Les parures dans les tombes du IVe millénaire à Byblos (Liban)

Byblos est situé à 40 Km au nord de Beyrouth sur la côte libanaise et occupe un promontoire rocheux d’une trentaine de mètre de hauteur. Au cours du IVe millénaire, le site de Byblos est un vaste ensemble funéraire (2,65 hectares). Il est caractérisé par un mode d’inhumation dans des jarres (2097 tombes et 2059 jarres ont été inventoriées) et par un matériel archéologique exceptionnellement riche et varié provenant en majorité du contexte funéraire, avec 3652 objets en céramique, en métal, en pierre et en os (Fig. 1, 2, 3a et 3b).

Fig. 1 : Le promontoire rocheux de Byblos (© Gassia Artin).
Fig.2 : L’ensemble funéraire du site de Byblos (Clichés archives du « Fonds Dunand »)
Fig 3 a
Fig 3 b

Fig. 3 (a et b) : Jarre funéraire in situ sur le site de Byblos (Tombe n° 340)
(Clichés archives du « Fonds Dunand »).

Les éléments de parure, qui regroupent les perles, les pendeloques/pendentifs et les bandeaux, représentent à eux seuls 35% du mobilier funéraire : les tombes de la nécropole ont ainsi livré 1271 éléments de parure en argent, en calcaire, en cornaline, en terre cuite, en os, en ivoire, en coquillage et en obsidienne répartis dans 225 tombes (Artin, 2009) (Fig. 4a, 4b et 4c).

Fig. 4 (a, b et c) : Quelques exemples d’éléments de parure retrouvés dans les jarres funéraires sur le site de Byblos (a-perles, b-pendeloques / pendentifs et c-bandeaux) (Clichés archives du « Fonds Dunand »).

Cette découverte d’un grand nombre d’éléments de parure exclusivement dans un contexte funéraire sur le site de Byblos, permet d’appréhender la complexité des sociétés de la période chalcolithique.

Elle nous offre deux types d’informations. D’une part elle informe sur le mode de vie et l’organisation sociale ainsi que sur le statut des individus et leur position hiérarchique (âge, sexe, statut social, groupe d’affiliation). D’autre part, elle nous permet de comprendre les changements technologiques (techniques de fabrication des perles par exemple) et nous renseigne sur l’établissement d’un réseau social, via les échanges commerciaux et culturels.

L’exploitation de l’importante documentation des archives du « Fonds Maurice Dunand » (Maurice Dunand a  fouillé le site de Byblos de 1925 à 1973) et l’étude en cours du matériel archéologique, déposé aujourd’hui dans les réserves du Musée National de Beyrouth à la Direction Générale des Antiquités libanaise (inventaire en cours) et dans les dépôts de l’Institut de Préhistoire Orientale de Jalès, en France (137 perles y ont été répertoriées), nous permet aujourd’hui de présenter une première série de résultats.

D’après les données disponibles, on retrouve dans les tombes de Byblos : 

  • Des perles de formes et de matériaux variés : discoïdes, cylindriques, ellipsoïdales/fusiformes. Près des trois quarts (70%) ont été fabriquées en cornaline, en calcaire, en argent, en terre cuite et exceptionnellement en stéatite, hématite, en cristal de roche et en obsidienne (Fig. 5a, 5b, 5c et 5d). L’argent est utilisé pour la fabrication des perles des formes les plus élaborées qui ne constituent que 17 % de l’ensemble. Celles qui sont fabriquées en os et en ivoire représentent 7 %, alors que les coquillages (les dentalia inclus) ne totalisent que 5 %. Plus étonnamment, des coquilles d’oeufs d’autruche ont été aussi retrouvées dans quatre jarres funéraires (les tombes 272, 390, 1546 et 1960), laissant suggérer l’existence d’échanges avec d’autres régions (Fig. 6a et 6b). En effet, l’autruche a joué un rôle notable dans les cultures matérielles d’Afrique et du Proche-Orient, par ses œufs utilisés comme récipients et comme source de matière première pour la fabrication d’éléments de parure.
Fig 5. a
Fig. 5 b
Fig. 5c
Fig. 5d

Fig. 5  (a, b, c et d) : Perles retrouvées dans les jarres funéraires sur le site de Byblos
(Clichés archives du « Fonds Dunand »).

Fig. 6 (a et b) : « Coquille d’autruche » découverte dans la Tombe n° 1960 sur le site de Byblos (Clichés archives du « Fonds Dunand »).

  • Les pendeloques/pendentifs sont rares et ne représentent que 4 % du nombre total des ornements trouvés dans les jarres. Ces pièces sont de forme triangulaire, rectangulaire ou ovalaire. La matière première la plus commune reste la pierre (basalte, calcaire) et, en second lieu, l’os (Fig. 7).
Fig. 7 : Les « pendeloques » retrouvées dans la tombe n° 1106 sur le site de Byblos (Clichés archives du « Fonds Dunand »)
  • Les bandeaux enfin ne représentent que 2 % du nombre total des éléments de parure. 23 sont en argent et un en cuivre (Fig. 8).

La plupart des matériaux utilisés par les éléments de parure existent localement, alors que d’autres ont été importés comme le basalte, l’obsidienne, la cornaline, l’hématite, la stéatite, les œufs d’autruche, l’ivoire d’hippopotame et des coquillages spécifiques, l’or et probablement l’argent, ainsi que le bronze.

Fig. 8 :  Les « bandeaux » retrouvés sur le site de Byblos (Clichés archives du « Fonds Dunand »).

La présence de ces matériaux est sans doute liée à des activités commerciales ; les sources de matière première les plus proches sont la vallée de la Béqaa, la Palestine, l’Égypte et l’Anatolie.

Il faut aussi noter qu’aucun atelier n’a été identifié, à ce jour, lors des fouilles du site de Byblos, contrairement à d’autres sites contemporains levantins (par exemple, les fouilles de Beersheba dans le Néguev ont montré l’existence d’ateliers spécialisés dans le travail de l’ivoire), ce qui suggère qu’un commerce portant sur les objets manufacturés existait peut-être aussi, reflétant ainsi un transfert technologique et une interaction culturelle.

Il faut souligner qu’un système sophistiqué de relations commerciales s’est mis en place au cours du IVe millénaire, dans lequel les éléments de parure ont souvent joué un rôle important. L’absence de matière première dans la région a encouragé le développement des réseaux d’activités commerciales et a conduit à des échanges d’artefacts.

Les sites levantins du IVe millénaire, connus à ce jour, reflètent des spécificités économiques, culturelles, cultuelles, défensives ou sociales. Dans l’état actuel de nos connaissances, nous pouvons affirmer qu’il y a eu non seulement des « échanges » de matériaux, d’objets travaillés et d’outils entre Byblos et d’autres sites côtiers comme avec l’arrière-pays, mais aussi un transfert technologique et culturel, sans toutefois apporter de réponses concrètes, en raison du manque d’analyses. Actuellement, notre compréhension du mobilier archéologique représenté par les éléments de parure du début de la période épipaléolithique jusqu’à la fin de la période chalcolithique au Liban n’est encore que superficielle. Les études publiées sur le Proche-Orient à ce jour concernent d’autres régions que le Liban ou d’autres périodes que le Chalcolithique (Wright and Garrard 2003; Bar Yosef Mayer 2013; Alarashi 2014). Ainsi de nombreuses interrogations subsistent.

Il s’agira donc d’étudier l’évolution de ces objets depuis le début de la période épipaléolithique (derniers chasseurs-cueilleurs) jusqu’à la fin de la période chalcolithique (IVe millénaire, début de l’urbanisation) et de retracer leur chaîne opératoire. Cette recherche devra être complétée par l’étude de matériel libanais inédit, provenant notamment des fouilles de Beyrouth, de Sidon-College site, du site de Tabarja  sur la côte libanaise etc.

Cette étude exhaustive et complète du matériel permettra alors d’analyser le mode de vie des groupes humains qui ont peuplé le Liban entre ces deux périodes. Nous aurons ainsi une meilleure connaissance des aspects « culturels » de ces populations, entre autres les prémices et les débuts du développement des techniques d’utilisation des éléments de parure et de leurs matières premières (os, coquillage, pierre). Une analyse de leurs zones de production, de leur contexte d’utilisation, des questions de spécialisation des artisans, des sphères d’échange offrira une plus grande connaissance de cette région de la Préhistoire jusqu’à la période du Bronze Ancien.

Bibliographie

Alarashi H. 2014. La parure épipaléolithique et néolithique de la Syrie (12e au 7e millénaire avant J.-C.) : Techniques et usages, échanges et identités, doctorat, Université Lumière-Lyon 2, France.

Artin G. 2018. The Chalcolithic Period on the Lebanese Coast, Annalen des Naturhistorischen Museums in Wien, Serie A 12, 5-18.

Artin G. 2009. La « nécropole énéolithique » de Byblos : nouvelles interprétations, B.A.R. International Series 1993, Oxford, Archaeopress.

Bar-Yosef Mayer D.E. 2013. Towards a typology of stone beads in the Neolithic Levant, Journal of Field Archaeology 38, 129-142.

Beck H. C. 1928. Classification and Nomenclature of Beads and Pendants, Oxford.

Wright K., Garrard A. 2003. Social identities and the expansion of stone beadmaking in the Neolithic Western Asia: New evidence from Jordan, Antiquity 77, 267-284.

Wright K. etal. 2008. Stone Bead Technologies and Early Craft Specialization; Insights from Two Neolithic Sites in Eastern Jordan, Levant, 40/2, 131-165.

L’auteur

Gassia Artin est archéologue, chercheur associé au laboratoire UMR 5133-Archéorient du CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Gassia Artin. Les parures dans les tombes du IVe millénaire à Byblos (Liban), ArchéOrient - Le Blog, 9 octobre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15277

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search