‘Atlit : exploration d’un vaste cimetière du royaume latin de Jérusalem (XIIIe s.)

Un cimetière près de Château-Pèlerin découvert dans les années 30

A une quinzaine de kilomètres au sud de Haïfa, se trouve le plus grand espace funéraire conservé de l’Orient Latin, le cimetière médiéval d’Atlit. Ce lieu d’inhumation est implanté au pied du Château-Pèlerin, édifice bâti entre 1217 et 1218, durant la cinquième croisade. Le château, confié à l’ordre des Templiers, participait à la protection des voies terrestres littorales du royaume latin de Jérusalem, permettant notamment aux pèlerins d’aller du port d’Acre à Jérusalem (fig. 1). Après la prise d’Acre en mai 1291 par les Mamelouks, qui met fin au royaume latin de Jérusalem, la place forte reste l’une des toutes dernières occupations latines de la région et elle est évacuée le 14 août 1291.

Fig. 1 : Situation géographique du Château-Pèlerin (Mission archéologique cimetière ‘Atlit).

La position stratégique de ce château et la durée de son occupation ont suscité dès le XIXe siècle un intérêt pour ses vestiges archéologiques. Dans les années 1930, sous le mandat britannique, une série de fouilles est menée sur le Château-Pèlerin et ses alentours pour documenter son implantation. Outre la mise au jour des témoignages d’un bourg fortifié, les fouilles dirigées par C. N. Johns ont conduit à la découverte, à 200 mètres à l’extérieur des remparts, d’un vaste espace funéraire s’étendant sur une superficie de 7500 m² (Johns 1997). La fouille réalisée entre avril et juillet 1934 a permis d’observer l’enceinte d’un cimetière, de dégager des marqueurs de tombe encore en place (des dalles et majoritairement des ensembles de blocs à l’origine enduits) et également de découvrir plusieurs inhumations sans élément de signalisation au sol. Le site n’a alors fait l’objet que d’une fouille de surface et a ensuite été partiellement remblayé et restauré. C. N. Johns décompte plus de 1700 tombes à la fin des travaux de restauration. Les modes d’inhumation observés témoignent de sépultures chrétiennes, plusieurs dalles étant marquées par des croix (Johns 1997). Quelques monnaies et surtout de la céramique très caractéristique sont datées du XIIIe siècle et confirment la contemporanéité de l’espace funéraire avec le château (Johns 1997, Metcalf et al. 1999). Par sa taille et son état de conservation, ce cimetière est un exemple exceptionnel illustrant les pratiques funéraires de l’Orient latin. Si différents cimetières de la période des Croisades sont connus au Proche-Orient, celui d’Atlit se distingue en raison de sa conservation, de la connaissance de son environnement et de sa probable courte durée d’occupation entre 1217 et 1291.

Un espace funéraire à redécouvrir

Depuis sa découverte en 1934, cet espace funéraire n’avait pourtant jamais fait l’objet d’une étude archéologique approfondie. Les analyses se sont principalement limitées à l’étude des rares archives de fouilles qui n’avaient pas disparu (Thompson 2006). Par ailleurs, la proximité avec la mer et les aléas climatiques ont provoqué une détérioration importante et irrémédiable du site depuis 80 ans. La zone nord-ouest du cimetière a été détruite par l’érosion et chaque année, les tempêtes hivernales endommagent les vestiges archéologiques. Il était donc urgent d’engager une analyse précise du site avant que sa destruction ne s’accentue. L’étude de ce cimetière s’intégrait parfaitement dans l’important renouveau actuel de l’archéologie de l’Orient latin (Boas 1999, Shotten-Hallel et Weetch 2021) dans lequel s’investit le Centre de Recherche Français à Jérusalem (UMIFRE 7 – USR 3132). Les pratiques funéraires dans ce contexte sont encore très peu documentées (Gleize 2021). Outre l’analyse des modes d’inhumation et de l’identité des inhumés, d’autres questionnements méritaient d’être approfondis à ‘Atlit, notamment la période d’utilisation du cimetière car si ce site n’a fonctionné réellement que 80 ans, soit la période d’occupation du Château-Pèlerin, pourquoi renferme-t-il autant de tombes, pourquoi comprend-il une densité d’inhumations aussi importante ?

Fig. 2 : Plan du cimetière médiéval d’Atlit avec la position des trois secteurs de fouille (Mission archéologique cimetière ‘Atlit).

Après une première mission d’expertise, des sondages archéologiques ont été entrepris à partir de 2015 sur trois zones distinctes du cimetière (fig. 2), grâce à l’obtention d’une autorisation de fouilles délivrée par l’Israel Antiquities Authority. Ces fouilles ont reçu le soutien du CRFJ, de l’UMR 5199 PACEA-Université de Bordeaux et de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives. Après trois courtes campagnes de fouilles (Gleize et al. 2018, Gleize et Dorso 2019), un programme quadriennal soutenu par le MEAE (2018-2021) a permis de concentrer les travaux de fouilles sur les secteurs 1 et 2, d’étudier le mobilier et d’élargir la réflexion sur l’ensemble du cimetière. En parallèle des opérations de fouilles, un travail a été entrepris sur la documentation ancienne et les éléments archéologiques visibles en surface (marqueurs de tombe, enceinte) sur tout le site. Une meilleure compréhension de l’environnement proche du cimetière est enfin possible grâce aux collaborations avec les projets développés actuellement sur le château.

Nouveaux résultats archéologiques : restaurations et pratiques funéraires

Un des premiers résultats importants de l’exploration du cimetière concerne tout d’abord les transformations durant le mandat britannique. Nous avons pu mettre en évidence en croisant la documentation des années 30 et les résultats des fouilles récentes que la physionomie actuelle du site a été influencée par la restauration de nombreuses structures en 1934. Le mur d’enceinte a été rebâti et la signalisation de certaines sépultures a été transformé, voire entièrement créé. Lors des travaux de restauration, certains marqueurs de tombe ont été recouverts d’un nouvel enduit et des alignements de blocs ont été disposés à la surface des tombes découvertes sans signalisation en 1934. Ces reconstitutions ont principalement affecté la partie nord-ouest du cimetière où se trouve le secteur 3. Par ailleurs, cette zone, la plus proche de la mer, est celle qui a subi le plus de dégradations liées à l’érosion (Gleize sous presse). La suite de nos observations s’est donc concentrée sur les secteurs 1 et 2, mieux préservés.

Une autre donnée nouvelle se rapporte au nombre des inhumations. Ainsi le décompte réalisé par C. N. Johns a nettement sous-évalué l’effectif total des inhumés. Les fouilles récentes ont mis en évidence un nombre élevé d’inhumations non marquées en surface, de nombreux recoupements de tombes ainsi que de la présence de nombreux ossements en position secondaire. S’il n’est pas possible de proposer une estimation précise, ces éléments permettent cependant de supposer un effectif de plusieurs milliers d’inhumations. Cette constatation est d’autant plus essentielle que les arguments archéologiques disponibles pour l’instant confirment une utilisation du cimetière seulement durant le XIIIe siècle. Au vu de sa taille, le cimetière n’a pas uniquement accueilli les défunts du Château-Pèlerin et de son bourg.

Fig. 3 : Vue zénithale du secteur 2 (Mission archéologique cimetière ‘Atlit).

La fouille des sépultures a par ailleurs apporté des données inédites sur les modes d’inhumation puisque, jusqu’alors, les observations étaient limitées aux marqueurs des tombes et à des inhumations dégagées rapidement. Toutes les sépultures fouillées au cours des cinq campagnes contiennent un défunt en dépôt primaire (fig. 3). Nous avons pu proposer, à partir des tombes fouillées, une première typologie comprenant une majorité de fosses fermées par des couvertures en bois, dans lesquelles le corps est directement déposé et plus rarement des coffrages en pierre, en bois et des cercueils en bois. Le mobilier en place se limite à une ferrure de bâton de pèlerin et quelques éléments de parure (croix en nacre, épingle en alliage cuivreux, boutons). Des céramiques datées du XIIIe siècle se retrouvent brisées et incomplètes dans le comblement de plusieurs tombes (fig. 4). Ces vestiges témoigneraient de l’utilisation de vaisselles lors des funérailles et des cérémonies commémoratives (Gleize sous presse). La diversité des pratiques funéraires et la taille du cimetière interrogent ainsi sur l’identité des défunts et sur l’existence de distinctions spatiales au sein de l’espace funéraire.

Fig. 4 : Exemple de bol en céramique découvert dans le comblement d’une sépulture (Mission archéologique cimetière ‘Atlit).
Des zones d’inhumation réservées ?

Le cimetière, situé à l’extérieur du bourg, n’a pas été constitué autour d’un édifice de culte qui aurait pu influencer son organisation interne. Cependant la répartition des tombes au sein du cimetière n’apparaît pas comme homogène. Les marqueurs de surface médiévaux montrent une certaine diversité (dalles monumentales, radiers enduits…) et ne sont pas répartis de façon uniforme dans le cimetière. Ainsi la zone sud-est où se trouve le secteur 1 présente une très forte densité de marqueurs funéraires enduits constitués de blocs de pierre alors que la zone nord-est, autour du secteur 2, a une densité plus faible et renferme les tombes les plus monumentales (fig. 2 et 3). Bien que les zones fouillées correspondent à moins de 1% de la surface du cimetière, d’autres distinctions entre ces deux secteurs ont été mises en évidence (Gleize sous presse). Le secteur 1 contient également une densité très importante d’inhumations qui se traduit par de nombreux recoupements et des vidanges de sépultures. Il regroupe à la fois des défunts immatures et des adultes des deux sexes. Enfin, la majorité de la céramique médiévale a été découverte lors de la fouille de ce secteur. Le secteur 2, quant à lui, se démarque par une densité d’inhumations moindre et la présence quasiment exclusive de sujets adultes masculins et de jeunes enfants. Cette sélection et la présence de tombes monumentales pourraient traduire l’existence d’une zone funéraire réservée à des sujets au statut social élevé. La proportion des témoignages de décès liés à des combats est également plus nombreuse dans le secteur 2. Dans le contexte du Château-Pèlerin, l’hypothèse d’une zone en partie réservée à des moines soldats pourrait aussi être soutenue. A l’opposé du cimetière, le secteur 1 semble avoir connu une utilisation très intense pour une population qui semble a priori non sélectionnée, employant des récipients en céramique lors des funérailles ou des commémorations, peut-être pour des repas. En cela, elle se rapproche des traditions médiévales observées à Chypre et dans le monde byzantin. Ces gestes posent la question de l’identité des défunts et de leur lien avec les pratiques funéraires. Toutefois la présence de certains marqueurs de surface de même type dans les deux zones étudiées et l’utilisation, bien que rare, de céramiques dans le secteur 2 montrent qu’il faut se garder d’avoir une vision trop binaire.

Perspectives

Ces premiers résultats très encourageants ne permettent pas encore de comprendre parfaitement l’organisation des différentes zones du cimetière. La période de confinement liée à la pandémie de Covid ne nous a pas permis de finir la fouille du secteur 1, programmée au printemps 2020. Il sera nécessaire de poursuivre l’exploration des deux zones, pour vérifier si les distinctions au niveau des pratiques funéraires et de la sélection des défunts se confirment. En parallèle, les premiers tests montrent une bonne conservation de l’ADN ancien. Il sera donc possible de poursuivre des analyses paléogénétiques et de lancer des études isotopiques afin de croiser leurs résultats avec les données archéo-anthropologiques et ainsi discuter l’identité des sujets inhumés dans les deux secteurs fouillés.

Bibliographie :

Boas A. J. 1999. Crusader Archaeology. The Material Culture of the Latin East, London, Routledge.

Gleize Y. Sous presse. The Medieval Cemetery of ‘Atlit: Historiography and New Archaeological Data (2014-2019), in: J. Bronstein, G. Fishhof, V. Shotten-Hallel (éds), Settlement and Crusade in the 13th Century: Multidisciplinary Studies of the Latin East, London, Routledge.

— 2021. Archaeothanatology, Burials and Cemeteries: perspectives for Crusader Archaeology, in: V. Shotten-Hallel, R. Weetch (éds) Crusading and Archaeology: Some Archaeological Approaches to the Crusades, London, Routledge, 284-299.

Gleize Y., Dorso S. 2019. ‘Atlit, Crusader Cemetery, Preliminary report, Hadashot Arkheologiyot, 131, [En ligne] http://www.hadashot-esi.org.il/Report_Detail_Eng.aspx?id=25609&mag_id=127.

Gleize Y., Vivas M., Dorso S., Castex D. 2018. Le cimetière d’Atlit, un espace des morts au pied de Château-Pèlerin (royaume latin de Jérusalem – XIIIe s.), in : Les vivants et les morts. Actes du colloque de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 187-204. [En ligne] https://books.openedition.org/psorbonne/53803?lang=fr.

Johns C. N. 1997. Pilgrims’ Castle (‘Atlit), David’s Tower (Jerusalem) and Qal’at Ar-Rabat (‘Ajlun). Three Middle Eastern Castles from the Time of the Crusades, Aldershot, Ashgate.

Metcalf D., Kool R., Berman A. 1999. Coins from the excavations at ‘Atlit, ‘Atiqot 37, 89-164.

Shotten-Hallel V., Weetch R. (éds) 2021. Crusading and Archaeology: Some Archaeological Approaches to the Crusades, London, Routledge.

Thompson J. 2006. Death and burial in the Latin East: a study of the Crusader Cemetery at ‘Atlit, Israel. Thèse de doctorat, Cardiff University.

L’auteur

Yves Gleize est archéo-anthropologue. Il est actuellement chercheur contractuel au CNRS dans le cadre du projet ANR EthioChrisProcess (UMR 8167 Orient et Méditerranée). Il est responsable de la mission archéologique du cimetière médiéval à ’Atlit.

Pour citer ce billet : Yves Gleize. ‘Atlit : exploration d’un vaste cimetière du royaume latin de Jérusalem (XIIIe s.), ArchéOrient - Le Blog, 30 octobre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15408

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search