A propos des premiers Homo sapiens du Proche-Orient, un nouveau regard sur de vieux fossiles

C’est au début du XXe siècle que le préhistorien anglais F. Turville Petre découvre une portion de crâne à Mugharet-el-Zuttiyeh dans le wadi-el-Amud en Palestine qui sera par la suite interprétée comme le plus ancien Homo sapiens au Proche-Orient, au-delà de 200 000 ans. Trois autres sites ont par la suite joué un rôle essentiel dans les scénarios de peuplement du Levant au Paléolithique, à savoir ceux de Tabun et Skhul sur le Mont Carmel au Sud de la ville actuelle de Haïfa et celui de Qafzeh en Basse Galilée à l’Est de la ville de Nazareth (fig. 1). Pendant longtemps, la documentation connue en Europe établissant l’existence de deux lignées, l’une conduisant aux Néanderthaliens, l’autre aux premiers hommes modernes, a considérablement influé sur l’interprétation des données paléoanthropologiques livrées par les fossiles orientaux et sur la conception du scénario de peuplement local. L’enjeu prioritaire pour les chercheurs était de détecter sur les fossiles humains des arguments anatomiques étayant leur attribution phylogénétique à l’un ou l’autre groupe (McCown et Keith 1939, Vandermeersch 1981). 

Fig. 1 : Carte localisant les sites mentionnés dans le texte ayant livré des fossiles humains du Paléolithique (étoile) dont celui de Qafzeh. 

Les découvertes se sont depuis succédé en Israël, dans le Kurdistan Irakien et plus récemment en Syrie. Cependant elles ne renouvellent pas les termes d’une controverse qui opposent les tenants d’un peuplement binaire, Néanderthaliens et premiers hommes modernes (Bar Yosef et Vandermeersch 1991) aux partisans d’une diversité de peuplement local plus large (Arensburg et Tillier 2019). Afin de convaincre du bien-fondé de l’abandon d’un scénario de peuplement fondé sur une simple dichotomie, les chercheurs ne peuvent qu’espérer le renfort d’analyses génétiques ou protéiques performantes venant conforter l’hypothèse d’une diversité humaine propre à la région

Dans ce contexte, s’intéresser à l’histoire individuelle du fossile, en se concentrant sur les indicateurs biologiques de son développement et de son état de santé, s’avère moins frustrant. Chaque individu est considéré comme porteur de sa propre histoire et l’analyse des éléments osseux qui le composent peut révéler des données inédites sur la variabilité normale au sein d’un groupe, mais également sur la présence d’une lésion osseuse ou dentaire dite pathologique qui peut renseigner sur l’état de santé de l’individu concerné. Au-delà d’une observation directe, le recours en paléoanthropologie à l’imagerie médicale avec les outils 2D et 3D issus du numérique permet de corriger virtuellement des déformations post-mortem de certaines pièces osseuses et d’analyser des structures internes inaccessibles avec les méthodes traditionnelles d’étude.

Dans la documentation anthropologique mise au jour à Qafzeh se trouve une sépulture double (fig. 2). Datée de 92 000 ± 5 000 ans avant le présent, elle associe un défunt relevant de la classe d’âge 15-19 ans (Qafzeh 9) et un enfant d’environ 6 ans au moment du décès (Qafzeh 10). Le maintien des connexions anatomiques et l’absence de tout déplacement permettent de privilégier l’hypothèse d’un dépôt simultané dans une fosse de dimensions réduites, le plus jeune sujet reposant aux pieds du plus âgé. Si la question d’un éventuel lien familial entre les 2 défunts ne pourra être résolue qu’avec une analyse paléogénétique (Tillier 2013), l’investigation anthropologique des fossiles contribue à l’interprétation de cette pratique funéraire qui est unique pour le Paléolithique moyen dans son ensemble et le Proche-Orient en particulier. 

Fig. 2 :Relevé de la sépulture double associant Qafzeh 9 (16-18 ans) et 10 (autour de 6 ans). L’espace délimité par les 2 sujets est étroit (145 cm de long et à peine 50 cm de large)

Sur le squelette de Qafzeh 10, l’étude morphoscopique complétée par l’examen radiologique révèle 2 atteintes ayant affecté la croissance de l’enfant. Il s’agit d’abord d’une lésion ostéologique à l’extrémité distale du fémur droit de forme arrondie et aux bords nets, dont le diagnostic est en faveur d’une tumeur bénigne appelée chrondroblastome (Dutour et Tillier 2018). La seconde, plus sérieuse, correspond à la fermeture précoce de la suture coronale du côté droit (crâniosynostose) ayant entraîné une déformation antéro-postérieure du crâne connue sous le nom de plagiocéphalie (Tillier et al. 2004). Ces pathologies crâniennes seraient à l’origine du décès de l’enfant en l’absence de traitement médical approprié.

Dans le cas de Qafzeh 9, c’est l’application de l’imagerie tridimensionnelle qui conduit à l’identification d’atteintes per vitam, c’est-à-dire pendant la vie. En effet la mandibule, qui a subi des atteintes post-mortem, a été reconstruite virtuellement à partir d’images de scans médicaux (fig. 3), ce qui permet une investigation des structures osseuse et dentaire. Deux lésions pathologiques osseuses, l’une intéressant la structure interne de la branche gauche (trace de fibrome non-ossifiant), l’autre sur le processus condylaire droit liée à une articulation temporo- mandibulaire altérée, ont été identifiées ; à cela s’ajoutent 2 types d’atteintes dentaires, représentées par un défaut de formation de la dentine de la 2e molaire permanente droite (fig. 4) et des caries (Coutinho Nogueira et al. 2019). L’ensemble de ces lésions, à l’exception des caries, étaient jusqu’à présent inconnues en Préhistoire; elles sont de nature bénigne et donc la cause du décès de Qafzeh 9 nous reste inconnue. 

Fig. 3 : Reconstruction virtuelle de la mandibule de Qafzeh 9, en vues de face et supérieure
Fig. 4 : La 2ème molaire inférieure droite de Qafzeh 9 en coupe scanner et la reconstruction tridimensionnelle de la lésion (en rouge) affectant la dentine. Il s’agit d’une résorption intracoronaire pré-éruptive

La déformation importante subie par le crâne adulte de Qafzeh 25 au cours de la fossilisation (fig. 5) n’autorise pas actuellement, du point de vue technique, une reconstruction virtuelle. En revanche l’analyse d’une structure interne, le labyrinthe osseux, est possible. Situé dans la partie pétreuse de l’os temporal, le labyrinthe osseux est une structure contenant les organes de l’audition et de l’équilibre. Ce labyrinthe est composé de trois parties, la cochlée, le vestibule et les 3 canaux semi-circulaires. Les caractères morphométriques et la relation réciproque de ces canaux ont été utilisés dans la littérature spécialisée pour distinguer les Néanderthaliens des populations modernes (Spoor et al. 2003). Comme le labyrinthe osseux atteint sa taille adulte avant la naissance, l’analyse conduite sur Qafzeh 25 inclue 9 autres spécimens du site ayant la structure préservée et représentant différentes classes d’âge, constituant ainsi le plus grand échantillon connu au Levant. Cette analyse révèle que Qafzeh 25 (fig. 6), comme tous les individus du site, possède une configuration moderne des trois canaux (Coutinho Nogueira 2019).

Fig. 5 : Photographie du crâne de l’adulte Qafzeh 25 en vue latérale gauche montrant son important aplatissement bilatéral
Fig. 6 : Reconstructions 3D des labyrinthes osseux de Qafzeh 25

Cependant la diversité relevée au sein de l’échantillon affectant la disposition des canaux est inattendue. Elle indique que la rupture biologique entre certains individus de Qafzeh et d’autres fossiles proche-orientaux, parfois considérés Néanderthaliens, n’est pas aussi nette qu’attendue. Un seul fossile proche-oriental, celui de Tabun découvert dans les années 1930, se situe à l’écart de la variabilité exprimée à la fois par les individus de Qafzeh et les Néanderthaliens européens. L’ensemble de ces données suggèrent une diversité biologique affectant, autant les individus d’un même site que ceux issus de différents sites, qui ne peut être occultée pour les premiers Homo sapiens du Levant Méditerranéen. Cette conclusion conforte l’hypothèse d’un peuplement complexe de la région, un corridor entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe.

Références

Arensburg B., Tillier A-m. 2019. What can we learn from the Mousterian Kebara Hominins? In L. Meignen et O. Bar Yosef (dir.), Kebara Cave, Mt Carmel, Israel. The Middle and Upper Paleolithic Archaeology. Part II. American School of Prehistoric Research Bulletin 51, Peabody Museum of Archaeology and Ethnology, Harvard University, 285-308.

Bar Yosef O., Vandermeersch B. 1991. Premiers hommes modernes et Néanderthaliens au Proche-Orient: chronologie et culture, in : J.-J. Hublin et A-m. Tillier (dir.), Aux origines d’Homo sapiens, Nouvelle Encyclopédie Diderot, PUF, Paris, 217-250.

Coutinho Nogueira D. 2019. Paléoimagerie appliquée aux Homo sapiens de Qafzeh (Paléolithique moyen, Levant sud). Variabilité normale et pathologique,Thèse de Doctorat de l’Université PSL Paris, EPHE, Spécialité Systèmes intégrés, environnement et biodiversité.

Coutinho Nogueira D., Dutour O., Coqueugniot H., Tillier, A-m. 2019.  Qafzeh 9 mandible (ca 90–100 kyrs BP, Israel) revisited: µ-CT and 3D revealed new pathological conditions, International Journal of Palaeopathology 26, 104 – 110

Dutour O. et Tillier A-m. 2018.  L’enfant Qafzeh 10 (Israël) daté du Paléolithique moyen et le diagnostic d’un chondroblastome de l’épiphyse fémorale distale. PALEO, 29: 99-105.

McCown T.D. et Keith A. 1939. The Stone Age of Mount Carmel. vol. II,  Clarendon, Oxford,  University Press.

Spoor F., Hublin J., Braun M., Zonneveld F. 2003. The bony labyrinth of Neanderthals. Journal of Human Evolution 44, 141-165

Tillier A-m., Arensburg B., Duday H., Vandermeersch B. 2004. Dental pathology, stressful events and disease in Levantine Early Anatomically Modern Humans: evidence from Qafzeh, in : N. Goren-Inbar,J. D. Speth (dir.), Human Paleoecology in the Levantine Corridor, Oxbow Books, Oxford,  135-148.

Tillier A-m. 2013. L’homme et la mort. L’émergence du geste funéraire durant la Préhistoire (2nd édition), Coll. Biblis, CNRS Éditions, Paris.

Vandermeersch B. 1981. Les hommes fossiles de Qafzeh, CNRS Éditions (Cahiers de Paléoanthropologie), Paris.

Les auteurs

Dany Coutinho Nogueira est docteur en Paléoanthropologie de l’École Pratique des Hautes Études. Ses recherches s’appuient sur l’imagerie médicale bi- et tri-dimensionnelle afin de caractériser la variabilité normale et pathologique des fossiles moustériens du Levant, en particulier ceux de Qafzeh.

Anne-marie Tillier est Directrice de Recherche au CNRS émérite à l’UMR 5199 PACEA de Pessac. Archéo-anthropologue, ses recherches portent sur les origines d’Homo sapiens au Proche-Orient avec des activités sur le terrain successivement dans les sites de Qafzeh, Kebara et Hayonim en Israël.

Pour citer ce billet : Dany Coutinho Nogueira et Anne-marie Tillier. A propos des premiers Homo sapiens du Proche-Orient, un nouveau regard sur de vieux fossiles, ArchéOrient - Le Blog, 13 novembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15462

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search