Une troisième année enrichissante pour le DU2A (2/2)

Dans un précédent billet, nous avons présenté le DU2A – Diplôme d’Université en Assyriologie et Archéologie du Proche-Orient ancien – de l’université Lumière Lyon 2 et son intérêt, et nous avons commencé à dresser le bilan de l’année 2019-2020, notamment d’une partie des cours d’histoire qui avaient porté sur l’empire du Mittani (vers 1600-1270 av. J.-C.). Nous allons ici poursuivre cette présentation, en abordant le cours d’histoire traitant de la Babylonie kassite (1595-1155 av. J.-C.), ainsi que les enseignements en archéologie, puis en langues (sumérien et akkadien). Nous allons également exposer quelques perspectives pour l’année universitaire à venir.

Fig. 1. Carte du Proche-Orient ancien aux XVI-XIIIe s. av. J.-C. (Bordreuil 2014, p. 475)
À la découverte des « âges obscurs » (suite)

Au sud de la Mésopotamie, le royaume kassite, également appelé Karduniaš (fig. 1), s’est développé à la suite de la destruction de Babylone par les Hittites en 1595 av. J.-C., et les conditions de la prise de pouvoir par la dynastie kassite nous échappent. Des premiers souverains de cette dynastie, seuls sont connus les noms, et les rois suivants ont laissé essentiellement des traces de leurs œuvres de construction et de leur piété religieuse. L’un des exemples les plus importants est la fondation d’une nouvelle capitale, Dūr-Kurigalzu, située à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Babylone, et dont la ziggurat dédiée au dieu Enlil s’élève encore à 57m de haut aujourd’hui (fig. 2). Une ziggurat est une tour à étages superposés bâtie en briques crues et accessibles par des escaliers ou des rampes.

Fig. 2 : Vue des restes de la ziggurat de Dūr-Kurigalzu (Baqir 1944, fig. 18)

Un autre élément emblématique de cette période est le kudurru, une stèle sur laquelle sont inscrites des donations de terre, ornée de nombreux symboles divins destinés à protéger la propriété de toute revendication (fig. 3).

Fig. 3 : Kudurru de Meli-Šipak (1186-1172 av. J.-C.)(Sb 22 © Musée du Louvre)

Ce kudurru en calcaire noir de 65 cm de haut et daté du règne du roi Meli-Šipak est celui qui présente le plus grand nombre d’emblèmes divins ; parmi les plus reconnaissables, on peut mentionner le croissant de Lune de Sîn ou encore l’étoile à huit branches figurant la planète Vénus, symbole de la déesse Ištar. De nombreux kudurru seront découverts en Elam (Iran actuel), où ils ont été emportés comme butins à la suite des campagnes militaires des souverains élamites. Ces campagnes et les destructions afférentes marqueront la fin de la dynastie kassite vers 1155 av. J.-C.

La 2nde moitié du IIe millénaire av. J.-C. : une période riche en échanges

Au cours de la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C., et plus particulièrement au milieu du XIVe s. av. J.-C., les relations diplomatiques au Proche-Orient ancien ont atteint un développement sans précédent par leur ampleur géographique et par leur intensité. Les rois mittaniens et kassites ont fait partie de ce large système international, comme en attestent les lettres découvertes à el-Amarna en Égypte mentionnant les échanges entre les « Grands Rois » de l’époque, des échanges épistolaires mais aussi de produits de luxe (or, métaux précieux, bijoux…) dans un système de dons et contre-dons.

Ces interactions intenses ont été développées lors des cours d’archéologie donnés par Michèle Casanova, consacrés aux échanges au Proche-Orient ancien. Ces cours ont traité, par exemple, de la ville d’Ugarit qui a joué un rôle commercial essentiel de par sa position géographique, comme en témoignent les nombreux objets de provenance ou d’influence diverses qui y ont été retrouvés, ou comme le montrent les cinq systèmes d’écriture et huit langues (!) attestés sur ce site. Les cours ont également abordé les échanges en Méditerranée au travers de l’étude de l’épave d’Ulu Burun. Cette épave de navire marchand a été découverte en 1982 à plus de 40m de profondeur sur la côte méridionale de la Turquie. Le bateau a fait naufrage vers 1300 av. J.-C., il pouvait transporter une cargaison de 20 tonnes, et les archéologues y ont découvert 11 tonnes de métal, environ 175 lingots de verre, plus d’une centaine de jarres, des œufs d’autruche, du bois d’ébène, des dents d’hippopotame… Il s’agit d’une découverte exceptionnelle, notamment pour la connaissance des circuits d’échange maritimes du bassin oriental de la Méditerranée à cette époque.


Apprendre à déchiffrer l’écriture cunéiforme

En parallèle à ces enseignements en histoire et archéologie, les étudiants ont aussi pu se former, ou se perfectionner, en langues sumérienne et akkadienne.

Les étudiants de première année ont ainsi pu découvrir ces deux langues : après avoir acquis les bases grammaticales et les principes généraux de l’écriture cunéiforme, ils ont pu commencer à lire et à traduire des textes à partir de copies de tablettes. Cette année, les cours de sumérien étaient consacrés à des inscriptions royales et des lettres de l’époque d’Ur III (2100-2004 av. J.-C. ; fig. 4).

Fig. 4. Photographie et copie d’une lettre de l’époque d’Ur III
(TCS 1, 57 © cdli)

Les étudiants ont parfois été surpris d’apprendre que certaines de ces lettres ont été découvertes encore dans leur enveloppe (fig. 5). En effet, les missives étaient généralement enveloppées d’une fine couche d’argile, parfois recouverte d’impressions de sceaux, qui était normalement brisée à la réception du courrier, ce qui explique qu’il soit peu courant d’en retrouver.

Fig. 5 : Une tablette et son enveloppe (© cdli)

Pour les cours d’akkadien, les étudiants ont été confrontés au code de lois du roi Hammu-rabi (XVIIIe s. av. J.-C.). Ce texte comprend près de 300 décisions légales, couvrant aussi bien les droits pénal que civil (famille, esclavage, commerce…). Leur formulation adopte un point de vue général : on y trouve une brève description du cas suivie du jugement. En voici un exemple, qui sanctionne un voleur et un receleur :

šumma awīlum NÍG.GA DINGIR ù É.GAL išriq awīlum šū iddâku ša šurqam ina qātīšu imhuru iddâk

« Si un homme a volé le bien du dieu ou du palais, cet homme sera tué. De plus, celui qui, dans sa main, a reçu la chose volée, sera tué. » (§ 6).

Les étudiants de 2e année ont pu quant à eux approfondir leurs connaissances en akkadien auprès d’Andréa Vilela qui les a accompagnés dans le déchiffrement de kudurru, ces documents typiques de la Babylonie kassite (cf. supra et fig. 6).

Fig. 6. Photographie et transcription d’un kudurru étudié en cours d’akkadien (MDP 02, 086-092 © cdli)

En cours de sumérien, les étudiants avancés ont étudié des textes littéraires, tels que la Malédiction d’Akkad. Ce texte poétique raconte la chute de la dynastie d’Akkad, qui s’était développée au cours des XXIV-XXIIIe siècles av. J.-C. dans le sud de la Mésopotamie, et cherche à en expliquer les raisons d’un point de vue mythologique. Fleuron de la littérature sumérienne, ce texte est connu essentiellement par des copies d’écoliers du début du IIe millénaire av. J.-C., ce qui a permis aux étudiants de se familiariser avec la graphie paléo-babylonienne des signes, les spécificités du genre littéraire et les erreurs de scribes.

Un large choix de textes a ainsi pu être étudié lors des cours de sumérien et d’akkadien, ajoutant à l’apprentissage des langues un aperçu de la richesse du matériel textuel disponible.

Des interventions complémentaires

En plus de ces différents enseignements déjà très riches, les étudiants ont aussi pu approfondir certaines questions lors d’un enseignement thématique, intitulé cette année « Bible et Proche-Orient ancien » et assuré par Michèle Casanova. Il a traité, entre autres, de Babylone dans l’imaginaire, notamment de sa célèbre ziggurat (fig. 7), qui a inspiré le récit biblique de la tour de Babel, ou encore des jardins « suspendus » de Babylone, qui se situeraient finalement … à Ninive.

Fig. 7 : Restitution de la stèle Schøyen représentant la ziggurat de Babylone (d’après le dessin d’A. George © The Schøyen Collection, Oslo)

Les étudiants du DU2A ont également pu profiter des événements organisés par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), et plus spécifiquement par le laboratoire Archéorient. Par exemple, une conférence de Barbara Couturaud (Institut Français du Proche-Orient) intitulée «Nouvelles recherches à Amyan et dans la plaine d’Akre (Kurdistan irakien) » a permis de faire le point et de présenter les dernières recherches archéologiques entreprises dans le Kurdistan irakien.

Francis Joannès (Professeur émérite de l’Université Paris I-Panthéon Sorbonne) est également intervenu dans le cadre du séminaire Nommer les hommes dans les mondes anciens organisé par le laboratoire HiSoMA. Il y a présenté « L’anthroponymie mésopotamienne du VIe au IIIe siècle av. J.-C., marqueur de la société néo-babylonienne ».

Une conférence du cycle Jean Pouilloux, organisé par la MOM, était prévue le 3 juin et aurait dû aborder la question des inscriptions funéraires et des malédictions akkadiennes, mais elle sera en principe reportée à l’année prochaine.


Un aperçu de l’année à venir

L’année universitaire 2020-2021 va poursuivre son déroulement chronologique, en traitant de l’empire médio-assyrien (v. 1400-1031 av. J.-C.), qui va s’épanouir sur les décombres du Mittani. Les cours du second semestre concerneront l’empire néo-assyrien (v. 1031-609 av. J.-C.) et seront assurés par Pierre Villard, spécialiste de cette période. En parallèle à ces cours d’histoire, les cours d’archéologie assurés par Michèle Casanova apporteront des compléments et éclairages essentiels sur ces périodes, notamment sur des thématiques comme les échanges ou les palais et capitales.

Concernant les cours de langues, les débutants découvriront l’écriture cunéiforme au travers de codes de lois et de contrats rédigés en sumérien à la fin du IIIe millénaire av. J.-C., et, pour l’akkadien, de lettres et contrats paléo-babyloniens (XVIIIe s. av. J.-C.). Les étudiants avancés devront quant à eux déchiffrer des inscriptions royales médio-assyriennes, faisant ainsi écho aux cours d’histoire et d’archéologie, ainsi que des incantations et prières sumériennes adressées au dieu soleil Utu, également dieu de la justice.

Un atelier « À la découverte de l’écriture cunéiforme » sera également organisé lors de la fête de la science au mois d’octobre, et d’autres événements (conférences…) en lien avec l’assyriologie seront mis en place en cours d’année.

Le DU2A de Lyon a pour ambition d’offrir une formation solide et complète à tous, permettant de découvrir ou de redécouvrir de manière structurée et agréable cette région fascinante qu’est le Proche-Orient ancien, berceau de l’écriture et de nombreux autres événements ou inventions captivants.

Nous vous attendons nombreux !
Contact : virginie.muller@mom.fr

Bibliographie

Baqir T. 1944. Iraq Government Excavations at ’AqarQuf. First Interim Report 1942-1943, Iraq Supplement, London.

Bordreuil P., Briquel-Chatonnet F. & Michel C. (dir.) 2014. Les débuts de l’histoire. Civilisations et cultures du Proche-Orient ancien, Éditions Khéops, Paris.

L’auteur

Virginie Muller est maître de conférences en assyriologie à l’Université Lyon 2, spécialiste des thématiques funéraires à travers l’étude des textes sumériens et akkadiens. Elle est membre de l’UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Virginie Muller. Une troisième année enrichissante pour le DU2A (2/2), ArchéOrient - Le Blog, 29 mai 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/15009

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.