La série « Patrimoine du Proche-Orient » – La genèse 1/2

Face aux destructions et aux menaces dont le patrimoine du Proche-Orient fait l’objet, le ministère de la Culture a fédéré les acteurs de la recherche en éditant la série Patrimoine du Proche-Orient, au sein de la collection Grands sites archéologiquesarcheologie.culture.fr, afin de valoriser les travaux des équipes françaises, les collections et les archives conservées dans les institutions françaises. Historiquement très engagées dans les activités de terrain au Proche-Orient, les équipes de recherches françaises ont ainsi pu apporter leur concours à la diffusion du savoir en ligne.

Fig. 1 Accueil de la série Patrimoine du Proche-Orient. Mai 2020 © Ministère de la Culture

La série Patrimoine du Proche-Orientpatrimoineprocheorient.fr fait partie intégrante de la collection Grands sites archéologiques qui propose des parcours conçus par les équipes de recherche et accessibles à tous. Créée il y a plus de 20 ans, la coordination de cette collection numérique de référence est confiée, depuis 2015, au musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye. La collection s’organise en deux séries : Archéologie en France et Patrimoine du Proche-Orient. Ces séries regroupent une cinquantaine de titres sur des périodes et des sites très variés, tels que : La grotte Chauvet-Pont d’Arc, Lascaux, Archéologie sous-marine, Archéologie de la Grande Guerre et bien d’autres. L’objectif de la collection est de porter à la connaissance du public le fruit des recherches des spécialistes en proposant des contenus clairs, précis et compréhensibles par tous. Les contributeurs sont les chercheurs eux-mêmes.

L’accueil de la série met en avant les titres récents, propose d’explorer les contenus grâce à une carte interactive ou une frise chronologique qui regroupent des fiches “En résumé” sur chacun des sites, des monuments, des thèmes ou des portraits d’archéologues. Une médiathèque vient compléter cela. Elle compte plusieurs milliers de médias : images d’archives, vues aériennes, modèles et reconstitutions 3D, portraits de pionniers de l’archéologie, entretiens avec les spécialistes.

Fig. 2 : Carte des fiches et des titres de la série Patrimoine du Proche-Orient. Mai 2020 © Ministère de la Culture

De Palmyre à la Mosquée des Omeyyades, la genèse de la série

La série est mise en ligne le 2 décembre 2016, lors de la conférence d’Abu Dhabi sur la protection du patrimoine en danger. Quelques jours plus tard, Khorsabad, Palmyre, la Mosquée des Omeyyades de Damas et  le Crac des Chevaliers, sont ajoutés lors de l’inauguration de l’exposition « Sites éternels. De Bâmiyân à Palmyre, voyage au cœur des sites du patrimoine universel » au Grand Palais, dont ils constituent le prolongement en ligne.

Khorsabad, ville de Sargon II (Irak – Il y a 2700 ans)

Fig. 3 Accueil de Khorsabad dans la série Patrimoine du Proche-Orient. Mai 2020 © Ministère de la Culture

En 1843, Paul-Émile Botta, consul de France à Mossoul, se lance à la recherche de Ninive, l’une des rares villes mésopotamiennes que mentionne la Bible. Pensant découvrir Ninive, il met au jour le site de Khorsabad. L’ancienne Dûr-Sharrukîn, « forteresse de Sargon », fut l’une des capitales de l’empire assyrien, établie au nord de la Mésopotamie, en Irak actuel. Fondée par le roi Sargon II en 717 av. J.-C., elle abritait un palais fastueux, riche de décors sculptés aujourd’hui conservés au Musée du Louvre. Taureaux ailés protecteurs, génies et héros, figures royales, c’est tout un univers qui se dévoile à travers le patrimoine de ce site.

Fruit d’une collaboration étroite entre le ministère de la Culture et l’expertise scientifique des conservateurs du Musée du Louvre (département des Antiquités orientales), le site vous permet d’explorer cette ville ancienne. Aujourd’hui menacée, sa mémoire demeure accessible à travers une documentation sans cesse enrichie par les apports de la recherche et des nouvelles technologies (visites virtuelles, vidéos, reconstitutions 3D…). 

Fig. 4 Modélisation 3D du palais de Sargon II. © Ministère de la Culture / DAO musée du Louvre. Philippe Serbat.
Fig. 5 : Accueil de Palmyre dans la série Patrimoine du Proche-Orient. Mai 2020 © Ministère de la Culture

En 272 de notre ère, les Romains d’Aurélien pénètrent dans Palmyre, la pillent et capturent Zénobie, épouse d’un chef local. Si cet épisode marque la fin de sa prospérité, il n’efface pas l’histoire millénaire de cette cité caravanière située au nord-ouest du désert syrien, devenue l’un des sites archéologiques les plus emblématiques de l’Orient méditerranéen. 

Connue surtout pour sa période gréco-romaine, qui lui a donné ses plus célèbres monuments (Temple de Bêl, grande colonnade…), la ville est attestée dans les textes dès le IIe millénaire avant J.-C. Point de convergence des voies caravanières, ce sont ses commerçants qui ont d’abord fait la prospérité de ce site riche d’une histoire d’au moins 4 000 ans. Il a fait l’objet de nombreux travaux scientifiques au cours des XIXe et XXe siècles. 

Restaurer sa mémoire dans toute sa complexité, explorer les différentes influences de son architecture, visiter ses sanctuaires aujourd’hui détruits : c’est un parcours immersif dans le patrimoine et les œuvres de Palmyre qui vous est proposé grâce à l’expertise des meilleurs spécialistes et à une riche documentation (fonds photographiques parfois inédits, reconstitutions 3D…). 

Fig. 6 : Modélisations 3D du sanctuaire de Nabu. 2019 © Ministère de la Culture. Dir. scientifique Jacques Seigne. Infographie 3D Nicolas Nony

Mosquée des Omeyyades de Damas. Joyau de l’architecture islamique (Syrie – Il y a 1300 ans)

Fig. 7 Accueil de la Mosquée des Omeyyades de Damas dans la série Patrimoine du Proche-Orient. Mai 2020 © Ministère de la Culture

Située au cœur de la ville de Damas, la Grande Mosquée des Omeyyades est fondée en 705 par le calife al-Walîd Ier. Tout en empruntant à différents registres architecturaux, elle constitue l’un des joyaux du premier art islamique, avec ses mosaïques colorées à fond d’or. 

La mosquée de Damas est une héritière : elle fut construite dans l’enceinte d’une ancienne église d’époque byzantine, elle-même érigée sur un ancien temple jupitérien, héritages que l’on perçoit dans son architecture. La richesse de ses décors de mosaïques lui a valu de figurer souvent parmi les « Merveilles du monde » dans les récits de voyage des époques médiévale et moderne. 

Pour valoriser ce patrimoine exceptionnel, le ministère de la Culture s’est associé au département des Arts de l’Islam du Musée du Louvre, où est conservée une partie du relevé  du décor, connue sous le nom de « Panneau au Barada ». De nombreuses photographies anciennes, complétées par des restitutions 3D de la mosquée, vous permettent d’appréhender les évolutions de cet édifice majeur. 

Fig. 8 : L’édicule « le trésor » de la cour de la Mosquée de Omeyyades de Damas. Modèle 3D, avec annotations diffusées sur la plateforme sketchfab. © Iconem

Crac des Chevaliers. Joyau de l’architecture militaire. (Syrie – Il y a 900 ans)

Fig. 9 : Accueil du Crac des Chevaliers dans la série Patrimoine du Proche-Orient. Mai 2020 © Ministère de la Culture

Niché sur un site posté sur une éminence entre les montagnes et la côte syrienne, le Crac des Chevaliers (Qalʿat al-Hoṣn) est la plus emblématique des forteresses construites par les croisés au Proche-Orient. Remarquable par la qualité de sa construction, il a vu se succéder à sa tête le comte de Tripoli, l’ordre de l’Hôpital et enfin les sultans mamelouks. Véritable joyau de l’architecture militaire, avec son glacis monumental, ses tours circulaires, ses enceintes et ses galeries défensives, le Crac fut aussi un lieu de vie. Dortoirs, hammam, chapelle transformée en mosquée…

Suivez pas à pas les évolutions de son architecture pour comprendre son histoire au fil des réaménagements successifs, du château croisé (XIIe-XIIIe siècles) au château mamelouk (XIIIe-XIVe siècles). Les regards se sont tôt portés sur ce site exceptionnel,  des gravures de la fin du XIXe siècle jusqu’aux reconstitutions 3D actuelles, en passant par le riche fonds photographique Deschamps – du nom de Paul Deschamps, qui en fournit une étude fondatrice en 1934.

Afin de consulter ces documents, un module innovant intitulé “Mémoires numériques” a été développé dans le cadre d’un mécénat technologique entre le ministère de la Culture et Iconem. Il permettant de replacer des documents d’archives dans un espace 3D et de circuler ainsi dans l’espace et dans le temps, entre nuage de points et documents d’archive. La preuve de concept a porté sur deux sites : le Crac des Chevaliers et Palmyre.

Fig. 10 Le Crac des Chevaliers dans “Mémoires numériques”, module innovant de repositionnement d’archives dans un espace 3D. © Ministère de la Culture / Iconem

Diffusion

La collection Grands sites archéologiques a accueilli 1,6 million de visites en 2019 pour 5,6 millions de pages vues. Des actions de communication sont régulièrement menées pour accompagner et faire connaître la collection, les séries et les titres : publications, colloques, conférences avec les équipes de recherche, ateliers lors des évènements nationaux tels que les journées européennes de l’archéologie ou les journées européennes du patrimoine.

La collection partage également ses contenus sur les réseaux sociaux numériques (@GSArcheo), essentiellement Facebook, Twitter et Instagram. Une programmation est établie avec des partages réguliers, des enquêtes ou des quizz, voire des partages plus spécifiques. En février 2019, nous avons par exemple publié un gamethread – Mésopotamiesur le compte twitter de la collection @GSArcheo. Il s’agit d’une forme originale de médiation culturelle adaptée à Twitter. Inventée par Ariane Aujoulat (@Museolepse), elle a pour objectif de proposer un jeu dont le récit à choix multiples peut faire découvrir des contenus aux usagers. Trois parcours principaux ont été définis : la vie quotidienne dans la cité de Mari (palais, cuisine, système hydraulique, objets courants) ; un parcours d’aventure ayant trait à la civilisation assyrienne (8e campagne de Sargon, commerce, chasse aux lions) ; un parcours sur le cunéiforme pour initier les usagers à l’écriture, à la littérature et aux savoirs mésopotamiens. À la fin de chaque parcours, le joueur est redirigé vers les pages des titres consacrés à Mari, Khorsabad et Orient cunéiforme. Un bref parcours sur Palmyre et un autre sur Agatha Christie ont permis d’ajouter en fin de jeu des liens vers les sites Internet sur Nimrud et sur Palmyre. Le gamethread de @Gsarcheo était attendu : le tweet d’annonce officielle, posté la veille, avait recueilli 11 RT, 14 « J’aime », 3770 vues pour un bon taux d’engagement de 2,6%. L’important relais que le jeu a rencontré, les réponses enthousiastes des utilisateurs et surtout le taux moyen d’engagement exceptionnel sur l’ensemble du jeu permettent de dire que l’opération a très bien fonctionné sur Twitter, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. Il est encore disponible et vous pouvez encore y participer : https://twitter.com/Gsarcheo/status/1096668919769821185

Fig. 11 : Tweet annonçant le Gamethread consacré à la Mésopotamie. Février 2019 © Ministère de la Culture

Un réseau d’acteurs impliqués dans la défense du patrimoine

Pilotée par le département des affaires européennes et internationales (DAEI) de la direction générale des patrimoines (DGP) du ministère de la Culture, la série patrimoineprocheorient.fr est le fruit de l’association d’acteurs publics et privés dans le domaine des nouvelles technologies, de chercheurs ou d’entreprises françaises. Leurs expertises ainsi réunies sont mises au service de la défense du patrimoine. Ce projet repose sur des relations privilégiées du ministère de la Culture avec différents acteurs :

La diffusion des savoirs et la lutte contre le trafic illicite des biens culturels

Par la diffusion large du savoir et des collections qu’il permet, ce site contribue également indirectement à la lutte contre le vol et le trafic illicite des biens culturels, priorité du ministère de la Culture.

A découvrir : https://archeologie.culture.fr/proche-orient

La programmation de la collection est en évolution permanente, en savoir plus dans le second billet. A suivre…

L’auteur

Thomas Sagory, ministère de la Culture, direction générale des Patrimoines. Responsable du développement de la politique numérique au musée d’Archéologie nationale Domaine national de Saint-Germain-en-Laye et chercheur associé de différentes équipes de recherche (grotte Chauvet, carrière d’albâtre d’Hatnoub, Wakarida en Éthiopie, Masafi aux Émirats Arabes Unis…).

Pour citer ce billet : Thomas Sagory. La série « Patrimoine du Proche-Orient » – La genèse 1/2, ArchéOrient - Le Blog, 19 juin 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15093

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search