Patrimoine du Proche-Orient – Une série de la collection Grands Sites Archéologiques en constante évolution 2/2

Depuis la mise en ligne des premiers titres de la série patrimoineprocheorient.fr en décembre 2016 (cf. billet n°1), de nombreux projets sont venus enrichir l’offre et l’élargir au niveau géographique et chronologique. De la Préhistoire à la période moderne, de l’écriture cunéiforme aux grands noms de l’archéologie, la programmation éditoriale s’appuie sur des équipes de recherche pour rendre compte de leurs avancées scientifiques. Plusieurs projets sont en cours de rédaction (Europos Doura, Emar, Tyr, Saint-Syméon-le-Stylite…) et une nouvelle série consacrée à l’Afghanistan à l’occasion des 100 ans de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) est en préparation.

Larsa (Irak – Il y a 8000 ans)

Fig. 1 : Accueil de Larsa. Mai 2020 © Ministère de la Culture

Entre le Tigre et l’Euphrate, au cœur de la plaine de Basse Mésopotamie, les ruines de l’ancienne Larsa forment un immense site archéologique. C’est au début du IIe millénaire  av. J.-C. que la cité atteint son apogée. Le site a fait l’objet de recherches archéologiques par des équipes françaises de 1933 à 1989. Les fouilles ont repris en 2019.

La conception et la rédaction des contenus de la collection Grands sites archéologiques sont des moments privilégiés pour revenir et échanger sur les recherches menées. Des entretiens vidéos sont régulièrement produits spécifiquement, en complément de la création des différents titres. Pour Larsa, une série d’entretiens vidéos a ainsi été mise en œuvre avec Jean-Louis Huot, le directeur de la mission archéologique française de Larsa de 1974 à 1990. 

Fig. 2 : Entretien avec Jean-Louis Huot, directeur de la mission archéologique française de Larsa 1974 – 1990. 2019 © Ministère de la Culture. Dalibor Samac, Parall’axe Drones

Tell Feres (Syrie – il y a 7 000 ans)

Fig. 03 : Accueil de Tell Feres en Syrie. Mai 2020 © Ministère de la Culture

Découvert en 2004 en Syrie du Nord-Est, Tell Feres a profondément renouvelé notre compréhension du Chalcolithique récent en Mésopotamie du Nord. Les nombreuses découvertes effectuées par les archéologues au cours de campagnes de fouille entre 2006 et 2010 ont permis de dresser une image des habitants de cette période. L’étude des restes de graines carbonisés ainsi que des ossements animaux a autorisé une reconstitution de l’environnement du village et des habitudes alimentaires.  L’architecture a été au cœur d’une étude qui a également permis de découvrir plusieurs phases dans son évolution. Un complexe architectural exceptionnel, daté entre 4600 et 4400 avant J.-C., a été découvert. D’après sa taille et son plan, les chercheurs considèrent qu’il s’agit d’un édifice public qui abritait la résidence privée du chef de la communauté.

Grâce aux nombreuses recherches effectuées sur le terrain, des modélisations et reconstructions 3D sont proposées pour les principaux bâtiments étudiés sur le site ; elles illustrent les propos des chercheurs au sein de la collection.

Fig. 4 : L’évolution du Grand bâtiment de Tell Feres. © Ministère de la Culture. Labex – Les passés dans le Présent. Archeovision sous la direction scientifique de Régis Vallet.

Mari, ville des bords de l’Euphrate(Syrie – Il y a 5000 ans)

Fig. 04 : Accueil de Mari (Syrie). Mai 2020 © Ministère de la Culture

En 1933, André Parrot mit au jour une des capitales du Proche-Orient ancien, en découvrant les vestiges du temple de la déesse Ishtar à Tell Hariri et identifiant le site comme l’antique Mari. La découverte l’année suivante du grand palais royal confirma l’extraordinaire richesse du site. Plusieurs générations d’archéologues se sont depuis succédé dans l’étude et la mise en valeur d’un site qui subit aujourd’hui d’immenses dommages.

Implantée sur une terrasse naturelle de la rive droite de l’Euphrate, Mari a été fondée vers 2900 et abandonnée en 1759 av. J.-C. Au fil des 1200 ans de son histoire, la ville a été refondée à plusieurs reprises à la suite de destructions complètes qui ont laissé d’exceptionnels vestiges et des milliers d’artefacts, œuvres d’art, tablettes cunéiformes, objets du quotidien des habitants de la grande métropole de l’Euphrate. 

La mission archéologique de Mari s’est associée au ministère de la Culture, avec le soutien du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, pour vous permettre d’explorer ce site incontournable dans l’histoire de la Mésopotamie. Découvrez cette ville captivante, ses temples, son immense palais, ses statues aux sourires énigmatiques, dont certaines sont conservées au Musée du Louvre. Une carte narrative à partir d’un module de web SIG permet d’explorer les archives du Fonds Parrot. Cette page rend compte du travail exceptionnel de restitution 3D du Grand Palais royal de Mari, porté par le Labex – Les Passés dans le Présent dans le cadre du projet Monuments d’Orient.

Babylone (Irak – Il y a 3000 ans)

Fig 5 : Accueil de Babylone. Mai 2020 © Ministère de la Culture

Au Ier millénaire av. J.-C., Babylone est la plus grande ville de Mésopotamie, ce dont témoignent des ruines s’étendant sur 1000 hectares. Capitale religieuse et politique de la Babylonie, elle abrite le palais royal et le complexe cultuel dédié à Marduk, divinité poliade de Babylone et chef du panthéon. Babylone, qui signifie en akkadien la « Porte des Dieux », est connue depuis le IIIe millénaire av. J.-C. Capitale politique du royaume d’Hammurabi (1792-1750), elle n’a cependant par pu être fouillée dans les niveaux correspondant à cette époque en raison du niveau trop élevé de la nappe phréatique. La localisation de Babylone ne fut cependant jamais oubliée. Après des repérages au XIXe siècle, les premières fouilles furent entreprises par Robert Koldewey (1899-1917) pour la Deutsche Orient Gesellschaft. Des équipes italiennes en 1974 et irakiennes en 1979-1980 ont ensuite grandement contribué à améliorer la connaissance du site. Les collections du Département des Antiquités Orientales du Musée du Louvre accueillent quelques objets provenant de Babylone, comme le « Lion passant », mais la plus importante collection relative au site se trouve au Vorderasiatisches Museum de Berlin. Les sources littéraires très riches permettent de découvrir le quotidien de plusieurs familles babyloniennes.

Nimrud, ancienne capitale neo-assyrienne (Irak – Il y a 2900 ans)

Fig. 6 : Accueil de Nimrud, une capitale d’Assyrie. Mai 2020 © Ministère de la Culture

Anciennement nommée Kahlu, Nimrud est, sous Assurnasirpal II, la capitale de l’empire néo-assyrien. Située au nord de l’Irak, la ville royale a été un lieu politique et culturel important aux VIIIe et VIIe siècles avant J.-C. L’Ezida, situé sur l’acropole de Nimrud, appelé « le Temple de la Vérité », est un des importants sanctuaires de la capitale néo-assyrienne. Découvert en 1845, il a fait l’objet de fouilles peu de temps après. Les études ont déterminé que le complexe comptait 35 pièces et abritait une bibliothèque, plus petite que celle de Ninive ou Babylone, mais fournie en tablettes cunéiformes. Près de 250 tablettes ont été mis au jour lors des fouilles dirigées par Max Mallowan.

Cette page de la série vient compléter et prolonger le projet de recherche NimRoD, dont l’objectif est de rendre accessible la bibliothèque grâce à des reconstitutions et modélisations 3D.

Fig. 7 : Restitution 3D de l’Ezida de Nimrud. © Ministère de la Culture, Labex – Les passés dans le présent. Cireve – Université de Caen sous la direction scientifique d’Aline Tenu et Philippe Clancier.

Bosra. Capitale de la province romaine d’Arabie. (Syrie – Il y a 2000 ans)

Fig 8 : Accueil de Bosra, capitale de l’Arabie. Mai 2020 © Ministère de la Culture

L’importance de Bosra naît de son rôle, à partir du Ier s. av. J.-C. de “capitale du Nord” du royaume nabatéen.En 106 ap. J.-C., Bosra est intégrée à l’Empire romain et prend le nom de Colonia Bostra. Elle devient la capitale de la province romaine d’Arabie. Des édifices publics romains commencent alors à être construits dans la ville, dont un théâtre qui est édifié à partir du règne de Trajan. L’état exceptionnel de conservation de la ville, qui est fortifiée entre 481 et 1251 de notre ère, permet aux chercheurs et archéologues de comprendre sa topographie. C’est au cours de la période byzantine qu’elle atteint son apogée. Elle sera la première ville du sud de la Syrie à être conquise par les troupes musulmanes en 634 mais restera malgré tout habitée et presque intacte. Les différentes conquêtes ont laissé leur empreinte dans les vestiges que la ville conserve encore entre ses murs et permettent aux archéologues, à partir de 1981, de comprendre l’urbanisme et les différents monuments et d’établir une chronologie de Bosra. Les recherches ont été menées en coopération étroite avec la Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie et l’Institut français du Proche-Orient avec le soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Yémen, le pays de la reine de Saba’ (Yémen – Depuis 100 000 ans)

Fig. 9 : Accueil de Yémen, pays de la reine de Saba’. Mai 2020 © Ministère de la Culture

Le passé du Yémen lui vaut bien des appellations : pays de l’encens, de la Reine de Saba’, Arabie heureuse. Loin de l’image d’un pays enclavé au sud de la péninsule arabique, c’est celle d’un carrefour de peuplements et de civilisations qui se dessine. Projet collectif regroupant les plus grands spécialistes du Yémen, ce titre de la série Patrimoine du Proche-Orient dresse un panorama complet des recherches menées sur cette région du Paléolithique à la période moderne, tant du point de vue archéologique qu’épigraphique.

Shabwa. Capitale antique du Hadramawt (Yémen – Il y a 2500 ans)

Fig. 10 : Accueil de Shabwa, capitale de l’antique Hadramawt. Mai 2020 © Ministère de la Culture.

Shabwa a dominé la région du Hadramawt du premier millénaire avant J.-C. jusqu’au Ve siècle de notre ère, étendant même son emprise jusqu’à la région du Zufâr (de nos jours dans le sultanat d’Oman). La ville fut la capitale antique du royaume du Hadramawt. Elle se situe à une altitude de 700 m sur le flanc occidental du plateau tout proche du désert de Ramlat al-Sab‘atayn. Explorée dès 1936 par Harry St. John Bridger Philby, la ville fit l’objet d’une brève campagne de fouilles par un contingent de soldats anglais en 1942, sous la direction du Major R.A.B. Hamilton, alors que le sud du Yémen était sous protectorat britannique. Les guerres d’indépendance des deux Yémen, du Sud et du Nord, interdirent toute recherche jusqu’au milieu des années soixante-dix. En 1975, une mission française put enfin entreprendre des fouilles qui se poursuivirent – malgré quelques interruptions – jusqu’en 2000. Ce sont les résultats de ces recherches qui sont présentés dans le titre consacré à Shabwa.

Nashshân (Yémen – Il y a 2800 ans)

Fig. 11 : Accueil de Nashshân, capitale de royaume. Mai 2020 © Ministère de la Culture

Dans la grande vallée du Jawf, au nord-est de l’actuelle Sanaa, la cité de Nashshân était autrefois à la tête d’un royaume prospère, sur la route des aromates. C’est dans cette région que des cités-États érigent, dès le VIIIe siècle av. J.-C., des murailles, des palais et des sanctuaires. Nashshân (la moderne as-Sawdâ’), probablement la ville la plus puissante de toute la vallée, compte plusieurs temples à l’intérieur comme à l’extérieur de sa muraille. Leurs nombreuses dédicaces connues depuis longtemps font toutefois l’objet d’âpres débats. Entre 1988 et 1989, une équipe française a étudié l’un de ses sanctuaires, celui de Nashshân. Dédié à la divinité ‘Athtar et daté du VIIIe siècle av. J.-C., il comporte un extraordinaire programme décoratif de motifs incisés de plantes, d’animaux et de personnages.

Écriture et sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien

Orient cunéiforme. L’Histoire d’une écriture

Fig. 12 : Accueil d’Orient cunéiforme. Juin 2020 © Ministère de la Culture

Inventée au IVe millénaire avant J.-C. par les Sumériens, l’écriture cunéiforme servait à écrire des textes dans différentes langues de l’Orient ancien. L’écriture apparaît sur de la pierre, sur des tablettes, des stèles ou encore des statues. L’usage de cette écriture a permis de comprendre les Sumériens ainsi que les Akkadiens et d’en savoir plus sur leur mode de vie.

Fig. 13 : Modèle 3D du Caillou Michaux avec annotations. Cabinet des Médailles. Bibliothèque nationale de France. © Ministère de la Culture. Modélisation Summum 3D.

Sceaux-cylindres du Proche-Orient

Fig. 14 : Accueil de Sceaux-cylindres du Proche-Orient. Juin 2020 © Ministère de la Culture

Les sceaux-cylindres du Proche-Orient, petits cylindres de pierre gravé destinés à être déroulés sur de l’argile fraîche pour que leurs motifs s’y impriment, mettent en scène de multiples figures du monde réel ou imaginaire. Ils sont parfois porteurs d’une inscription. Leur histoire est étroitement liée à celle de l’écriture cunéiforme. Ce titre de la collection rend compte des recherches menées dans le cadre du programme « Sceaux et empreintes de sceau du Proche-Orient ancien » (SESPOA http://sespoa.huma-num.fr), associant l’équipe CNRS Orient Cunéiforme de la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie à Nanterre (UMR 7041) et l’équipe de la Faculty of Oriental Studies de l’Université d’Oxford. Accueilli par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF, il est soutenu par le LabEx – Les passés dans le présent.

Fig. 15 : Sceau inscrit en obsidienne représentant un personnage masculin face à deux animaux. Mésopotamie du Sud. Bronze Récent (1600-1000 av. J.-C). Département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. N° d’inventaire : DMMA D 297 © Ministère de la Culture. Numérisation Summum 3D.

Jacques de Morgan (1857-1924). Portrait d’un archéologue

Fig. 16 : Accueil de Jacques de Morgan. Juin 2020 © Ministère de la Culture

Explorateur et archéologue du XIXe siècle, Jacques de Morgan est connu pour avoir travaillé dans de nombreux pays tels que la Malaisie, les pays du Caucase, l’Égypte ainsi que l’Iran. Né en 1857, il fait partie d’une famille aristocratique désargentée. Après des études à l’école des Mines et grâce à sa motivation et sa carrière, il est envoyé à l’étranger en tant qu’ingénieur pour des affaires commerciales et devient par la suite un célèbre explorateur. Il apprend le métier d’archéologue et met au point des méthodes de fouilles en prenant des notes et en collectant le mobilier découvert. Après avoir prouvé ses compétences auprès de la communauté archéologique de l’époque, il reçoit d’importants postes en Égypte ainsi qu’en Perse (actuel Iran). À la suite de ses nombreux voyages, il est nommé directeur du Service des Antiquités de l’Égypte, fait des découvertes importantes pour la recherche archéologique et va par la suite être intégré aux réseaux scientifiques de l’époque. Il confie une partie du mobilier recueilli en Orient au Musée d’Archéologie nationale, ce qui permet à la structure d’aménager une salle d’archéologie comparée présentant des objets des cinq continents. Aujourd’hui, la salle est toujours ouverte au public au sein du musée.

Fig. 17 : Carte interactive (module open source storymap.js) illustrant le voyage au Pérak de Jacques de Morgan. © Ministère de la Culture.
Titres en préparation

La programmation actuelle est riche et variée :

  • Dja’de al-Mughara (Syrie – Il y a 11 000 ans). Les travaux de recherche menés sur le site de Dja’de illustrent les mutations d’une communauté néolithique en termes de coutumes, d’habitat, d’alimentation et de pratiques funéraires. Ce titre sera également l’occasion de revenir sur la découverte de très rares peintures murales datées d’il y a 11 000 ans.
  • Ougarit – Ras Shamra (Syrie – Il y a 3300 ans). Découverte en 1928, la cité antique d’Ougarit était la capitale d’un royaume du même nom qui connut son apogée du XIVe au début du XIIe siècle av. J.-C. Centre majeur d’échanges de la Méditerranée orientale, la ville est détruite aux environs de 1180 av. J.-C., au moment où le Proche-Orient et la Méditerranée orientale connaissent d’importants bouleversements politiques, sociaux et économiques liés, entre autres, à des phénomènes migratoires. Le projet a été l’occasion de produire deux infographies 3D : une boîte canard en ivoire ainsi qu’un exemple d’architecture d’Ougarit.
  • Europos-Doura (Syrie – Il y a 2 300 ans). Cent ans après la découverte du site par l’équipe française dirigée par Franz Cumont, il semblait indispensable de rendre compte des recherches qui ont été menées sur ce site exceptionnel qui témoigne de l’hellénisation de l’Orient, de la confrontation des empires romain, parthe et sassanide et des débuts du christianisme.
  • Tyr (Liban – Il y a 5 000 ans). Site majeur de la Méditerranée orientale depuis l’époque phénicienne, Tyr a livré des vestiges archéologiques datant de l’âge du Bronze à la période ottomane.

À l’ère du numérique, la collection Grands sites archéologiques constitue ainsi un outil formidable de diffusion, de transmission et de démocratisation des savoirs, adapté aux usages et aux attentes d’un large public, de simple curieux au spécialiste en passant par l’amateur éclairé.

A découvrir : https://archeologie.culture.fr/proche-orient

L’auteur

Thomas Sagory, ministère de la Culture, direction générale des Patrimoines. Responsable du développement de la politique numérique au musée d’Archéologie nationale Domaine national de Saint-Germain-en-Laye et chercheur associé de différentes équipes de recherche (grotte Chauvet, carrière d’albâtre d’Hatnoub, Wakarida en Éthiopie, Masafi aux Émirats Arabes Unis…).

Pour citer ce billet : Thomas Sagory. Patrimoine du Proche-Orient – Une série de la collection Grands Sites Archéologiques en constante évolution 2/2, ArchéOrient - Le Blog, 26 juin 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15120

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.