Geneviève Dollfus, de Djaffarabad à Paléorient en passant par Abu Hamid

Notre collègue et amie, Geneviève Dollfus, s’est éteinte le 29 août 2020 dans sa quatre-vingt-deuxième année au terme d’une très longue maladie. Pendant 15 ans, de 1984 à 1999 elle fut membre d’un des laboratoires de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (l’ancienne UPR 7537 Origine et développements de la sédentarisation au Proche Orient intégrée par la suite dans l’UMR 5133 – Archéorient  : environnements et sociétés de l’Orient ancien), elle a ensuite rejoint le laboratoire ArScAn – Archéologies et Sciences de l’Antiquité (UMR 7041), et la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (devenue depuis MSH Mondes) qui venait de se créer à Nanterre.

Spécialiste de la préhistoire récente du Proche-Orient, passionnée par l’édition scientifique et très investie dans la diffusion de la culture scientifique, Geneviève a toujours montré une très grande ouverture intellectuelle, s’intéressant à toutes les formes d’art et de culture, à toutes les périodes.

Les très nombreux préhistoriens et orientalistes qui l’ont connue, en France comme à l’étranger, se souviendront de sa générosité et de son engagement dans les responsabilités collectives, l’archéologie, le patrimoine et la formation des jeunes, tout particulièrement en Iran et en Jordanie. Geneviève était aussi une amie fidèle, qui aimait recevoir et qui n’hésitait pas à improviser fréquemment des déjeuners chaleureux dans son appartement parisien, au milieu des bouquets de fleurs.

En début de carrière elle participa à des fouilles en Syrie et en Israël mais l’essentiel de sa carrière d’archéologue fut lié à l’Iran et à la Jordanie.

Geneviève et l’Iran

Lorsque Jean Perrot prit la direction des fouilles de Suse après Roman Ghirshman en 1968, il envoya sur place une toute petite équipe, dont les membres travaillaient avec lui en Israël. Geneviève en faisait partie. Très rapidement, à Suse, elle est devenue la seconde de l’équipe, constituée de trentenaires, comme elle (Fig. 1). Son investissement est devenu de plus en plus important lorsque la mission s’est agrandie dans les années suivantes, dépassant à la fin quarante personnes en même temps ou par roulement.

Fig. 1 : L’équipe de fouille de Suse en 1974. Geneviève est debout, contre le mur
(© archives J. Perrot, Nanterre).

L’austérité des murs de briques crues de la maison de fouilles, bâtie par les premiers fouilleurs à la manière d’un château médiéval, et le rythme plus qu’intensif du travail étaient en harmonie avec le sérieux de Geneviève, son sens des responsabilités, son caractère un peu bourru, mais aussi son extrême disponibilité et sa grande générosité. Elle aimait organiser et faciliter la vie des visiteurs à Suse, collègues travaillant dans la région, américains surtout et iraniens, mais aussi des personnages plus « importants », ambassadeurs français ou d’autres pays, curieux d’habiter le « château des Français ». Avec tous, elle était extrêmement accueillante, chaleureuse et curieuse de ce que chacun pouvait apporter.

A partir de 1973, elle a dirigé l’URA 19 du Centre de Recherches archéologiques du CNRS, dénommée Iran-Sud, pour continuer de publier, plus intensément encore après l’interruption des fouilles en Iran en 1979, sous forme de rapports intermédiaires, les résultats des fouilles de Suse dans les Cahiers de la DAFI, collection qu’elle éditait. Elle-même a publié trois volumes sur ses fouilles sur les quinze de la collection (Fig. 2).

Fig. 2 : Publication des fouilles de Tepe Jowi et Tepe Bendebal formant le volume 13 des Cahiers de la DAFI.

Geneviève a conduit un programme extrêmement cohérent de dix campagnes de fouilles, dans le cadre général du programme scientifique ambitieux lancé par Jean Perrot « Établissement de la séquence stratigraphique de Suse » sur 5500 ans d’existence, objectif qui avait peu préoccupé les premiers fouilleurs du 20e siècle et à peine plus le prédécesseur, Roman Ghirshman.

Fig. 3 : A Djaffarabad vers 1971 (© archives J. Perrot, Nanterre).

Sur trois petits tépés (collines archéologiques) à moins de 10 km au nord de Suse, elle a exploré les périodes entre la fin du 6e et le début du 4e millénaire. À Djaffarabad (1969-1974) (Fig. 3), elle a mis en lumière les débuts de l’occupation autour de Suse, les tout premiers siècles du 5e mill., et après une période très peu représentée, une autre période, fin 5e et début du 4e mill., contemporaine de la fondation de Suse. Pour mieux renseigner la phase intermédiaire, elle mena une campagne sur le Tépé Djowi en 1975 où elle obtint la documentation espérée sur cette période. Enfin, pour préciser la liaison chronologique entre les périodes de chacun des deux sites, elle conduisit deux campagnes à Tépé Bendebal.

Ces travaux se déroulaient dans une ambiance de recherche très stimulante pour Geneviève, puisque plusieurs missions américaines travaillaient alors dans la région sur des périodes antérieures, contemporaines et postérieures. Il suffit de mentionner des sites comme Ali Kosh ou Choga Mish et des noms familiers aux archéologues du Proche-Orient, comme Franck Hole, Helen Kantor, Henry Wright ou Gregory Johnson. Dans ce bouillonnement scientifique, elle a apporté une importante contribution sur l’histoire du peuplement et la reconstitution du mode de vie des premiers habitants sédentaires de la Susiane.

Geneviève et la Jordanie  

Après la révolution iranienne de 1979 et l’interruption des fouilles en Susiane, Geneviève revint vers le Levant où elle avait fait ses premières armes en Syrie et en Israël. Elle se consacra alors à l’étude de la transition entre le Néolithique et le Chalcolithique dans la vallée du Jourdain. Pour ce faire, elle lança une grande opération de coopération franco-jordanienne pour fouiller, avec le professeur Zeidan Kafafi et l’université du Yarmouk (Irbid), le site d’Abu Hamid (Fig. 4). Cette opération fut l’occasion de nouer des liens très forts avec ses collègues jordaniens, Abu Hamid devenant un chantier école pilote tant pour les étudiants jordaniens que français. Les travaux de terrains furent effectifs de 1985 à 1992, poursuivis de 1992 à 2007 par de nombreuses missions d’études à l’institut d’archéologie de l’université du Yarmouk. La séquence archéologique mise en évidence permet de mieux comprendre la phase « Chalcolithique » (un terme que Geneviève rejetait, préférant considérer qu’il s’agissait d’un Néolithique final), allant de la fin du VIe millénaire au IVe millénaire, entre la séquence de Munhata sur l’autre rive du Jourdain et Teleilat Ghassoul à proximité de la mer Morte.

Fig. 4 : A Abu Hamid. L’après-midi, après la fouille, Geneviève (au centre) renseigne le journal graphique quotidien tandis que certains fouilleurs terminent des dégagements méticuleux (© archives G. Dollfus, Nanterre).

La qualité des rapports noués sur le terrain a renforcé sa conviction acquise en Iran de l’importance d’œuvrer à la connaissance et à la promotion du patrimoine, avec un respect presque tatillon de la culture et des mentalités locales, tenant à ce que les membres de la mission ne fassent pas d’impair, ne froissent pas les susceptibilités par ignorance des mœurs, coutumes et croyances locales. Le premier point s’est très clairement exprimé à travers les diverses expositions qu’elle pilota ou auxquelles elle participa activement, que ce soit en Jordanie à Amman et à Irbid (Fig. 5, 6), ou à Paris au musée du Luxembourg en 1986 (La Voie royale : 9000 ans d’art au royaume de Jordanie) et à l’Institut du Monde Arabe en 1997 (Jordanie dans les pas des archéologues). Refusant de ne s’adresser qu’au cercle restreint des collègues spécialistes, elle veilla à toujours se rendre claire et compréhensible pour son auditoire. Elle donna ainsi de nombreuses conférences sur les avancées des travaux et elle accueillit régulièrement des classes venues de l’école française à Amman ou des écoles jordaniennes, montrant une patience sans limite pour rendre vivante la reconstitution de la vie à Abu Hamid.

Fig. 5 : Geneviève et la reine Nour de Jordanie lors de l’inauguration de l’exposition « Abu Hamid, un village du 4e millénaire de la vallée du Jourdain » au Département des Antiquités de Jordanie à Amman (septembre 1988)(© archives G. Dollfus, Nanterre).
Fig. 6 : Catalogue bilingue de l’exposition « Abu Hamid, un village du 4e millénaire de la vallée du Jourdain »

En collaboration avec Louise Desrochers, la dessinatrice de la mission, elle publia en 1990 à l’attention des enfants un ouvrage dessiné très didactique (Fouilles dans la vallée) expliquant le travail des archéologues sur le terrain et au laboratoire (Fig. 7). De même elle organisa régulièrement la visite du site pour des officiels tant français (ambassadeurs successifs…) que jordaniens, se montrant toujours disponible pour leur présenter la fouille et le matériel mis au jour.

Fig. 7 : Couverture de Fouilles dans la vallée. L’intérêt personnel de Geneviève à la fois pour la vulgarisation à destination des enfants et pour le dessin est à l’origine de ce livre pour enfants, illustré de dessins de L. Desrochers. L’ouvrage a rapidement été traduit en arabe et distribué dans toutes les écoles de Jordanie à des fins pédagogiques.

Très sensible à la nécessité de contribuer à la formation des jeunes chercheurs, quelle que soit leur nationalité, elle organisa des séjours d’enseignants et de chercheurs français à l’université du Yarmouk (Jordanie) et de chercheurs jordaniens en France, obtenant du ministère des Affaires étrangères des bourses doctorales pour des étudiants jordaniens. Elle organisa également des formations spécifiques en Jordanie comme, par exemple, un stage d’anthropologie biologique à l’Université du Yarmouk en 1995 (Fig. 8). En Jordanie comme en France, Geneviève a montré une patience à toutes épreuves pour aider les étudiants, restant toujours disponible pour leur ouvrir sa bibliothèque personnelle ou son bureau parisien. Exigeante vis à vis des autres comme vis à vis d’elle-même, elle a aidé de nombreux jeunes à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Fig. 8 : Les participants au stage d’anthropologie biologique organisé à l’Université du Yarmouk, en collaboration avec l’Université de Bordeaux. Au centre, une partie des enseignants, de gauche à droite : Anne-Marie Tillier (Bordeaux), Mahmoud El-Najjar (Irbid) et Bernard Vandermeersch (Bordeaux)
(© Institut d’Archéologie de l’Université du Yarmouk).
Geneviève et l’édition scientifique

Travailleuse infatigable, parallèlement à ses propres recherches, Geneviève a consacré une part importante de son activité à l’édition scientifique. Elle a ainsi été en charge de la publication des Cahiers de la Délégation archéologique française en Iran (15 tomes parus), des Mémoires et travaux du centre de recherche français de Jérusalem (volumes 1 à 5) et des Cahiers du centre de recherche français de Jérusalem (deux volumes).

Fig. 9 : Les couvertures successives de la revue Paléorient.

Geneviève a surtout été, pendant de nombreuses années, l’âme de la revue Paléorient (Fig. 9). Lancée en 1973 par Jean Perrot et Bernard Vandermeersch, cette revue consacrée à la préhistoire et à la protohistoire de l’Asie du Sud-Ouest (étendue par la suite au Bronze ancien et à l’Asie centrale), dont l’un des objectifs est de dépasser les barrières disciplinaires et géopolitiques, a été accueillie avec enthousiasme par la communauté scientifique et est devenue, dès son troisième numéro, une revue propre du CNRS. Avec Monique Lechevallier, Geneviève en a assuré dès l’origine le secrétariat de rédaction. En 1994, elle a succédé à J. Perrot et B. Vandermeersch en tant que responsable de la revue, charge qu’elle a assumée jusqu’en 2004 – assistée durant un temps par M. Lechevallier – et dans laquelle elle s’est investie d’une manière exceptionnelle, avec une énergie et un enthousiasme hors du commun. A titre d’exemple, évoquons les innombrables actions de diffusion qu’elle a conduites auprès des collègues et institutions étrangères ou encore la création de la bibliographie générale, préfiguration des bases de données. Paléorient, revue internationale de référence dans les champs de recherche qu’elle couvre, se caractérise par son esprit résolument interdisciplinaire et facilite les contacts et l’échange des idées entre archéologues du Proche-Orient et de l’Asie centrale, quelle que soit leur spécialité (lithiciens, céramologues, archéomètres, archéozoologues, archéobotanistes, anthropologues biologistes…). Ouverte aux spécialistes du monde entier, sous l’impulsion de Geneviève, la revue Paléorient a toujours visé l’excellence scientifique. C’est peu dire que Geneviève a consacré une très grande part de son énergie, de sa passion à Paléorient qui aura été, si l’on peut dire son émanation, son enfant.

Directrice de recherche au CNRS, Geneviève avait reçu en 1999 la médaille d’argent du CNRS pour l’ensemble de son œuvre.

On ne saurait oublier ses centres d’intérêts plus personnels pour les arts en général, pour l’aquarelle, pour son jardin en Normandie (Fig. 10) et, plus généralement, pour les fleurs qu’elle aimait tant.

Fig. 10 : Geneviève dans son jardin
(Photo famille de G. Dollfus)

Archéologue qui a marqué tous ceux qui ont travaillé avec elle ou qui l’ont simplement côtoyée, personnalité peu commune, amie fidèle et particulièrement généreuse, Geneviève restera dans nos mémoires.

Les auteurs

Rémy Boucharlat et Eric Coqueugniot sont directeurs de recherche honoraires au CNRS, membres de l’UMR 5133 Archéorient. Rémy est archéologue, spécialiste de l’Iran et a été membre de la mission de Suse, Eric est archéologue, spécialiste de la préhistoire récente en Syrie et Jordanie et a été directeur de Paléorient de 2004 à 2012.

Françoise Le Mort, directrice de recherche au CNRS, est elle aussi membre de l’UMR 5133 Archéorient  et directrice de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux à Lyon.

Pour citer ce billet : Rémy Boucharlat, Eric Coqueugniot et Françoise Le Mort. Geneviève Dollfus, de Djaffarabad à Paléorient en passant par Abu Hamid, ArchéOrient - Le Blog, 6 novembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15428

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Das danielle dit :

    Très bien fait, très vivant …
    Cela laisse l’image de ce qu’elle était, très vivante .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search