Projet expérimental « Arcs Oise ». Archéologie expérimentale sur les processus de fabrication d’arcs néolithiques

Présentation du projet

Le projet expérimental « Arcs Oise », est un projet scientifique sur l’archerie préhistorique qui a pour objectif d’appréhender les technicités que requiert la fabrication d’arcs néolithiques. Ce travail réuni les archéologues Romain Barbé (assistant de conservation du patrimoine, responsable du projet, spécialiste en industrie lithique et expérimentateur), Virginie Huyard (attachée de conservation du patrimoine, responsable du matériel poli et expérimentatrice) du Service départemental d’archéologie de l’Oise (SDAO), Frédéric Abbès (préhistorien, spécialiste en industrie lithique et expérimentateur) du CNRS (UMR 5133-Archéorient) et Nicolas Cayol (responsable de la fouille de Passel, et tracéologue) de l’Institut national pour la recherche archéologique préventive (INRAP Hauts-de-France).

Genèse du projet

La fouille préventive de l’enceinte néolithique de Passel (60) datée du Néolithique moyen II (4200-3800 avant J.-C.) (Fig. 1), a été réalisée par Nicolas Cayol et le CD60 (Conseil départemental de l’Oise) entre 2013 et 2014.

Fig. 1 : Vue générale du site de Passel en cours de fouille, in Cayol et al., 2015, p. 1

Des fossés discontinus bornent cette enceinte néolithique qui enclot une surface de 2,5 hectares environ. Ils ont été comblés, au fil du temps, par de nombreux rejets et dépôts intentionnels (probablement à connotation rituelle) constitués de vestiges lithiques, céramiques, organiques et restes fauniques (Fig. 2).

Fig. 2 : Rejets archéologiques au fond d’une extrémité de fossé, in Cayol et al., 2015, p. 5

On note la présence d’un outillage commun représenté ici par une industrie lithique réalisée sur éclats (tranchets, ciseaux grattoirs, éclats retouchés…) associé à des haches polies et une industrie osseuse variée (biseaux, masses, gaines…). On retrouve également de nombreux restes organiques en bois (poteaux, piquets, manche d’outil, louche) parmi lesquels on distingue la présence de deux fragments d’arcs.

Ce type de découverte est peu fréquent et les arcs de Passel constituent une source d’information inédite qui offre la possibilité aux chercheurs d’explorer des domaines d’investigation peu développés et d’appréhender les activités essentielles à la subsistance des hommes durant la préhistoire.

 L’archerie néolithique en France

Les découvertes archéologiques apportant des informations sur l’archerie néolithique sont exceptionnelles. Dans la moitié nord de la France, elles se limitent à quelques exemplaires d’arcs ou fragment d’arcs. L’arc de Bercy (Néolithique moyen I, Hug et al. 2000), l’arc de La Croix Saint-Ouen (Néolithique récent, Talon et al. 1995) et enfin le fragment d’arc de Bouchain (Néolithique récent, Leroy 2017). Si on élargit notre zone d’investigation à la France entière nous ajoutons l’arc de Charavine (Néolithique final, Bocquet, 1994), l’arc de Clairvaux  (Néolithique moyen II, Bontemps et al. 2015) et enfin les arcs de Chalain (Néolithique indéterminé, Roulière-Lambert 1985).

En plus d’être inhabituelles, les découvertes d’arcs s’inscrivent dans un large spectre chronologique et géographique qui laisse énormément de place aux réflexions sur les processus de fabrication et d’utilisation des arcs au cours de la période néolithique.

Les arcs de Passel :
  • L’arc A :

Le fragment de l’arc A (Fig.3) est réalisé dans du bois d’if (Cayol, 2017). Il mesure 62 cm de longueur pour une largeur max de 2,4 cm, une épaisseur de 1,9 cm avec un profil au trois-quarts rond et une face ventrale plane opposée à une face dorsale arrondie (section plano-convexe). Le travail accompli lors de sa confection est particulièrement soigneux. La partie dorsale est parfaitement lisse (aspect poli) et les éventuelles traces d’outils ne sont pas perceptibles. Ce fragment à cassure dorsale, fracturé intentionnellement (dépôt volontaire) ou au cours de son utilisation, correspond à une branche d’arc avec sa poupée (partie de l’arc où l’on fixe la corde).

Si l’on compare ce fragment d’arc A aux exemplaires d’arcs néolithiques complets ou quasi-complets découverts en France on peut estimer que l’arc devait atteindre une taille comprise entre 1m30 et 1m50 (Fig.5).

Fig. 3 : Arc A (© R. Barbé)
  • L’arc B :

L’arc B (Fig.4) est également réalisé en bois d’if (Cayol, 2017) et semble avoir été mis en forme de manière plus grossière que l’Arc A (surface non lissé et section plus grossière). Les dimensions de ce fragment sont de 63 cm de long, pour une largeur de 4 cm, une épaisseur de 2 cm avec un profil en demi-rond. Comme pour l’arc A, une face ventrale plane est opposée à une partie dorsale arrondie (section plano-convexe). Ce deuxième artefact est plus fragmentaire que l’arc A et semble correspondre à une partie de branche d’arc fracturé sans poupée. La méconnaissance actuelle des arcs néolithiques ne nous permet pas de savoir s’il s’agit d’un arc terminé qui s’est brisé lors de son utilisation ou qui a été détruit intentionnellement (cassure ventrale) ou encore d’une ébauche partiellement mise en forme, abandonnée en cours de réalisation. Ce fragment est dépourvu de poupée ce qui pose un problème quant à la nature du mode de fixation de la corde. Étant donné que nous sommes en présence d’un fragment de branche d’arc, les proportions complètes de l’arc B devaient être supérieures à celles de l’arc A. On peut estimer une longueur totale de l’arc comprise entre 1m50 et 1m60 (Fig.5).

Fig. 4 : Arc B (© R. Barbé)
Fig.5 : Propositions de restitution des arcs de Passel (d’après R. Barbé).
Problématiques de recherche

Les problématiques qui ont amené à mettre en place ce projet expérimental sont nombreuses. Il est difficile de rendre compte de l’aspect fini que pouvaient avoir les arcs de Passel et d’identifier le ou les modes opératoires employés pour leur confection. Les expérimentations que nous menons vont tenter d’apporter certaines réponses. Nous essayons de restituer les arcs dans leur totalité, d’identifier les supports utilisés pour les confectionner (bois sec ou frais, billette d’if ou prélèvement intègre), et de déterminer les outils potentiellement employés pour leur mise en forme et d’évaluer ainsi leur efficacité. Nous allons également tenter de cerner les systèmes de mise sous tension des arcs et les procédés de fixation des cordes au niveau des poupées afin de tester leur puissance de tir au regard des pointes en silex qui leurs sont contemporaines. Ainsi, au-delà des arcs eux-mêmes, nous proposerons une réflexion plus globale sur les types d’utilisations (cynégétique ou guerrière, distance de tir, etc.).

Première session expérimentale : réalisation d’un outillage néolithique

Fig. 6 : Séance expérimentale de Janvier 2020 dans l’antenne ardéchoise de Jalès (©  C. Ménager).

Une première partie du projet expérimental a eu lieu du 21 au 24 Janvier 2020 dans l’antenne ardéchoise du laboratoire Archéorient (Fig.6). Elle a regroupé plusieurs acteurs du projet (Romain Barbe ; Virginie Huyard ; Frédéric Abbès) ainsi que divers intervenants dont Michel Brenet (responsable d’opération INRAP), Michel Cremilleux (artisan), Cécile Ménager (doctorante en archéologie à l’Université Lyon 2, Archéorient) et Valentin Lafont (doctorant en archéologie à l’Université Lyon 2, Archéorient).

Le but de cette session expérimentale était de reproduire une panoplie d’outils dans des conditions techniques supposées du Néolithique moyen II du nord de la France. Nous nous sommes attelés à la réalisation de haches polies (Fig. 7), tranchets (Fig. 8), ciseaux en silex et en matières organiques animales (bois de cervidés et os), grattoirs-herminettes et nous avons confectionné quelques manches d’outils en bois (manches de hache, manches coudés pour tranchets et grattoirs-herminettes) et quelques gaines en bois de cerf.

La réalisation des haches polies a été relativement ardue. Pour obtenir une pièce entièrement polie, nous nous sommes rendu compte qu’il était indispensable d’avoir une préforme de hache la plus parfaite possible puisque la moindre erreur même minime lors du façonnage augmente considérablement le temps de polissage. Après l’abandon des préformes jugées imparfaites et de nombreuses heures passées à polir sur un grès, nous avons réussir à obtenir des pièces analogues à celles découvertes sur le site de Passel (Fig. 7).

Cette première session expérimentale a également été l’occasion de mettre à contribution en conditions réelles l’outillage mis au point afin de le tester (Fig. 9).

Fig. 9 : Test d’un tranchet emmanché sur une branche de bois frais (© V. Huyard).
Suite du projet

Des scans et impressions 3D des arcs de Passel vont être réalisés par le laboratoire Archéorient ce mois-ci dans le but de fournir, pour notre future session expérimentale, des supports de travail stables rendant compte à l’identique des proportions réelles des artefacts. Par la suite, l’outillage expérimental néolithique confectionné lors de la première session de travail sera employé pour façonner plusieurs arcs. Dans le but de ne pas limiter nos champs d’investigation, plusieurs essais de restitutions seront proposés pour l’Arc A et l’Arc B. Par la suite, une étude tracéologique sur l’outillage lithique employé sera menée par Nicolas Cayol (responsable d’opération INRAP Hauts-de-France). Les traces d’utilisations et d’usures présentes sur le mobilier expérimental seront comparées à celles observées sur le mobilier lithique de Passel et pourront étayer ou non nos hypothèses sur l’emploi de certains types d’outils dans le processus de fabrication des arcs.

En parallèle, pour tester les performances des arcs une fois terminés, nous réaliserons des cordes expérimentales, en fibres animales (tendons), végétales (liber de tilleul et fibres d’orties) et des pointes de flèche en silex.

A terme, nos travaux feront l’objet d’une publication collective en lien avec la monographie du site de Passel. Nos résultats seront également présentés dans une exposition sur l’archerie néolithique que nous organiserons en collaboration avec le CD de l’Oise et le laboratoire Archéorient.

Bibliographie

Bocquet A. 1994. Charavines, il y a 5000 ans. La vie quotidienne dans un village néolithique au bord d’un lac des Alpes, Dossiers D’Archéologie 199.

Bontemps C., Petrequin P., Petrequin A.-M. 2015.  Les objets en bois, in Petrequin, P., Petrequin A.-M. (ed.), Clairvaux et le Néolithique Moyen Bourguignon. Cahiers de la MSHE C.N. Ledoux, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté et centre de Recherche Archéologique de la Vallée de l’Ain, 747-770.

Cayol N. 2017. Passel « le Vivier » – Une enceinte du néolithique moyen IIVolume 2 : Les études spécialisées, synthèse et discussion, Rapport de fouille, INRAP, SRA Haut de France, Amiens, 368 p.

Cayol N., Huyard V. 2015. Passel (Oise) : une enceinte néolithique monumentale, Archéologie en Picardie 50, DRAC Picardie, 10 p.

Hug B., Fontannaz B., Ramseyer D. 2000. La chasse à l’arc en bord de Seine. Archeologia 370, 29-33.

Leroy G. 2017. Bouchain, rue Darthois. Voyage au cœur de l’Escaut néolithique, Archéologie des Hauts-de-France, n°7, DRAC Hauts-de-France, 6 p.

Rouliére-Lambert, M.-J. (ed.), 1985. Néolithique – Chalain-Clairvaux, fouilles anciennes. Présentation des collections du musée de Lons-le-Saunier 1, Musée d’Archéologie. Lons-le-Saunier.

Talon M., Bernard V., Billand G., Paste J.-F., Pernaud J.-M, Prost D. 1995. Le niveau organique néolithique récent du site stratifié de la station d’épuration à La Croix-Saint-Ouen (Oise), Revue archéologique de Picardie, numéro spécial 9, 83-103.

L’auteur

Romain Barbé est archéologue, spécialiste des industries lithiques et expérimentateur, assistant de conservation du patrimoine au SDAO (service départemental d’archéologie de l’Oise). Chercheur associé au laboratoire UMR 5133-Archéorient du CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Romain Barbé. Projet expérimental « Arcs Oise ». Archéologie expérimentale sur les processus de fabrication d’arcs néolithiques, ArchéOrient - Le Blog, 25 septembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15225

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search