Une tradition urbanistique inédite de la « culture Ninivite 5 », à Bash Tapa (Kurdistan irakien)

Plusieurs relations de campagnes militaires des périodes paléo-babylonienne ou assyrienne signalent l’importance de la plaine d’Erbil (Kurdistan irakien) sur l’échiquier mésopotamien, notamment comme axe de circulation nord-sud. L’attractivité de la région est confirmée par le nombre élevé de sites archéologiques. La première carte archéologique dressée par le service des antiquités de Bagdad en 1974 a été grandement complétée par une prospection systématique menée depuis 2012 par une mission américaine (Ur et al. 2013). Elle révèle la très importante concentration des occupations depuis la période Hassuna jusqu’à la période islamique qu’il s’agisse de tells ou de sites moins visibles dans le paysage. Conscients de l’importance de la région, de nombreux archéologues sont venus travailler sur la plaine d’Erbil dès sa réouverture au début des années 2010. C’est dans cette mouvance qu’après une rapide prospection en 2012, la mission archéologique de Bash Tapa a été créée, dans le but de fouiller ce site localisé à 30 km au sud de la capitale de la province du Kurdistan. L’objectif principal de la mission est de mieux comprendre les conditions de l’émergence de la puissance assyrienne durant la seconde moitié du 2e millénaire dans le triangle assyrien (Marti et Nicolle 2016). Le choix de Bash Tapa (Fig. 1) s’est avéré heureux. Dès la première campagne, des niveaux d’occupation importants de la période médio-assyrienne ont été dégagés avec notamment un niveau d’entrepôts datés par des textes du règne de Tukulti Ninurta Ier (1233 à 1197 av. J.-C.). Ils recouvraient les ruines d’un palais daté provisoirement du XIVe siècle.

Fig. 1 : Vue aérienne du tell de Bash Tapa (avec l’aimable autorisation d’EPAS).
Fig. 2 : Plan topographique du site.

C’est pourtant une découverte inattendue qui retient ici notre attention. Elle a été faite dans la partie la plus basse d’une tranchée stratigraphique ouverte dans la pente sud du tell par Raphaël Angevin et Juliette Mas (Fig. 2). Elle apporte des informations qui renouvellent considérablement notre compréhension d’une période beaucoup plus ancienne, la période Ninivite 5 (3000-2600 av. J.-C., ETG 3-4 et EJZ 1-2 selon les séquences régionales ARCANE). La carte de diffusion de  l’assemblage céramique de cette période, composé de formes peintes, incisées, puis incisées et excisées, proposée en 1988 (Rova 1988, plate II) s’appuyait sur des données très éparses. On estimait le plus souvent qu’elle se limitait au Wadi Jaghjagh à l’ouest, au Tigre à l’est, au Moyen-Khabour au sud et aux piedmonts du Tur Abdin au nord (Grossman 2014, p. 87). Les prospections réalisées ces dix dernières années dans la région du Kurdistan complètent grandement cette carte. Environ 35 sites sont occupés à cette période dans la plaine d’Erbil (EPAS, université d’Harvard), 58 sites sur la région du Haut Zab (UGZAR, Université de Varsovie) et 29 sur les 287 sites de la zone prospectée de la rive gauche du Tigre (LNAP, université d’Udine). S’il convient d’attendre la publication de ces prospections, les premiers résultats montrent que la région à l’est du Tigre fait partie intégrante de l’aire d’utilisation de la céramique Ninivite 5. La découverte à Bash Tapa d’un établissement de cette période, pour inattendue qu’elle soit s’inscrit parfaitement dans un contexte régional, au début d’une période marquée par de très nombreuses fondations de sites.

Fig. 3 : Développement des systèmes de terrasses aménagées en terre crue entre l’époque Ninive V et le Dynastique III dans le Chantier 1 le long de la pente sud. (© Mission archéologique de Bash Tapa).

Dans la partie basse d’une tranchée stratigraphique (tranchée 1) un important aménagement composé de trois terrasses en terre crue a été découvert (Fig. 3). Il structure la base est du tell sur une séquence stratigraphique de près de 3,35 m de puissance (Angevin et Mas 2015). L’élément le plus ancien de ce dispositif (terrasse 0) a été dégagé au fond d’un sondage de 5 m². Seule sa surface a été fouillée (entre les cotes 321,70-322 m). Elle portait des traces d’activités liées au feu avec une phase d’utilisation marquée par une alternance de couches cendreuses.

Fig. 4 : Vue verticale des tombes 497 et 503 dans la terrasse 1.
Fig. 5 : Vue est-ouest de la tombe 497 creusée dans la terrasse 1.

Pour des raisons et selon des modalités encore incertaines, cette surface fut ensuite recouverte par un nouveau niveau de terrasse (terrasse 1) composé d’une couche de terre gris-vert et d’une couche de terre beige orangé compacte disposées par grandes masses entre les cotes 321,89-322,04 m. Les lignes de joint irrégulières de ces « masses » ou « boudins de terre crue » étaient visibles lors de la fouille. Excepté quelques lignes nord-sud, elles ont généralement des tracés sub-rectilignes ou légèrement curvilignes souvent perpendiculaires à la pente sud. La surface de ce palier s’établit à son maximum à la cote de 323,33 m. La première utilisation de la terrasse 1 est funéraire. Dans les limites de la tranchée, trois inhumations y furent découvertes, aménagées dans l’épaisseur de la terrasse (Fig. 4). Deux immatures étaient inhumés dans des pots, une jarre ovoïde pour le premier et une marmite pour le second. Cette dernière était associée à un dépôt funéraire de trois petits pots, dont une petite jarre à épaule portant des traces de peinture rouge (Fig. 5). La troisième inhumation était en pleine terre, en partie détruite par le creusement d’une fosse plus tardive dans le remplissage de laquelle a été découvert un fragment de piédestal fenestré peint (471-P-1) aux motifs inhabituels dans le répertoire Ninivite 5 (Fig. 6).

Fig. 6 :  Fragment du piédestal 471-P-1 découvert dans le comblement de la fosse 267.

La nécropole est par la suite remplacée par un secteur d’activités artisanales avec notamment la construction de grands fours. Les niveaux d’utilisation de la terrasse 1 sont scellés par la mise en place d’une troisième terrasse (terrasse 2, base à 323,21-23,50 m). Elle se compose d’une accumulation de terres compactées qui viennent recouvrir les structures (fours et murs) de la terrasse précédente. La technique de construction est la même. On retrouve des lignes sub-linéaires similaires signalant le jeté de « boudins de terre compactée » perpendiculairement à la pente, de l’intérieur vers l’extérieur du tell (Fig. 7). Cette terrasse porte aussi différentes traces d’utilisation : structures de combustion et plusieurs murs fragmentaires en briques crues (26 x 15 x 8 cm) disposées en panneresse ou boutisse. Ces installations de la période Ninivite 5 sont finalement recouvertes par une importante couche de terre de remblai limitée par un mur de terrasse en briques crues (la base est à 325,04 m) perpendiculaire à la pente et datant de la période Protodynastique III (ETG 5).

Fig. 7 : Vue verticale de limites de « boudins de terre » sur la terrasse 2.

Plus au nord la coupe naturelle de la ravine 1 permet de visualiser à l’intérieur du tell une séquence stratigraphique quasi complète. La base (à la cote 317,72 m) est constituée  d’une couche de terre sans apport anthropique (tessons, briques ou autres) d’une épaisseur de près de 4 m. Il peut s’agir d’un relief naturel qui aurait cristallisé les installations humaines désireuses de se mettre à l’abri de la puissante dynamique des oueds voisins. Des prélèvements de sédiment sont cours d’étude par Millena Frouin (géoarchéologue, Laboratoire de recherche des monuments historiques) ; l’analyse permettra de trancher sur la nature anthropique ou non de ces sédiments. Toutefois, il convient de noter que dans cette même ravine 1, le premier niveau d’occupation visible sur le sommet de cette couche est un vaste sol en cailloutis découvert à la cote de 321,30 m avec de la céramique Ninivite 5 peinte écrasée dessus (Fig. 8). Par son altitude, ce sol correspond à la surface de la terrasse 0 dégagée 50 m plus au sud. Cet aménagement en terrasses successives a conditionné les installations postérieures en figeant la dynamique et l’orientation des structures et des murs selon une orientation nord-sud et est-ouest que l’on retrouve encore à la période médio-assyrienne.


Fig. 8 : Céramique peinte Ninivite 5 découverte sur le sol de la Ravine 1 (DAO J. Mas).

Selon nos observations de terrain, la plus ancienne occupation identifiée à Bash Tapa est donc une agglomération d’une superficie de 2-3 ha datant du début de la période Ninivite 5. De sa composition, on ne sait encore rien, excepté que ses niveaux d’habitat et d’occupation furent construits sur un système de terrasses successives en terre crue dont l’un des buts principaux était sans doute de protéger l’agglomération des crues fréquentes et violentes des oueds lors de la saison des pluies. Un tel système de terrasses en terre crue est à ce jour inédit dans l’aire de diffusion de la céramique Ninivite 5 pour les périodes ETG 2b, 3 (premier quart du 3e millénaire). Il est cependant à mettre en relation avec d’autres agglomérations sur terrasses de la seconde phase de la période Ninivite 5 (EJZ 2b et EJZ 3a, deuxième quart du 3e millénaire) découverts plus à l’ouest en Djézireh. A l’exception d’un possible cas similaire (Tell Raqa’i niveaux 6-5, Curvers et Schwartz 1990 : 20), il s’agit de terrasses en briques crues formant des caissons remplis de briques ou de terre compacte. Des exemples ont été découverts à Tell Mohammed Diyab, Tell Abu Hujeira I, Tell Ziyada, Tell Brak (chantier HP). D’autres attestations de terrasses apparemment de dimensions réduites sont mentionnées à Tell Leilan ou Tell Fisna (Nicolle 2006 : 228-229). Cette pratique de fondation est encore peu étudiée, en partie du fait du faible nombre de cas connus. Elle semble appartenir à une longue tradition urbanistique dont les techniques de mise en œuvre ont évolué avec le temps. Les terrasses de terre compactée sont remplacées par des terrasses en briques crues plus grandes et plus hautes demandant un plus grand effort d’investissement en temps de travail. Celles de Tell Mohammed Diyab ont une hauteur d’environ 12 m et couvrent une superficie d’au moins 5-6 ha.

Ce mode de fondation, que l’on peut qualifier de « pratique urbanistique ostentatoire », semble être devenu une caractéristique pour nombre d’établissements de l’« aire Ninivite 5 ». Outre son intérêt propre (modes constructifs, fonctions …), la mise en évidence d’une telle tradition amène à reconsidérer la nature de cette période. Pour une majorité d’archéologues, rien ne permet d’affirmer l’existence d’un assemblage cohérent de pots, décors, rites funéraires ou plans de maison, c’est-à-dire d’une culture archéologique (Roaf 2003 : 321). Pour d’autres, la première moitié du 3e millénaire est, dans le Nord, une époque d’isolement et de culture matérielle appauvrie (Rova 2013 : 116). Le terme de « Ninivite 5 » doit être utilisé seulement pour décrire plusieurs styles céramiques contemporains et ne peut ni désigner d’autres productions, ni être utilisé pour désigner une culture ou même une période (Lawecka 2016 : 186).

Il y a en fait une confusion entre la rareté des données disponibles qui ne permet pas d’affirmer l’existence et l’absence de traditions dans l’architecture, la glyptique et les rites funéraires. L’argumentum a silentio n’est pas déterminant dans ce cas. Il est préférable de considérer une approche moins classificatoire, plus intégrative et sur la longue durée, qui cherche à découvrir une cohérence de fonctionnement pour l’ensemble des données éparses disponibles. Dans cette perspective diachronique, la résurgence de la céramique peinte au début de la période doit être interprétée comme révélant la constitution de nouvelles entités culturelles (Forest 2003 : 580) partageant des valeurs d’identification communes. L’usage de terrasses en terre puis en briques crues sur l’ensemble de l’aire « Ninivite 5 » va dans le sens et confirme cette tendance intégrative que la variété des autres productions ne doit pas dissimuler.

Bibliographie

Angevin R., Mas J. 2015. Bash Tapa  2013 : le sondage stratigraphique 1, in L. Marti, C. Nicolle et K. Shawaly (éds.), Recherches en Haute-Mésopotamie II. Mission archéologique de Bash Tapa (campagnes 2012-2013) et les enjeux de la recherche dans la région d’Erbil, SEPOA, Mémoires de N.A.B.U., n°17, Paris, 135-149.

Curvers H. H., Schwartz G. M. 1990. Excavations at Tell al-Raqa’i : A Small Rural Site of Early Urban Northern Mesopotamia », American Journal of Archaeology, n°94 (1), 3-23.

Grossman K. 2014. Ninevite 5 Ceramics, in M. Lebeau (éd.), Arcane Interregional Ceramic (ARCANE-IR 1), Brepols, Turnhout, 83-94.

Forest J.-D. 2003. The Ninevite 5 Culture: Its Nature and its Origins, in E. Rova et H. Weiss (éds.), The Origins of North Mesopotamian Civilization: Ninevite 5 Chronology, Economy, Society, Subartu n°IX, Brepols, Turnhout, 563-584.

Lawecka D. 2016. Ninevite 5 – culture or regional pottery style?, in K. Kopanias et J. MacGinnis (éds.), The Archaeology of the Kurdistan Region of Iraq and Adjacent Regions, Archeopress Archaeology, Oxford, 181-187.

Marti L., Nicolle C. 2016. New Research on the Assyrian Heartland: The Bash Tapa Excavation Project, in K. Kopanias et J. MacGinnis (éds.), The Archaeology of the Kurdistan Region of Iraq and Adjacent Regions, Archeopress Archaeology, Oxford, 201-207.

Nicolle C. 2006. Tell Mohammed Diyab 3. Travaux de 1992-2000 sur les buttes A et B, ERC, Paris.

Roaf M. 2003. The Architecture of the Ninevite 5 Period, in E. Rova et H. Weiss (éds.), The Origins of North Mesopotamian Civilization: Ninevite 5 Chronology, Economy, Society, Subartu, n°IX, Brepols, Turnhout, 311-334.

Rova H. 2013. The Ninevite 5 Period in Northeast Syria, in W. Orthmann, P. Matthiae et M. Al-Maqdissi (éds.), Archéologie et Histoire de la Syrie I. La Syrie de l’époque néolithique jusqu’à l’âge du Fer, Harrassowitz, Wiesbaden, 107-118.

Ur J., de Jong L., Giraud J., Osborne J. F. et McGinnis J. 2013. Ancient Cities and Landscapes in the Kurdistan Region of Iraq: The Erbil Plan Archaeological Survey 2012 Season, Iraq, n° 75, 89-117.

L’auteur

Christophe Nicolle est chargé de recherche au CNRS, spécialiste de l’archéologie des périodes préclassiques de Mésopotamie et du Levant. Il est membre de l’UMR 7192 – PROCLAC de l’Institut des Civilisations du Collège de France, Paris.

Pour citer ce billet : Christophe Nicolle. Une tradition urbanistique inédite de la « culture Ninivite 5 », à Bash Tapa (Kurdistan irakien), ArchéOrient - Le Blog, 2 octobre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15249

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search