentions des 6 grandes techniques de taille. Les paramètres pouvant fortement influencer la formation des stigmates sont la qualité de la matière première, le geste du tailleur, la méthode de taille et les intentions du tailleur (© F. Abbes)
La variabilité des stigmates

Cela nous conduit à examiner la variabilité des stigmates obtenue lors de la taille. C’est elle qui est à décrypter. Pourquoi un débitage expérimental de silex va-t-il générer cette variabilité ? Pourquoi deux débitages expérimentaux issus d’une même technique, vont-ils dans certains cas produire une variabilité différente ? Pourquoi deux débitages expérimentaux aux techniques différentes vont-ils engendrer des stigmates communs ? (Fig. 5) Comment l’incohérence apparente de ces résultats expérimentaux (où l’ensemble des paramètres sont contrôlés) peut-elle nous aider à comprendre des débitages préhistoriques dont les paramètres de réalisation sont inconnus ? Tout le « pari » de l’étude réside là.

Fig. 5 : Talons et lèvres similaires sur une lame produite au chasse-lame (1 et 2) et une lame produite au bois végétal (3 et 4). (© F. Abbes)
Alors que faire ?

Les premières études expérimentales ont indiqué un axe de recherche reposant sur une équation simple ; un stigmate = un type de percuteur. Paradoxalement, l’équation a été posée en soulevant en même temps son approximation. Si ces études avaient posé l’équation différemment, par exemple ; un stigmate = un geste, ou encore un stigmate = une caractéristique de matériaux comme percuteur (élasticité, poids, type de contact avec le nucléus) + un geste, les études auraient évolué nécessairement différemment.

La référence aux gestes et à la gestuelle dans la compréhension de la formation des stigmates est un paramètre essentiel compris par l’ensemble de la communauté des expérimentateurs tailleurs de silex. Une percussion tangentielle proche ou directement sur l’angle de chasse des nucléus génère des stigmates différents d’une percussion exercée plus rentrante dans le nucléus (Abbes F., 2012). Par exemple, dans le premier cas le bulbe sera plus diffus et la formation d’une lèvre favorisée. Dans le second cas, le bulbe sera plus marqué et la lèvre quasiment absente. Une percussion tangentielle peut être appliquée indifféremment aux bois ou à la pierre dite tendre, c’est l’élasticité du percuteur qui est importante (des principes et des termes déjà énoncés en 1932). La position du corps du tailleur et son geste sont des éléments culturels à prendre éminemment en compte dans une étude des techniques.

Un autre élément fondamental dans l’analyse de la variabilité des stigmates passe par une étude des méthodes de taille, des intentions de taille et de l’évolution volumétrique d’un nucléus durant son exploitation. Techniques, méthodes et styles ne peuvent être dissocies (Tixier J., 2012). Chercher à produire des lames graciles à la percussion à la pierre tendre favorisera des petits talons, des ondulations fines sur des bulbes réduits. Inversement le même percuteur en pierre tendre aura des effets différents si l’on recherche à fabriquer des lames à talon épais. De la même manière, l’angle du plan de frappe d’un nucléus peut considérablement évoluer durant le débitage, tout en restant dans la gamme des angles d’attaque possibles avec le même percuteur. Ceci engendre des nuances voire des différences importantes dans la formation des stigmates (Abbes F et Pichon F., à paraître). C’est la méthode de taille, dans les stratégies qu’elle développe, dans les intentions qu’elle vise, qui conditionne de percuter près d’un angle de chasse, ou en retrait de celui-ci. C’est encore l’intention de taille qui va favoriser l’extraction de produits aux caractéristiques précises. C’est en cela que la méthode va influencer aussi la formation des stigmates et générer sa propre variabilité de stigmates. Il faut donc se focaliser sur la variabilité et tenter de l’expliquer, se focaliser aussi sur les stigmates qui ne « collent » pas avec ce qui a déjà été proposé sur la technique pressentie que l’on étudie. Un travail de fond, chronophage qui ne peut avoir sa place que dans une étude spécialement dédiée à ce problème d’identification.

Enfin, la multiplication des expérimentations et des expérimentateurs est indispensable. Pour la prise en compte de la diversité des gestes et des méthodes, et également de leur singularité, il est nécessaire d’avoir recours à des expérimentateurs d’horizon, de formation et de tradition les plus variées possibles : Il faut innover en permanence (Vosges J., 2019). Alors seulement il sera possible de proposer une identification du stigmate

Bibliographie

Abbes F., 2012. Les préhistoriens, les tailleurs et les pierres : rencontre « Pierres tendres (Jalès 1-7 décembre 2012) », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 15 février 2013. [En ligne] http://archeorient.hypotheses.org/518

Abbes F et Pichon F. à paraître (2021). Arrows and archery during the PPNB an experimental approach: points production and use, The international conference on the PPN chipped and ground stone industries of the Near East, University Museum of Tokyo, international symposium 12 – 16 november 2019

Barnes A. S. et Dr. Cheynier A. 1935. Étude sur les techniques de débitage du silex et en particulier des nuclei prismatiques, Bulletin de la Société préhistorique de France32/5, 288-299.

L. Coutier, 1929.  Expériences de taille pour rechercher les anciennes techniques paléolithiques, Bulletin de la Société préhistorique de France 3, 172-174.

L. Coutier L., 1932, Expériences de taille pour rechercher les anciennes techniques paléolithiques, Bulletin de la Société préhistorique de France, 12, pp. 579-582.

Pelegrin, J. 2012. New Experimental Observations for the Characterization of Pressure Blade Production Techniques. in : Desrosiers P. M. (éd.) The Emergence of the pressure blade making. From origin to modern experimentation, pp. 465-500.

Inizan M.-L., Reduron M., Roche H. et Tixier J. 1995, Préhistoire de la pierre taillée. Tome 4: Technologie de la Pierre taillée, Cercle de Recherches et d’Etudes Préhistoriques, Meudon, 199 p.

Tixier J.,  2012, Méthode pour l’étude des outillages lithiques, ArchéoLogiques n° 4, Musée National d’Histoire et d’Art, Luxembourg, Centre National de Recherche Archéologique du Luxembourg.195 p.

Vosges J., 2019, « Débitages expérimentaux par pression à la béquille pectorale, nouvelles perspectives », ArchéOrient-Le Blog (Hypotheses.org), 1 novembre 2019, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/12590

L’auteur

Frédéric Abbes est ingénieur de recherche au CNRS (UMR 5133, Archéorient). Il est spécialiste des technologies lithiques néolithiques et de la néolithisation du Proche-Orient.

Pour citer ce billet : Frederic Abbes. Pourquoi les stigmates de taille du silex sont-ils si compliqués à interpréter ?, ArchéOrient - Le Blog, 20 novembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15479

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search