«Wakarida, hors champ d’une mission archéologique»

Le documentaire présenté retrace le quotidien de la mission franco-éthiopienne du MEAE organisée chaque année par Anne Benoist et Iwona Gajda depuis 2012. À l’automne 2018, l’équipe scientifique s’envole vers la région du Tigray afin d’y orienter ses recherches sur les périodes anciennes et classiques autour du mystérieux royaume d’Axoum.

Au cours de mon année de terminale, alors inscrite dans une spécialité audio-visuel, j’ai eue l’opportunité d’intégrer cette mission. La chance d’accompagner des scientifiques pour travailler au sein de l’équipe s’était présentée à plusieurs personnes de ma connaissance, et voilà que mon tour était venu. En raison de l’activité de mon père, Olivier Barge, géographe et cartographe au CNRS, j’ai toujours été sensible aux excursions dans les zones reculées et baigne depuis longtemps dans les récits de voyage et d’archéologie. Mon rôle a consisté à réaliser le support vidéo du travail ethnographique d’une étudiante, Marie Belean Dhorne, travaillant sur les techniques de poteries. Une fois sur les lieux, la singularité de l’expérience m’entraîna vers la création d’un documentaire, afin de partager ce qui, aux yeux d’une jeune fille de 17 ans, avait paru si authentique.

La structure du court-métrage fait apparaître les différentes activités de la mission ; les fouilles, le traitement des céramiques, le dessin archéologique, l’étude zooarchéologique ainsi que les enquêtes ethnographiques. Un par un, les scientifiques témoignent et présentent leurs études, définissant ce film comme un documentaire.

Dans le titre du film, le terme technique «hors champ» traduit la philosophie voulue pour la réalisation : décrire avec réalisme des faits généralement inconnus du spectateur, ce qui implique un travail sur le point de vue. La subjectivité de ce dernier est retranscrite par la voix-off. Ma voix narre l’histoire telle que je l’ai perçue. L’objectif est de mettre en avant la notion de diffusion de connaissance, et de donner une place capitale au partage et à l’échange d’informations, notamment à travers la dimension linguistique. Cette transmission passe par des relations humaines riches, caractère essentiel de cette mission que le documentaire tente de mettre en relief.

En réalisant ce documentaire, j’ai eu la chance de m’intégrer à cette aventure scientifique, en participant à ma manière aux travaux collectifs. Grâce à la bienveillance de l’équipe, composée de Diaa Albukaai, Jérémie Schiettecatte, Thomas Sagory, Maria Goera, Nicolas Jacob-Rousseau, Yann Callot, Emmanuelle Vila, Marie-Belean Dhorne, Julie Bouvot, Mathilde Kania, ainsi que des collègues éthiopiens,Kibrom, Godana, Hayub, Thomatchatche, Hamaré, Salomon et Waldo, les recherches nécessaires à la réalisation du documentaire ont pu être conduites avec efficacité dans une ambiance conviviale. L’enjeu du documentaire est de diffuser un exposé réaliste de cette mission Wakarida, dont je remercie tous les membres pour la richesse de cette expérience partagée.

Photo en Une du billet : Marie Belean Dhorne

L’auteur

Clara Barge a réalisé ce court métrage dans le cadre scolaire, et présenté au baccalauréat en option cinéma (2019). Il a été sélectionné par le festival de cinéma Cinemed à Montpellier le 18 octobre 2019.

Pour citer ce billet : Clara Barge. «Wakarida, hors champ d’une mission archéologique», ArchéOrient - Le Blog, 3 juillet 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15157

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 juillet 2020

    […] Wakarida, hors champ d’une mission archéologique, par Clara Barge, sur ArchéOrient […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search