Paysages du front d’Orient (4). Les champs des morts. Macédoine, 1915-1918.

L’hécatombe de la Grande Guerre évoque immanquablement les nécropoles et ossuaires qui marquent encore fortement les paysages du nord et de l’est de la France. Sur cet aspect du conflit comme sur d’autres, le Front d’Orient est encore méconnu. Pourtant, les pertes humaines y furent considérables, dès le début, dans le désastre de la bataille des Dardanelles (mars 1915 – janvier 1916), comme par la suite, dans la guerre de positions qui fixa des fronts meurtriers, notamment autour de Monastir (aujourd’hui Bitola, en République de Macédoine du Nord) et dans la boucle de la rivière Cerna.

Tout autant que sur le front de l’ouest, le combattant a donc été continûment confronté, entre mars 1915 et septembre 1918, au risque de la blessure ou de la mort. À la mortalité due aux opérations militaires s’ajouta celle qu’infligèrent des conditions sanitaires souvent éprouvantes et inconnues du front de France : typhoïde, dysenterie, paludisme. Autour de Thessalonique, mais aussi dans la plaine pélagonienne ou la vallée du Vardar, nombre de cantonnements avoisinaient de grandes zones humides, marécageuses, que les drainages ont presque toutes asséchées, un peu plus tard, au cours du xxe siècle.

Impossible, donc, d’imaginer que la crainte de ces dangers ait épargné les soldats. Pourtant, leur correspondance reste plutôt évasive, sinon muette, à ce sujet. Pudeur à l’égard de leurs proches, superstition personnelle, déni protecteur et effets de la censure militaire en sont les principales causes (Saint-Ramond 2019). C’est peut-être la photographie qui, indirectement, laisse mieux transparaître certains pans de l’état d’esprit des hommes engagés. Laissons de côté la carte postale imprimée en France, peu représentative du quotidien, parfois même trompeuse (cf. Billet n°2) et penchons-nous sur la carte-photo, produite à partir de clichés pris par ceux qui possédaient une chambre noire et témoignant donc d’une réelle subjectivité. Toute une série de ces cartes représente des cimetières, des cortèges ou des rites funéraires et l’on peut s’interroger sur la signification de ces éléments dans les paysages photographiés.

De toute évidence, on ne peut pas exclure qu’ait joué une certaine curiosité pour des formes et des pratiques très différentes de celles que connaissaient les Français, les Italiens, les Allemands ou les Britanniques de l’époque.

Les vues de cimetières « turcs », terme généralement employé pour les groupes de tombes musulmanes, sont les plus fréquentes (photo 1). Ces dernières, disposées sans alignement, dépourvues de dalle au sol et matérialisées par des stèles qui penchent un peu au fil des ans, constituent en effet un élément propre aux paysages balkaniques d’alors. À la même époque, certaines photographies orientalistes proposaient fréquemment une vision poétique et sereine de ces lieux aux apparences de vieux jardins.

Photo 1 : Mosquée et cimetière « turc » à Üsküb, vers 1918 (Skopje, Macédoine du Nord). © Coll. privée.

La veine ethnographique est indubitable. Quelques notations adressées aux proches, au dos des cartes, signalent que dans les cimetières des chrétiens orthodoxes, le repas funèbre est partagé sur la tombe même, à laquelle sa dalle surélevée donne l’allure d’une grande table (photo 2).

Photo 2 : Cimetière chrétien, Macédoine. Carte-photo allemande, entre 1915 et 1918. © Coll. privée.

Le caractère remarquable des costumes que revêtent les habitants en ces occasions ou les particularités liturgiques ont pu également retenir ­­­l’attention. Une série d’une demi-douzaine de photos prises près de Boukovo (bourgade proche de Bitola, aujourd’hui en Macédoine du Nord) restitue ainsi plusieurs moments d’un enterrement dans un village : préparation de la collation rituelle offerte aux participants, cortège funèbre et groupe recueilli autour de la sépulture (photo 3). La qualité de ces clichés à la composition étudiée fait qu’ils ont été tirés à plusieurs exemplaires et que l’un d’entre eux a été repris par un éditeur de cartes postales, sous un titre plus général.

Photo 3 : L’enterrement à Boukovo, (Macédoine du Nord). Cartes-photos françaises, vers 1916-1917. © Coll. privée

Mais cette fréquence du thème funèbre dans la photographie ne s’explique peut-être pas seulement par l’attrait du pittoresque, la curiosité pour les rites ou par des dispositions à la rêverie orientaliste.

Dans les paysages austères et presque sans arbres de la Macédoine des années 1915, les enclos mortuaires « turcs », comme les autres, n’avaient rien pour y inviter particulièrement. Le minéral domine puissamment la scène et les stèles dressées dans leur nudité produisent une impression de dépouillement saisissante, parfois presque fantastique (photo 4). La récurrence de vues où le cadrage place les tombes au premier plan du paysage, ce qui n’obéit à aucune nécessité topographique, ne peut-elle être perçue, au-delà du caractère particulier des formes, comme une expression inconsciente de ce que l’on ne souhaite pas dire ou écrire, ou de ce que l’on ne veut pas s’avouer ?

Photo 4 : Cimetière « turc », Prilep (Macédoine du Nord). Carte-photo allemande, vers 1916-1917 © Coll. privée

Dans ce registre, d’autres clichés sont plus limpides : petits carrés de tombes militaires, alignements de sépultures situées sur les lieux du combat ; et sur certains, une annotation manuscrite indique l’emplacement précis où repose un camarade ou une connaissance. Une carte postale d’éditeur propose une vue de ce type (photo 5) mais, en cherchant sans doute à exalter le sacrifice des tués, sa légende (est-ce par maladresse ?) lui confère une ironie grinçante qui souligne l’absurdité de la guerre, un point de vue qui n’était sans doute pas étranger à bien des soldats affectés au front d’Orient.

Photo 5 : « Avance serbe au Kaïmatchalam (sic) », carte postale française, vers 1916. Le Kaïmakchalan est un sommet (2528 m d’altitude) situé sur la frontière entre la Grèce et la République de Macédoine du Nord © Coll. privée.

Ces photographies témoignent aussi de la grande diversité culturelle et religieuse de cette partie de l’Europe, au moment même où elle commence à disparaître. Avec les guerres balkaniques (1912-1913), des destructions de villages et des déplacements d’habitants ont déjà opéré. Entre 1915 et 1918, le phénomène marqua toute la zone du front d’où les populations civiles furent évacuées. Il prit ensuite une tournure systématique après les traités de paix qui aboutirent dans les années 1920 à des transferts massifs de populations et renforcèrent l’homogénéité linguistique et confessionnelle des États actuels. Deux décennies plus tard, la déportation et l’extermination de presque tous les juifs de Thessalonique et la destruction de leur cimetière acheva la rupture avec une longue histoire de coexistence culturelle et religieuse.

Dans la première moitié du xxe siècle, la plupart des cimetières « turcs » et juifs disparut ainsi de nombreuses régions des Balkans, faute de communautés pour les perpétuer et sous l’effet de destructions ultérieures. Le phénomène n’épargna pas les cimetières chrétiens. Pour les premiers, l’abandon commença dès la fin des guerres balkaniques. Ils appartiennent aujourd’hui à l’archéologie du paysage ou des sites d’habitat mais aussi à celle du bâti car maints éléments de tombes furent remployés dans d’autres constructions. D’autre part, la multitude de petits carrés de sépultures où furent ensevelis les tués au front disparut également, avec le transfert des ossements dans les grands cimetières militaires, comme ceux de Bitola ou de Thessalonique. Il en reste, dans les montagnes, des stèles commémoratives peu à peu effacées par les éléments naturels.

Par la présence ou l’absence de ces éléments discrets, mais qui sont des marqueurs territoriaux plein de signification, la part de la guerre s’inscrit donc durablement dans les paysages balkaniques et à Thessalonique encore plus qu’ailleurs si on oppose l’étendue du cimetière militaire des alliés, à Zéïtenlik, au souvenir de celui des juifs de la « Jérusalem des Balkans » – qui était aussi la nécropole de la ville depuis l’Antiquité (photo 6).

Photo 6 : Femmes grecques employées au cassage des pierres. Le repos dans les cimetières israélites. Mars 1917, Thessalonique © Médiathèque de l’Architecture et du patrimoine, réf. APOR095283.

Pour en savoir plus

Miquel P., 1998. Les poilus d’Orient. Fayard, 353 p.

Saint-Ramond F., 2019. Les désorientés. Expériences des soldats français aux Dardanelles et en Macédoine, 1915-1918. Presses de l’Inalco, 296 p. DOI : 10.4000/books.pressesinalco.20209

Schiavon M., 2014. Le front d’Orient. Du désastre des Dardanelles à la victoire finale 1915-1918. Tallandier, 379 p.

Veinstein G. (dir.), 1992. Salonique 1850-1918. La « ville des juifs » et le réveil des Balkans. Autrement, série « Mémoires », 294 p.

L’auteur

Nicolas Jacob-Rousseau est Maître de conférences de Géographie – Université Lumière-Lyon 2. UMR 5133 – Archéorient, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Pour citer ce billet : Nicolas Jacob-Rousseau. Paysages du front d’Orient (4). Les champs des morts. Macédoine, 1915-1918., ArchéOrient - Le Blog, 24 avril 2020, [En ligne] https://archeorient.hypotheses.org/14913

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search