De Wakarida à Wolwalo : en Éthiopie, la MAFTO prend ses quartiers sur le Plateau 2/2

La mission de février-mars 2020

Depuis 2011, la Mission Archéologique Française du Tigray Oriental (MAFTO) étudie les implantations pré-, proto-axoumites, axoumites et post-axoumites dans le nord-est du Tigray. En 2017, la prospection et les études se sont étendues au Plateau du Tigray, autour du village de Wolwalo (Fig. 1). Après la fouille du site de Sebdera en 2018, cette année, l’attention s’est portée sur le secteur de Gra Emni, tandis que les prospections étaient poursuivies au sud-est de la concession (Fig. 1).

Le précédent billet détaille les conditions matérielles de la vie sur le camp et les mésaventures liées à notre déménagement et au retour houleux d’une partie des membres de l’équipe. Ce deuxième épisode aborde les travaux scientifiques menés durant cette campagne mouvementée.

Fig. 1 : Carte de la prospection et des fouilles en 2020. J. Schiettecatte, MAFTO 2020.

L’équipe comptait dix membres : Diaa Albukaai (archéologue), Rozan Al Khatib Alkontar (géophysicienne), Anne Benoist (archéologue), Ninon Blond (géographe), Julie Bouvot (dessinatrice), Marie-Belean Dhorne (archéologue), Maria Gorea (dessinatrice), Hugo Reiller (géophysicien), Jérémie Schiettecatte (archéologue) et Gauthier Tavernier (archéologue). La mission a été perturbée par l’irruption de l’épidémie de Covid-19 sur le sol éthiopien, contraignant nos collègues Iwona Gajda (épigraphiste et historienne), Mathilde Kania (dessinatrice), Gwénaëlle Péquay (gestionnaire) et Emmanuelle Vila (archéozoologue) à rester en France.

Nous pouvions aussi compter sur trois représentants des autorités patrimoniales éthiopiennes : Bruk Jifaar (Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage, ARCCH), Kibrom Gebregiyorgis et Guesh Tsehaye (Tigray Culture and Tourism Bureau, TCTB) ; ainsi que sur deux chauffeurs : Semene Bacha et Temacheche Yifru et deux cuisiniers-intendants : Godana Yohannes et Eyob Godana (Centre Français des Études Éthiopiennes).

Implantation des sondages archéologiques à Gra Emni

Dès les premiers jours de la mission, deux sondages furent implantés sur le site de Gra Emni (Fig. 2).

Fig. 2 : Implantation du sondage 2 et premières découvertes à Gra Emni. N. Blond,
MAFTO 2020

Diaa se chargea du sondage 1, Gauthier et Marie du sondage 2 (Fig. 2), et une course aux vestiges se mit en place entre les deux équipes, pour l’obtention du premier mur. Elle fut gagnée de justesse par l’équipe du sondage 2, qui mit au jour un ensemble artisanal incluant un muret, un four étroit avec une aire de dégagement, et plusieurs tranchées remplies d’un mélange de cendres, d’os et de céramique qui formaient un espace à vocation domestique ou artisanale de la fin de l’époque axoumite  (la période axoumite est généralement replacée entre le Ier – VIIIe siècles de n. è. et certains l’étendent jusqu’aux IXe – Xe siècles. Nos vestiges sont plus précisément datés du VIIe au IXe siècles.). Diaa, dépité, devait se contenter d’un trou de poteau et d’une entaille rectiligne dans le rocher, le tout accompagné de quelques tessons. Pour le consoler, l’équipe l’incita à ouvrir un nouveau sondage, le sondage 3, où l’on attendait des constructions. Hélas, ce fut le sondage le plus vide de toute l’histoire de la mission. Diaa commençait à croire qu’il était poursuivi par la « scoumoune », on l’entendait soupirer le soir au moment du repas. Jérémie et Anne replongèrent donc dans les archives de la prospection, pour rechercher d’autres endroits plus prometteurs. Et c’est ainsi que furent ouverts les deux derniers sondages.

Le sondage 4 mené par Diaa livra les vestiges de l’angle nord-est d’un bâtiment soigné d’époque axoumite, avec deux pièces en léger décrochement l’une par rapport à l’autre, des murs aux angles harpés en belles pierres calcaires et une porte avec un seuil en dalles de schiste (Fig. 3). Les niveaux d’occupation étaient enfouis sous une épaisse couche de démolition de pierres dont la partie basse fournit un mobilier céramique d’une grande richesse. Ce mobilier, qui se retrouve en surface sur la plus grande partie du secteur de Wolwalo, compose un assemblage différent de celui de Wakarida (voir notamment le billet 1/3 de la mission Wakarida), mais suffisamment proche de ce dernier pour qu’une continuité culturelle puisse être soulignée de l’un à l’autre.

Fig. 3 : Bâtiment axoumite dans le sondage 4. D. Albukaii, MAFTO 2020.

Nous avions mis au jour en 2018 un assemblage semblable, lors d’un premier sondage réalisé dans le secteur de Sebdera, tout près du camp, où un bâtiment avait été partiellement fouillé. Cet assemblage était tout à fait inédit et lorsque nous le montrâmes à divers collègues, ils n’osèrent trop se prononcer, sinon pour s’accorder sur le fait que nous étions bien dans la tradition de l’époque axoumite et plutôt dans la période axoumite récente que classique, comme nous l’avions cru tout d’abord. Pour préciser la date de cet ensemble, nous avions fait dater deux échantillons de charbons trouvés dans les foyers de la cuisine du bâtiment de Sebdera. Les deux datations étaient situées entre le VIIe et le IXe s. ap. J.-C. Ainsi, nous pouvions caractériser pour la première fois cette période qui correspond au déclin du royaume d’Axoum. Ses différentes étapes ne sont pas encore documentées, et nous ignorons donc à quel moment du processus nous nous trouvons. Cependant, deux types d’artefacts présents à Wakarida manquaient dans les fouilles du secteur de Wolwalo : les fragments d’amphores et les monnaies, qui apparaissent en petit nombre à Wakarida, étaient totalement absents des sites de Sebdera et de Gra Emni. Doit-on y voir l’indice d’une transformation des réseaux d’échange entre cette région du Tigray et la côte de la Mer Rouge, et de l’affaiblissement de l’autorité du royaume ?

Cette année, Diaa s’est surpassé, envoyant au camp quelque 5000 tessons de céramique en trois jours, pour la plupart des récipients complets à recoller, mais surtout le buste d’une jolie figurine féminine, qui trouve un parallèle à Wakarida (Fig. 4). Nous avons pu enregistrer suffisamment de céramique pour présenter ce beau matériel dans des articles et des conférences, mais dix caisses attendent d’être enregistrées au dépôt de Freweyni, notre départ précipité n’en ayant pas permis l’étude.

Fig. 4 : Figurine du sondage 4. J. Schiettecatte, MAFTO 2020.

Tandis que Diaa ouvrait le sondage 4, Gauthier ouvrait le sondage 5, et, sans doute émoustillé par le défi que constituaient les beaux résultats de Diaa, il se distingua lui aussi : il livra un bâtiment pré-axoumite  (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), muni de murs épais (Fig. 5), enfoui à près d’un mètre de profondeur, avec un sol de terre battue, une porte avec un seuil de pierres et une empreinte de bois, deux jarres dont une au décor tout à fait nouveau (Fig. 6). La céramique, peu abondante mais indubitablement pré-axoumite, complète les données obtenues dans la zone de prospection autour de Wakarida, à Armengela, Alakile Daga et Mangagebit, et les nombreux fragments de charbon recueillis sur le sol nous laissent espérer des datations radiocarbones supplémentaires qui nous permettront d’asseoir la chronologie de cette période.

Fig. 5 : Bâtiment en pierres d’époque pré-axoumite dans le sondage 5. G. Tavernier, MAFTO 2020.
Fig. 6 : Un décor inédit sur une jarre pré-axoumite du sondage 5. J. Schiettecatte, MAFTO 2020.
Prospections géomagnétiques

La mission accueillait cette année deux géophysiciens, Rozan et Hugo, de l’École et Observatoire des Sciences de la Terre (CNRS – Université de Strasbourg), qui arpentèrent le secteur de Gra Emni munis d’un dispositif de mesure couplant plusieurs capteurs magnétiques vectoriels, trois composantes dits « fluxgate » et un système de localisation précis GNSS (Fig. 7). L’objectif était de repérer des anomalies révélatrices de la présence d’anciens vestiges, afin d’aider les archéologues à implanter les sondages aux endroits les plus prometteurs. Chaque soir, les zones arpentées étaient restituées sur ordinateur sous forme de cartes, que les différents membres de la mission consultaient tour à tour à la recherche d’anomalies du signal susceptibles de révéler des murs. On espérait obtenir une cartographie des bâtiments enfouis ou à défaut des cartes d’anomalies permettant de localiser rapidement des constructions.

Fig. 7 : Hugo en prospection géophysique à Waragegna. N. Blond, MAFTO 2020

Mais l’aventure du sondage 3 révéla les limites de la méthode utilisée dans ce contexte précis. Alors que le sondage avait été implanté à l’aplomb d’un ensemble d’anomalies rectilignes suggérées par la carte des signaux magnétiques, il ne livra qu’un substrat rocheux vide de toute trace d’occupation, si ce n’est trois tessons perdus dans la terre agricole. Les géophysiciens étaient perplexes. Des tests furent effectués dans de nombreux secteurs, y compris sur les sondages ouverts où l’on pouvait voir les structures. Nulle part cependant il ne fut possible d’obtenir un signal géomagnétique en cohérence avec les vestiges archéologiques.

Les raisons précises de cette déconvenue restent à expliquer. Il semble que les champs de la zone étudiée ne se prêtent pas à ce type d’investigation : partout, les pierres sont légion en surface, y compris dans les champs soigneusement entretenus par les paysans. Et dans tous les sondages, les murs des bâtiments antiques, quand il y en a, sont masqués par une épaisse couche d’éboulis de ces mêmes pierres, utilisées pour les constructions. Le substrat rocheux n’est, par ailleurs, jamais très loin. Ainsi, à la différence d’autres régions, où les prospections géophysiques ont fait leurs preuves, les murs de pierres ne renvoient pas un signal différent de leur environnement. À cela s’ajoutent sans doute des anomalies magnétiques produites par la présence, en petite quantité, de minerais ferreux et de roches contenant du fer. Une publication mettant en lumière les limites de la méthode utilisée dans ce type d’environnement est en cours d’élaboration : elle contribuera sans doute à mettre en place des méthodes de recherches alternatives plus adaptées à ce genre de milieu.

Prospections archéologiques et géographiques

En parallèle de la fouille archéologique et des prospections géophysiques, Jérémie et Ninon poursuivaient la prospection archéologique et géomorphologique. Ils parcouraient la partie est de la zone de prospection, autour d’Hawuli Mikael et le long de la rivière Berih (Fig. 1). L’un cherchait des « SAZ » (Surface Artefact Zone, des épandages de céramique et d’obsidienne, des murs apparents, des tombes, etc.), l’autre des accumulations sédimentaires suffisamment épaisses et parlantes pour être étudiées (Fig. 8). Cette prospection fut aussi l’occasion d’échanger et de réfléchir sur l’organisation de l’espace et les pratiques agricoles durant les phases d’occupation de la région.

Fig. 8 : Jérémie et Kibrom cherchent des artefacts (tessons et obsidiennes) dans une coupe sédimentaire, au bord de la Berih. N. Blond, MAFTO 2020

Un dépôt entaillé, particulièrement intéressant, fut repéré à Rouwa Rouwa. Après une grosse opération de débroussaillage, Jérémie en fit la photogrammétrie et deux coupes furent levées et échantillonnées par Ninon. Les coupes sédimentaires sont, dans la région, moins nombreuses que du côté de Wakarida, et surtout, il s’agit en grande partie de dépôts colluviaux remaniés par les labours, dans les zones cultivées. Pour trouver d’autres archives sédimentaires, un test à la tarière manuelle fut effectué dans la partie amont du lit de la rivière Berih, non loin de Wolwalo, sous l’œil amusé de quelques jeunes stagiaires (Fig. 9). Le test fut plutôt concluant, puisqu’il permit de documenter une séquence de près de deux mètres, montrant le passage, depuis la surface, de dépôts sablo-limoneux à des accumulations argileuses de plus en plus sombres, humides et compactes.

Fig. 9 : Préparation à la photogrammétrie et aux prélèvements à Rouwa Rouwa et prélèvements à la tarière manuelle dans le lit de la Berih. N. Blond et J. Schiettecatte, MAFTO 2020.

Au terme de cette campagne de fouilles et de prospections 2020, l’occupation antique de Gra Emni et du vallon de Wolwalo se précisent dans nos esprits. Elle apparaît comme un habitat éparpillé, organisé en villages et hameaux installés sur les collines au milieu des champs. Pourtant, l’organisation précise de ce territoire se dérobe encore et l’image du paysage antique reste floue. C’est pourquoi il nous faudra revenir, dès l’année prochaine si les conditions le permettent, pour tenter d’en apprendre davantage. En avant pour de nouvelles aventures !

Les auteurs

Anne Benoist est archéologue, chargée de recherches au CNRS et spécialiste des études céramiques d’Arabie du Sud-est (Emirats, Oman) et d’Arabie du Sud (Yémen). Depuis 2012, elle a développé des recherches en Afrique orientale (Ethiopie, Soudan). Elle est membre de l’UMR 5133 Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon.

Ninon Blond est docteure en Géographie. Elle est spécialisée en géographie, géoarchéologie et histoire des paysages. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Jérémie Schiettecatte est chercheur au CNRS (UMR 8167 Orient & Méditerranée). Ses recherches portent sur l’étude de l’évolution du peuplement de l’Arabie et de l’Ethiopie antique. Depuis 2000, ses recherches l’ont mené à Bahreïn, aux E.A.U., au Yémen, en Arabie Saoudite et en Ethiopie. Il a dirigé la mission archéologique franco-saoudienne d’al-Kharj (2011-2016).

Pour citer ce billet : Anne Benoist, Ninon Blond et Jérémie Schiettecatte. De Wakarida à Wolwalo : en Éthiopie, la MAFTO prend ses quartiers sur le Plateau 2/2, ArchéOrient - Le Blog, 15 mai 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14962

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.