De Wakarida à Wolwalo : en Éthiopie, la MAFTO prend ses quartiers sur le Plateau 1/2

Ce billet relate une mission de terrain un peu particulière du fait de la crise sanitaire du Covid-19. Nous adressons tous nos remerciements au Centre Français des Études Éthiopiennes (CFEE) d’Addis-Abeba pour son soutien, non seulement logistique mais aussi moral, lors du rapatriement des membres de la mission.

Sur les cartes topographiques éthiopiennes, le toponyme « Wolwalo » est transcrit « Welwalo ». Nous adoptons la graphie « Wolwalo », utilisée dans les publications.

Introduction

Depuis 2011, la Mission Archéologique Française du Tigray Oriental (MAFTO) étudie les implantations pré-, proto-axoumites, axoumites et post-axoumites dans le nord-est du Tigray et leurs relations avec l’environnement (Gajda et al., 2017, Blond et al., 2018). En 2017, la prospection et les études se sont étendues au Plateau du Tigray, autour du site de Wolwalo (cf. billet 1/3, billet 2/3, billet 3/3).

Durant toutes les premières années, la mission a été basée à Wakarida, sur le site archéologique du même nom. Cette année, nous avons changé de campement, et déménagé sur le plateau du Tigray, à quelques dizaines de mètres du site archéologique de Sebdera, fouillé en 2018 (Fig. 1).

Fig. 1 : Localisation des zones de prospection en 2020. N. Blond, 2020, d’après le SIG MAFTO.

Pour la campagne 2020, l’équipe était assez nombreuse et comptait cinq archéologues, deux géophysiciens, une géomorphologue et deux dessinatrices. La mission fut perturbée par l’irruption de l’épidémie de Covid-19 sur le sol éthiopien, contraignant quatre de nos collègues à rester en France. Mais nous pouvions compter sur Bruk Jifaar, représentant de l’ARCCH (Authority for Research and Conservation of the Cultural Heritage), Guesh Tsehaye et Kibrom Gebregyorgis, du TCTB (Tigray Culture and Tourism Bureau), ainsi que sur notre équipe de choc du CFEE (Centre Français des Études Éthiopiennes), Semene Bacha, Temacheche Yifru, Godana Yohannes et Eyob Godana.

Emménagement(s) et déménagement(s)

Dès le début, nous aurions dû nous douter que la mission ne serait pas de tout repos. Anne Benoist, Jérémie Schiettecatte et moi-même, arrivés fin février à Addis-Abeba, avions dû retarder notre départ vers Mekelle, la capitale du Tigray, pour cause de GPS bloqué en douane et de voiture au radiateur défaillant. Nous n’atteignîmes Wakarida que le 3 mars, après avoir été rejoints en chemin par Diaa Albukai, Gauthier Tavernier et Marie-Belean Dhorne. Enfin, nous montions le camp !

Le travail se mit en place, mais l’éloignement des sites nous poussa à réfléchir à changer d’emplacement. Les environs de Sebdera, site fouillé en 2018, nous étaient connus et il se trouvait qu’une grande maison était située juste à côté. Après quelques arrangements et, surtout, la validation par notre chef cuisinier et intendant Godana, la décision de nous déplacer fut prise. Nous nous installâmes donc à Sebdera (Figure 1), chez Haïlé Sélassié !

Le dimanche fut consacré au remballage des affaires : replier les tentes et les douches, ranger la cuisine, les tables, les bureaux, les pelles, les pioches, les malles, la citrouille, les pommes de terre, l’ail et refaire les valises (Fig. 2).

Fig. 2 : La maison de Wakarida vidée, nos affaires, empilées dehors, n’attendent plus que le camion pour déménager. N. Blond, 2020

Le lundi, c’était la grande migration vers le plateau. Godana, Eyob et Semene établirent leurs quartiers dans un ancien poulailler (Fig. 3), transformé en cuisine cosy où petits gâteaux et saucissons étaient bien cachés et d’où émanaient, à toute heure, des effluves d’ail, de soupe aux légumes et de shiro, purée de pois chiches épicée agrémentée d’ail et d’oignons dont la meilleure version est – sans conteste – réalisée par Godana.

Fig. 3 : La cuisine avant son aménagement. N. Blond, 2020

Sur le camp de Sebdera, la vie reprit son cours : on monta les tentes à l’ombre des eucalyptus, on y installa même un petit coin détente, avec natte et bancs ; on implanta la salle de bain (Fig. 4) et les plus pudiques élevèrent un mur de branches autour des nouvelles toilettes à ciel ouvert ; l’espace de travail s’arrangea dans une ancienne réserve de foin, pour le plus grand plaisir de ses autres occupantes, des puces gourmandes, tandis que la salle à manger fut dressée en extérieur, sous une bâche.

Fig. 4 : Nouvelles implantations à Sebdera : les chambres, la salle de bain, le coin café. Il paraît même qu’il y a un bon salon de rasage. N. Blond, 2020
Une fin de mission un peu précipitée

Le campement établi, les prospections, les fouilles, les prélèvements archéologiques et sédimentaires, les enregistrements et le dessin purent reprendre leur cours. C’était sans compter les nouvelles peu réjouissantes qui nous parvenaient de France. L’épidémie de Covid-19 s’étendait sur le territoire, les frontières se fermaient, le CNRS rappelait ses agents et finalement, le CFEE nous contacta pour nous inciter à rentrer plus tôt. À cela s’ajouta une brume épaisse et des bourrasques violentes qui empêchaient les petits coucous d’Ethiopian Airlines de faire la liaison entre Mekelle, l’aéroport le plus proche du campement, et Addis-Abeba. Le ciel bas et lourd pesait comme un couvercle sur le Tigray, et les avions étaient cloués au sol. Le retour de Rozan Al Khatib Alkontar et Hugo Reiller était prévu pour le 18 mars, celui de Maria Gorea pour le 19 et le mien, retardé depuis le 15 pour cause d’avions indisponibles. Que faire ? Il ne nous restait qu’à prendre la route, tous les quatre, pour un road trip de deux jours à travers l’Afar vers Addis-Abeba (Fig. 5).

Voyage à travers l’Afar ou la géomorphologie depuis le siège passager

La première étape de notre voyage fut de rejoindre Mekelle pour y retrouver la voiture de location et son chauffeur. Nous quittâmes la ville par une route en travaux et bientôt nous amorcions la descente du plateau vers la dépression des Danakil (Fig. 5).

Fig. 5 : De Mekelle à Addis-Abeba par la route de l’Afar. N. Blond 2020 d’après SRTM30m.

La chaleur augmentait et le paysage changeait : les contreforts orientaux du plateau laissèrent place aux nappes de blocs grossiers dans lesquels s’incisaient des cours d’eau temporaires, assez violents vu la taille des sédiments transportés. Mille quatre cents mètres plus bas, nous arrivions à Abala, première ville sur notre route et porte d’entrée en Afar. Premier checkpoint d’une longue liste. Abala ressemble à ces nombreuses villes nouvelles issues de la sédentarisation des populations nomades : un plan en damier si orthogonal qu’il ferait rêver Hippodamos, un axe routier principal (qui ne dépassait pas Abala sur la carte d’Arkin et al., 1971), et des habitations de bric et de broc, en tôle. Pourtant, l’endroit est mentionné par Munziger (1869) comme un important marché à la fin du 19e siècle. Le long de la route nous apercevions des cours d’eau incisés en doigts de gants (Fig. 6), qui rappelaient certaines formes étudiées dans les comblements de vallons, à Wakarida (Blond et al., 2018). Là aussi, la charge de fond des cours d’eau temporaires semblait s’amenuiser et conduire à des formes d’érosion régressive dans les dépôts (Fig. 6).

Fig. 6 : Érosion régressive sur le piémont du Plateau du Tigray, env. 5 km au SE d’Abala. Google Earth, 2020.

Tandis que nous nous rapprochions de la dépression, les cônes torrentiels (amas de sédiments, souvent de forme conique, situés au niveau d’une rupture de pente), qui couvrent le piémont du Plateau, se firent plus rares. Ils laissèrent progressivement place au désert noir, témoignage de l’importante activité volcanique de la région : nous longions le pied du volcan Erta Ale, toujours actif, et zigzaguions entre les majestueux vestiges d’anciennes coulées basaltiques, aujourd’hui pétrifiées (Fig. 7). Depuis la route, nous pouvions voir les profils arrondis et doux des volcans boucliers et le rebord de leurs cratères, certains égueulés (à gauche de la Fig. 7).

Fig. 7 : Volcans boucliers à large cratères et coulées de lave basaltique, env. 15 km au sud de la route. Google Earth, 2020.

À mesure que les altitudes devenaient négatives, nous entrions dans un désert de sable, où seuls quelques vieux rebdous érodés, ces buttes de sables accumulées à la faveur d’un arbuste ou buisson, et qui demeurent une fois l’obstacle disparu, venaient briser l’horizontalité du paysage. Un peu plus loin, une ancienne oasis témoignait de la présence d’eau et rompait l’impression de désert brûlant et vide (Fig. 8).

Fig. 8 : Une des rares photos de ce road trip : l’oasis, et la route au milieu du désert, depuis le siège passager. N. Blond, 2020.

 Les daboytit, huttes basses de forme allongée et aux toits arrondis, des populations afars, étaient rares, mais nous croisions tout de même quelques troupeaux de chèvres et de moutons, et leurs jeunes bergères étonnées. Nous dépassâmes les salines en bord du lac Afrera (Fig. 9), point le plus bas du voyage (plus de 100 m sous le niveau de la mer) et retrouvâmes les basaltes, que nous ne quittâmes plus jusqu’à notre étape.

Fig. 9 : Rive ouest du lac Afrera, salines et vieux volcan bouclier érodé. Google Earth, 2020.

Nous traversâmes des coulées stratoïdes (trapps), coulées de lave régulières horizontales, ici très fracturées (Barberi et al., 1971). En quelques occasions, nous pûmes même observer des champs de lave « ʻaʻā », à l’aspect erratique, hérissés de blocs de lave anguleux (d’après la définition de Derruau, 2007). Nous avions roulé six heures, sans pause et sans photo. 

Nous reprîmes la route vers Addis-Abeba après avoir passé la nuit à Semera, la capitale régionale de l’Afar (Fig. 5), autre ville nouvelle au plan milésien plantée sur une ancienne coulée basaltique – et absente de la carte de 1975 (CNRS et CNR, 1975). L’approche de la vallée de l’Awash vit le paysage reverdir. Peu à peu, les enclos de chameaux disparurent et les daboytit laissèrent place aux tukul (huttes circulaires aux toits de chaume), bien différents des hidmo (maisons de pierres rectangulaires à toit plat du Tigray oriental) auxquels nous étions habitués et dans lesquels nous travaillions. Les descriptions de ces différents types d’habitats sont données d’après Nyssen et al., 2010. La route traversant plusieurs parcs, de nombreux groupes de géladas, ces grands cercopithèques à crinière typiques des plateaux éthiopiens, croisèrent notre route.

Dernières péripéties

L’arrivée à Addis-Abeba ne signifia pas la fin de nos aventures. Nous avions craint que le matériel de géophysique d’Hugo et Rozan, plein d’électronique (notamment de batteries au lithium) ne crée des problèmes à l’embarquement. Finalement ce furent les changements de billets d’avion qui entraînèrent des complications. Après des négociations acharnées, tout le monde put embarquer.

Pendant que Rozan, Hugo et moi rentrions chez nous, dans des trains vides, des villes vides et des supermarchés aux rayons… vides, le reste de l’équipe terminait les fouilles, tentait de contenir l’afflux de tessons, rebouchait les sondages, enregistrait, photographiait, dessinait, empaquetait et, dans le même temps, déménageait. Le camp levé, les billets changés, tout le monde arriva dans la capitale éthiopienne sans encombre avant de retourner, quelques jours plus tard, en France.

Bibliographie

Arkin Y., Beyth M., Dow D. B., Levitte D., Haile T., Hailu T., 1971. Geological Map of Ethiopia – Mekele (ND 37-11), 1/250000.

Barberi F., Giglia G., Marinelli R., Santacroce R., Tazieff H., Varet J., 1971. Carte géologique de la Dépression des Danakil (Afar septentrional – Éthiopie), 1/500000.

Blond N., Jacob-Rousseau N., Callot Y., 2018. Terrasses alluviales et terrasses agricoles. Première approche des comblements sédimentaires et de leurs aménagements agricoles depuis 5000 av. n. è. à Wakarida (Éthiopie), Géomorphologie : relief, processus, environnement, 24, N°3, 277‑300. https://doi.org/10.4000/geomorphologie.12258.

Centre National de la Recherche Scientifique, Consiglio Nazionale delle Ricerche, 1975. Carte géologique de l’Afar Central et Méridional, 1/500000.

Derruau M., 2007. Les formes du relief terrestre. Notions de géomorphologie. Paris, Armand Colin.

Gajda I., Benoist A., Charbonnier J., Antonini S., Peixoto X., Verdellet C., et al., 2017. Wakarida, un site aksumite à l’est du Tigray : fouilles et prospections 2011-2014, in: Dossier : Women, Gender and Religions in Ethiopia. Annales d’Éthiopie Special issue. Paris, Editions de Boccard, 175-222.

Munzinger, W. 1869. Narrative of a Journey Through the Afar Country. The Journal of the Royal Geographical Society of London, 39, 188–232. www.jstor.org/stable/1798551. Accessed 16 Apr. 2020.

Nyssen J., Frankl A., Munro R. N., Billi P., Haile M., 2010. Digital Photographic Archives for Environmental and Historical Studies: An Example from Ethiopia, Scottish Geographical Journal, 126, N°3, 185‑207. https://doi.org/10.1080/14702541.2010.527856.

L’auteur

Ninon Blond est docteure en Géographie. Elle est spécialisée en géographie, géoarchéologie et histoire des paysages. UMR 5133-Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Ninon Blond. De Wakarida à Wolwalo : en Éthiopie, la MAFTO prend ses quartiers sur le Plateau 1/2, ArchéOrient - Le Blog, 8 mai 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14943

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search