Retour sur la moyenne vallée de la Falémé (Sénégal oriental)…

Un précédent billet nous avait permis de montrer l’extrême richesse des enregistrements sédimentaires de la moyenne vallée de la Falémé. Revenons aujourd’hui sur les conditions géomorphologiques qui ont permis de dévoiler les différentes étapes de l’évolution de cette artère fluviale, affluente du Sénégal issue des reliefs méridionaux.

Une vigoureuse incision actuelle

Ce qui frappe d’emblée en traversant les vastes étendues de savanes plus ou moins arborées parcourues par les nombreux troupeaux – bovins, ovins, caprins – à proximité de la Falémé, c’est la vigoureuse incision qui offre au regard les séquences sédimentaires.

Fig.1 : Les berges de la Falémé à Missira en période d’étiage (en février 2020) : le niveau de l’eau est 10-12 m en contrebas du glacis-terrasse principal d’où est prise la photographie ; tous ces ravinements sont recouverts d’eau en saison des pluies.

Certes, en saison des pluies, le niveau de la Falémé, alimentée par les pluies abondantes de la convergence intertropicale, s’élève largement, inondant parfois même les villages situés à proximité des berges et, de fait, faisant disparaître à l’œil les profonds ravinements visibles en saison sèche. L’incision est indiscutablement actuelle et apparaît donc potentiellement « récente » (à l’échelle des dernières fluctuations paléoenvironnementales). Cette érosion, étroitement dépendante de la résistance du substratum géologique, se traduit par plusieurs niveaux topographiques postérieurs au début de son déclenchement : un ou deux glacis-terrasses de substitution (glacis secondaire qui s’établit en contrebas du glacis principal), haute, moyenne et basse terrasses (fig. 2a).

Fig. 2a :  Panoramique sur les berges de la Falémé à Missira : on distingue la ligne la plus élevée du glacis principal (où se trouvent la plupart des arbres éloignés), le glacis de substitution (sur lequel se trouvent les ânes), la Falémé en étiage et la fouille de Missira IV en cours (dans le sédiment d’une butte résiduelle de UJ).

Ces différentes formes se remarquent parfaitement sur le MNT réalisé dans le secteur de Toumboura (cf. l’encadré blanc dans la fig. 2b)  : glacis principal (à l’ouest) et glacis de substitution (en contrebas, ponctué de buttes résiduelles) ; les terrasses plus fugaces sont difficiles à différencier. Plus au sud, on voit bien que ces formes sont elles-mêmes incisées vigoureusement par les ravinements actuels, le recul de l’érosion régressive atteignant le rebord du glacis principal. L’érosion est telle que les arbres de bordure sont progressivement dégagés, se retrouvant en équilibre instable avant d’être totalement déchaussés et emportés par la rivière (fig. 3).

Fig. 2b : Modèle Numérique de Terrain calé sur l’image Google Earth du secteur de ravinements situé au sud de Toumboura (Réalisation : C. Ollier, 2018).
Fig. 3 : Arbre situé sur le glacis de substitution, déchaussé par l’incision actuelle.
Une incision qui dévoile l’histoire de la Falémé et des incisions répétées dans le temps…

Mais cette incision actuelle ne correspond pas aux conditions paléoenvironnementales du Pléistocène supérieur et du début de l’Holocène. En effet, la succession des dépôts de UJ à UG (fig. 4 et 5) montre que durant le dernier cycle climatique (au moins des 50000 années antérieures à l’incision), la tendance à l’accumulation et à l’exhaussement du lit de la Falémé prévalait. Dans une première partie de l’Holocène, les débordements de crue de la Falémé s’effectuaient donc grosso modo à l’altitude du glacis principal actuel, donc à + 10-12 m du fond de chenal actuel, la crue s’étalant davantage dans une plaine alluviale beaucoup plus large. Sans être encore parfaitement daté, le début de l’incision actuelle est donc, par défaut, attribuable aux seuls 5-6 derniers millénaires.

Fig. 4 : La séquence sédimentaire de Toumboura 1 (cf. sa position chronologique dans la figure 5).

Mais si la tendance à l’accumulation durant les stades isotopiques 4, 3, 2 et du début de l’Holocène est reconnue sur le long terme, cela n’exclut pas des épisodes répétés d’incision,  de relatives courtes durées. C’est ainsi prouvé avec les formations grossières chenalisées du CSC et du CSUP (fig. 5), respectivement datées autour de 18 ka et de 8-10 ka, qui manifestement s’inscrivent dans les formations fines antérieures. Ce sont des formations dépendantes des cours d’eau perpendiculaires à la Falémé (ici issus de l’ouest) qui remanient graviers et nodules ferrugineux pédologiques des niveaux cuirassés occidentaux.

Fig. 5 : Synthèse stratigraphique avec localisation des échantillons 14C (Hadjas I. ETH Zurich) et OSL datés/prélevés (Lebrun B, 2017 et 2018). 1 : Datation 14C ; 2 et 3: Datations OSL (dont 3: datations incompatibles avec l’analyse stratigraphique). Attention : ce n’est pas l’épaisseur stratigraphique qui est représentée, mais l’intervalle chronologique favorable au dépôt de chaque formation.

Ces épisodes répétés d’incision sont également prouvés grâce aux datations OSL pour les formations grossières du chenal principal de la Falémé (fig. 5 ; Rasse et al., 2020). Entre Alinguel et Sansandé notamment, ces alluvions grossières sont polyphasées, et non associables à une même phase paléoclimatique comme on a eu tendance à le croire jusqu’en 2016 (cf. le « CAG » de la figure 3 du premier billet ; Rasse, 2016). Ainsi à Alinguel, le CA est daté entre 80 et 60 ka,  à Sansandé Village, le CBJ entre compris entre 50 et 40 ka, et il n’est pas exclu que d’autres épisodes, a priori stratigraphiquement intégrés aux épisodes grossiers antérieurs et postérieurs, soient également découverts. Les « graviers sous berges » des appellations anciennes (Michel, 1973) correspondent donc à des épisodes de chenalisation multiples, conservés grâce à leur plus grande résistance, laquelle est en partie liée à leur hétérométrie et à leur induration plus élevée (fig. 6).

Fig. 6 : Les formations grossières indurées polyphasées du chenal de la Falémé au sud de Sansandé.

On comprend mieux de ce fait les matériels archéologiques trouvés dans ces formations grossières, assez souvent chronologiquement mélangés et érodés, et notamment les artéfacts acheuléens qui avaient été les premiers à être découverts dans cette partie de la vallée (Camara et Duboscq, 1984).

Mais où sont-ils donc « en stratigraphie », ces plus anciens témoignages archéologiques encore non datés de l’Afrique de l’Ouest ?

Où retrouver alors les plus anciens témoignages archéologiques ?

Dès les premières années de mission (2011-12), nous pensions que, les dépôts récents se situant en bordure immédiate de la Falémé et les bifaces acheuléens que l’on trouvait dans les formations grossières étant érodés, il fallait s’éloigner de l’axe hydrographique principal et remonter l’aval des cours d’eau perpendiculaires (fig. 7). Mais la découverte de sites acheuléens en place était très hypothétique puisque justement, ils pouvaient être soit érodés, soit ensevelis sous les épaisseurs importantes des sédiments du dernier cycle climatique. L’entreprise était ardue, mais néanmoins la quantité de bifaces acheuléens retrouvés « remaniés » dans les séquences grossières rendait plausible l’idée de retrouver un ou quelques sites « en place ». Elle fut couronnée de succès puisqu’en remontant le « Ravin Blanc » (ravin situé au nord immédiat de Toumboura) et celui de Sansandé, deux sites majeurs ont été découverts en 2017 et 2019.

Fig. 7 : Les conditions de découvertes des artéfacts acheuléens.

Ils ont été découverts dans des conditions géomorphologiques identiques : loin de la Falémé, proches d’un chenal perpendiculaire à celle-ci, préservés miraculeusement des différentes phases d’incision du Pléistocène supérieur et partiellement mis à jour par l’incision actuelle et par l’érosion régressive induite. Les sites du Ravin blanc IV et du Chacal sont évidemment en cours d’étude, mais d’ores et déjà on peut penser, du fait de la complexité de leur stratigraphie, que les différentes phases d’incision et de comblement des vallons durant la période antérieure au stade isotopique 5 ont été également récurrentes. Eu égard au nombre d’incisions postérieures, ce sont donc des conditions exceptionnelles de conservation des sites de l’Acheuléen et du Middle Stone Age (le Paléolithique moyen africain). Tout le secret de cette situation réside essentiellement dans les faibles dénivelés de cette partie de la vallée de la Falémé. Eloignée de la mer et donc peu sensible aux variations eustatiques, sans soulèvement notable de la masse continentale de l’Afrique de l’Ouest, la moyenne Falémé est essentiellement tributaire des conditions pluviométriques et des fluctuations paléoclimatiques, donc à la fois de l’alternance répétée incision/comblement et de l’éloignement au chenal de fond de la Falémé (qui véhicule le matériel grossier quand, sur les berges, ce sont les limons qui dominent). Seule peut-être l’incision récente peut-elle également avoir une réelle signification anthropique, mais il faudra davantage de recherches pour pouvoir le certifier.

Quoi qu’il en soit, avec les préhistoriens, les géomorphologues se retrouvent toujours (ou en tout cas assez souvent !) confrontés à « des conditions géomorphologiques exceptionnelles de préservation des sites archéologiques » (capture hydrographique, effondrement du toit d’une grotte ou d’un porche, doline fonctionnelle sur un long terme, etc…). Le raisonnement inverse : « Compte tenu de ce que l’on sait de l’évolution géomorphologique locale, où peut-on trouver des sites préservés miraculeusement ? » reste donc pleinement d’actualité.

Pour en savoir plus

Camara A., Duboscq, B. 1984. Le gisement préhistorique de Sansandé, basse vallée de la Falémé, Sénégal. Approche typologique et stratigraphique. L’Anthropologie 88 (3), 377–402.

Chevrier B., Huysecom E., Soriano S., Rasse M., Lespez L., Lebrun B et Tribolo C. 2017. Between continuity and discontinuity : an overview of the West African Paleolithic over the 200,000 years. Quaternary International.  https://doi.org/10.1016/j.quaint.2017.11.027

Davidoux S., Lespez L., Garnier A., Rasse M., Lebrun B., Hajdas I., Tribolo C. et Huysecom E. 2018. Les fluctuations environnementales des deux derniers millénaires en Afrique de l’Ouest : premiers résultats de l’étude des terrasses alluviales du ravin de Sansandé (Vallée de la Falémé, Sénégal oriental). Géomorphologie : relief, processus, environnement 24, 3, 237-255.

Lebrun B., Tribolo Ch., Chevrier B., Lespez L., Rasse M., Camara A., Mercier N. et Huysecom E.  2017. Chronologie du Paléolithique ouest africain : premières datations OSL de la Vallée de la Falémé (Sénégal). L’Anthropologie 121, 1-8.

Lebrun B. 2018. Définition du cadre chronologique des gisements préhistoriques de la vallée de la Falémé (Sénégal) et apport des nouvelles techniques de micro-dosimétrie à la datation par luminescence. Thèse de doctorat de l’Université Bordeaux Montaigne, 448 p.

Michel P. 1973. Les bassins des fleuves Sénégal et Gambie. Etude géomorphologique. Mémoire ORSTOM, 63, Paris.

Rasse M (2016)- Recherches sur les riches enregistrements sédimentaires et archéologiques de la moyenne vallée de la Falémé (Sénégal Oriental), ArchéOrient – Le Blog, 18 mars 2016, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/5733

Rasse M., Lespez L., Lebrun B., Tribolo Ch., Chevrier B., Douze K., Garnier A., Davidoux S., Hadjas I. , Ollier C., Camara A., Ndiaye M. et Huysecom E . 2020. Synthèse morpho-sédimentaire et occurrences archéologiques dans la vallée de la Falémé (de 80 à 5 ka ; Sénégal oriental) : mise en évidence d’une permanence des occupations à la transition Pléistocène-Holocène. Quaternaire 31, 1, 71-88.

Et les rapports annuels de la mission qui sont publiés dans le cadre du rapport annuel de la SLSA : en ligne à l’adresse : http://www.slsa.ch/publications/

L’auteur

Michel Rasse est Professeur de Géographie à l’Université Lumière-Lyon 2 et membre de l’ UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Michel Rasse. Retour sur la moyenne vallée de la Falémé (Sénégal oriental)…, ArchéOrient - Le Blog, 1 mai 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14924

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search