Les épingles en os de Toumba de Thessalonique (Grèce)

Les prospections et les fouilles menées ces quatre dernières décennies en Grèce septentrionale ont permis de préciser l’évolution des modes d’occupation du sol, de l’économie et de la société durant l’Âge du Bronze (Andreou 2010, 2019 avec références). Des dynamiques régionales inédites, qui ont marqué la fin de la période et plus précisément la seconde moitié du 12e et le 11e siècle av. J.-C., ont également été observées. Ainsi le cadre géographique de notre recherche, la Macédoine centrale, se distingue du reste du Nord égéen par l’augmentation des sites d’habitats répartis à différentes altitudes et organisés en réseaux géographiquement délimités. Dans ces territoires, les collines d’habitats, appelés toumbes ou tells, quasiment disparues des régions voisines, prédominent. Certaines collines, fondées pendant les périodes précédentes dans les plaines et les vallées alluviales, atteignent des hauteurs exceptionnelles et constituent des éléments imposants du paysage. Toumba de Thessalonique, haute de 23 mètres, est un exemple caractéristique à cet égard. Elle réunit les traits les plus saillants de ces sites, soit, l’exécution de travaux de terrassement et l’aménagement d’aires de stockage à grande échelle, les plans d’habitats élaborés et l’entretien de voies de communication et d’échange avec des zones géographiques lointaines mais aussi de relations au niveau local et régional. Dans le cadre de ces relations, les objets personnels fabriqués, importés ou produits localement, jouaient un rôle important dans les interactions entre individus ou groupes, notamment les maisonnées dont l’autonomie s’accrut vers la fin de la période étudiée. Parmi ces objets, les épingles en os présentent une distribution tout à fait inhabituelle quand on rend compte des données publiées sur les épingles en os de l’Âge du Bronze en région égéenne (Christidou, Andreou sous presse). Elles sont régulièrement retrouvées dans les maisons et dans les espaces découverts fouillés sur des tells de dimensions et de durées d’occupation variables. Sur les sites les mieux étudiés, leur nombre est de 10 à 16. Il est plausible que, indépendamment du statut des sites, au moins certains membres des familles qui habitaient les maisons des différents sites portassent les épingles. Une situation similaire est jusqu’à présent seulement connue sur le site lacustre de Sovjan, situé en Albanie sud-orientale et dont la culture matérielle présente des analogies avec celle de la région égéenne (Christidou 2010 ; cf. Korkuti, Petruso 1993 : 715). À Toumba de Thessalonique, l’utilisation des épingles en os coïncide avec la production et l’utilisation sur place de la pourpre et de bijoux en or. Les épingles seraient alors un indice de changement dans l’affichage social de leurs utilisateurs. Ce changement pourrait être lié à de nouveaux rôles de la maisonnée ou de certains membres de celle-ci.

Nos recherches sur les épingles en os de Toumba de Thessalonique ont commencé l’hiver dernier. Il s’agit pour la plupart de spécimens à têtes ornées. À côté de types communs en région égéenne et dans la Troade (voir en particulier Kilian-Dirlmmeier 1984), on reconnaît un type original, de diffusion géographique restreinte, en Macédoine centrale, décrit pour la première fois dans la publication des fouilles de Toumba de Kastanas comme « épingle à tête ovale et col façonné » (Nadel mit eiförmigem Kopf und profiliertem Hals, Hochstetter 1987 : 72–73, Taf. 15.12 ; Fig. 1).


Fig. 1. Toumba de Thessalonique. Épingle « à tête ovale et col façonné ». La carte montre les sites où ce type d’épingle a été retrouvé. Dessin et cliché : Rozalia Christidou.

Ce type est aussi représenté à Perivolaki/Saratsé (Heurtley 1939 : Fig. 103s), Axiochori/Vardaroftsa (Heurtley 1939 : Fig. 103m) et Assiros (Wardle et al. 1980 : Fig. 22d). Le spécimen retrouvé à Toumba de Thessalonique ainsi que deux autres épingles, qui proviennent du même site et appartiennent à des types courants dans le bassin égéen au Bronze récent, « l’épingle à têtes multiples » (Mehrkopfnadel, Hochstetter 1987 : 68, Taf. 15.14, 33.9 ; Fig. 2) et l’épingle simplement incisée pour définir la tête (Nadel mit kleinem, abgesetztem Kopf, Hochstetter 1987 : 71–72, Taf. 15.11, 33.5 ; Fig. 3), sont exposés au musée archéologique de Thessalonique.

Fig. 2. Toumba de Thessalonique. Épingle « à têtes multiples ». Dessin et cliché : Rozalia Christidou.
Fig. 3. Toumba de Thessalonique. Épingle à tête séparée par incision unique circulaire. Dessin et cliché : Rozalia Christidou.

Les trois objets ont fait l’objet d’observations détaillées, macroscopiques et sous faibles grossissements (X10–50) à l’aide d’un microscope stéréoscopique disponible sur place. Il ne s’agit en aucun cas de productions standardisées, ni à l’échelle du site ni à l’échelle régionale, ce qui ne plaide pas en faveur d’une fabrication centralisée. L’apparition d’un type local suggérerait par ailleurs que l’emploi relativement répandu des épingles ait donné lieu à des productions créatives. Leur fabrication à Toumba de Thessalonique était fondée sur le travail du bois de cervidé. L’épingle à tête ovale et col façonné est courbe, longue de 143 mm, avec une section ronde. Son profil recourbé reflète son extraction à partir du bord concave d’un merrain ou d’un andouiller. Les exemples de ce type, les mieux conservés à Toumba de Thessalonique et sur les sites voisins, sont également courbes. Le spécimen de Toumba de Thessalonique a été soigneusement raclé pour obtenir une surface lisse homogène. Sa tête a été arrondie par abrasion fine. En revanche, le façonnage des deux autres épingles, de types communs dans plusieurs régions (cf. supra), ne fait pas preuve d’un tel soin. Le spécimen avec une rainure incisée, long de 117 mm, est légèrement recourbé, ce qui serait dû à la position du prélèvement dans l’os d’origine plutôt qu’à la recherche d’une forme réellement arquée. L’autre objet est cassé. Sa longueur et son profil ne peuvent pas être reconstitués. Les données disponibles pour d’autres sites indiqueraient que les dimensions et le profil des deux épingles de types communs variaient. L’observation préliminaire de l’usure sur les trois objets analysés de Toumba de Thessalonique a montré des différences dans la répartition des traces d’utilisation ; des différences dans la façon de porter les épingles sont envisageables.

L’étude des variations morphologiques, dimensionnelles et techniques des épingles en os sera approfondie par l’examen d’un plus grand nombre d’exemples et l’emploi de moyens adéquats d’analyse de l’usure sur os. La production de ces objets doit être mieux cernée. Les périodes du Bronze récent et final, étudiées à Sovjan et sur le site d’Angelochori en Macédoine occidentale, ont livré des indices d’activités artisanales locales à petite échelle, liées à la production d’objets rares comme certaines pointes de projectiles et d’objets personnels. Ainsi la production des épingles à Sovjan se distingue par le choix des matières premières, métapodes et bois de cerfs, et l’emploi d’outils métalliques pour travailler ces matières. Des expériences ont montré que le raclage à l’aide de ces outils permet le polissage homogène des objets. L’aspect de l’épingle à tête ovale et col façonné de Toumba de Thessalonique pourrait en effet être dû à un tel raclage. À Angelochori, le bois de cervidé exploité dans l’artisanat a été travaillé exclusivement à l’aide d’outils métalliques (voir, par exemple, Christidou 2008). La matière première employée pour fabriquer les épingles de Toumba de Thessalonique est la même. Toutefois le morcellement territorial qui caractérise la fin de l’Âge du Bronze, les différences de qualité de finition des épingles en os signalées plus haut et les données issues des analyses d’autres produits, par exemple, les objets métalliques et les céramiques, découverts à Toumba de Thessalonique, ne permettent pas de proposer des analogies pour l’organisation de la production d’épingles sur ce site et dans son territoire.

Bibliographie

Andreou S. 2010. Northern Aegean, in E.H. Cline (éd.), The Oxford handbook of the Bronze Age Aegean (ca. 3000-1000 BC), Oxford, Oxford University Press, 643–659.

Andreou S. 2019. Μετά την Τούμπα. Παράδοση και νεωτερισμοί στις κοινωνίες της Κεντρικής Μακεδονίας στο τέλος της 2ης και στις αρχές της 1ης χιλιετίας π.Χ., in K. Kotsakis (éd.), Η αντίπερα όχθη: κοινωνικός χώρος και ιδεολογία στις προϊστορικές κοινότητες. Μελέτες αφιερωμένες στη μνήμη του καθηγητή Γ.Χ. Χουρμουζιάδη, Thessalonique, éd. Université Aristote de Thessalonique, 215–230.

Christidou R. 2008. The use of metal tools in the production of bone artifacts at two Bronze Age sites of the southwestern Balkans: a preliminary assessment, in L. Longo, N. Skakun (éds.), “Prehistoric technology” 40 years later: functional studies and the Russian legacy. Proceedings of the international congress Verona (Italy), 20–23 April 2005 (British Archaeological Reports International Series 1783), Oxford, Archaeopress, 253–264.

Christidou R. 2010 [2007]. Aperçu des industries osseuses de l’habitat protohistorique lacustre de Sovjan (bassin de Korçë, Albanie sud-orientale), Bulletin de Correspondance Hellénique 131/2, 755–805.

Christidou R., Andreou S. Sous presse. Με αφορμή τρεις οστέινες περόνες με κεφαλή από το κτίριο Α της Τούμπας Θεσσαλονίκης, in N. Merousis, M. Nikolaidou, E. Stefani† (éds.), Μυρρίνη. Τιμητικός τόμος για την καθηγήτρια Αικατερίνη Παπαευθυμίου-Παπανθίμου.

Heurtley W.A. 1939. Prehistoric Macedonia: an archaeological reconnaissance of Greek Macedonia (West of the Struma) in the Neolithic, Bronze, and Early Iron Ages, Cambridge, University Press.

Hochstetter A. Kastanas. Ausgrabungen in einem Siedlungshügel der Bronze- und Eisenzeit Makedoniens 1975-1979. Die Kleinfunde (Prähistorische Archäologie in Südosteuropa 6), Berlin, Wissenschaftsverlag Volker Spiess.

Kilian-Dirlmeier I. 1984. Nadeln der frühhelladischen bis archaischen Zeit von der Peloponnes (Prähistorische Bronzefunde 13), München, Verlag C.H. Beck.

Korkuti M., Petruso K.M. 1993. Archaeology in Albania, American Journal of Archaeology 97/4, 703–743.

Wardle K., Halstead P., Jones G. 1980. Excavations at Assiros, 1975-9: a settlement site in Central Macedonia and its significance for the prehistory of South-East Europe, Annual of the British School at Athens 75, 229–267.

Les auteurs

Rozalia Christidou est archéologue, chercheur associée à l’UMR 5133-Archéorient – Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Stelios Andreou est Professeur émérite à l’Université Aristote de Thessalonique

Pour citer ce billet : Rozalia Christidou et Stelios Andreou. Les épingles en os de Toumba de Thessalonique (Grèce), ArchéOrient - Le Blog, 11 septembre 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15177

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search