Alep, patrimoine architectural. Projets et programmes de reconstruction après guerre (juillet 2020).

Les chantiers de restauration de la ville ancienne avant 2012 et l’impact de la guerre

En 1986, la ville ancienne d’Alep est inscrite au Patrimoine Mondial par l’UNESCO. En 1999, la Direction de la Vieille Ville est chargée de superviser les études urbaines et architecturales, les permis de construire, la planification et l’entretien des voies et de certains monuments. Des opérations de revalorisation de l’espace public sont réalisées entre 1999 et 2010. Il s’agit essentiellement de moderniser les égouts et l’adduction d’eau, les réseaux d’électricité et du téléphone, puis de réhabiliter les voies. Entre 2000 et 2010, des travaux de remise en état de monuments et du bâti des quartiers sont entrepris, promus par l’État, la Municipalité, la Direction des Antiquités, les Waqf-s islamiques (Les waqf-s sont des biens légués pour des fondations religieuses inaliénables et pour financer le fonctionnement de l’administration qui les gère. Les revenus d’un waqf sont voués à des œuvres d’utilité publique, charitables ou pieuses, réalisées par des investisseurs privés). Des kiosques en bois sont réparés : ces balcons fermés avancés en façade complètent l’architecture de pierre et de poutrelles métalliques réalisée vers 1900 sous la domination ottomane puis continuée sous le Mandat français. L’architecture est caractérisée par l’échelle humaine des volumes, dépassant rarement R+1. La qualité de la vie est améliorée. La circulation est facilitée, favorisant les investissements touristiques, mais ne réussissant pas à maintenir les habitants dans les lieux. La ville ancienne reste pourtant un patrimoine complet, et vivant.

Les destructions de la guerre, de 2012 à 2016

Une rébellion contre le régime, commencée en mars 2011, se transforme en guerre civile. En juin 2012, les rebelles pénètrent dans Alep, restée plus d’un an très discrète. La ville sera libérée le 16 décembre 2016 après quatre ans et demi de guerre. Les bombardements et les combats affectent profondément les quartiers populaires et le patrimoine historique. On peut estimer la gravité des destructions du tissu ancien comme suit (Grandin 2018) : 14% totalement détruit ; 25% partiellement détruit ; 35% sévèrement endommagé ; 16% avec des dommages modérés. Seulement 10% du bâti reste indemne, mais vandalisé. Ces atteintes sont d’autant plus significatives qu’elles concernent les quartiers classés au Patrimoine mondial. Les destructions profondes de la couche archéologique par les dynamitages oblitèrent les possibilités de recherches futures dans le sous-sol d’une partie centrale de la vieille ville.

Pour des raisons stratégiques ou idéologiques, la guerre semble avoir sélectionné certains lieux patrimoniaux pour y déployer ses champs de bataille. La plupart des restaurations réalisées lors des grands chantiers d’avant-guerre sont anéanties. Les immeubles et les façades à kiosques du boulevard du Khandaq, de la montée vers la Citadelle ainsi que de plusieurs percées datant des dernières décennies ottomanes, restaurés, sont à nouveau détruits. Les aménagements ottomans des années 1900, soigneusement restaurés, sont largement atteints dès 2013. Le minaret de la Grande mosquée du XIe siècle, témoin unique d’une architecture de pierre exceptionnelle, restauré à grands frais dans les années 2002-2006 grâce à une opération de consolidation et de reconstruction pierre par pierre avec dépose partielle, est totalement détruit en avril 2013, tandis que la mosquée elle-même est incendiée. Avant la guerre, les commerçants des souks avaient été incités à refaire le décor de leur espace. Mais dès le début des combats, en 2012-2013, les boutiques restaurées sont pillées, incendiées, bombardées. Les palais du XVIIe et du XVIIIe siècle (Bayt Atchiqbach, et Bayt Ghazalé en cours d’aménagement) qui hébergent deux musées historiques sont détruits aux trois quarts et pillés. Les dizaines d’autres demeures anciennes transformées en hôtels ou en restaurants, comme les maisons Zamariya, Sissi, Wakil et bien d’autres dans le quartier de Jdaydé défini comme touristique par le plan directeur, sont détruites avec leur décor ancien de pierre et de boiseries (incendié ou déposé et emporté). Autour de la Citadelle, les rebelles détruisent par dynamitage depuis des souterrains plusieurs monuments de différentes époques, ayyoubide (XIIIe siècle), ottomans anciens (première moitié du XVIe siècle), du XIXe siècle, des années trente du XXe siècle (le nouveau Sérail du Mandat français), qui avaient été transformés en lieux touristiques ou « culturels » ou en PC idéologiques et stratégiques.

La paix et le début des restaurations à partir de  2016-2017

Avec la fin des combats, une conséquence paradoxale des destructions est la prise de conscience par les habitants de l’existence et de la valeur du patrimoine. Des circuits de visite des ruines sont organisés. Le déblaiement des gravats et le tri des matériaux sont parmi les premières opérations significatives et l’occasion d’une redécouverte. Consolider et protéger les bâtiments, restaurer et reconstruire ce qui peut l’être sont des nécessités évoquées. Des architectes, des responsables de l’urbanisme et des promoteurs considèrent qu’ils ont naturellement vocation à assumer la responsabilité de la reconstruction. Lors de la réunion de l’UNESCO à Beyrouth, les 2 et 3 mars 2017, plusieurs d’entre eux présentent des programmes et des budgets prévisionnels. Les grands organismes commencent à réaliser des projets. Des initiatives institutionnelles, sont lancées par l’AKTC (Aga Khan Trust for Culture), l’UNESCO, le STD (Syria Trust for Development), la DGAM (Direction Générale des Antiquités et des Musées), l’UNDP (United Nations Development Programme), parfois associés. Des opérations plus modestes, privées ou communautaires, sont entreprises par les Waqf-s et des associations musulmanes ou chrétiennes, cadrées par le Comité pour la Préservation de la vieille Ville d’Alep. Le  rôle de ce Comité et de son nouveau directeur (l’architecte Tamim Kasmo), très attentif à l’étude des demandes de permis de construire, est essentiel ; par exemple, le projet de restauration d’une boutique, qui fait partie d’une parcelle cadastrale plus vaste, doit tenir compte d’une continuité des façades du projet global ancien, de la disposition de l’ensemble, des espaces et fonctions, etc.

En dépit des conditions économiques dramatiques et de la destruction quasiment complète des zones commerciales, artisanales et industrielles, les syriens réinvestissent leur vieille ville dès le début de 2017, restaurent et reconstruisent. Par la fermeture des boutiques avec des grilles métalliques, des propriétaires rappellent leur existence pour ne pas perdre leurs droits.

L’AKTC réagit avant les autres. Il institue une formation sur « La taille de la pierre et la maçonnerie traditionnelle appliquées à la préservation des monuments historiques », en partenariat avec l’UNESCO, la DGAM et le Trust syrien pour le développement (le STD), de juin 2017 jusqu’en décembre 2018. L’UNESCO organise un séminaire sur le thème «  Matériaux et techniques de construction traditionnels à Alep », en août 2017, dans le cadre de son projet « Sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel syrien », sans suite concrète.

Restauration de plusieurs centaines de boutiques dans des souks anciens.

Les premières restaurations significatives sont celles entreprises par l’AKTC du souk al-Saqqâtiyya (53 boutiques en 2018), en partenariat avec la DGAM, le Trust Syrien pour le Développement et la Direction de la vieille ville. Les études et les travaux pour ce souk monumental de la fin du XVIe siècle sont réalisés de mars 2018 à septembre 2019. La restauration doit être un modèle. Elle est l’objet d’une évaluation positive par l’ICOMOS (Conseil International des Monuments et des Sites).

Fig. 3 : Le souk al-Saqqâtiyya restauré vu de l’ouest en 2020. (Photo Khaled Almulla). AKTC ne finance que les travaux dans les espaces publics. L’allée, les façades, les couvertures, les toitures, tout cela est de la responsabilité de la ville. Deux boutiques-témoins ont été réalisées comme modèle par AKTC, mais les autres ont été financées et réalisées suivant le modèle par le STD, (Syria Trust for Development), organisme dépendant de l’épouse du président
Fig. 4 : Une rue du quartier de Jalloum au début de la guerre (28 nov. 2012). (Photographe inconnu).

Un deuxième projet est celui du Souk Khan al-Harir (60 boutiques), avec de nombreuses reconstructions. L’AKTC étudie actuellement la préservation des souks de Sahat Festok, Souk Ahmediyya, Souk al-Hibal et la partie est du Souk al-Saqqâtiyya. Les premiers appels d’offre sont prévus pour septembre 2020. L’ensemble des projets actuels de l’AKTC représente plus de 210 boutiques, 405 mètres de longueur de souk et plus de 4500 m2. Par leurs activités sociales et commerciales, ils participent à la revitalisation de cette zone du cœur de la Mdineh. La population devrait pouvoir revenir dans ces quartiers, les commerçants reprendre leurs activités, les habitants vaquer à leurs achats dans un environnement qui leur convienne. Mais les activités resteront-elles les mêmes qu’autrefois dans ces lieux réhabilités devenus presque trop luxueux ? L’UNDP a réhabilité aussi en 2018 une trentaine de boutiques du souk al-Mahmas et réalisé en 2020 une opération sur 110 boutiques du souk al-Khabiyya. Les principes de restauration définis par l’AKTC sont appliqués dans ces différents sites.

A côté de ces interventions institutionnelles, quelques opérations privées sont réalisées : Souk al-Haddadin (25 boutiques) ; Souk al-Niswan (4 boutiques) ; Al-Farafira (25 boutiques) et une cinquantaine d’autres boutiques. Ça et là, une boutique reconstruite émerge des ruines comme un décor surréaliste. Outre les souks, l’UNICEF et l’UNDP ont réhabilité 11 écoles. Quatre demeures traditionnelles ont été restaurées ou sont en travaux, dont un musée (Atchikbach) ; la Maison Ghazalé (qui fait partie de ces projets ou d’autres programmes), et 2 boutiques-hôtels (Mansouriya Palace et Bayt Salahiyeh). L’administration des Waqf-s qui dispose de son propre corps d’architectes et d’ingénieurs a restauré une trentaine de mosquées sur des fonds privés. Cinq églises ont été restaurées ou reconstruites. Les réseaux d’adduction d’eau et d’évacuation, modernisés avant la guerre, en partie détruits, ont été réparés. Un vingtième de la vieille ville est reconnecté sur les réseaux d’électricité et du téléphone.

Fig. 9 : La nef de la cathédrale maronite sans couverture en 2017. Les communautés chrétiennes d’Europe ont participé au financement. Pour l’église grecque catholique 2 millions de US$ sont venus du Liban. (Photo T. Grandin).
Fig. 10 : Charpente de la couverture de la nef, conçue, financée et installée par les Italiens.
Chantier en 2019 (Photo F. Badawi)
Conclusion

Les importants travaux de restauration et de reconstruction en cours ou en projet semblent insignifiants face à l’immensité des destructions. Le but principal de la restauration de la vieille ville est-il la reconstitution d’espaces de vie traditionnelle, ou bien la réactivation de programmes à visée touristique ? Pour le moment, on n’observe pas de tendance à la gentrification de ces quartiers ni au retour d’une classe moyenne ou aiséé. Deux autres tendances persistent, qui existaient déjà avant la guerre :

  • le développement d’un habitat populaire ou pauvre dans certaines zones anciennes (Qalaat al-Charif au sud-est), qui maintient une vie sociale mais peut compromettre la qualité architecturale de l’habitat et parfois sa salubrité (ajout d’étages et de pièces dans la cour…) ; 
  • le rétablissement des activités touristiques, hôtels et restaurants, commerces. La table rase conséquence des combats dans les quartiers touristiques, surtout l’ancien quartier chrétien de Jdaydé et la zone sous la Citadelle, nécessite le recours à des reconstructions complètes, coûteuses. Se pose alors la question des financements et de la qualité des réalisations.

Deux problèmes de nature très différente émergent de l’ensemble des questions posées par ces reconstructions, (et nous n’abordons pas ici les problèmes considérables posés par les quartiers populaires modernes de l’est profondément détruits et partiellement désertés) :

  • la formation et la transmission du savoir traditionnel des artisans et des pratiques des architectes et entrepreneurs, qui ensemble peuvent produire une architecture de qualité ;
  • la question du financement.

La formation au savoir traditionnel des bâtisseurs et sa transmission. La richesse du travail traditionnel est méconnue ou n’est retenue que par une minorité de spécialistes. Sa redécouverte par les habitants passe par la prise de conscience d’une originalité authentique. Mais la tendance à réaliser des pastiches médiocres et à reproduire les goûts supposés des étrangers et des touristes subsiste. Elle vise à aménager un capital bâti financièrement rentable et négociable, ce que les quartiers anciens tendaient à devenir avant la guerre. Pour limiter cette tendance, les nuances techniques et stylistiques des bâtiments anciens doivent être étudiées et connues. Une évaluation précise des interventions sur le terrain doit être faite, qu’elles soient entreprises par des institutionnels ou de petits investisseurs : la présence d’un architecte ou d’un ingénieur et l’encadrement par les collectivités locales ne sont pas la garantie d’un bon projet. Par contre, certains travaux, effectués par un entrepreneur local, ou par des ouvriers formés sur des chantiers traditionnels, sont réalisés correctement, exemples de  transmission des savoir-faire. Quel que soit le patrimoine concerné, un mur, un magasin, une mosquée, un acte de reconstruction est considéré avec fierté par ses auteurs. En fait, quelle que soit la qualité du travail, les erreurs de reconstruction sont souvent excusées.

Dans le contexte actuel d’une transmission partielle des savoirs traditionnels et d’un déficit d’enregistrement des techniques et des formes, un outil indispensable serait un  guide exposant les grands principes techniques de production et de conservation des formes, offrant aux architectes, ingénieurs et artisans, des outils et modèles. Des campagnes de sensibilisation pourraient également intéresser les propriétaires ou les utilisateurs des parcelles. Un cadre, applicable pour les réalisations, doit être élaboré, proposant une vue globale des pratiques des acteurs et des usagers, des programmes d’action, de la planification et des projets pilotes. Les pratiques de réparation, d’entretien, de conservation, de préservation, de restauration, de reconstruction totale ou partielle, y compris la réplication ou la nouveauté assumée et inventive, doivent être définies avec la participation de la population et des usagers.

La question budgétaire. Les difficultés rencontrées dans la recherche de solutions financières pour la restauration du patrimoine à Alep sont indissociables de l’ensemble des problèmes rencontrés pour la reconstruction du pays. Les actions actuelles permettent d’envisager une restauration progressive du cadre matériel urbain ancien, mais il est clair que le problème dépasse largement celui de la reconstruction des monuments et du tissu de la vieille ville. Les bénéficiaires de ces investissements seront-ils les acteurs de l’économie populaire traditionnelle ? Les efforts actuels qui visent à reconstruire l’économie du tourisme qui devenait un volet essentiel de l’économie du pays sur des bases populaires ne seront-ils  pas détournés au profit d’autres acteurs ?

Mais dans le contexte actuel, le problème politique est quasiment insoluble et ne peut être traité que dans le cadre d’une négociation globale et d’une réorganisation du pays : il s’agirait d’abord d’un aménagement des sanctions économiques prises à partir de 2011 par l’Union européenne, les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Suisse et la Ligue arabe, lors de la guerre civile ou dans le cadre de la loi « César » mise en œuvre à partir de 2019-2020. Ces sanctions nécessaires, telles qu’elles existent et sont pratiquées, censées atteindre et punir les responsables, paralysent le pays et rendent quasiment impossible tout redémarrage de l’économie, de l’industrie, des échanges, de l’alimentation et de la vie quotidienne…

Référence bibliographique

Grandin Thierry 2018, « Alep, destruction du patrimoine et retour à la vie » Conférence des formations continues à l’École de Chaillot/Cité. Cycle annuel des cours publics. 15 février 2018.

Les auteurs

Thierry Grandin est architecte DPLG, inscrit à l’Ordre des architectes de l’Île-de-France, membre de Icomos, consultant pour des projets de restauration pour AKTC et WMF, résidant à Dubaï.

Jean-Claude David est géographe, et chercheur associé au laboratoire UMR 5133-Archéorient du CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Pour citer ce billet : Thierry Grandin et Jean-Claude David. Alep, patrimoine architectural. Projets et programmes de reconstruction après guerre (juillet 2020)., ArchéOrient - Le Blog, 18 septembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15192

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search